Articles

18/12/08 (B478-B) Les violences continuent en Somalie, contre le contingent de l’UA et contre les militaires éthiopiens. (5 dépêches en Anglais)

_______________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Les habitants de la ville de Marka ont été effrayés par une rotation d’hélicoptères qui
a survolé le centre.// Helicopters fly over Marka town

Helicopters that were flying in low level have frightened in the people of Marka town in lower Shabelle region 60 kilometres south of Mogadishu on Wednesday evening, residents said on Thursday.

Residents say Helicopters have been flying over Marka town and frightening the residents of the town.

It is believed that the helicopters have flown from foreign warships which are in the Somali coast protecting pirates.

Foreign naval warships escort WFP ships which carry aid food to Somalia since Somali pirates have been seizing merchant and fishing ships in and around the coast of Somalia.

________________________ 4 – Shabelle (En Anglais)

Une situation très tendue dans la région d’Hiran après l’assassinat d’un responsable des tribunaux islamiques. // Tense situations arise in Hiran region

Tense situation has emerged from Baladweyn town in Hiran region after one of the Islamic Courts Union commanders was killed in the town on Wednesday evening, our correspondent in the region reported on Thursday morning.

Reports from the region say that the security situation of the town has worsened when the commander and another Islamic Courts Union fighter has been killed in the town by unidentified gunmen.

Joint Islamist forces of Islamic Courts Union and Al-shabab have have been patrolling the town on Thursday morning and tightened the security of the town.

The Islamic Courts Union has been controlling the city since the Ethiopian troops have withdrawn from the town.

_______________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Au moins 10 personnes et plus de 20 blessés au cours d’un accrochage entre les troupes éthiopiennes et les forces islamistes. // Fresh fighting kills 10 people in Mogadishu

At least ten people have been killed and more than twenty others have been injured when a heavy fighting between Ethiopian troops and Islamist insurgent forces erupted in Yaqshid district north of Mogadishu, witnesses and officials said on Wednesday.

"Seven people from one family died when a mortar shell landed in their house and dozens were injured," resident Shire Farah told Radio Shabelle. I cannot describe to you what I have seen…… Scattered human flesh, he added.

Al-shabab spokesman, Sheik Muktar Robow Ali (Abu Mansur) claimed they have killed dozens from the Ethiopian troops and also confirmed that one of their commanders died.

"We inform the Mujahidins (Islamic fighters) in Iraq, Afghanistan, Kashmir and every where in the world that commander Abdulahi Salad Farah (Abu Khalid) and other mujahidins were martyred,"Abu Mansur told reporters via phone press conference in Mogadishu.

Abu Mansur called for the Somali people to join the fighting against Ethiopian troops.

"We urge the brothers to repent from their bad decision and boycott the so-called agreement with the Ethiopians," Abu Mansur said referring to the Alliance for the Re-liberation of Somalia.

The Ethiopian troops entered in Somalia in 2006 to help the weak transitional government of Somalia.

The prolonged Ethiopian occupation displaced millions of civilians and killed thousands.

________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

Une forte explosion, qui visait un transport éthiopien de troupes, provoque sa destruction et fait des blessés dans les rangs de l’Armée éthiopienne. // Explosion hits Ethiopian vehicle

Big blast targeted Ethiopian troops’ vehicle and has badly damaged the truck in Afgoi district in lower Shabelle region, witnesses said on Wednesday.

"The explosion has burnt the Ethiopian truck and inflicted casualties to the Ethiopian soldiers," a resident said.

"The vehicle was passing around the Itop factory near Afgoi when the explosion targeted," another resident said.

After the blast the Ethiopian troops have conducted operations and halted the movement and transportation of the area where the accident occurred.

Locals in Lafole Village about 25 km west of Mogadishu say that at least two other blasts could be heard in the area where Etiopian troops were passing.

The explosions are always targeted to Ethiopian troops by the Islamist groups who are against to the presence of the Ethiopian troops in Somalia

________________________ 1 – Shabelle (En Anglais)

De récentes attaques contre des bases de l’AMISOM. // Fresh attack on AMISOM bases

Fierce fighting between AMISOM peacekeepers and Al-shabab insurgent group has erupted in KM4, a base of AMISOM peace keepers in Mogadishu early on Wednesday, witnesses said.

"We saw AMISOM tanks firing and masked insurgents with rocked propelled grenades in Km4 area," a resident said.

Officials from Al-shabab claimed they have attacked two bases of government soldiers and AMISOM base in K4.

There was no immediate word from AMISOM and government officials.

