Articles

23/06/2013 (Brève 147) Le Président de l’ABED nous informe de l’invitation à assister le vendredi 28 juin 2013 à une soirée Festive placée sous le signe de « LA DJIBOUTIENNETE ». 

(Lien pour télécharger l’invitation -PdF)
Lien pour télécharger l’annonce de la soirée (jpg)

« Dans le cadre de la célébration du 36ème anniversaire de l’accession de Djibouti à la souveraineté internationale le 27 Juin 1977, l’association Belgique-Djibouti – ABED organise le vendredi 28 juin 2013 une soirée Festive placée sous le signe de « LA DJIBOUTIENNETE« . 

Dans ce contexte, une invitation à cette fête vous est envoyée en pièce jointe.

Dans cette actualité fort alarmante, cette initiative culturelle vise à rapprocher les Djiboutiens de la diaspora, quelques soient leur opinion politique, leur statut social ou leur origine, en même temps qu’elle permettra aux Belges et aux amis de Djibouti de découvrir quelques aspects de la richesse culturelle de Djibouti.

Merci de nous confirmer votre présence. Bonne fête. »

23/05/02 L’ARDHD dérange Guelleh et ses proches ! Des faux-opposants, en réalité liés à Guelleh, se sont révélés à cette occasion.

Dans
les faits ils contribuent surtout à faire augmenter le taux
de consultation du site.

La forte augmentation
du taux de consultation de notre site : plus de 12.000 pages certains
jours, prouvent son impact non seulement auprès des Djiboutiens,
mais aussi de la communauté internationale.

Dans ces conditions,
il est évident que nous dérangeons le régime
dictatorial et sanguinaire de Guelleh, car :

– nous dénonçons
toute ses magouilles (financières, traffic d’armes, détournement
de fonds),

– nous alertons
sur toutes les violations des D.H. commises par le régime,

– nous permettons
aux opposants Djiboutiens de s’exprimer librement.

Tout cela a un
prix bien sur. Nous sommes sans cesse agressés par les proches
de ce pouvoir monstrueux. L’envoi systématique de Virus (ci-dessous)
est un exemple. D’autres nous adressent des injures ou des menaces.
Et elles se multiplient en ce moment , parce que le site est bien
informé par les Djiboutiens que nous remercions à cette
occasion et que nous pouvons donner des informations précises.

Cette campagne
d’attaque a un grand mérite : celui de faire tomber certains
masques. Il se trouve que des personalités qui avaient été
considérées (à tort) comme des opposants, se
révèlent à cette occasion. Quel intérêt
auraient-elles à attaquer l’ARDHD et ses animateurs, si ce
n’est de tenter maladroitement de les décrédibiliser
pour servir les intérêts de Guelleh.

Pour nous cette
révélation a été un choc ! Mais il faut
avoir le courage de regarder la vérité en face et d’accepter
le seul constat possible : parmi les opposants déclarés,
souvent issus de la diplomatie djiboutienne (qu’ils ont quitté
après avoir détourné des fonds), on découvre
des faux-opposants qui interviennent pour le compte de Guelleh. Certains
ont donc réussi pendant des années à tromper
le monde … Mais les positions s’éclaircissent et s’affirment
: il est évident qu’on ne peut plus leur faire confiance. Nous
recommandons la plus grande méfiance à leur égard
!

On les remercie
quand même, car grâce à leurs interventions, le
taux de consultation du site monte d’une façon spectaculaire
depuis deux semaines. Ils contribuent largement à faire une
publicité ‘tapageuse’ qui n’a pas que des inconvénients.

La preuve ! Augmentation
de la consultation et mise en évidence de l’impact de notre
action en tant que force d’opposition et d’information.

22/05/02 L’ARDHD attaquée par une vague de Virus depuis une dizaine de jours. Qui les émet ? La direction générale de Djibtel, semble-t-il !!!

Depuis une dizaine
de jours nous sommes assaillis littérallement par une vague
de virus de la famille W32 KLEZ. Nous vous rassurons tout de suite
car nous bénéficions d’une double protection, tant chez
notre hébergeur que sur nos systèmes et ces virus s’arrêtent
à la porte où ils sont rejetés sans pitié.

Devant la recrudescence
et pour étayer la plainte que nous avons déposée
au Commissariat de Police pour manoeuvres volontaires ayant pour objet
de détruire des informations, nous avons été
conduits à rechercher l’auteur ou les auteurs.

Au départ
cela semblait impossible, car les noms des expéditeurs étaient
toujours différents. Mais en concertation avec notre hébergeur
et les services spécialisés de la Police, nous avons
trouvé l’origine des messages. Oh surprise !

Ils sont tous
émis à l’origine par deux adresses :

dg-djibtel@intnet.dj
(en majorité) et pdip@intnet.dj.

