Articles

27/12/2015 (Brève 572) Aprés ses récents exploits du 21 décembre, la Garde républicaine renforcerait ses effectifs avec du sang neuf (Pour mieux faire couler celui des Djiboutien ??)

Selon un dépêche qui nous a été envoyée par un correspondant, la Garde républicaine djiboutienne aurait lancé une grande campagne de recrutement en Somalie pour renforces ses effectifs.

L’odieux Colonel Mohamed Djama Doualeh se chargerait en personne de la sélection des futurs “assassins”
qu’il commandera, tandis qu’un concours serait ouvert à Djibouti et la sélection réalisée sur une base strictement ethnique. Les candidats qui ne sont pas issus de l’ethnie ISSA / Mamassan, devraient s’abstenir de concourir. Pour ceux qui ont les bonnes origines aux yeux du dictateur, ils devront prouver leur férocité et leur sens absolu de l’obéissance.

08/10/10 (B572) (Modifié 22h00) Abdallah Deberkalleh nous prie de mettre en diffusion, sous son entière responsabilité, les deux extraits son (et non vidéo) des deux enregistrements qu’il a téléchargés sur YouTube. NOUVEAU : Un aimable correspondant nous propose une traduction de l’entretien en Arabe entre Kadamy et un journaliste somalien.

____________________ 1 – Extrait de l’entretien entre
Mohamed Kamady et un journaliste somalien (Langue arabe)


Interprétation en Français réalisée par un aimable correspondant que nous remercions vivement. (Attention : cette traduction est le résultat d’un travail personnel et bénévole. Elle ne saurait engager ni son auteur, ni l’ARDHD. Seule une traduction officielle effectuée par un traducteur assermenté pourrait faire foi en cas de contestation.)

L’interview (ou la discussion ?) se déroule entre un journaliste somalien résidant à Dubai et Mohamed Kadamy. Tous deux parlent l’Arabe.

Le journaliste évoque, en premier lieu, les relations entre Kadamy et Deberkalleh lui demande pourquoi elles sont si mauvaises …

Kadamy confirme qu’il considère toujours Deberkalleh comme son frère et qu’il sera toujours le bienvenu chez lui. En revanche il affirme que ce n’est pas quelqu’un de sérieux, car il a accepté de faire partie du GED dont les dirigeants à l’instar d’Ali Iftin et des autres membres ne sont pas crédibles.

Le
journaliste :
pour quelles raisons, vous ne faites pas l’union de l’opposition ?

Kadamy : nous sommes en train de la réaliser, mais Abdallah (Deberkalleh) et son groupe “le GED” ne sont pas sérieux et nous ne pouvons pas nous unir avec eux.

Journaliste: avez-vous des contacts avec Boreh ?

Kadamy : oui, nous nous sommes rencontrés à trois reprises. Mais Boreh, au fond, n’est qu’un simple commerçant d’origine Arabe. Nous l’avons convaincu de ne pas revenir à Djibouti, car il voulait sans doute le faire.

De toutes les manières, c’est un homme qui a piqué l’argent d’Ismail Omar, mais c’est avant tout un commerçant et non pas un politicien.

Avec son argent, mais surtout avec nos idées nous pouvons renverser le régime, (“rires”) quand Kadamy se moque de Boreh.

Journaliste : pourquoi parlez-vous d’Arabes, d’Issas, de Somali, d’Afar et non pas des Djiboutiens, car même avec tout l’argent du monde, vous n’arriverez pas à réaliser votre objectif sans l’union des différentes composantes.

Kadamy : aujourd’hui IOG a de gros problemes avec ses anciens amis Sheik Sharif, Rayaleh qui sont en chute libre en Somalie. Il a des problèmes avec l’Ethiopie et avec l’Erythrée; il a aussi des problèmes dans le nord du pays et à l’intérieur. Tous, nous sommes contre IOG (faisant allusion à l’aide financiere de Boreh)

___________________ 2 – Extrait de l’entretien (En Somali et en Français, entre Abdourahman Boreh et Abdallah Deberkalleh)

08/10/10 (B572) – Ethiopie: “c’etait très dur en prison”, confie l’opposante Birtukan Mideksa

L’opposante éthiopienne Birtukan Mideksa, qui a été graciée et libérée mercredi après presque deux nouvelles années en prison, a confié à l’AFP avoir beaucoup souffert de ses conditions de détention.

