14/02/02 Indiscrétions : Guelleh à Paris dès le 15 février ?

Selon
certaines indiscrétions, nous avons tout lieu de penser
que Guelleh va venir pour Paris dès demain 15 février.
(Nous avions anticipé ce voyage pour le milieu de Mars,
mais il semble bien pressé de le faire). Si cette information
se confirme, on peut imaginer deux choses :


qu’il a été vexé de n’avoir pas été
invité au sommet franco-africain de l’Elysée,
vendredi dernier, et qu’il vient aux nouvelles,


et/ou que l’affaire Borrel et ses possibles développements
l’inquiètent et qu’il vient chercher du soutien auprès
de Chirac, qui ne lui a jamais rien refusé,

En
profitera-t-il aussi pour inviter à déjeuner le
témoin de Bruxelles ?
Peu probable, parce que ce serait un peu gros, mais quand même,
on peut s’attendre à tout avec lui. Que pourrait-il lui
promettre : argent, honneurs en échange d’un renoncement
à son témoignage ? Nous n’en avons aucune idée.

A
ceux qui pourraient se demander comment Guelleh peut décider
de partir à la dernière minute, sans réservation,
nous rappelons que le peuple djiboutien, dans son infini générosité,
lui a offert un bel avion à réaction, dont le
fils Guelleh est très fier !

13/02/02 Premier mars : une journée internationale de protestation contre les régime et les méthodes de Guelleh. Une idée à creuser.

Vu
à Athènes
Vu
à Bruxelles

Nous
lançons cette idée à tous les lecteurs.
Nous proposons que le 1er Mars devienne la journée internationale
de protestation contre le régime de Guelleh et ses méthodes.
Nous demandons à tous les lecteurs de nous donner des
idées et de proposer des actions à mener le 1er
mars pour sensibiliser la communauté et l’opinion internationales
aux terribles conditions que Guelleh et ses tortionnaires imposent
au peuple djiboutien.

Merci
à chaucun de nous proposer des actions possibles :


affichage sur la voie publique,
– distribution de tracts,
– prise de rendez-vous avec des journalistes,
– collectes en faveur des victimes,
– ….

Le
thème de cette campagne pourrait-être "Boycott
Guelleh !", de façon à sensibiliser les institutions
internationales sur le fait que toutes les aides sont actuellement
dévoyées par Guelleh et ses sbires. Loin de profiter
au peuple djiboutien (ce que nous approuverions complètement),
elles sont en fait détournées systèmatiquement
au profit de deux objectifs uniques :


l’enrichissement personnel des dignitaires et de leurs ‘obligés",


l’acquisition de moyens supplémentaires pour mieux asservir
le peuple.

LE DROIT AU CHAPITRE : par AÏNACHÉ le 12.03.02

LE
DROIT AU CHAPITRE :

par
AÏNACHÉ le 12.03.02

LA
CHAPE DE PLOMB

Le bâillonnement
de l’information prend la forme la plus archaïque et la
plus abjecte qu’on ne puisse imaginer. A en croire plusieurs
correspondants, nous sommes informés que le pouvoir très
énervé par l’engouement suscité par les
consultations de notre site, a réussi à suspendre
sa diffusion.

Ainsi,
les Djiboutiens sont privés de toute information, autre
que la propagande gouvernementale. Ce qui n’est pas une nouveauté.
Seul LE RENOUVEAU, publication du PRD non cloné, résiste
courageusement lorsqu’il n’est pas saisi ou interdit.

Nous savons
depuis toujours, qu’il est impossible de trouver la moindre
information sur la vie politique, syndicale ou associative,
même cloné, dans les colonnes du journal La Nation,
ni la moindre dépêche signalant l’activité
de telle ou telle organisation sur l’ADI encore moins sur les
ondes de la RTD. Cette interdiction qui ne dit pas son nom est
bien connu des Djiboutiens d’où la chasse effrénée
et ingénieuse de nos compatriotes pour trouver l’information
qu’on leur cache.

C’est ainsi
que nous apprenons que beaucoup des Djiboutiens de la diaspora
ont photocopié nos publications et ont inondé
avec des complicités courageuses sur place, les boites
aux lettres de Djibouti et de ses régions.

Merci à
vous, compatriotes de la diaspora. Nous vous encourageons vivement
à ne pas baisser la garde. Multipliez vos contacts coordonnez
vos actions, échangez vos informations, vos réactions
et actions sont indispensables. Ainsi, nous contribuerons ensemble
à faire sauter la chape de plomb qui étouffe nos
compatriotes.