Sauf erreur de
notre part, il ne pourrait s’agir que de la direction générale
de Djibtel …. On peut même vous donner le numéro de
série de la carte réseau du PC qui a envoyé ces
messages. Chaque carte à un numéro unique.

Alors là,
chapeau pour la déontologie ! Nous savions que les méthodes
de Guelleh et de ses sbires étaient honteuses, maintenant nous
avons la preuve qu’elles sont pitoyables.

Nous prévenons
les auteurs, officiellement, que nous ne poursuivrons pas notre plainte,
qui a été prise très au sérieux par la
Police française (qui traque ce genre de délit en col
blanc), à la condition qu’ils stoppent immédiatement.
Sinon la plainte sera réactivée dans l’heure. De toutes
les façons, ils feraient mieux de s’occuper des activités
pour lesquelles ils sont payés !

Par ailleurs et
au fond, nous avons tout lieu de nous réjouir, car en agissant
ainsi, ils nous livrent, sur un plateau, la preuve évidente
que nous dérangeons Guelleh, puisque nous diffusons la vérité
sur son régime …Et cela ne nous attriste pas !

Nous conseillons
à tous les opposants actifs de bien se prémunir contre
cette nouvelle forme de combat grotesque que Guelleh a imaginé.
Norton Anti-Virus règle bien le problème.

Deux exemples
parmi des dizaines :

1 – Client: MailMonitor
for SMTP v1.0.1a

Email data:
Sender: <dg-djibtel@intnet.dj> (emetteur)
Recipient(s): <titane@titane.tm.fr>

Problem description:
Email data:
MessageID: <200205221417.RAA04262@bow.intnet.dj>
From: webmaster <webmaster@djibnet.com> (nom
d’emprunt)

To: titane@titane.tm.fr
Cc:
Subject: Cette fen
Scanning part []

Scanning part
[]
Virus identity found: W32/Klez-G

2 – Client: MailMonitor
for SMTP v1.0.1a

Email data:
Sender: <pdip@intnet.dj> (Emetteur)
Recipient(s): <schaal@ardhd.org>

Problem description:
Email data:
MessageID: <200205220752.KAA23757@bow.intnet.dj>
From: info-mail <info-mail@voila.fr> (nom
d’emprunt)

To: schaal@ardhd.org
Cc:
Subject: Worm Klez.E immunity
Scanning part []

Scanning part
[]
Virus identity found: W32/Klez-G

21/05/02 25 ANS DE VIOLATIONS ET DE MEPRIS, ET APRES ? (par FREEMAN)

Jour après
jours, les informations en provenance de la Corne de l’Afrique
n’augure pas l’avènement d’une nouvelle ère de paix,
mais plutôt l’entrée imminente dans une forte période
de turbulences.

Il y a quelques
semaines, nous avons souhaité attirer l’attention de la
communauté internationale sur les objectifs inavouables
de Ismail Omar Guelleh à Djibouti et auprès des
pays voisins.

Sa stratégie
est d’une simplicité machiavélique : allumer plusieurs
foyers de tensions dans la région pour d’une part, leurrer
la communauté internationale en se plaçant comme
le seul Président de la Corne, hardent défenseur
de la paix. En somme, un remake de la conférence d’Arta.
IOG souhaite ainsi faire main basse sur le probable pactole en
direction des pays limitrophes, ainsi que de leurs réfugiés.
Pour ce Monsieur, il n’y a pas de "petits profits" et
tous les moyens sont bon pour renflouer les caisses vides de sa
tirelire.

Ces contre
feu allumés, IOG espère ainsi avoir la mansuétude
de la communauté internationale sur les crimes économiques
et les violations quotidiennes des droits de l’Homme commis dans
sa "République privative", la RDD-SA.

Les récentes
tentatives avortées pour rallumer les vieilles rancœurs
entre les différentes communautés du pays, IOG s’empressent
alors pour aller semer la zizanie et la discorde au sein des pays
voisins.

Aujourd’hui,
Nous souhaitons attirer la vigilance de nos compatriotes, de la
communauté internationale et des pays voisins sur la politique
aventurière et hasardeuse dont est porteur Ismail Omar
Guelleh. C’est l’option de la politique du pire. Cette politique
qui n’engendre que morts, misère et désolation.

Ismail Omar
nous a déjà gratifié de son expertise de
semeur de misère et désolation. Il souhaite nous
convaincre qu’il est capable de mieux comme par exemple la mort
à une échelle régionale!

Certaines
informations alarmantes font état de grands mouvements
de marchandises d’armes entre l’Afrique du Sud et Djibouti. Ces
informations viennent conforter l’image d’IOG en tant que trafiquant
d’armes. On sait déjà par exemple que la Sté
COMAD (Sté maritime propriété d’IOG via le
juge SAAD) a été lancé pour faciliter le
trafic d’armes, de faux dollars et autres matières illicites.