"C’était très dur en prison, j’ai trouvé très difficile d’être seule tout ce temps. Je suis très heureuse d’avoir été libérée", a-t-elle déclaré lors d’un bref entretien exclusif avec l’AFP.

L’opposante a passé l’essentiel de son emprisonnement en isolement à la prison de Kaliti, en banlieue d’Addis Abeba. Elle ne pouvait recevoir la visite que de sa mère âgée et de sa fille de quatre ans.

Interrogée sur ses projets, notamment politiques, la jeune femme qui paraissait en bonne santé, a répondu: "je ne peux rien dire pour l’instant, je vais avoir besoin de temps pour penser au futur".

Mme Birtukan, 36 ans, figure charismatique de l’opposition éthiopienne et présidente de l’Union pour la démocratie et la justice (UDJ), était en prison depuis décembre 2008 pour avoir, selon le gouvernement, renié le premier pardon qui lui avait été accordé.

Elle avait en effet été une première fois emprisonnée après les manifestations violemment réprimées qui avaient accompagné la contestation des élections de 2005 et condamnée à la prison à perpétuité, avant d’être graciée et libérée en 2007 après deux ans de prison.

08/10/10 (B572) Radio-Trottoir Eh oui, IOG, tous les trente ans, doit éliminer un(e) ami(e). Compte-tenu de son caractère, c’est viscéral, incontrôlable, prévisible et inéluctable !!

_________________ Petite information …

La gifle permet-elle de créer un climat de confiance, propre au règlement des divisions internes ?

Ismaël Tani s’est fait gifler, dans son bureau du Palais de l’Escale et non dans ce lui d’Haramous. A mon avis, c’était la façon choisie pour ouvrir les discussions avec les partisans et les non-partisans de Kadra, pour ou contre Ismaël Tani.

Les deux humiliés par IOG sont en fait des ennemis entre eux …

_______________________________

Secousse sismique de magnitude 4 à Haramous…

« Jolie bouteille, sacrée bouteille… »

Refrain que le vieux IOG, bien fatigué par les temps présents, reprendrait à loisir ….

Les murs du salon « number two » commencent à se fissurer légèrement…

Encore rien de grave pour les murs, mais la pauvre Paulette commence à prendre un coup de vieux et à accuser les années …

Son p ‘tit frangin Djama, à qui elle téléphone tous les soirs, a perdu 15 kilos.

Les vieux des quartiers sont inquiets, les tirs de cailloux s’amplifient, les blessés se comptent par dizaines.

La vente des armes est prisée, c’est terrible, si çà continue, il faudra faire appel aux Islamistes, pour chasser du pouvoir les incapables, qui ne savent que voler.

Mais où va nous mener ce séisme qui prend de l’ampleur, de jour en jour ?

Depuis le retour de Kadra d’Addis Abeba, rien ne va plus.

IOG, seul et isolé durant l’absence de sa vieille charmante, a-t-il été tenté par le démon de midi, sous la forme
d’autres femmes sans foi ni loi ou s’est-il remis à la bouteille ?

Le cas d’IOG s’aggrave de nuit en nuit, son visage de décompose ces derniers temps et ses apparitions sur le petit écran sont de plus en plus espacées.

Depuis une semaine, la situation empire. Hier soir les membres présents ont du faire face un pic d’agressivité qui a fait grand peur dans le Palais, mais surtout à sa tendre épouse. En réaction, la Première Dame a lancé un ultimatum pour obtenir le divorce avec cet ogre qui veut tout bouffer et pire encore qui
se met à hurler tous les soirs et qui vocifére des insultes intolérables.

Un divorce conforme au Code sur l’égalité des sexes ?

Hier soir la tirant par les cheveux, IOG a trainé sur le plancher la pauvre Kadra, en mini robe de nuit, alors qu’elle avait pris sa douche et qu’elle s’apprêtait à dormir.