Nous encourageons
plus particulièrement nos compatriotes d’USA (GIDEU)
qui sont les premiers à se manifester pour participer
activement à notre action. A notre tour, nous nous associons
et soutenons l’initiative de nos amis GIDEU pour faire de la
journée du 23 mars 2002, journée internationale
pour exiger la libération de 12 officiers et sous-officiers
incarcérés sans jugement à l’horrible prison
de Gabode, depuis 15 mois et qui viennent d’entamer leur 13ème
jour de grève de la faim.

A la même
occasion, nous remercions tous ceux qui se sont manifestés
sur cette affaire et particulièrement la mère
de famille qui a adressé une lettre ouverte à
l’épouse du Président de la République.
Malheureusement, je doute fort que cette courageuse mère
de famille reçoive une réponse.

Souvenons-nous
que ces soldats ont eux le seul tort d’obéir à
leur chef. Le dit chef, soit-dit en passant, est en liberté.
A la place de ce chef, j’aurai honte de laisser en prison ceux
qui m’ont obéi. L’honneur d’un chef est de couvrir ceux
qui sont sous ses ordres et non l’inverse. Où a t-on
vu que le capitaine quitte le navire qui sombre, avant ses hommes
?

la liberté
de choisir

Est-il nécessaire
de rappeler que notre objectif prioritaire et de créer
les conditions qui permettront de donner aux Djiboutiens la
liberté de choisir leur gouvernement.

Nous voulons
que les Djiboutiens ne craignent plus de s’exprimer et qu’ils
participent à la vie politique, syndicale et associative
de leur choix. Nous refusons les attaques et les injures personnelles
ou familiales qui n’ont pour nous aucun intérêt.
Nous privilégions uniquement et exclusivement le débat
politique pour arriver à notre objectif.

Nos colonnes
sont, bien entendu, ouvertes à tous ceux qui souhaitent
s’exprimer et participer au débat démocratique
indispensable pour arriver au changement souhaité par
la grande majorité de nos compatriotes.

Nous saluons
à ce propos l’action, courageuse et courtoise, menée
depuis plusieurs années maintenant par la LDDH (Ligue
Djiboutienne des Droits Humains) et son Président Jean-Paul
Abdi Noël.

Vive la
République de Djibouti


AÏNACHÉ

12/02/02 Lettre ouverte à Daher Ahmed Farah, Président du Parti du Renouveau Démocratique – PRD. (Anboul Abdalle dit Chiné)

Ce
que j’en pense
par Anboul Abdallé dit Chiné

Cher Daf,
Nos questions s’adressent à vous personnellement.

Pourquoi
ne recevons-nous plus d’informations en provenance de Djibouti
? Est-il vrai (comme le propagent certaines rumeurs) qu’il y
aurait des négociations secrètes entre vous et
le régime de Guelleh ?

D’après
ces rumeurs dont j’ai été informées au
cours d’une conversation téléphonique avec Djibouti,
il semblerait que les négociations soient conduites par
l’intermédiaire de M. Ahmed Boulaleh Barreh (originaire
de la même tribu que vous). Il aurait été
chargé par Guelleh de vous transmettre une proposition
d’amnisitie en vue des prochaines élections parlementaires
qui doivent avoir lieu cette année.

En consultant
attentivement le journal La Nation, j’ai constaté que
votre présence n’était pas mentionnée lors
du discours de sa majesté le Voleur et de sa dame. Pourtant
j’ai bien noté sur la derniére page la liste des
membres de l’opposition (enfin soit-disant opposition) ou plutôt
des déserteurs de l’opposition, comme M. Moumin Bahdon
Farah et Gabayo qui arboraient un large sourire en compagnie
du Chef du pouvoir …. (hypocrisie a la gomme !).

En tout
cas, bravo à M Moussa Ahmed Idriss qui ne participait
pas non plus à la mascarade au Palais de l’Escale.

Cher Daf,
le tribalisme galope à Djibouti, comme galope le sang
dans les veines. méfiez-vous ! La jeunesse a placé
en vous son espoir ! Surtout ne la décevez pas pour satisfaire
une vulgaire affaire tribale. Les vieux loups de la politique
djiboutienne n’ont jamais quitté leurs vieux démons.
Ils se font toujours acheter en monnaie de singe par le garçon-coiffeur
Guelleh.

Nous vous
demandons pourquoi le vice -Président ainsi que tous
les membres de votre parti n’ont jamais utilisé ou écrit
un seule article qui parle de la situation politique de notre
pays ?

Auriez-vous subi des pressions comme on dit dans les souks de
Djibouti ?
Pour quelles raisons Madame Amida Rayaleh a-t-elle était
radiée du parti (nous savons qu’elle était aux
côtés de M Mohamed Elabeh et qu’elle l’avait soutenu
y compris financièrement) ?

