06/04/11 (B598) 7sur7 (Belgique) avec Belga / Djibouti: le président sortant vers un 3e mandat.

Le président Ismaël Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999 à Djibouti, est assuré de remporter la présidentielle de vendredi. L’opposition boycotte l’élection car elle conteste l’indépendance de la commission électorale. Le taux de participation sera dès lors l’un des principaux enjeux du scrutin.

Près de 152.000 électeurs sont appelés à départager M. Guelleh, 63 ans, et le candidat "indépendant", Mohamed Warsama Ragueh. Le vainqueur dirigera pendant cinq ans cette ancienne colonie française bénéficiant d’une position stratégique hors pair à l’entrée de la mer Rouge.

Contrairement à ce qu’il avait déclaré, le président Ismaël Omar Guelleh a modifié la constitution en avril 2010 afin de pouvoir briguer un troisième mandat lors de l’élection de vendredi, rappelle l’Association Culture et Progrès, éditeur d’un ouvrage sur la situation des droits de l’Homme à Djibouti.

"La grande inconnue est la réaction que la population aura à la suite de cette réélection et surtout la façon dont le régime réprimera cette réaction."

L’élection s’inscrit dans un contexte de grogne sociale inédite, le vent de la contestation dans le monde arabe n’ayant pas épargné Djibouti. Après des rassemblements d’étudiants début février, plusieurs milliers de sympathisants de l’opposition avaient manifesté pour exiger le départ du "dictateur Ismaël Omar Guelleh".

La manifestation avait donné lieu à de violents incidents et fait au moins deux morts. Le régime a depuis lors encore accru la pression policière sur l’opposition.

Louis Michel condamnait récemment les derniers événements survenus à Djibouti. "Ce qui s’est passé n’est pas tolérable. L’Union européenne doit exprimer sa désapprobation avec force", préconise-t-il. En outre, "modifier la constitution pour permettre le rallongement d’un mandat présidentiel envoie un mauvais signal".

11/08/10 (B564) Le Journal de la Flibuste – Six marins belges en route pour l’opération Atalanta (1 article)

__________________ 1 – 7s7 (Belgique) avec Belga

Six marins belges en route pour l’opération Atalanta

Six marins belges, dont le prochain "numéro deux" de l’opération européenne Atalanta de lutte contre la piraterie face aux côtes de l’Afrique orientale, ont embarqué fin juillet à bord de la frégate anti-sous-marine "de Grasse" de la marine française et sont attendus mercredi à Djibouti, a-t-on appris mardi de sources militaires.

Un officier français, le contre-amiral Philippe Coindreau, doit prendre samedi et pour une période de quatre mois le commandement opérationnel d’Atalanta, à la tête d’un état-major de 29 personnes de huit nationalités embarqués à bord du "de Grasse". Parmi elles figure le capitaine belge du vaisseau Michel Hofman, qui en sera le commandant en second, a précisé un porte-parole militaire à l’agence Belga.

La frégate française est attendue mercredi à Djibouti et le passage de témoin à la direction d’Atalanta (alias "Task Force 465") s’y déroulera samedi, selon le QG d’Atalanta, installé à Northwood (au nord de Londres). Le contre-amiral Coindreau, à bord du "de Grasse", succédera à son homologue suédois Jan Thörnqvist, qui opérait depuis le patrouilleur de haute-mer "HSwMS Carlskrona".

26/12/09 (B531) Nouvelles de Somalie (1 article en Français)

_____________________ 1 – 7s7 (Belgique) avec Belga

Violents combats à Mogadiscio, au moins 11 morts

De violents combats ont éclaté jeudi en fin d’après-midi en plein centre de Mogadiscio entre insurgés islamistes et soldats de la force de paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom), faisant au moins 11 morts, a-t-on appris de sources concordantes.

Des combattants islamistes du Hezb al-Islam ont attaqué vers 18H00 locales (16H00 HB) une importante position avancée de l’Amisom sur "K4", l’un des principaux carrefours de la capitale somalienne, a indiqué à l’AFP un responsable de la sécurité au sein du gouvernement de transition (TFG).

11 morts, dont des civils

"Les combats ont été très violents. Selon nos informations, au moins 11 personnes, dont des civils, ont été tuées", a précisé le colonel. "Des insurgés lourdement armés, avec le soutien de jihadistes étrangers, ont attaqué la position de l’Amisom et nos forces de sécurité à l’intersection K4. Ils ont été repoussés", a affirmé cette source.

"Nous avons attaqué les positions de l’ennemi ce soir. Avec l’aide de Dieu, ils ont subi des pertes qu’ils n’oublieront pas, beaucoup ont été tués", a affirmé un commandant du Hezb al-Islam, Mohamed Osman Arus.

Selon des témoins interrogés par l’AFP, les combattants des deux bords se sont affrontés à l’arme lourde, mortiers, mitrailleuses lourdes et lances-roquettes RPG.

"J’ai vu six cadavres, dont quatre étaient étendus près du carrefour K4. Des civils ont également été tués par les tirs de mortiers dans les quartiers de Bakara et Holdwag", a raconté un témoin, Abdishakur Muse.