10/11/03 (B220) – Message du président du GED, Mahamoud Idriss Ahmed en Commémoration de l’anniversaire de l’armistice marquant la fin des hostilités 1914 – 1918.

Devoir de mémoire
pour les soldats
Français par le sang versé.

Participation des
ressortissants somaliens, arabes et abyssins à la Guerre 1914 – 1918.

Le premier Bataillon Somali
est créé le 11 janvier 1916.

Initialement, il est constitué de 1400 hommes d’origine SOMALI et seront
quelques semaines plus tard plus de 2000 à monter au front.

On observera qu’outre
les Somalis, 200 Arabes originaires notamment du Yémen , 75 Comoriens,
25 Abyssins et Sénégalais participeront au conflit 1914 – 1918
au sein de ce que l’on dénommera comme le ” Bataillon Somali “.

Après avoir servi
dans la zone de Verdun et participé à l’attaque de Douaumont
en 1916, le Bataillon Somali est engagé dans les âpres combats
au Chemin des Dames puis en 1918 en Champagne et dans la région de
l’Oise – Aisne.

Lors de l’armistice marquant
la fin du conflit 1914 – 1918, le Bataillon Somali est titulaire de 6 citations
dont 3 à l’Ordre de l’Armée. 1195 citations individuelles ont
été attribués.

Les pertes du Bataillon
Somali et les blessés au cours du conflit 1914 – 1918 se sont élevés
à 383 morts et à 1035 blessés.

C’est avec recueillement
que je témoigne aujourd’hui de mon attachement et du plus profond respect
pour tous nos anciens et pour tous nos soldats d’Afrique du Bataillon Somali
qui ont combattu – il y a de cela presque un siècle – pour libérer
la France des envahisseurs.

Les cérémonies
de commémoration du 85ème anniversaire des hostilités
qui se dérouleront le 11 novembre 2003, doivent inciter chacun d’entre
nous à réfléchir sur les conflits et leur aspect destructeur
pour des générations d’hommes, de femmes, d’enfants victimes
militaires et civiles de ce type de conflit.

Notre rôle doit
être d’éduquer pour aujourd’hui et pour demain notre jeunesse,
nos enfants, tous les enfants au respect de l’autre.

J’adresse

– aux familles des hommes
du Bataillon Somali

– à toutes les
familles des victimes de cette guerre 1914-1918

– à Monsieur Jacques
Chirac, Président de la République française

le témoignage de
mon attachement.

Au nom des
populations djiboutiennes
et de l’opposition politique
pour les membres du Gouvernement en Exil de Djibouti.

Le
président du GED
Mahamoud Idriss Ahmed