Articles

23/02/02 Ordre des Brosses à Reluire. Nomination de Monsieur Wahib Ahmed Ben Ahmed.

Après
avoir lu le communiqué du MSR signé par Monsieur
Wahib Ahmed Ben Ahmed, nous avons été heureux
de proposer sa candidature au sein des Brosses à Reluire.
Il a été coopté à l’unanimité
et au premier tour de scrutin.

Pour
soutenir son dossier, nous avons sélectionné plusieurs
phrases qui montrent vraiment son désir de plaire à
tout prix à Guelleh et ce, au détriment même
des évidences.

Le
MSR, depuis sa création, a toujours respecté les
principes de liberté et de paix….


Une Paix que le MSR a pu défendre grâce à
son organe de presse, AL-NASR, créé le 26 décembre
1997 et qui jouit d’une grand liberté d’expression.

Il suffit de lire un exemplaire de ce canard pour comprendre
que Guelleh, même de méchante humeur, n’aurait
rien à redire ni à censurer. Beau travail de cireurs
de pompes.

Donc
fidèle à ses principes de liberté (c’est
lui qui le dit plus haut), le MSR a apporté son soutien
total et indéfectible à la victoire du Président
de la République.

Ohé
les gars, vous ne trouvez pas que vous en faites un peu trop
? N’y aurait-il pas une légère incohérence
dans vos propos ? Comment pouvez-vous dire que vous respectez
les principes de liberté et que vous vous êtes
engagés totalement pour IOG ? Vous ne trouvez pas qu’il
y a quelque chose qui est choquant ? *

Nous
si ! Et pour saluer ce bel élan de vituosité qui
tient de l’éliquibre magique, nous vous admettons dans
l’Ordre des Brosses à Reluire au grade de "Clown".


CLOWN

Médaille décernée à
Monsieur Wahib Ahmed Ben Ahmed
qui devra la porter à chaque fois qu’il rencontrera Guelleh
en témoignage de son attachement sans borne à
la dictature
et au régime des violations des Droits de l’Homme.

Nous
lui adressons nos plus sincères félicitations

*
Si ce point ne vous choquait pas, nous avons trouvé une
autre incohérence dans le fait que votre épouse
pourrait avoir demandé l’asile politique en Belgique
… Celui-là finira peut-être par vous choquer
un peu plus !

23/02/02 Alerte d’Alliance Arrey Djiboutienne du Canada au sujet de la création du site de SITTI

Nous
avons reçu ce message que nous publions à la demande
des auteurs et sous leur seule responsabilité.
_______________________________

Suite de l’annonce de l’ouverture du site Sitti ou Sittiland,
nous sollicitons la publication de cette réaction sous
notre seule responsabilité.

L’Alliance
Arrey Djiboutienne a decidé d’émettre une alerte
à l’occasion de l’ouverture du site de l’association
(Sitti-Canada)

En
effet, nous considérons que les principaux colloborateurs
sont des proches partisans du farouche régime dictatoriale
de Djibouti. Nous invitons tous les Djiboutiens et Djiboutiennes
à rester extrêmement vigilants face à la
propagande de cette Association-bidon, xénophobe et tribaliste
au plus haut point.

Le peuple Djiboutien n’a pas besoin de faire un retour au moyen-age
ni de se diviser. Notre pays traverse une situation dramatique
et désastreuse qui a été causée
directement par le régime du dictateur (IOG). Nous poursuivrons
notre lutte jusqu’à la restauration de la Démocratie,
le retour à la Liberte et à l’Egalite.

Nous
demandons à l’opposition Djiboutienne à l’étranger
de dénoncer les injustices et de reclamer les respect
de nos droits fondamentaux.

Vive le Peuple djiboutien
Vive la Démocratie et la Liberté
Vive l’Opposition djiboutienne

Nous souhaitons remercier Monsieur Schaal pour ses encouragements
et pour la part qu’il prend dans la lutte de notre peuple opprimé.
Merci encore.

23/02/02 Prochain remue-ménage dans les Ambassades de Paris et de Bruxelles ?

Nous
apprenons le probable et prochain départ de l’Ambassadeur
de Djibouti à Paris qui devrait être remplacé
par un fonctionnaire d’orgine Mamassan et proche de Guelleh.

L’Ambassadeur
à Bruxelles devrait aussi retourner au pays, mais à
titre de sanction. Guelleh, qui sait attendre pour exercer sa
vengeance, lui reprocherait la manifestation de Bruxelles. Cet
Ambassadeur se serait laissé intoxiqué par les
Associations qui avaient déclaré qu’elles renonceraient
à manifester ! Il s’était empressé de faire
passer l’information en urgence à Guelleh.