Il se dit
même qu’IOG s’est porté acquéreur d’une manufacture
d’armement en Afrique du Sud. En résumé, nous avons
l’équivalent d’un Al CAPONE à la tête du pays.
C’est ce qui aurait pu nous arriver de pire. Et c’est entrain
de se concrétiser jour après jour!

De grâce,
mobilisons nous pour contrecarrer cette politique machiavélique
dont l’objectif premier est la pérennisation d’un régime
agonisant.

Comme tout
dictateur en fin de règne, IOG peut être dangereux
pour les djiboutiens et pour toute la région. En effet,
les dossiers (affaire Borrel, Attentat du Café de Paris,
tortures et autres disparitions etc ..), récents articles
dans la presse internationale ( voir article du Nouvel Observateur),
les enquêtes diligentées par la Communauté
Européenne sur les détournements des aides octroyées
et surtout l’arrivée imminente et dérangeante en
Europe d’un transfuge (ex pilier du régime IOG) commence
à semer la terreur dans les sphères glauques du
pouvoir Guelliens.

Les rats s’agitent
frénétiquement, se heurtent la tête contre
le mur et veulent quitter le navire à n’importe quel prix.
Pour preuve que le compte à rebours est déjà
lancé, certains "in-dignitaires" du régime
Guelleh ont commencé à envoyer familles et parents
à l’étranger, loin du danger et de la colère
du "peuple en guenilles".

Comme les
peuples aiment beaucoup les symboles, les djiboutiens vont-ils
choisir la date anniversaire des 25 ans d’indépendance
pour montrer leur rejet catégorique du régime maffieux
et liberticide de Ismail Omar Guelleh. Les djiboutiens vont-ils
se lever comme une seul homme pour dire assez à ce régime
corrompu, pour dire assez des violations quotidiennes de leurs
droits les plus élémentaires, assez de voir sacrifier
et hypothéquer l’avenir de leurs enfants, assez à
l’hémorragie infliger aux caisses de l’état, assez
à la paupérisation galopante de toutes les classes
sociales du pays, assez à la confiscation d’un pays entier
au profit d’une famille et d’un clan, assez au mépris dont
ils font l’objet et pour dire leur soif de libertés , de
dignités et d’humanités……………..etc….

J’espère
franchement que ce jour est proche et même très proche
car en 25 ans, je pense que nous avons subi le pire. A moins qu’il
nous réserve autre chose !

FREEMAN

21/05/02 Guelleh renforce son potentiel de négoce d’armes. Avec quel argent ? Dans quel but ?

Guelleh,
traficant d’armes reconnu dans la région, passe à
une nouvelle dimension. Il devient fabricant en Afrique du Sud
grâce aux aides internationales qu’il détourne et
importateur à Djibouti.

Une information
vient de nous parvenir selon laquelle Ismaël Omar Guelleh
aurait acquis récemment une unité de fabrication
d’armement en Afrique du Sud.

Le Général
ZAKARIA et le Colonel OSMAN NOUR SOUBAGLEH accompagneraient quatre
rotations aériennes hebdomadaires
avec des Tupolev.

Les munitions
fabriquées seraient de type 7,62 (pacte de Varsovie ) pour
AK 47 – RPG …ainsi que des mortiers de 260 de conception initiale
chinoise.

La question
est de savoir pourquoi les vols s’effectueraient de nuit ? Les
avions sont parqués ensuite pour être déchargés
à proximité du hangar de la Présidence djiboutienne
à l’abri des regards.

Dans
quel but ?

Qui sont les clients ?
Ces munitions pourraient-elles être destinées à
approvisionner les forces du régime de Somalie et celle
d’Érythrée.

Dans la situation
actuelle rien n’est impossible.

Avec
quel argent ?

L’acquisition de cette fabrique d’armes n’a pu être réalisée
qu’avec l’argent des contributions européennes et internationales.
Bel et nouvel exemple de détournement des aides…. prévues
à l’origine pour venir en aide à la Population civile.
Et qui va encaisser les bénéfices, certainement
énormes, qui seront générés par ce
nouveau commerce ? Devinez !

Le contribuable
européen et français généreux, va-t-il
continuer à financer indéfiniment les frasques,
les délirs de Guelleh (chateaux, voitures blindées,
comptes en Suisse, en Australie) et surtout la fabrication et
la diffusion d’armes de guerre dans la région. On sait
que tous les conflits commencent comme cela.

Il serait
peut-être temps que la France demande de mette un terme
à cette dictature qui asservit le Peuple, qui ruine le
pays, qui viole des Droits de l’Homme et qui sème désormais
les germes de la guerre dans toute la Corne de l’Afrique en approvisionnant
largement les bélligérants potentiels en armes et
en munitions

21/05/02 LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE LA COUR SUPREME DU TRUBUNAL DE DJIBOUTI POUR POSER DES QUESTIONS PRECISES SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES 0 DJIBOUTI (LDDH)

Le Président


Djibouti le 11 MAI 2002


Monsieur le Président,

C’est un honneur
pour nous de suivre avec un grand intérêt les différentes
Décisions de la Chambre des Comptes.