It is yet unknown any casualties from the fighting and now the situation is calm.

Al-Shabab spokesman Sheik Muktar Robow Abu Mansur vowed attacks against Foreign troops in Somalia and government soldiers in a press conference held in Mogadishu on Sunday.

18/12/08 (B478-B) Radio-Trottoir : les dernières petites nouvelles du front … On cherche les papiers Top secret du Port, ce qui bloque tout … ! (Correspondant)

La villa de Borreh à Haramous a été mise sous séquestre par sa voisine mitoyenne.

La hache de guerre a été déterrée par notre très grincheuse, (pardon pour le lapsus !) gracieuse Princesse. La guerre de famille est déclarée contre tous les proches de Borreh par le vieux de la Belle Dame.

L’ouverture solennelle du Port de Doraleh est renvoyée à une date non déterminée.

Il semblerait que Borreh, avant de partir, ait pris grand soin d’emporter tous les dossiers importants de Authority Dubaï Port of Djibouti.

Alors le successeur manque d’informations stratégiques. Pourtant, il lui est iImpossible de les demander aux grands dirigeants de Dubaï Port, ni surtout de déranger l’Emir en personne, car cela serait considéré comme un scandale diplomatique fâcheux.



Alors que faire ?



Eureka ! Une idée géniale ! Il suffirait de déclarer officiellement la guerre à l’Erythrée pour pouvoir ensuite se plaindre à l’Emir du fait que les Erythréens ont envahi notre Territoire et qu’ils se sont emparés de tous les documents “Top Secret du Port”.

Une autre solution plus facile à mettre en oeuvre, car nos dirigeants ont une véritable expérience dans le domaine, serait de mettre le feu aux bureaux du port. Monsieur l’Emir, excusez-nous, mais l’incendie a détruit tous les dossiers et on a besoin de votre aide pour les reconstituer. Pas bête et hautement faisable …



D’ailleurs les Forces armées financées et entretenues directement par IOG sont en alerte Rouge. 



Le Colonel de Police, pardon le Directeur de la Police est sur le point d’être remplacé par le Colonel Omar Hassan et pour cause ?

Un cousin de Weah

18/12/08 (B478-B) Shabelle / L’organisation charitative WFP est chassée de Kismayo par l’administation islamique, avec confiscation de son matériel et en particulier de 7 camions. WFB banned in Somali region (En Anglais – Info lecteur)

The Islamic administration in Kismayo, confiscated seven trucks carrying WFP food aid for southern Somalia, officials said on Wednesday

Hassan Ya’kub Ali, a spokesman for the Islamic administration in Kismayu told Radio Shabelle that his administration banned WFB to bring food Lower Jubba region.

He said that WFB discouraged the farmers to stop cultivating their fertile land by dumping food at the time of producing crops.

Farming in Somalia needs heavy equipment which most people are not willing to invest in at times of war. However, smaller farmers can produce enough crops for local consumption if they get proper equipment.

The UN estimates that some 3.2 million people, or 40 per cent of the population, are in need of assistance. In addition, around one in six children under the age of five in southern and central Somalia is currently acutely malnourished.

18/12/08 (B478-B) AfarIssas -> “Les contradictions de DAF”

Je me permets de vous envoyer cet article (en pièce jointe) à propos de la table ronde sur la situation des Droits de l’Homme à Djibouti au sein du Parlement Européen, pour demander à ces instances de faire pression sur le gouvernement de Djibouti afin de l’amener à terminer avec les atteintes permanentes aux libertés fondamentales, auquel il se livre sans retenue.

Je dois vous avouer que la présence de DAF à cette assemblée m’intrigue beaucoup. N’avait-il pas démenti, à une certaine époque, les massacres d’Arhiba par des écrits négationnistes (en affirmant qu’il n’y avait pas eu de morts ce jour-là). Curieux tout de même, car aujourd’hui, après un retournement de tendance, il va aller témoigner devant les députés européens de faits qu’il avait nié.

A l’ARDHD, vous êtes bien placés pour comprendre puisque vous avez été victimes d’une certaine façon des revirements politiques de DAF qui avait refusé, d’après ce que l’on m’a dit, de venir vous soutenir au Tribunal dans votre cause juste contre Zakaria et son avocat “reviré” lui aussi, Aref..

Il faut que chacun sache que l’histoire ne s’efface pas et que la mémoire perdure, sinon, on nous prendra pour des c…, pardon pour des andouilles.

__________________________________________________
.

COMMEMORATION :
OUTIL DE RAPPROCHEMENT POLITIQUE ?

