Articles

16/10/10 (B574) Yémen Express – Meurtre d’un Français au Yémen : le suspect est lié à Al-Qaïda – trois soldats tués – Al-Qaïda: 8 membres recherchés – Français tué au Yémen: la piste al-Qaida – neuf morts dans les attaques des militants – un chef de la police tué lors d’une manifestation dans le sud – Vigilance recommandée au Yémen – Le Quai d’Orsay appelle à une vigilance accrue (8 articles)

________________________ 8 – Le Parisien

Meurtre d’un Français au Yémen : le suspect est lié à Al-Qaïda

Le Yéménite soupçonné d’avoir tué un Français près de Sanaa, était en contact avec des «éléments terroristes d’Al-Qaïda». Dans une déclaration publiée samedi par des médias officiels, le ministre yéménite de l’Intérieur, Motahar Rachad al-Masri, affirme que «l’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un crime terroriste» et que l’auteur présumé du meurtre entretenait des contacts avec l’organisation terroriste.

Jusqu’ici, les autorités yéménites privilégiaient l’hypothèse d’un meurtre lié à des mobiles personnels.

Jacques Spagnolo était contractant de la société française Spie auprès du groupe énergétique autrichien OMV. Il a été abattu par balle le 6 octobre dans l’enceinte du siège du groupe, près de la capitale Sanaa.

Les autorités françaises s’inquiètent de la sécurité de leurs ressortissants au Yémen. Mercredi, le ministère des Affaires étrangères a appelé les conjoints avec enfants d’expatriés français vivant au Yémen à quitter le pays. La veille, Nicolas Sarkozy avait réaffirmé à son homologue yéménite Ali Abdallah Saleh, en visite à Paris, le soutien de la France pour lutter contre le terrorisme, après la multiplication ces dernières semaines sur son sol d’attentats revendiqués par Al-Qaïda.

________________________ 7 – Le Figaro avec AFP

Yémen: trois soldats tués

Trois soldats ont été tués et au moins deux autres blessés aujourd’hui dans une embuscade tendue par des hommes armés dans le sud du Yémen, dans la province d’Abyane, a indiqué un responsable des services de sécurité, accusant al-Qaida d’avoir mené cette attaque. L’embuscade intervient trois jours après une attaque similaire au cours de laquelle cinq soldats ont été tués dans le même secteur, selon les autorités.

Aujourd’hui, « des hommes armés appartenant à Al-Qaïda ont ouvert le feu sur un convoi de l’armée faisant route de la ville de Zinjibar (chef-lieu de la province d’Abyane) vers la ville de Moudia. Ils ont fait exploser auparavant des charges placées sur le bord de la route, endommageant deux véhicules de l’armée », a déclaré le responsable des services de sécurité. Il a fallu selon lui une intervention de l’armée de l’air, qui a bombardé les assaillants, pour dégager le convoi qui a pu atteindre la ville de Moudia.

Jeudi, l’armée a perdu cinq soldats dans le même secteur qui se trouve à proximité de la ville de Loder où des affrontements entre l’armée et combattants d’Al-Qaïda avaient fait 33 morts en août, selon un bilan établi à partir de sources officielles.

Par ailleurs, lors d’une autre attaque près de la ville de Loder samedi, deux officiers du renseignement ont été blessés par une bombe placée dans leur voiture, a indiqué une autre source de sécurité.

La province d’Abyane est un bastion de la contestation dans le sud du Yémen, Etat indépendant jusqu’en 1990, où Al-Qaïda est devenu de plus en plus actif et où le Mouvement sudiste proteste contre ce qu’il considère comme une politique discriminatoire du Nord.

________________________ 6 – Europe 1

Yémen-Al-Qaïda: 8 membres recherchés

Le ministère yéménite de l’Intérieur a lancé samedi un avis de recherche pour huit membres présumés d’Al-Qaïda, décrits comme des « terroristes extrémistes », et promis une forte récompense pour toute personne qui fournirait des informations conduisant à leur arrestation.

Dans un communiqué publié par l’agence officielle Saba et accompagné des portraits des huit personnes, le ministère a promis 20 millions de riyals (100.000 dollars) pour celui ou celle qui donnerait une information permettant la capture de l’un de « ces éléments terroristes extrémistes ».

Le ministère ne précise pas les raisons exactes pour lesquelles ces personnes sont recherchées mais indique qu’elles avaient été recrutées et formées par des militants d’Al-Qaïda « obsédés par le meurtre et la destruction ».