La tirant violemment, IOG a jeté dans la cour la douce Paullette, qui aurait roulé par
terre et qui se serait retrouvée pratiquement nue aux pieds des soldats de garde. Ont-ils fait mine de ne rien voir par respect

Quelle humiliation insupportable pour la si charmante Paulette. On dit même que les paroles prononcées par le colérique ont passablement énervé certains soldats qui ont eu du mal à réprimer leur envie de tirer sur ce fou vociférant au torse nu, en caleçon et sans
pantoufle.

Ismaël Tani qui broutait tranquillement s’était levé en entendant les cris, il a essayé de calmer IOG mais ce dernier lui a administré violemment une claque
suivie d’un revers sur les yeux.

Ismaël Tani abasourdi et éberlué a rejoint directement sa voiture pour s’en aller.

Aujourd’hui samedi, Ismaël Tani ira-t-il au travail avec un cocard légendaire ou va-t-il présenter un certificat médical.

Tôt ce matin les proches de la famille vont tenir une réunion d’urgence, pour exiger le divorce ?

A suivre avec inquiétude pour Djama M. Haïd qui risque de laisser des plumes, si sa soeur n’a plus accès à la puissance présidentielle.

Melle Zahra Salem
petite fille de la future Présidente Cumaro Chirdon Abassa,
Adjudante Chef de la Garde Républicaine

08/10/10 (B572) Le Journal de la Flibuste – Un bateau de pêche taïwanais capturé par des pirates au large de Madagascar – Un bateau capturé par les pirates au nord de l’ile Maurice ? – les pays de l’océan Indien adoptent “une stratégie régionale” (3 articles)

______________________ 3 – AFP

Un bateau de pêche taïwanais capturé par des pirates au large de Madagascar

Un bateau de pêche taïwanais avec 14 membres d’équipage a été capturé par des pirates au large de Madagascar, a annoncé vendredi la force navale antipiraterie européenne Atalante, en notant qu’il s’agissait de l’attaque la plus au sud jamais recensée à ce jour.

Le bateau de pêche Feng Guo a été capturé par des pirates à environ 250 milles nautiques d’Antisiranana, a indiqué Atalante dans un communiqué. "C’est l’opération de piraterie la plus au sud recensée depuis qu’a débuté l’opération Atalante", a-t-elle souligné.

Généralement, les pirates opèrent dans l’océan Indien au large de la Somalie où se trouvent leurs bases terrestres.

Le bateau de pêche comptait 14 membres d’équipage dont huit Vietnamiens, trois Chinois, deux Indonésiens et le capitaine de nationalité taïwanaise.

Avec cette capture, les pirates somaliens détiennent désormais 18 navires et 383 otages, a indiqué Atalante.

______________________ 2 – Europe II de la Défense (Blog)

Un bateau capturé par les pirates au nord de l’ile Maurice ?

Nicolas Gros-Verheyde

Alors que tous les pays de la région étaient réunis à l’Ile Maurice pour une réunion centrée sur la piraterie, les pirates leur auraient-ils fait un pied de nez en s’attaquant à un bateau de pêche taïwanais ? Le FV Feng Kuo No 168 aurait été attaqué alors qu’il se trouvait à proximité de l’ile de Tromelin, une ile française, cogérée avec l’Ile Maurice, rapportent à la fois des sources proches de la police mauricienne et le programme d’assistance aux marins (SAP – East African Seafarers Assistance Programme).

Cette prise a d’abord été confirmée vendredi matin par le QG de l’opération européenne anti-piraterie Atalanta. Puis démentie en fin d’après-midi. « Le FV Feng Kuo No 168 est libre de tout pirate. » Explication : le propriétaire du navire n’ayant pas de nouvelle, a craint le piratage. Ceux-ci détiennent – selon le QG Atalanta – 17 navires et 369 otages.

Depuis lundi 4 octobre, le bateau ne répondrait plus en effet à la radio. Et, selon les dernières indications fournies par le VMS, jeudi, il aurait changé de route prenant le cap sud-ouest vers Madagascar. Les forces françaises à la Réunion et mauriciennes sont en alerte. Il comprend un équipage de 14 marins : vietnamiens (8), indonésiens (2), chinois (3) et taïwanais (1).

