Articles

06/03/08 (B437-B) Message d’alerte en provenance du Pays. I.O.G : Un Tyran Pyromane !

Après la chape de plomb qu’il a abattu sur le pays I.O.G. est actuellement
en train d’exposer toute la région à un embrasement qui risque fort
d’emporter notre port.

Ses collusions avec une puissance régionale contre une autre, ont des
répercussions à nos frontières comme dans la capitale.

Les Djiboutiens s’inquiètent de la politique aventuriste de ce flic d’un
autre âge et nous payons déjà le prix de cette absence de neutralité !

La colère gronde !

Les jours à venir nous en diront plus !

Un citoyen très pessimiste !

06/03/08 (B437-B) RSF / Rapport d’enquête KENYA / « L’Expérience des limites » : les médias dans la tourmente d’une élection gâchée.

Télécharger le rapport intégral – 40 Mo

Alors que le Kenya traverse, depuis fin 2007, l’une des crises les plus graves de son histoire, Reporters sans frontières, International Media Support et Article 19 publient, le 6 mars 2008, un rapport de mission sur le comportement des médias du pays. L’enquête des trois organisations contredit le préjugé selon lequel la presse africaine est trop souvent politisée, voire dangereuse, tout en mettant en lumière les lacunes de médias confrontés à un conflit sans précédent, auquel ils n’étaient pas préparés.

« En temps de crise, contrairement à l’idée trop généralement reçue, les médias africains ne se jettent pas nécessairement dans la bataille, jouant les stimulants pour des assassins à machettes. Alors que le pays traverse une violente crise politique depuis le scrutin présidentiel controversé du 27 décembre 2007, la presse du Kenya en est l’illustration parfaite. Elle a adopté, en conscience, une attitude pacificatrice, appelant au calme et à la réconciliation, stigmatisant la classe politique pour son manque de responsabilité et de patriotisme. Au risque, pourtant, de faillir à son devoir de récolter des faits, de les confronter aux protagonistes de l’actualité et de présenter cela au jugement de l’opinion », expliquent notamment les trois organisations, dans leur rapport de mission conjoint.

« Ce conflit a été un grand choc pour la presse. La liberté dont nous avons benéficié pendant des années nous avait fait baisser la garde. Aujourd’hui, l’autocensure s’est installée », admet par exemple Tervil Okoko, président de l’Union des journalistes kenyans (KUJ). Plus polémique, David Makali, directeur du Media Institute, admet la faillite des médias kenyans dans la recherche de la vérité durant la période de crise, notamment sur le trucage du scrutin. « Si la mission des médias est de dévoiler la vérité, alors je n’ai rien vu de tel. S’ils l’ont réellement cherchée, au moins n’ont-ils pas osé la publier », explique-t-il.

Reporters sans frontières, International Media Support et Article 19 proposent en conclusion une série de recommandations aux protagonistes de la crise kenyane en matière de liberté de la presse, notamment les autorités, les partis politiques et les responsables des principaux médias.

06/03/08 (B437-B) Tlaloc est le dieu de la pluie ! (Lecteur canadien)

Le Président Ismaïl Omar Guelleh a participé jeudi dernier à une prière collective réunissant des milliers de compatriotes et coreligionnaires.

Cette prière, qui s’est déroulée sur le terrain vague qui jouxte le stade Gouled, a été décidée en raison de l’ampleur des effets de la sécheresse en milieu rural ».

Après les tortures, la corruption généralisée et l’oppression de la population djiboutienne, la sécherese s’invite maintenant sur la liste des calamités à Djibouti.

Dieu va pas nous envoyer la solution pour sortir de cette calamité qui ravage le pays, puisque la solution est du domaine des hommes. (cf ci-desous)

Guelleh est-il devenu un fan du Dieu Tlaloc, que les Atzèques priaient collectivement au 12ème siècle pour solliciter, selon les besoins, soit le retour du beau temps, soit une belle pluie ?

