19/10/02 Un lecteur s’étonne du choix du nouvel entraîneur de Hand-Ball. Et il nous raconte la lente dégradation du Sport djiboutien dont les dirigeants détournent les fonds de fonctionnement. (Lecteur)

chers amis bonjour

Je viens de découvrir sur l’ADI, la nomination du nouveau entraîneur
de hand-ball, en la personne de Allah Hamoudi.

En quoi suis-je étonné ?

Simplement, parce que même s’il est sympathique, je ne vois pas comment
un jeune homme de 22 ans pourra diriger utilement et efficacement une équipe
nationale. Une certaine expérience est requise, tant sur le management
des joueurs que sur le plan technique.

Cela est tout à fait significatif de la dégradation lamentable
du sport djiboutien depuis plusieurs années.

Le Ministre se moque éperdument du sport. Il fait n’importe quoi.
La FIFA nous a recalé … Djibouti est l’un des deux pays qui n’a même
pas eu le droit de voter pour l’élection du nouveau Président
international, en raison de son manque d’activité ….

Et les aides me direz-vous ?

Elles servent à construire des villas pour les dirigeants : en l’occurence
celle du Gendarme FADOUL qui assure la Présidence de la Fédération
de Foot-Ball et celle du Secrétaire ALI KAMIL, ancien agent de l’EDD,
catapulté d’un seul coup en qualité de directeur du stade national
! Dit en passant, ce n’est pas avec des salaires de 500.000 F DJ que l’on
finance de pareilles villas !!!

Mais pour les joueurs, pour leurs équipements, pour les terrains de
sport. RIEN RIEN

Le Sport djiboutien est mort, comme le régime.

Les consequences sont là ! Elles sont catastrophiques : le forfait
de l’équipe nationale pour can2004.

11/09/02 SPORT : Rien ne va pas plus au sein de la Féderation djiboutienne d’athlétisme depuis la nomination ds son nouveau dirigeant à la tête de la FDA.(par Osman)

C’est avec la complicité du Ministre de la Jeunesse et des Sports qu’un nouveau dirigeant Hassan Osman a été nommé à la tête de la Fédération djiboutienne d’Athlétisme (FDA).

Le premier objectif
était le nettoyage complet des personnes en place.

Le deuxième,
plus discret, était de récupérer l’argent du semi-marrathon
international que l’équipe en place avait refusé.L’argent
dont la jeunesse avait grand besoin.

Le résultat ne
s’est pas fait attendre : les équipes ses sont retirées et
la direction technique a démissionné. Cette année,
ni les équipes des Forces armées, ni celles de la Force nationale
de Police (FNP) ne participeront au championnat national : les athlètes
sont fatigués… découragés, décus.

Le Championnat national
devait commencer, comme chaque année, le 2 septembre, mais il n’y
a aucune équipe en compétition … A la tête de la FDA,
il ne reste que le Président et le directeur technique Abdourahman Waberi dit « Porrenez » : c’est tout
! Et chacun connaît le fort engagement de ces deux personnes au sein du système
maffieux de Guelleh …

Comment le Ministre
a-t-il pu laisser faire cela et l’accepter aujourd’hui, sans n’être
jamais intervenu ? A-t-il reçu sa part du gâteau ?

11/09/02 Droit de réponse au sujet de la FDA

Nous
sommes surpris et peiné des allégations et des mauvaises informations
concernant la direction de la F.D.A , telles qu’elles vous ont été
transmises par un lecteur dénommé OSMAN.

Nous tenons toutefois
apporter quelques explications à ce jeune homme qui, n’ayant pas
d’informations précises, se contente de rumeurs sans fondement pour
salir dirigeants de la F.D.A.

La F.D.A est la fédération
la mieux dirigée, comparée aux
autres fédérations djiboutiennes. Aujourd’hui, les athlètes
ne veulent plus participer aux championnats du fait qu ils ne se sentent
plus motivés pour la gloire de leur pays ou de leur Club ou de leur
fédération ; ce qu’ils veulent c’est uniquement empocher de
l’argent.