___________________________ 1 – AFP

Piraterie: les pays de l’océan Indien adoptent "une stratégie régionale"

Les pays de l’océan Indien et de l’Union européenne (UE) ont adopté jeudi à Maurice au cours d’une conférence ministérielle une "stratégie régionale" pour améliorer la lutte anti-piraterie, a-t-on appris de source officielle.

Deuxième conférence du genre, cette réunion à l’échelle régionale visait à renforcer la coopération des pays de l’océan Indien en matière de lutte anti-piraterie, selon les autorités mauriciennes.

Les représentants de l’UE, de Maurice, des Seychelles, des Comores, de Djibouti, de la Tanzanie, du Kenya, et de la Somalie notamment ont adopté cette "stratégie régionale", qui comprend "trois volets", a indiqué au cours d’une conférence de presse le ministre mauricien des Affaires étrangères, Arvin Boolell.

Elle prévoit "la mise en place d’un plan d’action à terre" en Somalie pour combattre les causes de la piraterie, veut "encourager les pays de la région à intenter des poursuites contre les pirates arrêtés dans la région avec l’appui financier et technique de la communauté internationale", et entend "renforcer leur capacité "à sécuriser leurs zones maritimes".

"Une solution durable (à la piraterie) nécessite une responsabilité et une appropriation régionale" du problème, a déclaré à l’ouverture de la rencontre la Haute représentante de l’UE aux Affaires étrangères, Catherine Ashton.

"Dans un chemin sans précédent, la région s’est rassemblée pour développer une approche commune pour lutter contre la piraterie. L’UE attache une grande importance à cette initiative et vous assistera", a expliqué Mme Ashton.

"C’est une plate-forme solide sur laquelle construire", a-t-elle jugé, se félicitant de la mise en place de ce "cadre régional cohérent".

La conférence était organisée en collaboration avec l’UE, la Commission de l’océan Indien (COI) et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA). Prévue initialement pour durer deux jours, elle s’est finalement achevé jeudi dans la journée.

08/10/10 (B572) Un lecteur nous envoie, en nous prisant de la mettre une ligne, une interview de Charles Abdouraman Boreh en langue Somalie. Celle-ci a été diffusée préalablement, par la Voix de Djibouti. Notre correspondant nous a fourni un résumé succint des déclarations qu’il a traduites en Français.

__________________________________ Résumé en Français

(Ce résumé nous a été proposé par notre correspondant)

En résumé, Monsieur Boreh dit que tout le monde a le devoir de respecter la Constitution djiboutienne. Il avait fait progresser les choses avec IOG, mais, selon lui, IOG serait fatigué et ajoute-t-il, il n’aurait plus les capacités requises pour diriger le Pays.

Toujours selon M. Boreh, si rien n’est fait, Il n’y aura plus d’avenir pour Djibouti. Le changement est indispensable et cela ne peut passer que par transition de Président.

08/10/10 (B572) Nouvelles de Somalie – L’ONU étudie un renforcement – Des violences font quatre morts en Somalie – Dans le Nord, les Shebabs font l’unité contre eux – Les troupes de l’Union africaine gagnent du terrain à Mogadiscio (4 articles)

______________________ 4 – JDD

Somalie: L’ONU étudie un renforcement

Le Conseil de sécurité de l’Onu examine une proposition visant à réunir des fonds pour accroître les effectifs de la mission de maintien de la paix de l’Union africaine en Somalie, a déclaré mercredi le président ougandais Yoweri Museveni.

L’Ouganda est déjà le premier contributeur de la mission de l’UA en Somalie (Amisom), qui compte 7.200 hommes, et Kampala s’est dit prêt à fournir les 20.000 hommes que l’UA juge nécessaires pour vaincre la guérilla islamiste en Somalie.

“Les membres du Conseil de sécurité étudient (la proposition) pour mieux saisir la question”, a dit Museveni aux journalistes après avoir rencontré des émissaires de l’Onu de passage dans son pays.