Je soutiens et je félicite les organisateurs pour la tenue de la table ronde sur la situation des Droits de l’Homme à Djibouti au Parlement Européen, afin de demander à ces instances de faire pression sur le gouvernement de Djibouti afin de l’amener à cesser les atteintes aux libertés fondamentales.

Cependant, il me parait confus premièrement de permettre à DAF d’intervenir lors de cette table ronde, tout en sachant son comportement et ses écrits lors ces massacres en 1991. Il n’a manifesté aucune excuse ou donné aucune version de ce fait pendant toutes ces années. Existe-t-il une politique de rapprochement avec DAF (MRD)?

Si oui, il me parait irrespectueux envers nos morts de faire ce genre de démarche dans cette période. La commémoration ne doit pas être instrumentaliser.

Pourquoi les responsables politiques des autres partis d’oppositions de Belgique et de France ne sont pas invités à intervenir ou être beaucoup plus visible surtout du coté des leaders Afars (Cassim DINI, Ali Coubba….). Aux organisateurs de nous donner les réponses afin de ne pas tomber dans le doute et dans la suspicion.

D’autre part, le bafouement des droits de l’homme à Djibouti est un sujet commun à toutes les communautés djiboutiennes confondues chaque jour, sans occulter que celle-ci (Afar) est beaucoup plus exposée. Ce qui amène à faire comprendre aux autres communautés que cette journée est ouverte non seulement aux responsables politiques (DAF….etc.) mais à toutes les personnes soutenons cette cause sans distinction. Vous conviendrez avec moi, que ce régime a fait pareil dans d’autres quartiers de Djibouti même si ça n’a pas été a degrés Arhiba. (Ex. Balbala, manif des handicapés, PK 12…..

Cette commémoration a été permise aussi à Djibouti grâce à nos actions en Belgique et dans le monde. J’encourage les organisateurs à continuer sur cette lancée au niveau européenne et mondiale. Et surtout faire participer des personnes issues des autres communautés afin d’acquérir plus d’appuis, de réflexions et d’actions. Ce qui serait aberrant aux yeux des instances européennes et mondiales de voir chaque communauté djiboutienne commémore ses morts séparément. C’est une idée personnelle et à vous d’analyser ou de commenter.

Enfin, je n’ai aucunement l’intention de créer une polémique à cette journée mais je veux simplement que cette commémoration ne soit pas être politisée (alliance avec DAF) et qu’elle puisse nous diviser. D’autre part, je suis d’accord pour faire entendre la communauté européenne et autres instances nos attentes.

Qu’Allah accorde son paradis à tous nos morts. Amin

18/12/08 (B478-B) AFP / Yémen: les ravisseurs demande la libération de 2 détenus aux Etats-Unis

Les ravisseurs de trois otages allemands au Yémen demandent la libération de deux Yéménites détenus aux Etats-Unis pour soutien financier au réseau Al-Qaïda, a indiqué jeudi à l’AFP une source tribale.

“L’affaire est désormais plus compliquée car les ravisseurs ont une nouvelle revendication, la libération de cheikh Mohammed Ali al-Moayad et son compagnon Mohammed Zayed”, tous deux membres de la tribu des Khawlane, liée à celle des Bani Dhabyane dont sont issus les preneurs d’otages, a-t-elle expliqué.

Les trois Allemands, une femme travaillant au Yémen et ses parents, en visite, ont été enlevés dimanche par des membres de la tribu des Bani Dhabyane alors qu’ils se trouvaient en excursion au sud-est de Sanaa.

Mohamed Ali Hassan al-Moayad, imam de la principale mosquée de Sanaa, et son assistant Mohamed Zayed, avaient été initialement condamnés à 75 et 45 ans de prison par un tribunal de New York en 2005. Mais cette condamnation a été annulée en appel en octobre 2008 et tous deux devraient être rejugés.

Les deux Yéménites avaient été arrêté à Francfort (Allemagne) en janvier 2003 dans le cadre d’une opération montée par le FBI, la police fédérale américaine.

Ils avaient ensuite été extradés aux Etats-Unis.

Au moment de l’extradition, le ministre américain de la Justice d’alors, John Ashcroft, avait accusé l’imam d’avoir “personnellement remis à Oussama ben Laden 20 millions de dollars collectés par les soins de son réseau”.

Le principal ravisseur des trois Allemands, identifié comme étant Abd Rabbo Saleh Al-Tam, a d’abord demandé la libération de son frère et son fils, emprisonnés au Yémen depuis près de quatre mois dans une affaire liée à un différend sur un terrain à Sanaa.

