16/02/08 (B435) Xinhua : DAKAR, 15 février (Xinhua) — Une agence panafricaine chargée des modalités d’exécution et de coordination du projet de Grande muraille verte, qui s’étend sur 7.000 km de long pour une largeur de 15 Km, partant de Dakar à Djibouti, sera bientôt mise en place, a annoncé vendredi Amadou Sall, porte-parole de la présidence sénégalaise.

Me Sall a expliqué devant la presse la teneur de la dernière réunion ministérielle des 12 et 13 février dernier à Saly (Mbour) sur cette question.

“Les ministres et les experts des pays africains concernés ont proposé la mise en place d’une agence panafricaine pour les modalités d’exécution et de coordination”, a-t-il indiqué, soulignant toutefois qu’au niveau de chaque pays qu’une structure chargée de la mise en place de ces modalités verra le jour dans chaque pays.

Cette agence dépendrait, selon lui, du commissaire de l’Union africaine (UA) chargé des questions d’environnement.

Le porte-parole a indiqué que les réflexions portaient sur l’identification et la structuration du tracé de cette Grande muraille verte mais aussi de la lutte contre l’avancée du désert.

Il s’agissait de déterminer les composantes de ce projet et des éléments indicatifs du coût et des modalités du financement du projet.

Me Sall a en rappelé que les bailleurs de fonds, présents lors de cette rencontre, se sont engagés à financer les études à financer les études de faisabilité.

Par ailleurs, les experts ont proposé que cette grande muraille passe par le Sénégal, la Mauritanie, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Tchad, le Nigeria, le Soudan, l’Ethiopie, l’Erythrée et Djibouti.

“Les critères d’identification de ce projet sont fondés sur la pluviométrie, le relief et la végétation”, a dit Me Sall, ajoutant que ce projet s’inscrit dans “une perspective de reforestation, de régénération du sol et d’une lutte contre la pauvreté”.

Il a en outre souligné que des éléments nouveaux sont intervenus.”Il existe des pays qui sont en dessus et au dessous de ce tracé et qui demandent qu’un corridor soit tracé au passage afin de leur permettre d’avoir accès à cette Grande muraille”, a-t- il fait savoir.

“Pour les intérêts que cela suscite, des pays comme le Libéria, le Bénin et la Côte d’Ivoire ont demandé à intégrer ce projet de la Grande muraille verte”, a affirmé le porte-parole de la présidence.