Or sport et argent ne
vont pas de pair. Aux coureurs le devoir
de courir, aux dirigeants le devoir de diriger.

Un athlète nous
a adressé un message disant qu il appréciait la manière
dont le Président et le directeur technique dirigent la F.D.A.

Il ne faut pas oublier
qu’il y a un athlète (je ne vais pas le nommer ici) qui met des battons
dans le bon fonctionnement de cette fédération et qui a réussi
à convaincre plusieurs coureurs de ne pas participer au tournoi.

Mais je peux vous assurer
que bientôt les athlètes des F.N.P de la F.D.A. et d’autres
viendront nous rejoindre à la Fédération dans les jours
a venir.

A M. Osman, je lui dirais
encore que les deux dirigeants de la F.D.A ont eu tous les deux des parcours
professionnels irréprochables et qu ils ne se sont jamais, ni de
près ni de loin, mêler a la mafia avide d’argent et qu’ils
ont été, tous les deux, élus par l’ensemble des athlètes
djiboutiens.


LES DJIBOUTIENS DE DEMAIN
HOLLANDE

______________________________

Note de l’ARDHD :
Comme toujours, nous publions ce droit de réponse, en laissant aux
auteurs la responsabilité de leurs affirmations. Nous n’intervenons
que sur trois points qui nous ont étonné :

1 – Le message est signé par les Djiboutiens de Hollande.
Que viennent-ils faire dans ce débât, qui concerne la FDA à
Djibouti. C’est étrange ….

2 – Les affirmations brutales et tranchées, concernant
l’avidité des Athlètes djiboutiens et leur manque de motivation,
nous semblent un peu exagérées et nous sommes étonnés
qu’un Président de Fédération puisse s’exprimer en
publique de cette façon, sauf à vouloir cacher à tout
prix quelque chose.

3 – Le fait que l’on
rapporte les dires d’un athlète anonyme qui trouverait son compte
dans l’organisation actuelle n’est pas très convaincant … de même
l’élection par tous les athlètes, quand on sait comment se passent généralement les élections à Djibouti. Mais il peut y avoir des exceptions que nous serions heureux de saluer.

11/09/02 FDA : Osman maintient et justifie ses prises de position pour répondre aux Djiboutiens de Demain (Hollande)

Cher
hollandais
Comme toutes les personne qui sont liées plus ou moins directement
à ces circuits pervers parfois manipulés par le régime,
il est normal que tu n’aies pas personnellement la même opinion que
la mienne et je le comprends très bien.

Je tiens simplement
à te dire que je parle d’un sujet que je connais bien et qui me tient
à coeur : celui du fonctionnement de la FDA. En effet, le fonctionnement
de la FDA a été mon quotidien jusqu’à mon départ
de Djibouti. Avant de donner ces informations, j’ai vérifiées
les détails auprès des sources crédibles avec lesquelles
je suis toujours en contact et je maintiens l’intégralité
de ma contribution publiée par l’ADRHD.

En revanche, je trouve
qu’il est inacceptable et à la limite scandaleux, d’oser affirmer
que les athletes diboutiens ne veulent plus courrir que s’il y a de l’argent
au bout. Il est trop facile d’inverser les rôles pour cacher la réalité.
Tu aurais eu plus de chance d’être exact et en tout cas, tu aurais
évité de donner une image d’arrogance, si tu avais appliqué
ta formule aux nouveaux dirigeants de la FDA. Il est avéré
qu’ils ne dirigent que s’il y a de l’argent à gagner. Et que dirigent-ils
aujourd’hui ?

Une FDA sans athlètes
ni courreurs ! Une FDA vidée de sa substance ! L’espoir, d’après
toi, réside dans la participation hypothètique des coureurs
de la FNP. Tu as probablement raison, mais sache, si c’était le cas,
qu’ils ne viendront actuellement ni par plaisir, ni pour de l’argent (il
n’y en a plus aprés le passage des nouveaux dirigeants), mais simplement
pour exécuter les ordres d’une hiérarchie organisée
militairement.

Je confirme que le Championnat
national d’athéltisme a débuté le 2 septembre à
Ali Sabieh. Que s’est-il passé le 2 septembre et les autres jours
?