_________________________ 3 – Metro – Montréal (Ca) avec AP

Des violences font quatre morts en Somalie

Des affrontements sporadiques entre militants islamistes et forces gouvernementales ont fait au moins quatre morts dans la capitale somalienne, Mogadiscio, mercredi.

Un responsable des services ambulanciers de la capitale rapporte aussi que 18 personnes ont été blessées quand les adversaires se sont échangés des tirs de mortier près du marché Bakara, le plus important de la ville.

Au moins 31 personnes ont perdu la vie depuis cinq jours.

Les insurgés islamistes tentent depuis trois ans de déloger le gouvernement officiel appuyé par les Nations unies. Ce gouvernement ne contrôle toutefois qu’un secteur de la capitale.

La Somalie est sans gouvernement central efficace depuis 19 ans, depuis que des chefs de guerre ont chassé le pouvoir en place en 1991.

___________________________ 2 – Jeune Afrique

Dans le Nord, les Shebabs font l’unité contre eux

Les Shebab menacent de destabiliser les deux provinces autonomes.

Fin septembre, les deux provinces du nord de la Somalie ont décidé d’oublier – un temps – leurs conflits frontaliers et leur différend diplomatique, et ont annoncé qu’elles allaient collaborer face à la menace islamiste.

Le passif entre les deux entités est lourd. Les soldats des deux camps se sont dans le passé affrontés pour le contrôle des régions frontalières. Aujourd’hui encore, le Puntland, autonome depuis 1998, reste attaché au concept d’une Somalie unie et ne reconnaît pas l’indépendance du Somaliland, proclamée unilatéralement en 1991.

À l’origine de leur nouvelle entente, une hostilité commune à la montée de l’extrémisme islamiste et l’offensive menée à Galgala, une ville située au Puntland et près de la frontière avec le Somaliland, par une milice accusée d’entretenir des liens avec les Shebab.

Cette coopération ne peut que réjouir les États-Unis, inquiets de voir les Shebab gagner du terrain. « Nous pensons que ces deux parties de la Somalie seront un rempart contre l’extrémisme », a reconnu Johnny Carson, le secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines. Washington s’est engagé à envoyer « davantage de diplomates et de travailleurs humanitaires » dans ces deux provinces. Les États-Unis assurent toutefois qu’il ne s’agit en aucun cas d’une reconnaissance de l’indépendance du Somaliland. D’un début, peut-être ?

___________________________ 1 – L’Express avec Reuters

Les troupes de l’Union africaine gagnent du terrain à Mogadiscio

La force de maintien de la paix de l’Union africaine pourrait s’assurer fin octobre le contrôle de la moitié de Mogadiscio, après une offensive coûteuse, a estimé jeudi l’émissaire de l’UA en Somalie.

Selon Wafula Wamunyinyi, les contingents ougandais et burundais formant la mission de l’UA en Somalie (Amisom), qui compte 7.200 hommes, gagnent chaque jour du terrain sur les insurgés, repoussant peu à peu la ligne de front vers la périphérie de la capitale.

“Nos forces sont maintenant présentes dans plus de 40% (de la ville). A notre avis, cela devrait dépasser 50% ce mois-ci si nous continuons à progresser à ce rythme”, a-t-il dit en se référant aux secteurs que l’Amisom estime contrôler, où règne un calme relatif et où les habitants peuvent circuler librement.

Forces gouvernementales et insurgés affirment les uns comme les autres avoir progressé au cours d’une offensive déclenchée fin août par les rebelles. Mais l’Amisom dit avoir repris onze nouvelles positions et le gouvernement affirme que l’offensive a divisé les chefs de l’insurrection au sujet des structures de commandement et du rôle des djihadistes étrangers.

08/10/10 (B572) Yémen Express – Péril terroriste au Yémen – le meurtre du directeur français d’OMV serait d’ordre criminel – Un Français grièvement blessé – sept suspects arrêtés après l’attaque contre le No2 de l’ambassade britannique (4 articles)

__________________ 4 – Libération avec Reuters

Péril terroriste au Yémen

Un double attentat a frappé la capitale Sanaa, tuant un expatrié français.