A son arrivée au Palais des Conférences, Guelleh
avait donc été fort surpris de constater le nombre
de manifestants et des pancartes et banderolles. . . qui étaient
là pour l’accueillir dignement . . . . Guelleh n’aime
pas les surprises et on peut imaginer que la carrière
de Son Excellence s’arrêtera bien vite maintenant.

Il
en avait gardé une vieille rancune à l’égard
de son Ambassadeur. Le remplacement pressenti serait d’origine
Afar.

Mais
attention : entre l’un d’eux (devinez lequel ?) et Gouled, il
y a des liens de famille par allaince et par nièce interposée.
Vers un risque d’agravation des mauvaises relations entre le
Palais de L’Escale et la Résidence d’ARTA ?

Question
subsidiaires : ces deux Ambassadeurs vont-ils prendre l’avion
pour retourner à Djibouti ou pour émigrer, au
Canada par exemple où ils ont de nombreux anciens collègues
qui les accueilleront et qui leur donneront tous les tuyaux
pour essayer de rouler les services canadiens de l’immigration
? Les paris sont ouverts !

23/02/02 Bulletin spécial N° 15 : notre bulletin spécial à l’occasion de l’ouverture du 2ème Festival Cinématographique Franco-Djiboutien.

Nous
avons réuni toutes les affiches préparées
par Roger Picon pour l’ouverture du 2ème Festival . Elles
sont disponibles en exclusivité mondiale, en cliquant
ici.

Une
série d’affiches inédites et parfaitement réussies.
A ne surtout pas manquer. Tous les fims de la semaine.

23/02/02 C’est quoi la <>? (Mohamed Qayad)

Il y a des
mots qui dégagent de prime abord une connotation positive
ou négative.

Le mot <<FrançAfrique>>
relève de la dernière catégorie, car pour
ceux qui ont regardé, ne serait-ce que de loin les relations
franco-africaines, ils ne peuvent s’empêcher de se
boucher le nez du fait de l’odeur nauséabonde qui
s’en dégage. Comment résumer toutes les pratiques
de ces relations en une seule formule ? C’est désormais
fait depuis la naissance du mot <<FrançAfrique>>
en attendant mieux.

C’est
le mot le plus explicite en la matière. Il y a cependant
une définition qui essaie de situer le noyau dure de
ces relations, elle a été donnée dans <<France-Cameroun,
croisement dangereux >> publiée par Agir ici et
Survie.

<<La
FrançAfrique>> désigne une nébuleuse
d’acteurs économiques, politiques et militaires,
en France et en Afrique, organisée en réseau et
lobbies et polarisée sur l’accaparement de deux
rentes : les matières premières et l’aide
publique au développement.

La logique
de cette ponction est d’interdire l’initiative hors
du cercle des initiés. Le système, autodégradant,
se régule dans la communication. Il est naturellement
hostile a la démocratie. Le terme évoque aussi
la confusion, une familiarité domestique touchant vers
la pauvreté.

Ce mot vient
d’être repris comme titre d’un ouvrage de François
Xavier Vershave (La FrançAfrique le plus long scandale
de la République).

L’auteur
qui connaît la FrançAfrique, pour en être
un des grands critiques, est un dirigeant de l’association
Survie, qui édite entre autres les <<Billets d’Afrique>>
et <<les dossiers noirs de la politique africaine de la
France>>. Il est par ailleurs l’auteur de complicité
de génocide ? La politique de la France au Rwanda>>(note
Paris, LA découverte, 1994), sans oublier son dernier
ouvrage NOIR SILCENCE qui arrêtera la Franceafrique ?

La FrançAfrique,
sous-titre <<le plus long scandale de la République>>
est riche. Il souligne trois lignes de force qui caractérisent
les relations franco-africaines: l’opacité de l’information,
les crimes dont les Africains sont toujours victimes, et les
complicités des régimes africains.

L’opacité
de l’information concerne en premier lieu la France dont
la population non-initiee ne sais rien sinon que la France<<patrie
des droits de l’homme>>, terre d’asile fait
beaucoup d’efforts pour le développement. de l’Afrique.
Cette ignorance est renforcée par le silence, le désintérêt
ou mieux les complicités des médias français
sur les problèmes touchant l’Afrique.

Aussi les
hommes des réseaux n’hésitent pas à
éliminer, y compris physiquement les Français
qui la gènent (Mme Borrel est là pour confirmer
mes dires).

C’est
un euphémisme de dire que le nombre de victimes africaines
est 5.000 fois supérieur à que ce que l’on
nous a dit. C’est ainsi que les Français ordinaires
ignorent l’implication de la France dans le génocide
de 1994 au Rwanda. Des massacres de nature genocidaire des Bamilikes
du Cameroun au début des années 60, que de nombreux
assassinats des hommes politiques africains, opposants, aux
préposés de la FrançAfrique ou membres
du réseau qui s’égarent sur le chemin de
l’indépendance.