Pourquoi les militants du PRD ne réclament-ils pas l’ouverture
d’une enquête sur les causes de la mort de M. Elabeh ?

Est-il vrai que l’une de vos soeurs soit partie pour étudier
au Maroc à l’Académie des Armées (section
infirmière) du moment que le général Zakaria
est très proche de M. Guelleh ?

Fait-elle partie des clauses des accords que vous aviez discutés
avec le régime de Guelleh ?

Pardonnez-vous
M Daher Ahmed Farah de vous poser autant de questions, mais
il serait important que vous nous répondiez pour nous
permettre de comprendre.

Veuillez
agréer Monsieur l’expression de mes sentiments les meilleurs.


Anboul Abdallé dit Chiné

09/02/02 Guellehn’était pas présent au sommet franco-africain de l’Élysée.

Selon
nos informateurs postés rue du fg Saint-honoré,
IOG n’était pas présent au sommet franco-africain
de l’Élysée. Les guetteurs n’ont pas vu non
plus Paulette la croqueuse dans les magasins de luxe qu’elle
fréquente généralement autour du Palais
présidentiel pendant que son inestimable époux
fait du Business avec les conseillers du Président.

Nous sommes dans l’incapacité d’interpréter avec
fiabilité ce constat, mais nous pouvons procéder
par élimination (une méthode que Guelleh connaît
bien
)


IOG est-il mis à l’écart par Chirac ? Compte-tenu
du soutien qu’il continuer à lui accorder avec les finances
françaises, nous pensons pouvoir raisonnablement écarter
cette hypothèse,


IOG est trop occupé avec son meeting militaire et le
Président français n’a pas voulu le déranger
à ce moment crucial,


IOG a refusé de participer tout simplement, pour montrer
son indépendance,


L’Ambassadeur de France a oublié de porter l’invitation
qu’il a conservée dans sa serviette … Peu probable
… Patrick Roussel se rend souvent chez Guelleh et il a souvent
une enveloppe à lui remettre.

Il
y a fort à parier qu’IOG ne manquera pas de rendre une
visite de politesse à Chirac, pourquoi pas au milieu
de Mars ? Le juge sera passé et il aura beaucoup de choses
à lui raconter. A suivre

Affiche
de Roger Picon

Le
triomphe de Guelleh !


Les tirages numérotés seront vendus au profit
des victimes de Guelleh

09/02/02 Le coin de l’humour :

Les
charges que le juge J.B. Parlos pourrait retenir, sont-elles
explosives ?


image ARDHD

Nous ne
diposons pas d’élements répondre à cette
question, mais nous savons que le juge s’interroge, interroge
et qu’il va interroger encore plus à compter du 22 février,
date de son arrivée à Djibouti … Probablement
des rebondissements sont à prévoir !

Le
2ème festival cinématographique de Djibouti s’organise

Après l’affaire Borrel II le retour, un nouveau film
est annoncé : Titanic II

Image
R. Picon

Décidémment
le juge Jean-Baptiste Parlos aura bien du mal à se faire
une conviction. On dit qu’il devrait arbitrer entre la vérité
d’un côté et la thèse d’Etats de l’autre,
cette dernière étant soutenue à la fois
par l’Ambassade de France et par Guelleh. A l’origine, elle
avait été concotée par les juges Morrachini
et Le Loire, déssaisis ensuite. Mais tout cela ce sont
des ‘on-dit’ bien sur !

L’affaire
Borrel, c’est un Iceberg, on ne voit que la partie immergée
(10 % maximum). Tout le reste est sous l’eau. Mais ce pourrait
être un obstacle suffisant pour faire échouer le
dictateur … à condition que la Vérité
ne sombre pas avec l’honneur de la Justice française

D’après
nos informations récentes, Guelleh aurait tort de se
faire du souci. La France le protège et la France respecte
sa parole … Sinon, pour quelles raisons le juge J.B. Parlos
aurait-il attendu 18 mois pour interroger le témoin de
Bruxelles ? Pour quelles raisons n’aurait-il pas repris l’instruction
à zéro, sans tenir compte des conclusions de ses
prédécesseurs ? Dans ces conditions, faut-il attendre
quelque chose de nouveau du déplacement à Djibouti
prévu pour durer 9 jours environ .. ?

N’anticipons
pas, car le juge Parlos avait certainement beaucoup de travail
et il n’a probablement pas eu de disponibilité auparavant.
Ce qui nous étonne seulement, c’est le fait qu’il s’agit
de la mort curieuse de l’un des leurs : un juge, marié
à un autre juge et que l’esprit de corps ne semble pas
être prédominant dans cette profession.