Par CHRISTOPHE AYAD, JEAN-PIERRE PERRIN
(REUTERS/Khaled Abdullah)

Le Yémen est déjà en proie à une guerre civile larvée au nord, à un mouvement séparatiste au sud et à des tribus tentées de temps à autre par l’irrédentisme. Mais ces trois maux risquent de passer bien après un quatrième, le terrorisme inspiré par Al-Qaeda, qui a frappé hier, une nouvelle fois et à deux reprises la capitale yéménite. Un Français travaillant pour le groupe énergétique autrichien OMV a été tué et un employé britannique gravement blessé par un garde de sécurité qui a tiré sur eux au siège de la compagnie dans la banlieue de Sanaa.

L’agresseur, un islamiste de 19 ans, a ouvert le feu en criant Allah ouakbar («Dieu est grand») avant d’être arrêté.

Dans le même temps, un tir de roquette a visé une voiture blindée de l’ambassade du Royaume-Uni, qui transportait cinq membres de la chancellerie, blessant l’un d’eux. Deux passants ont aussi été touchés. Il s’agit du deuxième attentat perpétré contre des représentants de l’ambassade britannique en six mois. Le 26 avril, l’ambassadeur britannique avait été la cible d’un attentat raté perpétré par un kamikaze.

La situation intérieure continue-t-elle de s’aggraver ?

A l’évidence, oui, en dépit de la détermination affichée de Sanaa de lutter contre les réseaux de Oussama ben Laden. Ces deux attaques ont d’ailleurs coïncidé avec la visite du directeur politique du département d’Etat américain, William Burns, venu assurer au président Ali Abdallah Saleh que Washington était engagé à «aider le Yémen à affronter les défis de sécurité posés par Al-Qaeda».

Fin septembre, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, avait souligné que le Yémen allait se révéler un «très grand danger» si la communauté internationale n’empêchait pas son effondrement. Ces deux attentats s’ajoutent à une longue liste d’opérations anti-occidentales contre des objectifs militaires et civils depuis 2000. Mais cette branche yéménite, appelée Al-Qaeda dans la péninsule arabique (Aqpa), a aussi multiplié ces derniers mois les attaques sanglantes contre les forces de sécurité dans l’est et le sud-est. En janvier, le Yémen a déclaré une guerre ouverte à Aqpa qui avait revendiqué la tentative avortée d’un jeune Nigérian de faire exploser un avion américain. D’où une série de raids aériens qui se sont révélés surtout meurtriers pour la population.

Que représente AqPa ?

Aqpa résulte de la fusion, en 2009, des branches d’Al-Qaeda au Yémen et en Arabie Saoudite. Cette dernière était devenue nécessaire après l’écrasement de la composante saoudienne sous les coups de la police secrète du royaume à partir de 2006. En revanche, la branche yéménite a pu se développer, profitant du chaos qui règne dans le pays. En 2000, soit un an avant les attentats du 11 Septembre, elle avait déjà organisé une audacieuse opération contre le destroyer USS Cole, en mouillage à Aden, tuant 17 marins. Aujourd’hui, Aqpa est dirigée par Nasser al-Wahayshi, qui fut un proche de Ben Laden. Le père et la famille de l’homme le plus recherché du monde sont d’ailleurs originaires de la province de l’Hadramaout, dans l’ancien Yémen du Sud.

Comment lutter contre AqPa ?

Depuis fin 2009, les Etats-Unis considèrent que le Yémen est l’un des foyers les plus actifs du terrorisme islamiste. Il a fallu la tentative ratée d’attentat du 25 décembre contre le vol Amsterdam-Detroit, précédée de peu par l’attaque d’un médecin militaire d’origine arabe sur la base de Fort Hood (13 morts) au Texas. Ce dernier avait été inspiré par l’imam Anouar al-Awlaqi, réfugié dans un endroit inconnu au Yémen. Mais combattre Al-Qaeda n’est pas aisé. D’où le dilemme de l’administration Obama : le régime d’Ali Abdallah Saleh n’inspire pas confiance, mais s’engager à sa place n’aboutirait qu’à ouvrir un front de plus, après l’Afghanistan et l’Irak. Avec le risque d’aggraver le problème plutôt que le régler.

