12/11/08 (B473-B) Portail des Sous-marins / Le corridor de sécurité limite la piraterie en Somalie

La force multinationale a mis en place un étroit corridor de navigation au large de la Somalie. Ce corridor aide à protéger les navires de commerce contre les attaques de pirates, a déclaré lundi le commandant de la force.

90% des navires de commerce qui transitent par le périlleux golfe d’Aden empruntent le corridor de sécurité. Depuis qu’il a été institué le 22 aout, il n’y a eu aucune attaque dans le corridor, a déclaré le Commodore Per Bigum Christensen de la marine danoise, commandant de la CTF-150.

Christensen a expliqué que les forces navales de la coalition utilisent aussi des avions, des hélicoptères et des drones pour trouver et suivre les navires suspects jusqu’à ce qu’ils puissent être visités et fouillés.

La force multinationale a créé le corridor de navigation pour mieux concentrer ses patrouilles dans cette vaste zone. Le corridor mesure environ 600 nautiques de long, mais seulement de 3 à 6 de large. Il est orienté en gros nord-sud, permettant aux navires de contourner en sécurité les côtes somaliennes sur le chemin de la mer Rouge et du canal de Suez ou sur le retour.

La plupart des navires de commerce utilisent le corridor seuls, mais d’autres se rassemblent en convoi avec l’escorte d’un bâtiment de guerre.

Quelques navires plus gros et plus rapides, moins vulnérables aux attaques, naviguent encore en dehors de la zone, comme le font "quelques plaisanciers fous," a indiqué Christensen. Des voiliers de luxe ont fait parties des cibles des pirates cette année.

A bord de bateaux de pêche volés et d’autres "navires-mères" chargés de vivres, de carburant et d’eau, les pirates peuvent attendre une cible à des centaines de nautiques de la côte pendant plusieurs jours. Cachés au sein des bateaux de pêche, les pirates lancent des embarcations rapides armées avec de puissants moteurs hors-bord lorsqu’une cible est repérée. Souvent, ils parviennent à monter à bord grâce à des échelles ou des grappins en quelques minutes.

Les pirates ont déjà modifié leurs tactiques en réaction à la création du corridor, plaçant les équipes d’attaque aux extrémités sud et nord du corridor pour diviser les forces navales déjà très peu nombreuses, a déclaré Christensen.

Depuis octobre, les forces navales ont capturé 6 équipes d’attaque de pirates — environ 60 personnes —, a indiqué Christensen. Mais après avoir saisi leurs armes et leur matériel, les bandits des mers doivent être libérés en Somalie parce qu’aucun pays ne veut les juger.

La force navale que Christensen commande avait au départ été créée en 2001 dans le cadre de la guerre dirigée par les Etats-Unis en Afghanistan afin de patrouiller dans le golfe Persique, la mer Rouge et une partie de l’océan Indien. Mais cette année, sa mission a été modifiée pour se concentrer presque exclusivement sur la lutte contre la piraterie. Baptisée Combined Task Force-150, elle est composée de 3 à 15 navires qui patrouillent.

Outre le Danemark, les nations qui ont fait partie de la force sont les Etats-Unis, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, le Pakistan et le Canada.

L’utilisation de la force militaire, a reconnu Christensen, est limitée dans ce qu’elle peut faire pour stopper un problème provoqué par la pauvreté et l’absence d’état en Somalie, une nation en guerre civile depuis presque 17 ans.

"Nous pouvons être ici et supprimer la piraterie," a indiqué Christensen, "mais le problème est à terre.

04/11/08 (B472) Portail des Sous-marins : Eunavfor : L’Espagne offre une frégate et un pétrolier ravitailleur

L’Espagne devrait fournir une frégate et un pétrolier ravitailleur, en plus d’un avion de surveillance de maritime (déjà sur place), à l’opération « Eunavfor » de lutte contre la piraterie en somalie, a annoncé la ministre de la Défense espagnole, Carme Chacon, lors d’une rencontre (à Djibouti) avec son homologue français, Hervé Morin.

Elle a aussi annoncé que l’Espagne était prête à prendre le commandement de la force européenne qui va être déployée au large de la Somalie. Ce qui confirme nos dernières informations.

