15/09/07 (B413) Radio-Trottoir : petites nouvelles du front. La famille d’Alhoumekani est persécutée par Hassan Saïd. Ce dernier, faute d’avoir trouvé une médecine attentive en Afrique du sud, est en traitement à Bouffard. Guelleh va-t-il le laisser tomber, ainsi que Grandes oreilles ? (Lecteur)

Je suis à djibouti.

Je vous informe que la famille de Monsieur Al-Oumekani Mohamed est toujours harcelée par le régime. Deux de ses frères : le plus grand et le plus petit ont été emmenés à la cellule de la SDS à plusieurs reprises. Selon les informations que j’ai pu obtenir, ce serait Hassan Saïd, le déserteur de la Justice française, qui s’occuperait personnellement d’eux.

Ici, chacun imagine bien qu’il y a un lien de cause à effet. Hassan Saïd a été renvoyé devant la justice pénale française et il se venge certainement sur la famille, comme c’est courant ici.

Nous avons aussi remarqué la parution dans La Nation d’un article intitulé “Plus de paternalisme”. Est-ce un message codé pour informer MM. Al-Oumekani et Ali Iftin qu’IOG va s’acharner sur leurs proches … ?

Selon d’autres sources généralement fiables, le fugitif Hassan Saïd est rentré d’Afrique du sud où il serait allé consulter des médecins. On dit dans son entourage qu’il aurait été très déçu par les médecins locaux. Ils lui auraient fait savoir qu’il y avait peu d’espoir pour lui. Actuellement, il est suivi à Bouffart.

La question que chacun se pose est de savoir si
IOG va en profiter pour se débarasser de lui ainsi que du petit Djiboutien de circonstance Djamma Souleiman, comme il l’avait fait avec le Général Yacin.

L’avenir nous le dira mais on sait que Paulette a dit un jour à IOG que ces deux personnes étaient comme une épine dans son pied et qu’ils étaient devenus un obstable entre la France et Djibouti.

Le seul moyen sera-t-il de se débarraser definitivement d’eux ?

Ce sont des choses qui arrivent malheureusement chez nous.

__________________________________________

Durant le recueillement à l’occasion de la mort du Juge Saad, le frère du Colonel Mahdi, Hassan Saïd et ses agents ont débarqué en pleine ten pleine taazia dans la maison devant toutes les personnes présentes : hommes et femmes. Ils ont fouillé la maison de fond en comble et ils ont récupéré de nombreux documents, dont on ignore le contrenu.

On peut prévoir, avec peu de risques de se tromper, que bientôt le tour viendra, en ce qui concerne la maison d’Hassan Saïd, car il doit détenir des documents importants et vitaux pour Guelleh.