09/03/07 (B385-B) ALERTE ROUGE : arrestation imminente de Jean-Paul Noël Abdi, Président de la LDDH

________________
Message reçu

La Police Criminelle m’attend devant chez moi. Ils me laissent le temps de
prendre mon petit déjeuner. Motif de cette arrestation m’est inconnu.

Probablement, les
dénonciations des massacres les dérangent.

Même le vendredi il est difficile de se reposer à Djibouti.

08/01/2000 – DERNIERE NOUVELLE ALERTE
Nous venons de recevoir des informations dramatiques concernant M Amir ADAWEH, journaliste, incarcéré et torturé en Ethiopie.

Nous venons de recevoir des nouvelles alarmantes et dramatiques concernant le sort qui serait réservé à ce journaliste djiboutien, arrêté il y a sept mois, alors qu’il passait ses vacances en Ethiopie.

Nous attendons de nouveaux détails et des confirmations qui seront publiés dans notre prochain numéro.

Selon nos sources, ce journaliste aurait été « emprisonné » dans un trou avec six autres personnes, dans la ville éthiopienne d’Harare. Dernièrement, ses geôliers lui ont tiré dans les jambes. Il aurait été transporté à l’hôpital le plus proche pour une amputation des deux jambes.

Nous envisageons une action d’envergure auprés de l’Ambassade d’Ethiopie à Paris.

10/12/1999 – ALERTE: L’ETHIOPIE TORTURE UN JOURNALISTE DJIBOUTIEN – AMIR ADAWE -, SUR ORDRE DU PRESIDENT GUELLEH.

–Urgent–

Je viens d’etre informé par le Président du PND,M.Aden Robleh, que le journaliste djiboutien AMIR ADAWE, détenu à Harar (Ethiopie) depuis 5 mois, sur instruction du regime dictatorial de Djibouti, est dans une situation très grave:I

21/11/1999 – ALERTE « ROUGE » : Maître Mohamed AREF est convoqué à la Gendarmerie de Djibouti le lundi 22/11 à 16 h 00 local (14h00 Paris)

La convocation émane de la caserne Capitaine HAMADOU

Capitaine ZAKARIA HASSAN

Tel Bureau : 00 253 35 10 03
Tel Personnel : 00 253 35 73 09

Compte-tenu des pratiques à Djibouti, nous craignons que Maître AREF ne soit placé immédiatement en garde à vue. Il s’agit probablement d’une suite de l’affaire des journalistes de France 2 qui avaient été expulsés et dont le matériel et les cassettes avaient été saisis illégalement par les autorités djiboutiennes.

Nous demandons à tous les hommes politiques et à toutes les Associations, que nous avons tenu informés des risques encourus par Maître AREF de se mobiliser pour éviter un nouveau drame à Djibouti.