Les crimes
de la FrançAfrique vont de l’élimination
physique (Felix Moumie, Tombalbay, Autel Bono, Sylvanus Olympio,
le juge Borrel , etc) à l’encouragement des guerres
civiles et conflits sociaux sur l’émancipation des
haines ethniques (Rwanda, Congo, Zaïre, Djibouti, Centrafrique
en passant par les crimes économiques qui ont plusieurs
formes, en premier lieu le pétrole (Cameroun, Congo,
Gabon et Tchad) l’encouragement du Biafra(1967-1970) afin
de disloquer le Nigeria et mettre la main sur le pétrole
Ces crimes politiques vont au-delà du pre-carré
francophone puisqu’ils concernent désormais l’Angola,
le Liberia, etc.

Les hommes
à la base de cette politique française peuvent
être regroupés en plusieurs catégories :
les Présidents, Premiers ministres et les officiels qui
tiennent un discours politiquement correct pour amuser la galerie(De
Gaule, Giscard d’Estaing, Mitterrand, Chirac).

La deuxième
catégorie visible, ce sont les ministres, les ambassadeurs
et ces Messieurs Afrique dont les membres sont souvent des criminels
recrutés à l’extrême-droite, afin d’éviter
qu’ils aient une quelconque sympathie pour les Africains.

Ils servent
des hommes à tout faire, des membres nobles du réseau
dont la crème était, Jacques Fauchait et une série
d’hommes intermédiaires. Les réseaux sont
cousus, noués dans les sociétés comme la
franc-maçonnerie et les Rose-croix. La troisième
colonne de la FrançAfrique est constituée des
complices, locaux qui participent aux destinées et à
l’avenir de leurs peuples et parfois de leurs continents.

La crème
fut Houphouet Boigny. De nos jours plus d’un sont toujours
à leur poste, défiant toute initiative démocratique
: Omar Bongo, Sassou Ngesso, Idriss Deby, Paul Biya, Charles
Taylor, Blaise Compaore, IOG. Le gros morceau Sani Abacha est
parti trop tôt.

Le régime
d’apartheid fut le plus solide associé de la France,
qui n’a jamais cru que ce régime allait disparaître.
C’est ainsi que le représentant de l’ANC à
Paris fut liquidé comme un poulet en 1987, il s’agissait
de Dulcie September.

A un moment
où ont eu lieu des procès en Assises comme celui
de Bob Denard, la crème des criminels de la FrançAfrique,
le jeu des ombres et des fausses lumières de la FrançAfrique
n’est pas prêt a tirer le rideau. Chaque fois on
parle de reformer, mais pourtant rien ne bouge. La droite comme
la gauche font front unie quand il faut couvrir, les crimes
en Afrique. C’est le ministre délégué
a la coopération de la<< nouvelle politique>>
de Lionel Jospin, en l’occurrence Charles Josselin qui
disait au sujet du Rwanda <<ce ne sont pas les Français
qui tenaient les machettes>>. Il oublie très vite
l’aide précieuse que les autorités françaises
et leurs militaires avaient apportée à un régime
agonisant.

23/02/02 DINI : la demande de renouvellement de sa carte de séjour en France a été rejetée par la France.

On
dit que Dini serait venu en France, il y a quelques semaines,
pour renouveler ses documents de séjour. Les Français
lui auraient opposé une fin de non-recevoir qui l’aurait
beaucoup affecté.

La
France estimerait qu’à partir du moment où Dini
a signé des accords avec Guelleh, il ne peut plus demander
à bénéficier d’un droit d’asile qui ne
se justifie plus. Logique, non ?

Pour
obtenir un prolongement de son titre de séjour en France,
il ne lui reste plus qu’à dénoncer les derniers
accords et à faire reprendre les armes aux résistants
du FRUD. Une situation tragique pour DINI : d’un côté
un pays qui menaçait de saisir ses biens immobiliers
s’il ne faisait pas la paix et de l’autre un pays qui ne lui
renouvelle pas son titre de séjour tant qu’il ne fera
pas la guerre.

23/02/02 J’ai effectué des recherches, ce n’est pas GPED mais GED. (Lecteur)

J’ai
lu l’appel concernant le GPED. Je ne suis pas d’accord avec
les autres lecteurs. Pour moi, il doit s’agir du GED. Je n’ai
pas encore beaucoup d’informations à ce sujet. J’en recherche
et dès que j’en aurai, je vous les adresse.