________________________ 5 – Le Figaro avec AFP

Français tué au Yémen: la piste al-Qaida

Le Yéménite, soupçonné d’avoir tué le 6 octobre un Français près de Sanaa, avait des contacts avec des « éléments terroristes d’al-Qaida », a affirmé le ministre yéménite de l’Intérieur dans une déclaration publiée samedi par les médias officiels.

« L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un crime terroriste […] L’auteur entretenait des contacts avec des éléments terroristes d’al-Qaida », a déclaré Motahar Rachad al-Masri.

Jacques Spagnolo, contractant de la société française Spie auprès du groupe énergétique autrichien OMV, avait été abattu par balle, le 6 octobre, dans l’enceinte du siège du groupe, près de la capitale Sanaa. Jusqu’ici, les autorités yéménites privilégiaient l’hypothèse d’un meurtre lié à des mobiles personnels.

« Il est probable que le meurtre du Français […] avait des motivations personnelles », avait ainsi indiqué le ministère yéménite de la Défense, le 8 octobre. « Ces conclusions sont préliminaires (…), l’enquête étant encore à ses débuts avec l’accusé, Hicham Mohammed Ahmed Assem, 19 ans, […] un garde de sécurité » d’OMV, avait cependant ajouté le ministère.

_______________________ 4 – Metro (Canada) avec AP

Yémen: neuf morts dans les attaques des militants

Des attaques perpétrées par des membres présumés d’al-Qaïda ont coûté la vie au responsable de la sécurité d’une ville du sud du Yémen et ont déclenché une série d’affrontements entre soldats et militants qui ont fait huit morts, ont annoncé les autorités, jeudi.

Les violences ont commencé quand des hommes armés ont abattu Abdullah al-Baham, chef de la sécurité de la ville de Mudiyah, dans la province d’Abyan, alors qu’il effectuait une inspection de routine, selon le maire de la ville.

Quelques heures plus tard, le gouverneur de cette même province, Ahmad al-Maisari, qui était sorti avec des soldats pour inspecter les lieux de l’attaque, a été pris en embuscade par des militants. Les combats qui ont suivi ont fait quatre morts, dont le frère du gouverneur, et blessé trois soldats.

Des responsables de la sécurité ayant requis l’anonymat ont affirmé qu’ils soupçonnaient des militants d’al-Qaïda, dirigés par le chef Anwar al-Ambari, d’être responsables des deux attaques.

Plus tard dans la journée, une série d’attaques perpétrées par des militants ailleurs dans la ville de Mudiyah et dans la ville voisine de Lawdar ont fait quatre morts. Trois soldats ont aussi été enlevés durant ces attaques, selon les autorités.

Le chef adjoint de la police dans la province d’Abyan, Saleh al-Shamsi, a qualifié la situation de «très dangereuse».

Les autorités yéménites affirment que ces incidents témoignent d’une recrudescence des activités d’al-Qaïda dans le pays. Le faible gouvernement central du Yémen lutte pour contenir les militants, qui ont étendu leurs opérations dans le pays après que les branches yéménite et saoudienne de l’organisation eurent fusionné pour former le groupe «al-Qaïda dans la péninsule arabique».

Washington est vivement préoccupé par ce groupe, qui a revendiqué la responsabilité de l’attentat raté contre un avion de ligne se rendant à Detroit en décembre dernier. Le gouvernement américain finance et entraîne l’armée du Yémen.

Le Yémen est le pays le plus pauvre de la péninsule arabique. Il doit aussi composer avec une rébellion chiite intermittente dans le nord et un mouvement séparatiste dans le sud.

_______________________ 3 – Le Monde avec AFP

Yémen: un chef de la police tué lors d’une manifestation dans le sud

Un chef de la police yéménite a été tué par balles jeudi lors d’une manifestation à Moudia, dans la province d’Abyane (sud), a-t-on appris auprès de la police et du Mouvement sudiste.

Un officier de la police de Moudia, interrogé par l’AFP, a accusé Al-Qaïda et le Mouvement sudiste, un groupe séparatiste, de « se partager les rôles pour liquider les responsables de la sécurité à Abyane ».

« Les forces de sécurité encerclent la maison d’un membre d’Al-Qaïda soupçonné d’avoir tué le chef de police », Abdallah al-Baham, a-t-il ajouté.

Une source de sécurité a accusé des partisans du Mouvement sudiste d’avoir touché mortellement d’une balle à la tête le chef de la police alors que les forces de sécurité tentaient de disperser une manifestation marquant le 47e anniversaire du déclenchement de la lutte contre l’occupation britannique.

Mais un responsable du Mouvement sudiste, Abbas al-Assal, a nié l’implication de ses partisans dans le meurtre, perpétré selon lui par un homme masqué « qui appartient à Al-Qaïda » et aurait pris la fuite.