Il a aussi réclamé le versement de l’équivalent de 200.000 dollars en guise de compensation pour le terrain dont il estime avoir été dépossédé.

Le Yémen, pays à structure tribale, est le théâtre de fréquents enlèvements d’étrangers par des tribus qui cherchent à obtenir satisfaction pour différentes demandes auprès des autorités. Plus de 200 étrangers y ont été ainsi enlevés ces 15 dernières années par des tribus.

18/12/08 (B478-B) Généreuse la France et son Ambassadeur à Djibouti, directement ou indirectement, Monsieur Decherf, participent à la remise de deux beaux cadeaux à la famille Guelleh. L’un certainement pour la fête du sacrifice et l’autre pour le 1er janvier …

_________________________________ Note de l’ARDHD

En tout cas les subventions accordées ne semblent être assorties d’aucune obligation de résultat ni de dépense. Et qu’est ce que l’on dit M Guelleh ? Merci à la France !

D’autant plus que Guelleh se moque pas mal de savoir si le pays travaille en Français, en Arabe, en Afar, en Anglais, en Somali, du moment que l’argent rentre dans la caisse de la nébuleuse … Et demain, il vous dira le contraire, si un autre pays fait une enchère supérieure …. !

_____________________________ Extrait de l’ADI N° 1 (Infos lecteur)

Djibouti et la France signent une convention de financement FSP « Langue Françaises »

Une convention de financement d’un million cinq cent mille euros destinée à apporter sous forme de don, un concours financier du Ministère français des Affaires Etrangères et Européennes pour l’exécution du projet du Fonds de Solidarité Prioritaire Appui à la Langue française à Djibouti (ALFAD), a été signée ce mardi au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, entre le Ministre de tutelle M. Mahmoud Ali Youssouf et l’Ambassadeur de France à Djibouti, M. Dominique Decherf.

L’objectif principal de ce nouveau projet FSP est de renforcer le français en tant que langue d’usage à Djibouti. Le projet ALFAD répond à une requête des autorités nationales soucieuses du maintien à Djibouti de la qualité du français, langue que nous avons en partage.

Dans le système éducatif public francophone, qui demeure le premier vecteur de diffusion du français dans le pays, l’aide sera mise au service de la qualité de l’enseignement du français disciplinaire mais aussi de la langue de scolarisation et de communication.

L’amélioration des méthodes d’apprentissage du français comme langue vivante étrangère est aussi prévue dans le système éducatif de langue arabe.

__________________________________ Extrait N° 2 de l’ADI

Mobilisation des eaux de surface : le PNUD et le FEEM apportent leur soutien à Djibouti

Le bureau du PNUD à Djibouti et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM), ont signé ce matin une convention de financement d’un million d’euros relative à la mise en œuvre du programme de mobilisation de ressources en eau et de gestion durable des terres (PROMES-GDT), en République de Djibouti.

La cérémonie de signature de cette convention a regroupé, le Représentant Résident du PNUD à Djibouti, M. Sunil Saigal, et le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) également représentant du FEEM, M.Yves Boudot.

Cette contribution d’un montant d’un million d’euros (1 Millions d’Euros) servira à financer une partie du Programme de Mobilisation des eaux de surface et de gestion durable des terres lancé officiellement le 3 décembre dernier au Sheraton Hôtel, par le ministre djiboutien de l’Agriculture.

Le programme en question a pour objectif principal d’améliorer les conditions de vie des communautés pastorales en promouvant une gestion durable des ressources naturelles.

Cette intervention, la première du genre opérée par le FFEM en faveurs du gouvernement djiboutien, sera spécifiquement consacrée à la préservation de la forêt du Day et au renforcement des capacités nationales.

Ont assisté à cette cérémonie, le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, M. Mahmoud Ali Youssouf, le ministre de l’Agriculture, M. Aboulkader Kamil Mohamed, et l’Ambassadeur de France à Djibouti, M. Dominique Decherf, qui a contresigné le document en question.

Rappelons que le FEEM qui s’est fait représenter par l’AFD à Djibouti, a pour objectif de favoriser la protection de l’environnement mondial en intervenant dans des projets de développement économique et social.

18/12/08 (B478-B) Le Président du GNT désormais placé sur un siège éjectable. Le Kenya lui envoie des avertissements. Des rumeurs de procédure de destitution, que le Président rejette avec ses dernières forces… (8 articles en Anglais et en Français)

_______________________________ 8 – Shabelle (En Anglais)

Une délégation des Nations unies se rend à Jowhar où elle tient une réunion à huis clos avec des responsables islamiques qui ont pris le contrôle de la région. // A delegation from the United Nations has arrived in Jowhar 60 kilometres (36miles) north of the capital Mogadishu, Radio Shabelle reported on Thursday.