Absolument rien,car
il n’y a pas un effectif suffisant de coureurs qui souhaitent participer
à la compétition de la FDA actuel : majoritairement, ils refusent
la nouvelle direction. Ne viens donc pas nous parler d’élection par
tous les athlètes djiboutiens, car tu fais hurler de rire la communauté
toute entière. C’est toujours un point positif, car dans le milieu
du sport djiboutien comme dans tant d’autres, nous avons rarement l’occasion
de sourire.

Pour être précis,
il y a trois équipes potentielles. L’entraineur de l’équipe
Fratacci a quitté Djibouti, Dar Salam et la gendarmerie n’ont que
trois coureurs …

Ne nous dis pas que
tu écris au nom de tous les djiboutiens de Hollande, car tu te discrédites.
Tu as écrit en ton nom en te réfugiant derrière un
anonymat usurpé.

En ce qui me concerne,
je signe mon message de mon nom.

Bien à toi.

Osman
dit « Talabo »
ancien journaliste
à La Nation.

21/07/02 Trophée militaire djiboutien du 27 juin : un bilan prestigieux pour la France avec 28 médailles.

Jacques
Chirac, l’entraîneur
national des Forces
françaises
s’est félicité
de l’exploit de l’équipe
de France et du Palmarés
obtenu au cours de
cette grande journée
de compétition.

Pour
sa première
participation aux
épreuves, l’équipe
de France militaire
a rapporté
une moisson de 28
médailles :


Les deux
médaillés
d’or
au garde-à-vous

pendant la Marseillaise.

NDLR : on remarquera
la qualité
du garde-à-vous
des Français,
en comparaison
de celui plus
décontracté
de leurs homologues.

Ca a fait la
différence
au niveau
des résultats
… sportifs
!
2
médailles
d’or pour

– le général
de Brigade aérienne
Alain Bévillard

– l’attaché
de défense
des FFDJ le Colonel
Reydellet
1 médaille
d’argent pour


– le Colonel Pierre
Tournier
25 médailles
de bronze pou
r

– des officiers
et sous-officiers.

Bravo
à toute l’équipe
de France pour cet
exploit qui n’a pu
être accompli
qu’avec un esprit
de corps remarquable,
un entraînement
intensif et une volonté
ferme et déterminée
de montrer au peuple
aigri, revenchard
et ingrat de la capitale,
la vraie force d’une
armée occidentale
en soutien du pouvoir
et de la dictature
de Guelleh.

Que les opposants
potentiels se le disent
….

05/06/02 Contrairement aux envolées lyriques de l’ADI et de La Nation et aux fausses affirmations en tout genre, IOG se moque complètement du sport et de la jeunesse.

L’ADI et la Nation
ne manque pas une parution pour faire l’éloge du sport, des sportifs
et de l’action gouvernementale dans ce domaine.

C’est affligeant !
Prenez par exemple cet article paru dans Le Monde du 28 mai 2002. Djibouti
n’aura même pas le droit de voter pour l’élection du Président
de la FIFA, en raison de l’activité jugée inexistante ou
déficiente de sa fédération nationale. Il n’y a rien
à ajouter !!!

A la lumière
de cette confirmation on comprend encore mieux à la fois l’importance
et l’opportunité de l’action que mène actuellement le GED
afin de solliciter des aides internationales en faveur du sport à
Djibouti. Parce qu’IOG et ses sbires, s’en foutent éperdument
!! Comme d’ailleurs de l’Éducation ou de la Santé et plus
généralement du sort de tous les jeunes !

_____________________________

Deux candidats
pour un poste prestigieux –

(Extrait du Monde)
L’élection
du président de la Fédération internationale de Football
Association (FIFA) interviendra mercredi 29 mai, à Séoul
(Corée du Sud), lors d’un congrès ordinaire qui suivra un
congrès extraordinaire, convoqué la veille à la demande
de 44 de ses membres, pour débattre des accusations de gestion
financière déficiente qui agitent l’organisation.