Tlaloc est le dieu de la pluie et de la végétation. Il tient un rôle prépondérant dans la mythologie aztèque. Tlaloc était un dieu très redouté.

Il possède le pouvoir d’envoyer la pluie, la foudre, la tempête ou de changer la sécheresse avec une pluie de miel et la famine par la prospérité. Guelleh s’il persiste, ne doit pas se décourager au premier essai, il devra organiser régulièrement de nombreuses prières collectives dans tout le pays …

Alors que depuis trois années, Djibouti a reçu une aide alimentaire et financière de 4 milliards de franc djibouti pour subvenir aux besoins de cette population en détresse, je vous demande, mon cher Guelleh où est passée la somme d’un montant de 5.267.983 euros (environ 1.369.675.580 FDJ) que la Commission de l’UE vous a envoyée dans le cadre du projet d’aide alimentaire aux réfugiés et aux groupes vulnérables.

Cette aide pourrait sauver de milieux de vie humaines à travers le pays.

La prère "salat Al-Istika", n’est utilisée que lorsque les musulmans s’estiment en grand danger, un peu partout sur le territoire national. L’utiliser dans les circonstances où vous l’avez fait, n’est vraiment pas la solution.

C’est l’un des pires mensonges depuis l’indépendance !

Le bonheur d’Omar Guelleh font les malheurs de la population djiboutienne.

Ce n’est pas une prière qui réglera nos problémes mais des investissements et une augmentation massive des fonds alloués aux infrastructures d’irrigation, aux dispositifs d’économie d’eau, de vastes chantiers de forages, la formation d’ingénieurs hydrauliques et/ou de géologues et la performance des équipements spécialisés.

Se doter d’une importante flotte de véhicules pour effectuer des forages dans le pays, ce serait une solution fiable et réaliste, mais réciter "salat Al-Istika" ça c’est véritablement se moquer du monde.. That’s it, that’s all.

A. G. ,
Montréal – 4 mars 2008

05/03/08 (B437-B) GAROWE ON LINE. Les islamistes somaliens annoncent qu’ils n’engageront aucune discussion avec le Gouvernement de Transition, tant qu’un soldat éthiopien sera présent dans le pays. Somalia: No Talks With Govt Even If Ethiopians Leave – Al-Shabaab (En Anglais – Info lectrice)

Islamist guerrillas leading an insurgency in Somalia say they will not talk with the country’s interim government even if foreign troops withdraw.

Muktar Robow « Abu Mansur, » spokesman for the al-Shabaab fighters, told Mogadishu-based Radio Somaliweyn during a Tuesday interview that President Abdullahi Yusuf and other government officials « should be brought to court. »

« We will not accept anything short of Ethiopian troops and the group that supports them led by [President] Abdullahi Yusuf to leave the country, » the al-Shabaab spokesman said.

He stated that the al-Shabaab guerrillas will reach their goal « by continuing the jihad. »

Abu Mansur indicated that the idea of an Arab government mediating between al-Shabaab and the Somali government is an « impossible dream. »

« We will not accept talks with [President] Abdullahi’s group, because to us they are the same as the Ethiopians, » Abu Mansur said, adding: « If we agree with them [Somali government], then why don’t also we agree with Ethiopia? »

He maintained that the only way Somalia will find peace again is through the implementation of Islamic rule, as was done in 2006 when the Islamic Courts Union ruled Mogadishu and most south-central regions.

Al-Shabaab fighters formed the armed core of the Islamic Courts movement, but recent reports indicate that the group has split from the Islamists’ top leadership, who now live in exile in Eritrea.

Senior Islamic Courts leaders have suggested that they are willing to negotiate with the Somali government if the Ethiopian army withdraws from the country. Experts say al-Shabaab’s hardline stance is another indication that the two groups are no longer united.

Prime Minister Nur « Adde » Hassan Hussein said last week that his government is wiling to engage in direct talks with all opposition groups, including al-Shabaab. [ Full story]

He has pursued an open reconciliation agenda and has repeatedly invited the opposition to peace talks, but armed groups have shown no sign of decelerating their guerrilla attacks on Somali and Ethiopian government troops.

