26/10/2011 (B627) Un article paru hier sur Ouest France avait pu laisser supposer à certains que Guelleh était pratiquement en fuite. Prémonition, anticipation ou manoeuvre du pouvoir pour tenter de démobiliser les opposants, en faisant baisser la pression qu’ils exercent actuellement contre lui ?

A la lecture d’un article publié en 4ème de couverture par Ouest France, on apprend que Guelleh serait en train “d’ex-flitrer” vers une destination inconnue, plusieurs membres de sa famille (et probablement de l’argent), par crainte de la contestation qui se développe dans le pays.

Certains lecteurs ont cru pouvoir annoncer la bonne nouvelle que nous sommes nombreux à attendre : “Guelleh a enfin quitté le pays !”

Hélas, ce n’est pas encore le cas à l’heure où nous publions cet article.

Il faut donc rester prudent, même si certains signes trahissent la plus grande confusion qui règne au plus haut niveau de la République.

Régulièrement, nous sommes informés de mesures qui sont prises en haut lieu, pour préparer la fuite (probable ?) de Guelleh, de sa famille et de ses proches obligés.

Mais attendons en restant mobilisés ! Le combat contre la dictature n’est pas terminé.

Bien au contraire !

Il faut continuer et renforcer la mobilisation contre Guelleh et son régime et surtout ne pas baisser les bras à un moment où les choses pourraient basculer plus vite que prévu.

Il appartient désormais au Peuple et à ses représentants de décider s’ils doivent donner le coup de grâce à leurs prédateurs et signifier aux dirigeants illégitimes et indignes, leur licenciement immédiat pour corruption, crimes et viols, appropriation et destruction de biens privés, privation de libertés, et non respect de la constitution et des lois (entre autres motifs …), sous réserve des poursuites pénales prévues par les Lois nationales et internationales.

Nous suivons cela avec la plus grande attention et nous remercions tous nos contacts de continuer à nous informer heure par heure de la situation au pays.