La FIFA regroupe 204
fédérations ou associations nationales de football, un nombre
supérieur à celui des États reconnus (le Royaume-Uni
compte ainsi quatre fédérations pour l’Angleterre, le pays
de Galles, l’Écosse et l’Irlande du Nord). Sont membres de droit
les présidents des fédérations ou leur représentant
(le président de la Fédération française,
Claude Simonet, a ainsi cédé sa place à Michel Platini
pour ce congrès).

L’élection
du président a lieu tous les quatre ans.

Chaque
pays dispose d’une voix. Pour le scrutin de mercredi, cinq petites fédérations,
dont l’activité est jugée inexistante ou déficiente
– Afghanistan, Djibouti, Niger, Cap-Vert et l’île de Turks et Caïman-
n’auront pas droit de vote.

La présence
des représentants de la Corée du Nord et du Kenya n’était
pas assurée lundi 27 mai. Le nombre des votants devrait donc être
de 197 à 199, la majorité requise pour être élu
se situant à 99 ou 100 voix.

Deux candidats sont
en compétition.

L’actuel président
élu en 1998, le Suisse Joseph Blatter, 66 ans, et le Camerounais
Issa Hayatou, 55 ans, président de la Confédération
africaine et vice-président de la FIFA.

ARTICLE PARU DANS
L’EDITION DU MONDE du 28.05.02

03/06/02 Lancement d’un questionnaire pour évaluer les besoins des sportifs djiboutiens et de leurs associations. (Vu sur le GED)

Le GED a lancé
une campagne pour évaluer les besoins des sportifs et de leurs
associations en matière d’équipements sportifs, de tenues
pour les joueurs et les arbitres et de fournitures / matériels
administratifs pour la gestion quotidienne des Associations.

Nous saluons cette
intitiative, dans la mesure où elle permettra de rédiger
un mémoire final afin de solliciter des aides internationales,
pour venir en aide au milieu sportif qui a été complètement
ignoré et abandonné par le Génie de la Corne.

Nous comprenons bien
que ni Paulette, ni IOG ne peuvent s’occuper de tout à la fois
et il est bien heureux que le GED essaye bénévolement de
prendre le relais dans les domaines où il y a carence de l’autorité
et de la volonté des dirigeants.

Simplement le GED
aura-t-il la capacité et les ressources humaines pour élargir
ses zones d’intervention / de compétence, car le chantier nous
semble titanesque ! Il concerne les domaines du sport, de l’éducation,
de la santé, des finances, de la justice, de l’économie,
de l’emploi, de la démocratie, de la sécurité, de
la réhabilitation des zones rurales et de leur équipement
en écoles, dispensaires, des relations internationales en particulier
avec les pays voisins, ….. etc.. Bref tous les secteurs laissés
à l’abandon par Guelleh.

De son côté,
le couple présidentiel a déjà beaucoup de choses
à faire en ce moment. Citons par exemple : la construction de sa
route privée pour ne plus se mélanger au Peuple qu’il craint,
la préparation des insolentes festivités du 25ème
anniversaire, la vente d’armes dans la région et probablement discrètement
en Somalie en dépit de l’embargo international ( que vont découvrir
les enqêteurs internationaux à ce sujet ? Vont-ils regarder
les livraisons en provenance de Djibouti ?)
, l’aménagement
de leur ranch en Afrique du Sud, la recherche de nouvelles sources d’argent
frais pour pallier le tarissement des aides internationales, dont celles
de l’Arabie
. On peut citer en vrac, les ventes de Djibouti Télécom,
de la concession du port et maintenant de celle de l’aéroport,
le racket invraisemblable des commerçants et des sociétés,
le détournement des aides internationales, etc…

Nous encourageons
donc tous les dirigeants d’associations sportives djiboutiennes à
transmettre l’état de leurs besoins en utilisant le questionnaire
qui est mis à leur disposition sur le site du GED. Attention, si
le questionnaire semble complet, nous vous conseillons de bien le lire
avant et de ne l’envoyer que lorsque toutes les informations auront été
réunies. Car il y a du travail à faire, pour établir
la liste précise des besoins et pour la valoriser en Euro !!

Lien : http://www.gouv-exil.org/17_sport/test1.htm