The delegation from Nairobi has arrived in Jowhar, Middle shabelle region and was welcomed by officials from the Islamic Courts Union.

The delegation had a closed door meeting with officials from the Islamic Courts Union in Jowhar and no comments has emerged from their meeting.

They also had a meeting with local NGOs.

It is the second time that a United Nation delegation arrives in Jowhar since the Islamic Courts Union has taken control of the town.

_______________________________ 7 – Article en Anglais

Le Président du GNT explique pourquoi une procédure de destitution contre lui, serait illégale. // Somali President Yusuf Describes Move to Impeach Him as Illegal

By Peter Clottey –
Washington, D.C

Somali President Abdullahi Yusuf has described attempts by some members of parliament who began the process to remove him from power as illegal and an affront to the rule of law. The impeachment move comes after President Yusuf fired Prime Minister Nur Hassan Hussein over the weekend, drawing sharp criticism from the United States. Washington said the prime minister’s removal critically undermines efforts to promote peace and stability in the region. President Yusuf fired Prime Minister Hussein unilaterally after months of public disagreements over the best way to bring peace in Somalia. But parliament rejected Yusuf’s decision and voted to keep the prime minister. President Yusuf, however, dismissed parliament’s vote as illegal, claiming that he has the right to appoint a new prime minister. Abdalla Haji Ali is a Somali parliamentarian. He tells reporter Peter Clottey from Baidoa that President Yusuf is the stumbling block to the Somali peace process.

"My reaction to the statement of the president is that he is actually the roadblock or the problem to the peace process in Somalia which is taking place in Djibouti. In fact, all the efforts that are being made for the last two, three, four months were directed at stopping the peace process. And he (Yusuf) accuses the prime minister of not helping the peace process and the reconciliation process. But I think he (Yusuf) wanted to subvert the constitution, hamper the peace process, and actually remain in power if the peace process doesn’t go anywhere, believing that he was going to remain in power," Ali pointed out.

He said public opinion polls support the move of parliamentarians to remove President Yusuf from power.

"In fact, it is not that we believe, but it is really that we have conducted surveys in the political circles and also we conducted opinion polls among the public. And we actually realized that if we remove the president, the Somali problem would actually be solved by itself," he said.

Ali reiterated that removing President Yusuf from power is the best for the Somali crisis.

"By removing President Yusuf from power, about 60 percent of the Somali problems would be solved. But by leaving him in power, it would actually increase or exacerbate the problem," Ali noted.

He dismissed as bluffing President Yusuf’s claim that he could not be impeached before Somalia’s attorney general investigated the allegations against him.

"We have a process of impeachment and we are going to refer to the 1960 constitution because in article seven of this new national charter, it stipulates that anything that is not addressed or stipulated in the charter should be referred to the 1960 constitution. And in that constitution, it stipulates that the parliament actually appoints a special court for the impeachment of the president. In the instance that it happens, two of the justices of the court would come from parliament and two other justices would be appointed outside of parliament. They would investigate and direct the impeachment process," he said.

Ali said there are a lot of parliamentarians who are backing the impeachment proceedings despite President Yusuf’s contrary claims.

"Let the president say what he feels like saying. But you know, we have a charter, and we have very clear articles in the charter that gives the authority or the power to the parliament to actually indict him or impeach him and remove his from power," Ali pointed out.

_______________________________ 6 – Le Monde

Ban Ki-moon se démarque de Mme Rice sur le maintien de la paix en Somalie

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est démarqué mercredi de la position de la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, selon laquelle une opération de paix de l’ONU est nécessaire en Somalie.

S’adressant mardi au Conseil de sécurité, lors du vote d’une résolution autorisant pour la première fois la poursuite de pirates jusque sur le territoire de la Somalie, Mme Rice avait estimé le temps venu "d’envisager et d’autoriser une opération de maintien de la paix de l’ONU" dans ce pays en pleine anarchie.

Mais le chef de l’ONU a indiqué, lors d’une conférence de presse, que pour lui et ses conseillers, "la situation n’est pas mûre" pour le déploiement d’une telle force.

"Les conditions ne sont pas favorables pour qu’on envisage une opération de maintien de la paix de l’ONU", a-t-il dit.

La doctrine immuable de l’ONU est que ses Casques bleus ne doivent pas s’impliquer dans des guerres – civiles ou non – et que pour qu’une opération de maintien de la paix ait des chances de succès, il faut tout d’abord qu’il y ait une paix à maintenir.