Il a accusé dans une déclaration à l’AFP les forces de sécurité d’avoir « tiré contre des manifestants pacifiques », disant « refuser la violence ».

La province d’Abyane est un bastion de la contestation dans le sud du Yémen, où les attaques contre les forces de sécurité sont fréquentes et attribuées à al-Qaïda, de plus en plus active dans cette région.

Jeudi, un officier des services de renseignement, le colonel Riyadh al-Khatabi, grièvement blessé la veille par des tirs de motocyclistes armés dans le Hadramout, province limitrophe d’Abyane, a succombé jeudi, selon une source médicale.

Dimanche, un officier des investigations criminelles, Ghazi Samaoui, a été abattu par des motards armés à Abyane. Son nom figurait sur une liste de 55 policiers à abattre figurant sur un tract d’Al-Qaïda distribué dans la région en septembre.

Le 8 octobre, un autre officier du renseignement, Abdel Aziz Bachraheel, a été tué de la même manière et les autorités ont accusé Al-Qaïda.

La situation est tendue dans le sud du Yémen, un Etat indépendant jusqu’en 1990, où le Mouvement sudiste proteste contre ce qu’il considère comme une politique discriminatoire du Nord, alors que certaines de ses composantes réclament une scission.

_______________________ 2 – JDD

Vigilance recommandée au Yémen

La France a demandé mercredi la plus grande vigilance à ses ressortissants au Yémen. Paris a exhorté les conjoints et enfants des expatriés à quitter le pays.

La menace pèse sur le Yémen. Paris a demandé mercredi aux conjoints avec enfants des expatriés français dans ce pays de quitter les lieux. Le Quai d’Orsay évoque la dégradation de la situation sécuritaire au Yémen. Le ministère des Affaires étrangères a appelé plus largement les quelque 900 Français présents dans le pays à « une vigilance et à une prudence accrues ». « Il s’agit d’une mesure temporaire de précaution prise en liaison avec les principales entreprises françaises présentes sur place et après en avoir informé les autorités yéménites », a précisé le porte-parole.

L’inquiétude s’est renforcée sur ce territoire après la mort d’un Français la semaine dernière dans une fusillade à Sanaa, la capitale du pays. Les islamistes sont très actifs au Yémen, pays d’origine de la famille d’Oussama Ben Laden. La branche locale d’Al-Qaïda ambitionne de constituer une armée de 12.000 combattants pour défendre les pays islamiques et lutter contre les occidentaux.

Les autorités ont pour leur part intensifier leur combat contre les terroristes après l’attentat manqué de Noël dernier contre un avion de ligne américain. Mardi, Nicolas Sarkozy a reçu son homologue yéménite Ali Abdallah Saleh. Le président français a réaffirmé le soutien de la France dans cette lutte contre le terrorisme. Paris a notamment accepté d’accroître sa coopération avec le Yémen en matière d’échange d’informations sur le terrorisme, d’entraînement de services de renseignement et de soutien logistique.

_______________________ 1 – Le Point avec Reuters

YÉMEN- Le Quai d’Orsay appelle à une vigilance accrue

La France a demandé mercredi aux conjoints avec enfants des expatriés au Yémen de quitter le pays en raison de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, a annoncé le Quai d’Orsay. Le ministère des Affaires étrangères a appelé plus largement les quelque 900 Français présents dans le pays à « une vigilance et à une prudence accrues ». « Les conjoints avec enfants seront invités à quitter le territoire yéménite », a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay. « Il s’agit d’une mesure temporaire de précaution prise en liaison avec les principales entreprises françaises présentes sur place et après en avoir informé les autorités yéménites », a-t-il ajouté.

Les islamistes radicaux sont très actifs au Yémen et la branche d’al-Qaeda dans le pays a déclaré qu’elle voulait créer une armée de 12.000 combattants pour défendre les pays islamiques et les libérer des croisés. Un Français a été tué dans une fusillade la semaine dernière à Sanaa, la capitale du Yémen. Le Yémen, pays d’origine de la famille d’Oussama Ben Laden, le chef du réseau al-Qaeda, a intensifié sa lutte contre les groupes terroristes après l’attentat manqué de Noël dernier contre un avion de ligne américain à destination de Detroit.

Mardi, Nicolas Sarkozy a réitéré au président yéménite Ali Abdallah Saleh, en visite à Paris, le soutien de la France pour lutter contre le terrorisme, après la multiplication au Yémen d’attentats revendiqués par -al-Qaeda. Paris a notamment accepté d’accroître sa coopération avec le Yémen en matière d’échange d’informations sur le terrorisme, d’entraînement de services de renseignement et de soutien logistique.