En effet,
l’une des actions pour freiner les détournements effrénés
des fonds publics est celle des Enquêtes à caractères
judiciaires sur la gestion publique, Enquêtes qui doivent
être diligentées par votre Juridiction.

En cette période
pré-électorale, permettez-nous, Monsieur le Président
de vous saisir en attirant votre aimable attention sur la situation
financière désastreuse, et sur la gestion de l’Assemblée
Nationale, qui laisse franchement à désirer.

Il est important
que la gestion financière du Pouvoir Législatif,
Pouvoir qui en principe est chargé des enquêtes parlementaires,
qui est chargé du contrôle de la bonne gestion des
deniers de l’Etat, il est important que la gestion financière
du Législateur soit exemplaire ; ce qui actuellement ne
semble pas être le cas.

Face au manque
total de transparence de la gestion et des finances de l’Assemblée
nationale, face au manque total de contrôle de la gestion
et des finances du Pouvoir législatif, face à l’incompréhensible
secret qui entoure l’exploitation financière ainsi que
la gestion administrative suite à l’Autonomie financière
du deuxième pilier de l’Etat, face au prochain renouvellement
des membres de l’Assemblée nationale :


  • il est plus que souhaitable, avant la dernière session
    budgétaire de cette législature, avant les vacances
    Judiciaires, avant novembre 2002,


  • il est plus que souhaitable, que votre Haute Juridiction fasse
    un état des lieux sur le plan financier, que votre Haute
    Juridiction enquête sur la gestion administrative et financière
    du Président et du Secrétaire Questeur du Bureau
    de l’Assemblée Nationale, que votre Haute Juridiction
    prenne les mesures adéquates qui s’imposent.

A notre connaissance,
et depuis que l’Assemblée Nationale jouit d’une complète
Autonomie financière, à part le Président
et probablement le Secrétaire Questeur, personne d’autre
à notre connaissance n’a le droit de connaître et
aucune Instance, aucune Commission Parlementaire n’a le droit
d’approuver ou de désapprouver par vote les dépenses
effectuées ou réalisées, dont le montant
global est, chaque année, prévu par le Budget prévisionnel
de l’Assemblée Nationale,

Les comptes
financiers des dépenses du Gouvernement sont soumis et
approuvés d’abord par les membres du Gouvernement avant
d’être inclus d’une manière globale dans le Projet
de Loi du Compte Définitif du Budget de l’Etat.

Quant aux
dépenses financières engagées par le Président
et/ou par le Questeur, elles ne sont ni approuvées, ni
soumises à la vérification et aux votes des députés
ou tout au moins de la Commission des Finances de l’Assemblée
Nationale.

Dépenses
financières des fonds de l’Etat, qui ne font plus l’objet
d’une Loi, d’une Résolution ayant force de Loi.

C’est la porte
grande ouverte à toutes les formes de gabegies ou détournements
effrénés des fonds publics, des impôts des
citoyens djiboutiens et étrangers.

A notre connaissance,
seuls deux hommes politiques décident l’engagement des
dépenses, donnent des ordres aux fonctionnaires comptables
d’exécuter telles ou telles dépenses, de suspendre
les indemnités de tel parlementaire ou tel fonctionnaire
et de l’utiliser (par exemple) pour l’achat des nouvelles moquettes,
ou d’une nouvelle 4×4 (grosse cylindrée à la mode).

Seuls deux
hommes politiques gardent dans le plus grand secret toutes les
dépenses des deniers publics et des biens sociaux, dépenses
engagées par eux deux seulement, dépenses qui restent
sans contrôles et sans aucune Résolution adoptée
par des parlementaires.

Toutefois,
et afin de vous faciliter la tâche il nous paraît
urgent de se poser un certain nombre de questions, qui nécessitent
l’urgence à procéder à une enquête
Judiciaire indépendante comme la vôtre, dans l’unique
but que celui d’avoir le cœur net, et dans les uniques soucis
que ceux de mettre fin aux rumeurs et aux impunités.

Questions

Est-ce vrai
:

– Que depuis
un certain temps l’autonomie financière de l’Assemblée
Nationale est bloquée par le Trésor ?

– Que les
chèques au nom de l’Assemblée Nationale et signés
par le Président sont systématiquement rejetés
par les Banques de la place sur ordre du Trésor National
?

– Que des
chèques de l’ordre de 250 000FD à 400 000FD ont
été émis en faveur de vendeuses de KHAT ?
Si ceci est vrai, quel scandale !

– Il est
très facile à la Chambre des Comptes de vérifier
auprès des Banques de la place tous les chèques
émis et signés soit par le ou les comptables, soit
par le Président de l’Assemblée Nationale Monsieur
Said Ibrahim Badoul, ceci depuis que l’autonomie financière
est devenue effective.