On Tuesday, at least three dead bodies laced with gunshot wounds were discovered in different parts of Mogadishu, with residents saying the civilian victims died in heavy fighting that rocked the capital last Saturday.

Somalia’s national capital has seen little but violence since January 2007, when the Ethiopian army invaded the country and overthrew the Islamist leadership in Mogadishu.

Thousands of people have been killed and hundreds of thousands others displaced by the war, which many consider to be U.S. President George Bush’s third front in the « Global War on Terror. »

Yesterday, U.S. warships launched cruise missiles into a village in southern Somalia, with U.S. officials claiming the military targeted suspected al Qaeda hideouts.

But the village mayor told CNN that six civilians were killed in the missile strike.

05/03/08 (B437-B) INFOLIVE.TV : Elimination en Somalie du responsable des attentats anti-israéliens au Kenya en 2002.

Un haut responsable d’Al-Qaeda en Afrique de l’Est, Ali Saleh Nabhan, a été tué hier par une missile américain dans le sud de la Somalie.

Ali Saleh Nabhan, citoyen Kenyan de 34 ans et figurant parmi la liste des personnes les plus recherchées par le FBI, était le responsable des attentats survenus contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998, dans lesquels plus de 200 personnes, dont 12 diplomates américains, avaient trouvé la mort.

Ali Saleh Nabhan avait par la suite commandité l’attentat survenu le 28 Novembre 2002 contre l’Hotel « Paradise » de Mombassa, au Kenya, ainsi que la tentative d’attentat contre un avion de la compagnie israélienne Arkia le même jour.

Treize personnes, dont 3 touristes israéliens, avaient été tuées lors de l’explosion simultanées de 3 terroristes-suicides dans le lobby de l’Hôtel Paradise.

Presque simultanément, une cellule terroriste avait lancé deux missiles de type Stinger en direction d’un avion de la Compagnie Arkia au décollage à Mombassa, sans toutefois réussir à toucher l’appareil.

Selon le quotidien New-York Times, les forces navales américaines ont lancé hier, à partir d’un sous-marin stationné en Mer Rouge, deux missiles de type Tomahawk en direction du désert Somalien. Ali Saleh Nabhan aurait trouvé la mort lors de la frappe américaine.

05/03/08 (B437) Politique-Digitale.fr / Un communiqué du Ministère de la défense passe sous silence l’entretien avec Guelleh et Hassan Saïd (Bizarre ??? Y aurait-il un sentiment de gêne à l’Etat-Major, après l’envoi de notre lettre à Bernard Kouchner ?)

04/03/08 : Le CEMA inspecte les FFDJ

Du 1er au 3 mars 2008, le général d’armée Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des armées, a effectué une inspection des Forces françaises à Djibouti (FFDJ). Il a été accueilli par le général Philippe Lefort, commandant les FFDJ.

Le 2 mars 2008, celui-ci a présenté les FFDJ, en présence du vice-amiral Valin (ALINDIEN).

A l’issue, le CEMA s’est entretenu avec le président de la République de Djibouti, Monsieur Ismaël Omar Guelleh, et le général de division Fathi Ahmed Houssein, chef d’état-major général des armées djiboutiennes. Dans l’après-midi, il a assisté à la présentation d’un exercice interarmées FFDJ au centre d’entraînement commando d’Arta-plage (CECAP) où il a rencontré des gendarmes djiboutiens (GIGN) stagiaires au CECAP.

Le 3 mars 2008, le colonel Kurtz, adjoint air du COMFOR et commandant la base aérienne, a présenté au CEMA la base de soutien à vocation interarmées (BSVIA).

Le CEMA s’est enfin rendu à bord du BCR Var, en escale à Djibouti.

