16/04/2000 – Plan de Paix pour la Somalie (Réactions et extraits AFP)

DJIBOUTI: Un gala pour financer la paix en Somalie
Extrait de LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN n°900 – 15/04/00

Une cinquantaine d’hommes d’affaires djiboutiens et étrangers, recensés par la Chambre de commerce et d’industrie de Djibouti (CICID), ont participé à un dîner de gala organisé à Djibouti, le 5 avril, par le président du comité chargé de récolter les moyens financiers de la tenue d’une conférence de réconciliation sur la Somalie, Abdourahman Boreh. Cette soirée à 20 000 FD le repas par personne (1 $ vaut 177 FD) a été présidée par l’épouse du chef de l’Etat djiboutien, Kadra Mahamoud, et par plusieurs ministres dont celui des Affaires étrangères, Ali Abdi Farah. (…)

Outre les responsables de sociétés françaises installées à Djibouti (Air France, Colas, Total, Bis, etc.), les principaux dirigeants étrangers de sociétés djiboutiennes ont participé au gala du 5 avril. (…)

L.O.I. – Le comité chargé des finances de la conférence sur la Somalie doit récolter 650 millions FD pour couvrir les frais de cette réunion, qui rassemblera plus de 800 Somaliens à Arta (à 30 km de Djibouti et à 700 m d’altitude).

D’abord prévue du 20 avril au 10 mai, cette conférence sera sans doute repoussée.

Pour la financer, des taxes supplémentaires sont prélevées depuis deux mois sur le tabac, l’alcool, le khat, tandis qu’une contribution de 2 000 FD par salarié djiboutien est également imposée.

—————————————————————————————————-

Ali Mahdi Mohamed favorable au plan de paix
du président djiboutien. (Extrait AFP)

MOGADISCIO, 15 avr (AFP). Le chef de guerre Ali Mahdi Mohamed a annoncé samedi soutenir l’initiative du président djiboutien pour la paix en Somalie, tout en considérant “irréaliste” l’organisation d’un conférence la semaine prochaine.
“Je soutiens l’appel à la paix en Somalie lancé par le président de Djibouti Ismaël Omar Guelleh”,a déclaré M. Ali Mahdi à l’AFP.
Il a cependant estimé que le projet d’organiser une conférence pour les Somaliens à Djibouti le 20 avril afin d’élire un Parlement était “une démarche prématurée qui nécessite de la sagesse politique”.
Aux termes du plan de paix de M. Guelleh, ce Parlement élirait un président qui dirigerait provisoirement le pays pour une période de deux ans, avant la tenue d’élections.
A Baidoa (sud) samedi, une manifestation organisée par la branche civile de l’Armée de résistance Rahanwein (RRA) a réuni des centaines de personnes opposées au plan de paix du président djiiboutien.
Selon les autorités locales, qui se sont adressées à la foule, le plan de M. Guelleh a laissé de côté la situation des clans Rahanwein dans les régions de Bay et de Bakol (sud), en ne mentionnant pas qu’ils sont “occupés” par des clans rivaux.
“Les membres des clans Rahanwein veulent d’abord être sûrs qu’ils récupèreront leur terres occupés par des ennemis”, a déclaré le commandant par intérim de la RRA, Sheikh Aden Mohamed Madobe.

—————————————————————————————————–

Le Somaliland refuse de recevoir
une délégation djiboutienne. (Extrait AFP)

DJIBOUTI, 15 avr (AFP). Une délégation officielle djiboutienne n’a pas été autorisée vendredi à se rendre en Somaliland, province somalienne auto-proclamée indépendante, selon le vice-président du parlement djiboutien, Idriss Harbi Farah, qui conduisait la délégation.
Dans une déclaration diffusée vendredi soir sur les antennes de la télévision nationale, Idriss Harbi Farah s’est offusqué de cette attitude qu’il a qualifiée “d’inamicale et contraire à l’hospitalité”.
M. Farah conduisait une délégation de huit membres qui se rendaient au Somaliland vendredi pour discuter des préparatifs de la conférence de réconciliation nationale Somalienne prévue la semaine prochaine à Djibouti.
Leur avion est resté plusieurs heures à l’aéroport de Hargueissa pour ensuite regagner Djibouti.
Pour le député Idriss Farah, cet incident marque la volonté des responsables du Somaliland de fermer la porte à toute discussion sur leur participation à la conférence.

—————————————————————————————————–

Le Somaliland déclare indésirable
une délégation djiboutienne.

MOGADISCIO, 9 avr (AFP). Une délégation parlementaire djiboutienne, qui avait prévu de se rendre lundi au Somaliland afin de chercher un soutien au plan de paix pour la Somalie n’est pas la bienvenue, ont déclaré les autorités de cette république auto-proclamée, citées dimanche par la radio officielle.
“La délégation n’est pas invitée au Somaliland et n’est pas la bienvenue”, a indiqué un communiqué du “ministère” de l’Information, cité par Radio Hargeisa, du nom de la “capitale” du Somaliland (nord-ouest de la Somalie).
Le Somaliland, qui s’est séparé du reste de la Somalie en 1991, a manifesté à plusieurs reprises sa désapprobation du plan de paix proposé par le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh.
(…)
Selon la radio, la délégation, conduite par le vice-président du parlement djiboutien Idris Harbi Farah, doit arriver à Hargeisa lundi.
Le chef du conseil des anciens Sheikh Ibrahim Yousuf Madar, connu sous le nom de “Gurti”, cité par Radio Hargeisa, a déclaré que la délégation ne serait acceptée que si sa mission était de discuter de questions bilatérales.
Cette annonce intervient alors que les partisans de la sécession du Somaliland, qui n’a pas été reconnu par la communauté internationale, préparent une manifestation contre Djibouti à Hargeisa.
Selon des observateurs somaliens, la décision d’empêcher la délégation de se rendre à Hargeisa pourrait mettre en danger les relations bilatérales.
Le plan de paix de M. Guelleh a reçu le soutien de la population civile somalienne, des Nations unies, de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et de la Ligue arabe.
Mais il se heurte à l’opposition des chefs de guerre somaliens, qui ont déjà rejeté plus de dix plans de paix précédents.