03/10/10 (B572) Radio-Trottoir. On recherche “Sharif” désespérement. L’enquête sur les trafics d’armes, tuée dans l’oeuf, à la requête du P’Tit Zak, toujours sur les bons coups “fourrés”. Abdillahi Abdi prêt à rendre à Guelleh, les deux millions de US $ en faux billets !! (L’actualité avec humour par nos correspondants !)

Faut-il lancer un avis de recherches pour retrouver “Sharif”, le régent de la Villa Somalia à Mogadiscio ??

Les dernières fois qu’il a été vu, c’était d’abord à Addis Abeba où il s’était entretenu avec Melés, puis lors de son arrivée peu glorieuse à Djibouti où il a été “snobbé” par Guelleh.

Depuis, plus rien. On a perdu sa trâce. Que les plus fins limiers conduisent les recherches …

La
RTD n’a pas annoncé son départ de Djibouti, ce qui montre à quel point IOG était vraiment fâché contre lui. Probablement parce qu’il était arrivé les mains vides après sa tournée aux USA et en Europe ?

Les brèves par les correspondants

L’enquête sur le trafic des armes qui avait été signalé il y a quelques jours est mort-née…

Est-ce le
“P’tit Zakaria qui a étouffe l’enquête dans l’oeuf ?

Depuis un peu plus d’un mois, de curieuses affaires des trafics d’armes se multiplient et se développent de Loghaya à Djibouti. Beaucoup de questions restent
sans réponse.

On se demande aussi, si c’est :

– pour obtenir des financements pour le nouveau Gouvernement de Hargheisa ?

– pour rassembler des fonds destinés à payer “a posteriori” les frais engagés pour le mariage de l’Ougas ?

– pour ouvrir un nouveau conflit armé de Logahaya à Djibouti, de Marmar à Ali
Sabieh ?

– pour la création d’un Front de Libération de la Région de Issaland ?

– ou tout simplement foutre la pagaille afin d’instaurer l’Etat d’urgence et faciliter les élections mascarades que viennent de financer l’USAID ?

Dans tous les cas, les coffres d’IIOG sont sur le point de craquer.

Les faits.

Jeudi 30 septembre 2010 après une enquête difficile et approfondi, des arrestations ont eu lieu.

Il s’agissait cette fois-ci de gros poissons aux reins solides.

En effet, trois présumés coupables, étroitement liés aux plus hautes Autorités mamassans, ont été arrêtés.

Il s’agit :
– du Commandant du port de la Capitainerie actuellement transformé en Bureau de Mouvements, un cousin d’IOG, connu sur le nom de Gaucher ;

– du Chef de Service d’exploitation du Port actuellement ce service est transformé en General Cargo M. Elmi Ali Guelleh frère de Djama Ali Guelleh le dévaliseur des recettes de l’EDD ;

– d’un retraité, actuellement Chef de Service à l’ONED, qui perçoit son salaire et ses indemnités sans aller travailler, car il est plus pris par ses activités de transitaires sans aucun matériel car il fait toujours appel à d’autres transitaires souvent à des prix dérisoires. M Salaah Omar Guelleh est le demi frère d’Ismaël Omar Guelleh candidat usurpateur et illégal qui constamment pirate les Fonds et les Biens de l’Etat ;

– du chauffeur du Directeur du Port M. Ahmed Aden Doualeh connu sous le surnom de son père Dhexguur.

– de l’Adjoint de Gaucher Mahad marié à la nièce d’IOG dont le père Ibrahim Omar Guelleh qui est mort quand elle était enfant.

Le mandat de garde à vue a immédiatement été annulé par le “p’tit Zakaria”, successeur du Colonel Bogoreh, assassiné récemment par qui … ?

Un groupe de la police Judiciaire de la Gendarmerie est allé voir les deux Procureurs mais en vain.

Un Colonel de la Gendarmerie a téléphoné au procureur général M. Djama Souleiman pour lui dire que si ces personnes ne sont pas arrêtés et inculpés, alors la gendarmerie maritime, à l’avenir, fermera les yeux sur tous les trafics d’armes même celles destinées aux
mouvements de résistance armés djiboutiens.

________________________________
Quant aux 2 millions de dollars qu’un policier avait trouvés vers la fin du mois de Ramadan signe de EL Kadar que l’on considère comme le don du Bon Dieu et confisqués par le Colonel Abdillahi Abdi au Gouverneur de la Banque M. Djama
Haïd, l’affaire a pris une autre tournure car le Colonel s’est dit disposé à le rendre si IOG lui donne l’ordre.

Les vieux Horoné ont demandé une entrevue avec IOG qui leur a refusé et actuellement on s’attend à se que les Horoné aille en galop à Haramous.

Un sous-officier de la gendarmerie maritime.