05/03/08 (B437) Radio-Trottoir / Versailles J – 8. Confirmation de la venue de MM Iftin et Alhoumekani pour témoigner dans le procés, durant lequel Hassan Saïd et Djama Souleiman seront jugés, pour subornation. (Plusieurs correspondants)

Nous avons reçu la confirmation que MM Ali Iftin et Mohamed Alhoumekani se rendront bien à Versailles le 13 mars pour confirmer leurs témoignages.

Certains observateurs avaient émis, à tort, des doutes sur leur participation

Pensaient-ils que Guelleh et ses sbires avaient des arguments assez solides pour les convaincre de renoncer à se présenter ? Ont-ils essayé de désolidariser les deux hommes ? Possible, car Guelleh se s’avoue pas battu facilement …. et il est du genre à tout essayer, même les coups les plus tordus …


humour
Suborner des témoins ?
Pensez donc, jamais nous n’aurions fait cela ! Sur les conseils des premiers magistrats français du dossier, on a juste demandé à MM Iftin et Alhoumekani s’ils étaient bien certains de qu’ils disaient ! Rien de plus. On va pas quand même nous faire un procès d’intention à Versailles pour cela … ! C’est du harcèlement judiciaire !

En tout cas, samedi, Dileita s’était envolé pour l’Europe. Après une petite promenade, il serait arrivé lundi à Paris, dans la discrétion la plus totale, bien qu’il soit accompagné d’un nombre significatif de conseillers. Restera-t-il à Paris jusqu’au 13 mars pour suivre le procés et retransmettre immédiatement la synthèse à son patron ???

En effet d’autres observateurs prédisent qu’un scoop pourrait être dévoilé lors du procés et que cela pourrait faire du mal à la bande à Guelleh. On est impatient !!!

Me Spizner, l’avocat de Guelleh, doit-il se préparer ?? Réponse le 13 mars, bien entendu ….

Reste
l’éternel question ?

Pourquoi ce procès inquiète-t-il tant Guelleh ?? Au fond, ce n’est pas une affaire d’Etat : deux personnalités non membres du gouvernement qui auraient tenté de suborner des témoins. Grave, certes, mais pas un crime de sang quand même ….

Alors qu’est-ce qui l’inquiète tant ? Ce n’est pas l’assassinat du juge Bernard Borrel qui sera jugé … Bien sur cela sera évoqué … mais ce que l’on jugera c’est la subornation de témoins et rien d’autre …

Sauf si Guelleh n’avait pas la conscience tranquille et qu’il fasse ce raisonnement simpliste : on ne suborne pas des témoins sans raison. Si la preuve de la subornation est apportée, c’est qu’il y a des choses à masquer : une implication directe dans l’ordre d’assassiner le Juge, par exemple ?

Personne n’a été en mesure de nous confirmer si la Juge Clément qui suit le dossier de l’assassinat sera présente au procès pour tenter d’éclairer son instruction avec de nouvelles informations.

En revanche, le personnel diplomatique djiboutien de Paris et peut-être même de Bruxelles devrait être présent …

05/03/08 (B437) Radio-Trottoir. Guelleh aurait tenu des propos très clairs au Général Georgelin, en présence d’Hassan Saïd. (La souris, grand reporter à RT)

Selon notre consoeur, la Souris, qui assistait discrètement aux entretiens entre d’un côté, le Chef d’Etat-Major Georgelin, le Commandant des FFDJ Lefort et l’Ambassadeur de France Decherf et de l’autre, en particulier, Guelleh et le sulfureux Hassa Saïd, Guelleh n’aurait pas maché ses mots et lui aurait dit quelque chose du style :

« Votre Président a annoncé, qu’il n’y aurait plus un soldat français à Djibouti à la fin de son mandat, soit en 2012. Eh bien, ce n’est pas la peine d’attendre. Nous n’avons plus besoin des soldats français. Ramassez vos affaires et partez maintenant … »

La Souris, sur le point d’être découverte, a été malheureusement contrainte de lever le camp et d’opérer un repli stratégique, ce qui nous prive de la réponse de
Georgelin.

Est-il resté sans voix ?