– A combien
se chiffrent actuellement les découverts des comptes au
nom de l’Assemblée Nationale ou au nom de son Président
?

– Pourquoi
des retards dans le paiement des indemnités parlementaires
qui sont pourtant périodiquement versées par le
Trésor et la Banque Nationale ?

– A quoi
ont été utilisées les indemnités des
cinq mois non payés ?

– Est-ce
que les fonctionnaires de l’Assemblée Nationale ont aussi
un retard dans le paiement de leurs salaires de cinq à
six mois ?

– Est-ce
vrai que les cotisations en suspens auprès de l’UNION INERTPARLEMANTAIRE
(UIP), D’ AFRIQUE CARAIBES PACIFIQUE (ACP), etc. … depuis
1993, n’ont pas été régularisées ?

– Est-ce
vrai que depuis ces dernières années, depuis que
les cotisations ne sont pas honorées, les députés
djiboutiens qui se rendent aux Conférences de ces Organismes
Internationaux ou Régionaux, que nos députés
n’ont pas droit à la parole encore moins aux votes ?

– Alors
c’est à se demander pourquoi se rendre à de telles
Conférences, pourquoi toutes ces dépenses, alors
que l’on ne sert à rien ? Alors que les participations
de nos députés ne servent strictement à rien,
puisqu’ils n’ont rien à faire là-bas.

– Alors
pourquoi toutes ces dépenses inutiles ? Dépenses
qui s’élèvent en moyenne entre deux mille et trois
mille dollars US par personne.

Monsieur
le Président,

Il serait
hautement appréciable, que subsidiairement à votre
enquête financière, qu’une étude soit faite,
si possible, sur les différentes violations tant sur le
plan administratif, que sur le plan des procédures législatives.

Ayant personnellement,
une assez bonne connaissance par expérience du fonctionnement
de la Machine Administrative de l’Auguste Assemblée Nationale,
ainsi que de certains rouages des procédures législatives,
je peux vous affirmer mon entière disponibilité
à votre égard, pour vous apporte ma modeste contribution.

Permettez-moi,
Monsieur le Président de vous témoigner mon entière
solidarité à votre égard et à l’égard
de tous les membres de la Chambre des Comptes, dans votre noble
combat visant à mettre fin à l’Impunité,
aux Détournements des Fonds Publics, à la Corruption
en République de Djibouti.

La sévérité
et l’efficacité de vos Jugements seront sans aucun doute
appréciées par le Chef de l’Etat, par toutes les
personnes éprises de Justice, par l’ensemble des contribuables
djiboutiens.

La sévérité
et l’efficacité de vos Jugements mettront inéluctablement
un sérieux coup de frein aux irresponsabilités de
bon nombre de nos Hauts Décideurs.

Avec mes
sentiments déférents.

Jean-Paul Noël ABDI

Pour Information
:

Le Ministre
de la Justice chargé des Droits de l’Homme
Mme K. ABEBA Présidente de la Cour Suprême

21/05/02 Radio-trottoir en pleine forme cette semaine ! Une émission spéciale qui réjouira dans les foyers ! On vous dira tout sur toutes les magouilles du pouvoir !

ISMAEL
OMAR GUELLEH ET LES BARBELES DE L’APARTHEID…

DES KILOMETRES
DE FILS DE FER BARBELES …
…LES ELECTIONS LEGISLATIVES ET COMMUNALES…
DEJA BARBELEES…DEJA VERROULLEES…

RADIO TROTTOIR
EST A L’ECOUTE POUR VOUS !

Oui mais, ou 8
mai – Jour J- jour du troisième anniversaire à la tête
du combat pour la réhabilitation financière et de la
reconstruction massive de Mogadiscio ( reconstruction qui devrait
rapporter gros et transiter par un compte sous le contrôle direct
du PARRAIN), jour de souvenir et de bilan de trois ans d’intronisation
du sieur Ismael Omar.

Dans la nuit du
8 au 9 mai 2002, " la populace djiboutienne " a eu droit
à un discours fade, à un bref discours radio télévisé,
mais vraiment médiocre, à un discours " cool "
et plein d’inquiétudes car à aucun moment les "
succès de la Conférence d’Arta sur la création
définitive, d’un Gouvernement Somalien " n’ont pas été
fanfaronnés par le PARRAIN du Gouvernement de Transition de
Mogadiscio.

Pire encore, le
PARRAIN Ismael Omar a eu le culot de dire aux électeurs djiboutiens
: " Waa jabnay iyo maa nu jabin, midna la ma oron karo "

( on ne peut pas dire : " qu’on a essuyé une défaite
ou qu’on n’a pas subit de revers ").

Quel choc d’entendre
cette alternance !

Pourquoi cette
déroute dans les esprits des djiboutiens ?