La Somalie est en proie à une guerre civile depuis 1991 et son gouvernement fédéral de transition (GFT) ne contrôle qu’une faible partie de son territoire.

Mardi lors du débat au Conseil de sécurité, M. Ban avait estimé que la réponse la plus appropriée au problème sécuritaire en Somalie était l’envoi "d’une force multinationale (MNF), plutôt qu’une opération typique de maintien de la paix."

L’armée éthiopienne, qui est intervenue en Somalie en 2006 pour soutenir le GFT, doit s’en retirer début janvier, laissant une force de l’Union africaine (Amisom) mal équipée et en sous-effectifs (3.400 hommes) seule face à une rébellion islamiste revigorée.

"Le danger d’anarchie en Somalie est clair et immédiat. La nécessité d’agir aussi", a dit M. Ban lors de sa conférence de presse.

Il a précisé avoir approché sans succès les dirigeants de plus de 50 pays et trois organisations internationales pour des contributions à une éventuelle force multinationale. "Aucun pays ne s’est porté volontaire pour en prendre la tête", a-t-il dit.

A la place, il a recommandé des efforts accrus pour soutenir le processus de paix intersomalien, renforcer le potentiel de l’Amisom "par le financement, l’équipement et la formation" ou entraîner les forces somaliennes et établir une force maritime d’intervention, afin de préparer le terrain à "une éventuelle opération de maintien de la paix de l’ONU."

M. Ban a également salué la décision mardi du Conseil de sécurité "d’autoriser des actions contre les pirates sur le territoire de la Somalie". Au moins 108 navires ont été attaqués par des pirates depuis le début de l’année et 42 capturés, au large de la Somalie.

_______________________________ 5 – BBC Afrique

Somalie : procédure de destitution

Selon le texte de la motion déposée par les députés, le président Yusuf est accusé d’être un obstacle à la paix, de se conduire comme un dictateur et d’avoir échoué à faire progresser le processus de paix depuis quatre ans.

Il lui est aussi reproché d’avoir marginalisé certaines communautés, une allusion indirecte aux rivalités des clans qui se sont intensifiées sous son mandat.

Conformément à la constitution, le président Yusuf doit maintenant comparaître devant les députés pour présenter sa défense.

Pour être effective, la destitution doit être votée par les deux tiers des députes.

C’est un nouveau revers pour le président du gouvernement de transition.

Le président Yusuf a commis une grave erreur de jugement en décidant de renvoyer le premier ministre et son gouvernement dimanche dernier, pour "avoir échoué à ramener la paix".

Mais les députés ont estimé que le renvoi du Premier ministre violait la constitution et ont voté à une énorme majorité la confiance au premier ministre.

Ce qui n’a pas empêché le président de nommer un nouveau premier ministre; d’où la procédure de destitution engagée par le parlement.

Une solution rapide à la crise politique doit être trouvée rapidement car le gouvernement se doit de montrer un front uni face à la montée en puissance des insurgés islamistes qui contrôlent maintenant la plus grande partie du sud du pays et qui sont aux portes de Mogadiscio.

_______________________________ 4 – Press TV (En Anglais)

Les Parlementaires somaliens votent une résolution pour destituer la substitution du Président. // Somali president to face impeachment

Yusuf is accused of being a stumbling block to peace and side-lining some of the communities.
Somali lawmakers have voted for the impeachment of President Abdullahi Yusuf Ahmed, a day after he sacked Premier Nur Hassan Hussein.

On Tuesday, Abdullahi Yusuf Ahmed appointed Mohamud Mohamed Guled as a new prime minister to replace Nur Hassan Hussein despite strong objection from the parliament.

The dismissal caused outrage among lawmakers, who described the move as unconstitutional. The lawmakers accused the president of being a ‘dictator’ and disturbing the peace process in the war-torn country.

Parliament speaker Sheikh Adan Mohamed also criticized Yusuf for his decision, saying ‘the president is not able to sack the premier of Somalia’.

The motion was supported by 117 of lawmakers on Wednesday, and will be fully discussed in another parliamentary session, a Press TV correspondent reported.

President Abdullahi Yusuf Ahmed will attend an impeachment session to defend himself against the charges. The Parliament has yet to announce the impeachment date. To succeed, the motion needs a two third majority.

Yusuf accused Nur Hassan Hussein of not having a functional government and sacked the premier and the entire Cabinet on Sunday for what he described as their ‘failure to bring peace and security’ to the nation.

