Articles

26/07/08 (B458) AP / Somalie: un chef de l’opposition n’exclut pas la possibilité de combats contre des soldats de l’ONU (Info lectrice)

Un nouveau chef de l’opposition somalienne a déclaré vendredi que ses partisans pourraient prendre les armes contre une force de maintien de la paix de l’ONU envoyée dans le pays si elle se rangeait au côté du gouvernement.

Cheikh Hassan Dahir Aweys a pris cette semaine la direction d’un mouvement de l’opposition en exil. S’il dément tout lien avec des terroristes, Washington le soupçonne de collaborer avec Al-Qaïda.

“Se battre contre les soldats de l’ONU dépendra de la façon dont ils se comporteront en Somalie”, a-t-il dit dans un entretien téléphonique à l’Associated Press depuis l’Erythrée, où sont basés les dirigeants de l’opposition.

Il a affirmé que ses hommes combattraient toute force de l’ONU qui appuierait le gouvernement ou les troupes éthiopiennes soutenant la fragile administration somalienne.

26/07/08 (B458) Communiqué du GED Message du Gouvernement en Exil de Djibouti pour solliciter une mobilisation de la communauté djiboutienne en faveur d’un jeune étudiant frappé brutalement de paraplégie.

Au-delà de tout clivage ou de divergences d’ordre politique, le cas préoccupant d’Ali Saïd Ali, jeune étudiant, voué à un grand avenir et qui a été soudainement frappé de paraplégie, mérite unanimement toute notre attention et notre compassion.

Quelle que pourrait être notre place dans la société, nul ne saurait prétendre être à l’abri d’un tel problème de santé dont chacun mesure la gravité.

Incapable de réaliser seul les gestes essentiels de la vie, ce jeune homme est cloué dans un lit au domicile de ses parents, dans le quartier de Balbala de la capitale djiboutienne.

Selon le médecin colonel Madian, dont les hautes compétences médicales sont unanimement reconnues, seule une évacuation sanitaire vers un milieu hospitalier spécialisé situé à l’étranger pourrait sauver ce jeune homme frappé par ce lourd handicap qui est tout à la fois moral, intellectuel, social et physique.

La modestie de ses revenus d’étudiant, comme ceux de ses parents, ne permettent pas à Ali Saïd Ali d’envisager un financement du transport ; le paiement de ses frais d’hébergement et de ses traitements médicaux dans un hôpital.

Contrairement à ce qu’a toujours affirmé le Ministre de la Santé publique, médicaments et traitements comme hébergement en milieu hospitalier ne sont pas pris en charge par une éventuelle couverture sociale.

Dans de telles conditions, la situation d’ignorance et d’indifférence coupables dans laquelle sont tenus Ali Saïd Ali et sa famille confirme bien que, là encore, il y a mensonge éhonté émanant du Ministère de la Santé.

Avouer qu’il y a impossibilité financière d’assumer la couverture santé des Djiboutiens et des Djiboutiennes, ceci entrerait dans une certaine logique d’honnêteté ; plutôt que de falsifier toutes les vérités désastreuses que subissent quotidiennement les populations.

Profondément émue par la situation très préoccupante de ce jeune étudiant djiboutien, une équipe du Gouvernement en Exil de Djibouti s’est aussitôt constituée spontanément.

Elle s’est réunie autour de M Mohamed Saleh Alhoumékani aux fins d’envisager quelles pouvaient être les actions que nous pourrions mener pour alléger les souffrances d’Ali Saïd Ali et trouver remède à sa situation.

Après concertation, il a été décidé que dans un premier temps, une démarche serait effectuée auprès des milieux médicaux spécialisés en Belgique puis, et à partir de la décision prise par lesdits milieux médicaux, d’organiser financièrement l’évacuation sanitaire d’Ali Saïd Ali vers un hôpital en Belgique ainsi que d’assurer les démarches administratives en vue de la prise en charge de tous les frais générés.

Selon M Mohamed Saleh Alhoumékani, les premiers contacts qu’il a obtenus à haut niveau auraient été très fructueux sur le principe.

Vu l’impossibilité qu’a ce jeune étudiant d’effectuer les gestes essentiels de la vie, il est demandé à sa famille de bien vouloir envoyer EN URGENCE copie de l’intégralité de son dossier médical, sous double pli fermé et confidentiel, à M Mohamed Saleh Alhoumékani

Contact téléphonique préalable pour obtention de l’adresse de destination : 0032475832443

Contact mail : aloumeka@yahoo.fr

L’équipe du GED, réunie autour de M Mohamed Saleh Alhoumékani, et plus que jamais solidaire dans un tel dossier.

Chacune et chacun a pleinement conscience de la grande utilité d’une telle action qui va dans le sens d’une nécessaire évolution des pratiques dans notre pays en faveur de l’égalité des droits et des chances, de la participation et de la citoyenneté des personnes gravement malades et handicapées.

Ces femmes et ces hommes du Gouvernement en Exil de Djibouti mettront tout en œuvre pour aider du mieux possible Ali Saïd Ali et sa famille.