Référence : Bruxelles 2 (Europe de la Défense)

26/10/08 (B471) Portail des Sous-marins : La Russie envoie un pétrolier au large de la Somalie

La flotte de la Baltique a envoyé la semaine dernière un pétrolier, le Yel’na, pour soutenir la frégate Neustrashimyy au large de la Somalie.

Selon les images diffusées par la télévision russe, ce pétrolier ne porte aucune marque indiquant qu’il s’agit d’un navire militaire.

Comme les pétroliers circulant au large de la Somalie sont régulièrement attaqués, il pourrait s’agir d’un excellent leurre. Et les images de la télévision russe montrent que de nombreux hommes portant une tenue de camouflage (des fusiliers-marins ?) ont embarqué avant le départ.

A moins, comme le suggère avec humour un site spécialisé, qu’ils n’aient embarqué de la peinture avant de partir…

22/10/08 (B470-B) Le Portail des sous-marins / Un sous-marin au large de la Somalie ?

Selon une information publiée par Ecoterra, reprise par le journal américain American Chronicle, il y aurait au large de la Somalie “un sous-marin dans la région, qui est aussi régulièrement repéré plus au sud, près du port de Mogadicio”.

Evidemment, la nationalité de ce sous-marin n’est pas précisée.

21/10/08 (B470-B) Portail des sous-marins / L’opération anti-piraterie en Somalie, défi « juridique » ?

L’opération – que va lancer l’Union européenne contre les pirates au large de la Somalie – ne sera pas une simple action militaire. Elle comporte un important volet d’ordre public, qui s’apparente à une opération de police internationale. La question de la loi pénale applicable aux pirates, de leur possible traduction devant un tribunal, et des procédures à appliquer doivent en effet être définis précisément.

Comment traduire en justice en effet un pirate d’une autre nationalité (ou pire qui refuse de décliner la nationalité) et qui n’a aucun lien avec l’Etat qui l’a appréhendé (pas d’acte contre un bateau national ou un national).

L’article est disponible sur le site du journal. Référence :
Bruxelles 2 (Europe de la Défense)

17/10/08 (B469-B) Portail des Sous-Marins. Conférence sur la piraterie en Somalie à Londres

La compagnie de navigation britannique Holman Fenwick Willan a organisé mardi au LLoyd’s de Londres, un séminaire sur la piraterie en Somalie.

Toute une brochette de responsables de haut-niveau de la Royal Navy, de la marine nationale et de compagnies de navigation et d’assurance ont participé à ce séminaire.

A l’origine, la réunion était prévue dans les propres bureaux de la compagnie organisatrice. Mais le nombre de participants inscrits a nécessité de la déplacer dans une salle plus grande.

Lien avec l’article original :
The Times (Grande-Bretagne)

16/10/08 (B469-B) Portail des Sous-Marins / Le gouvernement indien envoie sa marine en Somalie

Le gouvernement indien a finalement autorisé la marine indienne à patrouiller dans les eaux somaliennes pour garantir que la sécurité des marins indiens n’est pas mise en danger.

Le communiqué ne précise ni la date de départ des navires, ni leur identité.

Avec cette décision, c’est maintenant pas moins de 12 marines ou gardes-côtes différentes [1] qui vont opérer au large de la Somalie pour lutter contre la piraterie.

Espérons que les exercices qui, au cours des années, ont permis de renforcer la communication et l’interopérabilité ne se révéleront pas inutiles.

Notes :
[1] Liste des marines : France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Inde, Russie, Malaisie, Italie, Grèce, Turquie, Kenya, Pays-Bas. Et peut-être 13 avec la Suède.

04/10/08 (B468) Portail des Sous-marins. Echec de 4 attaques de pirates au large de la Somalie.

L’US Navy annonce qu’au cours des 24 dernières heures, 4 attaques de pirates ont échoué au large de la Somalie.

Le Cmdr. Jane Campbell, porte-parole de la 5è Flotte à Bahrein, explique que 3 attaques avaient été évitées parce que les équipages s’étaient échappés à grande vitesse.

Une autre attaque a échoué parce que l’échelle que les pirates avaient amené pour monter à bord du bateau, était trop courte.

Campbell a précisé samedi que 3 des attaques avaient eu lieu dans le golfe d’Aden et que la localisation exacte de la 4è était inconnue.