The two leaders have been at odds in recent months mainly over efforts to strike a reconciliation agreement with the Djibouti-based Somali opposition, the Alliance for the Re-liberation of Somalia (ARS).

Somalia has been without an effective central government since warlords toppled Mohamed Siad Barre in 1991. The ongoing violence in Somalia has resulted in the death and displacement of countless civilians.

_______________________________ 3 – Dépêche en Anglais

Le Président somalien fait face à une procédure de destitution, initiée par les parlementaires.. // Somali leader faces impeachment

Abdullahi Yusuf sacked his popular prime minister on Sunday

Somali MPs have voted to start impeachment proceedings against President Abdullahi Yusuf, accusing him of being a "stumbling block to peace".

He must now appear before parliament to defend himself. The motion would need a two-thirds majority to succeed.

The move in Baidoa comes a day after the president named a new prime minister in defiance of parliament.

It also prompted neighbouring Kenya to announce sanctions against the Somali president and his associates.

‘Miscalculation’

According to the Somali parliament’s motion, President Yusuf stands accused of being a stumbling block to peace; of behaving like a dictator and of failing to push the peace process forward after four years as president.

He is also charged with side-lining some of the communities.

The BBC’s Peter Greste in the Kenyan capital, Nairobi, says this is coded language referring to the increasingly bitter clan rivalries that have deepened under his leadership.

President Yusuf’s biggest miscalculation appears to have been a decision to sack Prime Minister Nur Hassan Hussein and his cabinet on Sunday, for "failing to deliver peace", he says.

President Yusuf and Mr Nur had clashed in recent months over attempts to deal with the Islamist-led armed opposition.

Our reporter says the government badly needs a unified front if it is to find peace with Islamist insurgents who now control almost all of southern Somalia.

The Ethiopian troops, which helped government forces drive Islamist forces from Mogadishu two years ago, are due to pull out in just over two weeks.

A small African Union peacekeeping force has indicated it may leave with the Ethiopians unless it gets reinforcements.

About one million people have fled their homes – many after fierce fighting in Mogadishu between Islamists and the Ethiopia-backed government forces.

Somalia has not had a functioning national government since President Mohamed Siad Barre was overthrown in 1991

_______________________________ 2 – XINHUA

L’IGAD nomme un ancien ministre kenyan pour coordonner les négociations en Somalie

L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), une organisation régionale de médiation regroupant six membres, a nommé l’ancien ministre kenyan de l’Agriculture Kipruto Kirwa médiateur en chef du processus de paix en Somalie.

Le Kenya doit nommer un médiateur, conformément à la déclaration de Nairobi et à l’Accord de Paix de Djibouti, et le président kenyan a choisi M. Kirwa, a indiqué mercredi The Standard.

Le ministre kenyan des Affaires étrangères Moses Wetangula a révélé que M. Kirwa serait basé à Djibouti et disposerait également de bureaux à Addis Abeba et à Nairobi.

Cette nomination est intervenue au moment où le Kenya menace de prendre des sanctions contre les dirigeants somaliens qui font obstacle aux efforts visant à stabiliser leur pays.

Le renvoi du Premier ministre Nur Hassan Hussein par le président Abdullahi Yusuf aggravera encore les problèmes en Somalie, le parlement ayant refusé d’avaliser cette décision, a indiqué M. Wetangula.

L’IGAD, l’Union africaine (UA) et la communauté internationale ont lancé d’importants efforts dans le cadre du dialogue politique et de la réconciliation en Somalie, a indiqué M. Wetangula, qui a affirmé que la compétition politique et les divergences entre les hauts responsables continueraient à faire obstacle aux efforts.

Le président somalien Yusuf a renvoyé M. Hussein dimanche en raison de leurs désaccords sur la constitution d’un nouveau cabinet, demandée par les pays donateurs et les dirigeants régionaux.

Mais le parlement a réintégré M. Hussein lundi, aggravant la crise au sommet d’un gouvernement déjà fragile, alors que le président a nommé mardi un nouveau Premier ministre, ignorant la décision de réintégration du parlement.

La Somalie n’a plus connu de gouvernement national effectif depuis que l’ancien président Mohamed Siad Barre a été renversé en 1991.

_______________________________ 1 – XINHUA

Le Kenya met en garde les saboteurs de paix en Somalie

Le gouvernement kenyan a averti mardi les dirigeants somaliens qui entravent la tentative de stabiliser le pays qu’ils seront mis sous le coup des sanctions par les pays de la région et l’Union africaine.