Bouh Warsama
Secrétaire général
du Gouvernement en Exil de Djibouti

26/07/08 (B458) GAROWE ON LINE / Le Président du GNT Yussuf est arrivé à Garowe après une embuscade à Mogadiscio After Mogadishu ambush, Somali leader arrives in Garowe (En Anglais – Info lecteur)

GAROWE, Somalia July 25 (Garowe Online) – Interim Somali President Abdullahi Yusuf has landed at a small airport in the outskirts of Garowe, capital of the northern state of Puntland, with conflicting reports emerging from his Saturday visit.

Radio Garowe’s correspondent in the national capital Mogadishu reported that President Yusuf’s armored convoy was ambushed by insurgents along the road linking the Villa Somalia presidential compound to Aden Adde International Airport.

There were no reports of casualties from the brief fighting, but Islamist-led insurgents have targeted the Somali president’s convoy at least three times along the same road.

President Yusuf was welcomed in Garowe by Puntland government officials, lawmakers, traditional elders and members of civil society.

The president’s office has not issued any official statement about Yusuf’s trip to Puntland, but our sources say that Yusuf and Puntland leader Adde Muse’s private discussions will focus on ‘new oil deals.’

There are unconfirmed reports that President Yusuf is seeking to ‘rectify differences’ between oil contracts he signed and Muse’s controversial exploration contracts.

As we go to print, Yusuf and Muse are jointly addressing t he Puntland Parliament, which has been in gridlock over the region’s new – and hotly contested – constitution.

Puntland lawmakers have halted debate on the constitution, but insiders now suggest President Yusuf might attempt to persuade the parliament to approve a constitution that remains unpopular with lawmakers and traditional elders.

The Somali leader has secretly backed measures to postpone Puntland elections, slated for January 2009, fearing instability in his home region before Somali national elections are held in mid-2009.

Puntland MP Ahmed Barre told Radio Garowe that the new constitution gives the current government of Adde Muse a five-year term, instead of a four-year mandate that ends in January 2009. [Read: Under new constitution, 1 year left in office for Puntland govt: MP]

Since 2004, President Yusuf’s interim government has struggled to assert real control in Mogadishu and other main towns, as Islamist-led rebels continue an insurgency to expel Ethiopian troops backing the weak government.

26/07/08 (B458) La Presse Candienne / Somalie: un chef de l’opposition n’exclut pas la possibilité de combats contre l’ONU (Info diffusée par de nombreux journaux et agences de presse)

Un nouveau chef de l’opposition somalienne a déclaré vendredi que ses partisans pourraient prendre les armes contre une force de maintien de la paix de l’ONU envoyée dans le pays si elle se rangeait au côté du gouvernement.

Cheikh Hassan Dahir Aweys a pris cette semaine la direction d’un mouvement de l’opposition en exil. S’il dément tout lien avec des terroristes, Washington le soupçonne de collaborer avec Al-Qaïda.

“Se battre contre les soldats de l’ONU dépendra de la façon dont ils se comporteront en Somalie”, a-t-il dit dans un entretien téléphonique à l’Associated Press depuis l’Erythrée, où sont basés les dirigeants de l’opposition.

Il a affirmé que ses hommes combattraient toute force de l’ONU qui appuierait le gouvernement ou les troupes éthiopiennes soutenant la fragile administration somalienne.

26/07/08 (B458) LE FIGARO avec AFP / 18 civils tués en Somalie

Dix-huit civils somaliens ont été tués en deux jours de combats entre soldats éthiopiens et insurgés dans la localité de Beledweyne, dans le centre de la Somalie, selon un nouveau bilan recueilli aujourd’hui auprès de témoins et de travailleurs humanitaires.

Des combats sporadiques se poursuivaient vendredi dans cette localité située à 350 km au nord de Mogadiscio, provoquant le déplacement de milliers de personnes, ont rapporté des travailleurs humanitaires locaux.

Hier, des chefs coutumiers avaient rapporté que neuf civils avaient été tués à Beledweyne par des soldats éthiopiens qui ripostaient à une attaque d’insurgés contre leur base.

26/07/08 (B458) Press TV / Les forces des tribunaux islamiques tuent 40 militaires éthiopiens / UIC kill 40 Ethiopian soldiers (En Anglais – Info lecteur)

40 Ethiopian soldiers have been killed in a pitched battle with the Union of Islamic Courts (UIC) fighters in Somalia’s Hiiran region.

The fighting erupted after Ethiopian troops, allied with the Somali military, started shelling the central Somali region’s Baladweyn town, a Press TV correspondent reported.

During their indiscriminate attack, the soldiers fired artillery on both the fighters and the town’s civilian population ,creating an immediate evacuation.

The UIC were said to have lost 20 fighters during the shelling.

The UIC fighters eventually seized some weaponry from the soldiers and captured the biggest checkpoint in Baladweyn’s outskirts.

The foomer US envoy to the United Nations, John Bolton, meanwhile, suggested that the soldiers not be withdrawn from Somalia and thanked them for their contributions. The soldiers’ are said to be responsible for the deaths of countless innocent Somali civilians.

Unabated violence has blighted the Horn of Africa nation since the ouster of President Mohamed Siad Barre in 1991.

The fighters enjoy strong popular support. They were removed from power in 2006 following the US-backed invasion of Ethiopian troops.