Dans les esprits
des djiboutiens, qui commencent à en avoir marre et ras le
bol de ce régime qui s’enrichit avec l’argent public, qui s’enrichit
directement sur le dos des travailleurs et des retraités djiboutiens,
qui s’enrichit par des rackets sur les commençants et entrepreneurs
djiboutiens non parrainés, qui s’enrichit sans vergogne sur
les facilités à l’aéroport et au port, facilités,
qui ont été et sont accordées aux Forces Armées
de la Hollande, de l’Allemagne, des Etats-Unis, de l’Espagne, demain
de l’Italie et de " tutti quanti " .

Régime
qui s’enrichit pour mieux se maintenir , et épater les représentants
les pays amis et des organismes internationaux surtout " l’inconditionnel
" PNUD ; ( n’est pas Madame la responsable locale, et membre
influente du Cabinet du Parrain ?).

Comment expliquer
les dépenses non justifiées, les dépenses faramineuses
et occultes, les dépenses criminelles, les dépenses
effrénées et sans contrôles ni par le Tribunal,
ni par aucune autre instance nationale ou internationale, dépenses
irréversiblement encouragées par le silence de la Communauté
Internationale ?

– alors que la
République de Djibouti vient juste de sortir d’un conflit armé
interne,
– alors que les populations djiboutiennes n’ont pas eu encore le temps
de panser leurs plaies et leurs cicatrices encore béantes.

Un Audit international
s’avère plus que nécessaire et urgent.

Car il est plus
qu’urgent de mettre fin, au titre de la prévention des conflits
armés et des conflits sanglants entre les civiles, il est urgent
de mettre fin à ce genre de politique qui consiste à
dire : " il faut affamer le bas peuple pour mieux régner
" pour mieux se maintenir au pouvoir, pour mieux contrôler
le peuple de cette République.

Au vue et aux
sus de tous, le régime du Parrain de Mogadicscio, soumet aux
citoyens djiboutiens une surveillance policière à outrance,
le peuple djiboutien est plus que jamais quadrillé vingt quatre
heures sur vingt quatre, quadrillé par une Police Politique,
qui grossit de jour en jour, déjà plus de sept mille
femmes en dhiric (boubou pour femme) et trois fois plus d’hommes en
fouta (demi boubou pour homme) .

Mais d’où
vient tout cet argent, alors que l’on est dans la dèche officiellement
?

Est-ce que, toutes
ces dépenses occultes, criminelles et illégales sont-elles
approuvées et encouragées par le FMI et la Banque Mondiale
?

Si c’est non alors
pourquoi , alors pourquoi le silence, SILENCE QUI TUE à Djibouti,
pourquoi le silence du FMI et de la Banque Mondiale souvent en mission
en République de Djibouti ?

Mais une seule chose est très sûr : seuls des dirigeants
mafieux peuvent répondre à cette question sur les dépenses
flagrantes, ces dépenses objectivement mafieux ! D’autant plus
que leurs objectifs consistent à dépouiller les citoyens
djiboutiens avec des méthodes qui s’aggravent de jour en jour
; à dépouiller de plus en plus le peuple djiboutien,
dans l’intention malsaine de lutter contre la pauvreté en aggravant
cette dernière, en aggravant effectivement la pauvreté
en République de Djibouti et ceci contrairement au programme
des Nations-Unis.

Le film d’Honorin
est d’actualité avec ce nouveau titre : " République
en Uniforme et Police Politique en dhiric et fouta ".

Il faut bien comprendre
que sans uniforme, sans dhiric et fouta pour la police politique de
proximité, alors impossible de prévoir les risques de
soulèvements, impossible d’étouffer les colères
des jeunes, des chômeurs, de toutes les couches sociales opprimées
et durement exploitées.

Si cela s’appelle
dans certaines chancelleries : " avoir la situation politique
bien en main ", alors quelle catastrophe, et quelle étroitesse
d’esprit, d’autant plus que les populations de ces chancelleries ne
seront nullement épargnées, à cause : des soutiens
visibles que ces chancelleries apportent au régime d’IOG.

Comme dit la chanson
" tout le monde sera bombardé "

Alors certainement
et loin de là, les populations de ces chancelleries ne seront
nullement épargnées par les séismes et les volcans
populaires.

Les répressions
violentes ou autres formes de répressions, à moyens
et longs termes, ne servent strictement à rien, bien au contraire,
elles ne peuvent que s’intérioriser, elles accumulent inévitablement
les hantises de la haine et de la vengeance.


Radio Trottoire s’est renseignée auprès du " Underground
Information Center " Centre sans adresse, ni bureau, ni domicile
fixe. Ci-après, le rapport strictement secret et introuvable.

I ) LA TRIBUNE
DE 680 MILLIONS DE FRANCS DJIBOUTI
LES 25 ANS D’INDEPENDANCE. " IL FAUT ROULER, IL FAUT CASSER,
IL FAUT DANSER ".