Le ministre kenyan des Affaires étrangères Moses Wetangula a indiqué dans une déclaration que le limogeage du Premier ministre somalien Nur Hassan Hussein dimanche par le président Abdullahi Yusuf Ahmed exacerbera davantage les problèmes en Somalie, étant donné que le parlement a refusé de soutenir la mesure.

M. Wetangula a déclaré que l’Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD), l’Union africaine (UA) et la communauté internationale ont investi lourdement pendant des années et se sont engagés dans un dialogue politique et de réconciliation en Somalie.

Selon lui, la concurrence politique et la polarisation entre les principaux leaders somaliens continuent de saper de tels efforts.

"Les dirigeants somaliens qui entravent la stabilisation de leur pays seront mis sous le coup des sanctions individuellement et collectivement par l’Union africaine (UA) et l’Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD) conformément à la résolution 1844 (2008) du conseil de sécurité des Nations unies," a prévenu Wetangula.

Le président Yusuf a limogé Hussein dimanche après un désaccord sur le nouveau cabinet demandé par les pays bailleurs de fonds et les dirigeants de la région. Mais le parlement a rétabli Hussein dans ses fonctions lundi. Ce développement aggrave la division au sommet du gouvernement déjà précaire.

Le président Yusuf a désigné un nouveau Premier ministre mardi, ignorant la décision du parlement.

17/12/08 (B478-B) Le feuilleton gouvernemental somalien continue. La situation devient de plus en plus embrouillée …. (3 dépêches en Anglais)

__________________________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Des centaines de manifestants à Mogadiscio et à Afgoye contre le nouveau premier Ministre désigné par le Président du GNT. // Demonstration against new premier

Hundreds of demonstrators protesting against the new prime minister Mohamed Mohamud Guled ( Ga’ma Dhere) nominated by Somali president marched through the long road between Mogadishu and Afgoye where thousands of displaced families reside, witnesses said Tuesday.

“We are protesting against the new prime minister Ga’ma Dhere who displaced us when he was the interior minister and we condemn his nomination,” Halima Ismail, one of the demonstrators said.

Somali president Abdulahi Yusuf Ahmed nominated former interior minister Mohamed Mohamud Guled as new prime minister, ignoring the decision of the parliament which reinstated Prime Minister Nur Hassan Hussein after the president announced that he sacked him

The protestors in KM 13 outside Mogadishu were chanting slogans against the president and his new prime minister.

They accused the new prime minister that he had ordered them to flee from their houses in Mogadishu when he was the interior minister of the transitional federal government of Somalia.

“Mohamed Mohamud Guled ordered 10 squire km of south of Mogadishu to be abandoned in March 2007 and we afraid that he will displace us again,” Omar Farah, one of the protestors said.

Millions of civilians fled from the capital Mogadishu when Ethiopian soldiers backing the transitional government and insurgents fought in the city.

__________________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

Une délégation de l’UA en visite à Baïdoa pour rencontrer les principaux responsables politiques somaliens (Premier Ministre, Président du Parlement) et ils participent à une réunion à huis clos avec le Président. // AU delegation arrives in Baidoa

A delegation from the African Union led by Nicholas Bwakira the special representative of African Union commission to Somalia has arrived in Biadoa to meet Somali leaders, our correspondent in Baidoa reported on Tuesday.

Mr. Bwakira accompanied by six other members has met Somali Prime Minister Nur Hassan Hussein and the speaker of the transitional parliament Aden Mohamed Nur.

They also had a closed door meeting with the Somali president Abdulahi Yusuf and some other MPs very close to the president, no comments emerged from their meeting.

The arrival of the delegation comes as President Abdulahi Yusuf Tuesday nominated new prime minister for the former interior minister Mohamed Mohamud Guled, ignoring the decision of the parliament.

__________________________________ 1 – Shabelle (En Anglais)

Le Ministre kenyan des A.E. annonce que des sanctions vont être prises par son pays contre le Président du GNT et sa famielle. // Kenya to impose sanctions on Somali president

Kenya’s foreign affairs minister says his country is imposing sanctions on the Somali president and his family.

Moses Wetangula says Somali President Abdullahi Yusuf is an obstacle to peace in Somalia. The sanctions will include a travel ban and freezing any of his assets in Kenya.

Tuesday’s announcement is a strong public rebuke and it comes as Somalia’s government is in turmoil. Yusuf fired the prime minister this week, but parliament soundly rejected the decision.

It’s not clear what will become of Somalia’s U.N.-backed administration — particularly as it wields virtually no authority in the face of powerful Islamic insurgents who have taken over most of the country