29/01/08 (B432) Afrique en ligne avec Panapress : Djibouti: L’opposition n’ira pas aux législatives de février

L’opposition djiboutienne regroupée au sein de l’Union pour l’alternance démocratique (UAD) ne participera pas aux élections législatives prévues le 8 février prochain dans le pays, a annoncé, mardi à Paris, son porte-parole en Europe, Maki Houmed-Gaba.

“Nous estimons que toutes les conditions d’un scrutin libre, démocratique et transparent ne sont pas aujourd’hui réunies. Plutôt que d’apporter notre caution à une élection-mascarade, nous avons décidé du boycott”, a-t-il déclaré à la PANA.

Selon son porte-parole en Europe, l’opposition djiboutienne n’a pas obtenu satisfaction sur ces principales revendications dont les lites électorales, la composition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et la restitution de la caution, 32,5 millions de Francs djiboutiens, payée lors des législatives de 2003.

“L’administration n’a pas fait preuve de neutralité dans la délivrance des cartes d’identité nationale nécessaires pour l’obtention des cartes d’électeur. Résultat: les citoyens présumés proches de l’opposition n’ont pas été inscrits sur les listes”, a expliqué M. Houmed-Gaba.

Il a, par ailleurs, accusé le régime en place d’avoir enfreint la Constitution en procédant à l’installation de la CENI en dehors du délai légal.

“Le pouvoir n’a installé la CENI que le 20 janvier dernier; ce qui ne respecte pas le délai constitutionnel d’un mois prévu entre cette installation et le jour des élections. Rien n’a été fait dans la préparation de cette élection sur une base consensuelle, nous n’irons pas jouer les figurants”, s’est emporté l’opposant.

Admettant que la décision du boycott n’a pas été facile à prendre, il a rappelé la participation de l’UAD à toutes les élections législatives organisées à Djibouti depuis l’instauration du multipartisme en 1992.

“Nous avons longuement pesé le pour et le contre avant de choisir le boycott. Nous sommes conscients des risques que présente la politique de la chaise vide. Mais l’UAD est également déterminée à défendre la démocratie à Djibouti en refusant sa caution à la mascarade électorale”, a encore dit M. Houmed-Gaba.

Principale force de l’opposition au président Ismaël Omar Guelleh, l’UAD regroupe l’Alliance républicaine pour le développement (ARD), le Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD) et l’Union pour la démocratie et la justice (UDJ).