A Washington, deux options, l’une maximale l’autre minimale, s’affrontent, incarnées respectivement par le Pentagone et la CIA. Le premier prône une aide américaine massive – militaire et économique – à l’Etat yéménite complètement défaillant. Avec le risque que le président Saleh détourne cette aide à son profit, notamment pour combattre les tribus chiites entrées en dissidence dans le nord et les séparatistes du sud. Déjà, 75 officiers des forces spéciales américaines entraînent l’armée yéménite. La CIA, soutenue par le département d’Etat, plaide pour une approche plus modeste, limitée à la seule lutte antiterroriste, à l’aide de drones et de commandos spéciaux. Suffisante pour contenir les 500 à 600 combattants d’Aqpa, mais pas forcément pour redresser un pays en plein naufrage.

__________________ 3 – Romandie News (Ch) avec AFP

Yémen: le meurtre du directeur français d’OMV serait d’ordre criminel

Le meurtre mercredi du directeur français du groupe énergétique autrichien OMV au Yémen serait d’ordre "criminel" et lié à des "motivations personnelles", a indiqué le ministère yéménite de la Défense sur son site internet.

Citant les premiers éléments de l’enquête, le ministère rapporte qu’"il est probable que le meurtre du Français (…) avait des motivations personnelles et qu’il avait un caractère criminel", sans donner d’autres précisions.

"Ces conclusions sont préliminaires (…), l’enquête étant encore à ses débuts avec l’accusé, Hicham Mohammed Ahmed Assem, 19 ans, (…) un garde de sécurité" de la compagnie autrichienne, ajoute cependant le ministère.

Un Ecossais, responsable de la sécurité d’OMV, âgé de 65 ans, a également été blessé dans la fusillade, précise-t-il.

Mercredi, le garde avait ouvert le feu dans l’enceinte du siège de la compagnie à Haddah, dans la banlieue proche de Sanaa, tuant le directeur français, âgé de 40 ans, et blessant le chef de la sécurité.

"Le garde armé a ouvert le feu sur le directeur en criant Allah Akhbar (Dieu est grand)", avait indiqué une source des services de sécurité, laissant entendre qu’il pourrait s’agir d’un islamiste.

Les islamistes jihadistes, dont ceux d’Al-Qaïda, sont très actifs au Yémen, un pays pauvre de la péninsule arabique miné par ailleurs par un mouvement séparatiste dans le Sud et les séquelles d’une rébellion chiite dans le Nord.

Paris avait confirmé la mort par balles du ressortissant français près de Sanaa et indiqué que la victime, employée par la société française Spie, était détachée auprès du groupe autrichien OMV.

__________________ 2 – JDD

Yémen: Un Français grièvement blessé

Un ressortissant français a été grièvement blessé par balle par un homme armé dans une usine du groupe pétrolier autrichien OMV à Sanaa, au Yémen, indique une source au sein des services de sécurité yéménites mercredi.

L’homme armé s’est brièvement retranché dans les locaux de l’entreprise avant d’être appréhendé par les forces de l’ordre, précise la même source.


__________________ 1 – Nouvel Obs avec AP

Yémen: sept suspects arrêtés après l’attaque contre le No2 de l’ambassade britannique

Au moins sept militants présumés d’Al-Qaïda ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête sur l’attaque contre le numéro deux l’ambassade britannique au Yémen, a annoncé jeudi un responsable yéménite de la sécurité.

Les suspects ont été arrêtés mercredi, quelques heures après que des assaillants ont tiré une roquette RPG sur le convoi du numéro deux de l’ambassade britannique. Quatre personnes ont été blessées dans l’attaque, dont un responsable de l’ambassade. Mais Fionna Gibb, numéro deux de la mission britannique, en est sortie indemne.

Selon le responsable yéménite de la sécurité qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat, l’attaque montre les difficultés des forces de sécurité yéménites à sécuriser la capitale Sanaa, notamment le quartier de Noqoum, où l’incident s’est produit.

Un ressortissant français a par ailleurs été abattu mercredi à Sanaa par un homme armé.