Chers collaborateurs, " jubilons ensemble " des massacres
financiers, que nous perpétrons avec courage à l’encontre
de nos citoyens qui demeurent amorphes, qui ne réagissent pas,
accentuons ces massacres, via les finances de l’Etat, alors qu’ils
sont encore sous les effets de la peur ;

hé, hé
" bouffons, raflons " au maximum toutes les recettes des
impôts dans la lubricité, avant qu’il ne soit trop tard
; amassons le plus d’argent avant les prochaines, avant les six mois
qui restent des élections législatives et communales
(on ne sait jamais en politique : mieux vaut tôt que jamais)
. (Pensées politiques du parrain IOG atteint mental de paraphrénie).

Aux dires des amis du Parrain des Comptes en faveur du Gouvernement
d’Arta, il se réserve pour le Jubilé du vingt cinquième
( 25ème ) anniversaire du jour de l’indépendance de
la République pour laquelle il avait si " vaillamment
COMBATTU MAIS AUX COTES DES FORCES DE REPRESSIONS COLONIALES, AUX
COTES DES FORCES DE LA POLICE COLONIALE ".

Oui, unique dans
son genre, et ironie du sort, en pleine crise financière, alors
que les travailleurs djiboutiens sont encore sans salaires depuis
six mois, alors que les retraités sont complètement
dépouillés par la mafia aux ordres d’Ismael Omar Guelleh,
l’équipe des mafieux vont se payer le luxe, avec une bagatelle
de 680 millions de francs djibouti, le luxe d’un défilé
militaire avec sa nouvelle Garde pléthorique extraordinairement
surarmée.

Avec ces 680 millions
de FD et d’après des ingénieurs des TP la totalité
des axes routiers de la capitale serait totalement rénovée,
( en un temps record) en particulier la route de Venise, la route
de Nelson Mandela, la route de Gamal Abdoul Nasser, le Boulevard de
Gaulle, et l’ancienne route des Issas et celle de Zeila).

Il est prévisible,
que le 27 juin 2002 sera excessivement chaud , avec des applaudissements
à massacrer les mains sales.

Les 680 millions
de FD seront destinés surtout pour financer l’autoroute de
1500 mètres seulement, l’électrification pour les sons
et lumières, la formidablement majestueuse tribune avec fauteuil
anti-balles. D’après un baron de la pègre-mafia cette
tribune ne sera pas vitrée, ne sera pas climatisée (signe
de courage).

Le défilé
sera grandiose avec l’ensemble des " mujahiddins " de la
Garde pléthorique de " César " , le "
grand César " qui va bientôt conquérir la
Corne de l’Afrique, qui va s’étendre et étendre son
pouvoir de Loyada à Kismayo, de Galafi au Lac Tana, de Keren
à Moyaleh.

Vive César
! César est mort !

Chantons tous
en cœur, en chœur : " C’est toi ma petite folie, toi
ma petite folie, mon petit grain de fantaisie, toi qui bouleverse,
toi qui renverse… ".

II
) ATTENTION ! ATTENTION ! LES BARBELLES SONT ENTRE LES MAINS DU PARRAIN
ISMAEL OMAR GUELLEH !

LES FILS DE
FER BARBELLES EN PROVENANCE DE L’AFRIQUE DU SUD SONT BEL ET BIEN LA
!

Après le
8 mai, après avoir endormi " la populace " par un
discours sans éclat, sans aucune " démagogie "
une semaine après qu’un cargo en provenance de l’Afrique du
Sud alimenta les Forces pléthoriques d’armement moderne, et
en priorité (c’est la première en grosse quantité)
plus d’une dizaine, pour ne pas dire des dizaines de containers de
fils de fer barbelés et une petite quantité importante
de chapelets de mines anti-personnelles (le secret militaire oblige
des nuances dans le langage).

Il semblerait
qu’un grand nombre de containers seraient restés bloqués
dans le navire. Interdiction de dernière minute.

Il semblerait
aussi, que les mines anti-personnelles seraient destinées à
assurer une ceinture de sécurité le long de la frontière
avec le Somaliland, spécialement à travers les pistes
empruntées par les chameliers, par les nomades, qui ne cessent
de ,transhumer constamment.

En fait, ce n’est
pas les nomades qui sont visés, (d’ailleurs tant pis pour eux
car ils refusent de collaborer avec la police des frontières).
En fait, sont directement visées toutes les personnes qui font
la contrebande, ou assistent, accompagnent les contrebandiers. "
Ces sales contrebandiers, qui osent encore amener des cigarettes Bensons,
en concurrence frauduleuse avec la puissante trans-régionale
Boreh-IOG"

D’abord il est
exigé, pour les armements mécanisés, de faire
preuve de patience, car les hélicoptères et les chars
c’est pour bientôt, d’autant plus que l’on ne sait jamais ce
que trame le vieux Ahmed Dini , et surtout attention, l’on doit être
prêt militairement car l’alliance Kadami et Meles çà
ne sent pas bien.

Attention , il
ne faut pas sous-estimer ce Kadami, avec ses théories dogmatiques,
il est malin et mine de rien c’est un diplomate spécialiste
en renversement des situations, et dans les recentrages de alliances.
Avec lui, il faut être prêt à tout.

En attendant il
y a urgence. " Les élections législatives et communales
sont fin prêtes, les listes électorales bien maquillées
nous donnent d’office 67% en notre faveur, nous pouvons dire que nous
avons techniquement gagner les élections, la Commission Nationale
Electorale Indépendante verra le jour après le mois
béni du Ramadan, (comme cela, il sera impossible de vérifier
les listes électorales), et les Partis politique n’auront que
deux mois en plus du mois béni du Ramadam.

Comme temps, c’est
largement suffisant pour tout faire, tout réaliser, tout commencer
à zéro, n’est-ce pas ? ".

Enfin on devrait
se dire la vérité, car après tout, nous sommes
devenus experts en matière de fraudes électorales, et
de détournements de l’Argent publics.

Ceci en toute
conformité avec le vieil adage : " qui vole un œuf,
volera un bœuf " ce qui équivaut à dire :
" ceux qui volent les élections , voleront les deniers
publics, ceux qui volent l’argent des caisses de l’Etat voleront les
bulletins des urnes ".

Un voleur n’a
pas de limite sauf lorsqu’il se retrouve en prison.

En attendant , il faut penser à tout surtout à notre
sécurité en cas de pépin , en cas de soulèvements,
et les barbelés soutirés d’un vieux stock de l’Apartheid
sont arrivés à point. ?

IL
SUFFIT MAINTENANT A S’ENTRAINER A CONTRUIRE ILLICO DES CAMPS DE CONCENTRATIONS.

Toutefois, il est apparu un fait regrettable, à savoir le hic
qui existe entre les stratèges de l’Etat Major des Forces pléthoriques.
Ce hic consiste en :
" le lieu d’emplacement du ou des camps de concentrations ; ou
et quand faut-il créer des hangars de stockages pour aliments,
et à qui donner le marché de la construction et celui
du ravitaillement ; à qui confier le poste de commandement.

Dernière nouvelle, quant aux containers bloqués dans
le navire, les containers interdits aux déchargements, là
aussi l’énigme a été facile à lever. Il
s’agirait tout simplement d’armement à destination de Mogadiscio
ou de Bossasso, mais avec le récent embargo sur les armements
à destination de la Somalie et surtout avec la présence
au port de Djibouti de la marine allemande (ces sacrés allemands
sont des véritables têtus, ya wohlt achtung !) , impossible
de prendre des risques aux répercussions internationales dangereuses.

C’est la fin
de cette émission et Melle Hawa Lachagrinée remercie
ses chers et fidèles auditeurs, elle leur demande de se mobiliser
et plus encore d’être constamment en alerte et vigilant, car
çà sent la rousse, çà sent le roussi .

20/05/02 Dénonciation de la Françafrique : délit d’offense à chef d’Etat étranger ? Les trois dictateurs africains déboutés en première instance seront en appel le 22 mai 2002. (Communiqué de SURVIE)

En juin 2000,
le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Tchadien Idriss Déby
et le Gabonais Omar Bongo intentaient un procès contre
l’auteur et l’éditeur du livre Noir Silence pour délit
d’offense à chef d’Etat étranger.

Le 25 avril
2001, François-Xavier Verschave, auteur de l’ouvrage et
président de l’association Survie, et Laurent Beccaria,
directeur des éditions des Arènes, étaient
relaxés par la 17e chambre correctionnelle du Tribunal
de Grande Instance de Paris. Dans un jugement historique, le tribunal
rejetait la plainte des trois chefs d’Etat africains, considérant
que le délit d’offense à chef d’Etat étranger
était incompatible avec les articles 6 et 10 de la Convention
européenne des droits de l’homme. Pour la première
fois depuis 1881, " l’offense à chef d’Etat ",
continuité du crime de lèse-majesté, n’aboutissait
pas à une condamnation.

Sans entrer
dans le débat de fond, cette décision courageuse
signifiait la possibilité pour une association et un éditeur
d’évoquer les crimes de trois dictateurs africains. Ce
fut une première victoire contre la Françafrique,
notamment pour ces africains venus témoigner au péril
de leur vie.

Le 22 mai
2002, trois autocrates africains invoqueront à nouveau
" l’offense " devant la Cour d’appel de Paris, face
à la dénonciation de leurs crimes. Ceux qui luttent
contre l’impunité et la connivence ne cesseront de le rappeler
: " Une autre Afrique est possible, que celle qu’ils imposent.
Une autre France aussi, que celle qui les soutient. "

Ngarlejy Yorongar,
Marcel Tounga, Benjamin Toungamani et Cheikh Oumar Cissokho seront
présents pour apporter leur témoignage.