04/10/08 (B468) AP / Le Ministre des A.E. éthiopien a appelé à un déploiement des forces de paix des Nations unies en Somalie. Ethiopia calls for UN peacekeepers in Somalia (En Anglais – Info lecteur)

Ethiopia’s foreign minister on Monday called for the U.N. to deploy peacekeepers to neighboring Somalia, where Islamic militants appear to be gaining strength.

Foreign Minister Seyoum Mesfin’s comments came just days after an attack on an African Union peacekeepers’ base in the Somali capital, Mogadishu, killed at least 11 civilians.

Mesfin urged the U.N. Security Council to deploy a U.N. peacekeeping mission « as soon as possible, » or provide resources to strengthen the current AU mission, which includes about 2,600 peacekeepers.

He praised the AU peacekeepers from Uganda and Burundi, who arrived in Somalia last year.

« It is never too late for others to follow their example, » Mesfin told world leaders during his speech to the U.N. General Assembly.

Ethiopia, whose troops helped push the Islamists from the Somali capital in December 2006, says that it wants to withdraw.

Within weeks of being driven out of Mogadishu, the Islamists launched an Iraq-style insurgency that has claimed more than 9,000 people, most of them civilians.

Many in overwhelmingly Muslim Somalia resent the U.N.-backed Somali government’s reliance on Ethiopia, a traditional rival with a large Christian population and one of Africa’s largest armies.

Ethiopia and Somalia fought a bloody war in 1977, and many Somalis see the Ethiopians as abusive and heavy-handed.

Somalia has not had a functioning government since 1991.

A U.N. peacekeeping force including American troops met disaster in Somalia in 1993, when militiamen shot down two U.S. Army Black Hawk helicopters and battled U.S. troops, killing 18. The battle was recounted in the book and movie « Black Hawk Down. »

22/09/08 (B466) AP / Les pirates se sont emparés ce dimanche d’un autre bateau grec de commerce. Cela fait le deuxième cargo du même pays à se faire arraisonner. Pirates hijack another Greek carrier off Somalia (Info lectrice – En Anglais)

Pirates in speedboats hijacked a Greek bulk carrier with 19 crew members off eastern Somalia, a piracy watchdog official said Monday.

Sunday’s hijacking pushes the number of attacks this year in Somali waters close to 60, with pirates raiding ships off eastern Somalia and in the Gulf of Aden flanking the country’s northern coast despite U.S.-led patrols.

Four pirates in three speedboats hijacked the Greek ship, which was flying a Bahamas flag and traveling to Europe, said Noel Choong, who heads the International Maritime Bureau’s piracy reporting center in Kuala Lumpur.

He could not say whether the crew members were harmed and declined to say where they were from or what the ship was carrying.

Hours earlier, three pirates in a speed boat fired machine guns at an Iranian crude oil carrier in the same area, Choong said. The tanker escaped after a 30-minute chase, and no casualties were reported, he said.

Last week, another Greek bulk carrier with 25 crew members was hijacked off Somalia’s east coast. A Hong Kong vessel carrying 25 crew was hijacked the same day in the Gulf of Aden, one of the world’s busiest waterways.

« The pirates have now started to attack ships off the eastern coast again …

It’s not good, » Choong said. « The eastern coast of Somalia is an open sea.

It’s so wide. It may be more difficult to control, to patrol. »

There have been 59 attacks in Somali waters since January, and 13 ships with more than 300 crew remain in pirates’ hands, Choong said.

The surge in attacks has prompted the U.S. Naval Central Command to establish a security corridor patrolled by an international coalition of warships.

Some 20,000 ships pass annually through the Gulf of Aden, which connects the Red Sea and the Indian Ocean.

Somalia has not had a functioning government since 1991. Pirates there are often trained fighters, many of them dressed in military fatigues and typically armed with automatic weapons, anti-tank rocket launchers and grenades.

17/09/08 (B465) AP / (Les pirates en dépit de quelques cibles manquées et des interventions musclées de l’Armée française, ne désarment pas – ARDHD) Un bateau de Hong Kong avec 22 personnes à bord pris par des pirates en Somalie

Des pirates armés ont pris d’assaut lundi un chimiquier immatriculé à Hongkong avec 22 membres d’équipage à bord dans le golfe d’Aden, près de la Somalie.

C’est le 12e navire piraté dans ces eaux depuis le 20 juillet, d’après Noel Chong, du Bureau maritime international.

Le navire voyageait vers l’Asie, dans un corridor de sécurité maritime patrouillé par les vaisseaux de guerre et les avions de la coalition internationale lorsqu’il a été attaqué.

08/09/08 (B464) AP / Trois navires de commerce, chinois, singapourien et thaîlandais ont réussi à échapper à des attaques de pirate en augmentant leur vitesse et en effectuant des manoeuvres inattendues : plusieurs pirates à la mer ! / 3 ships thwart attacks by pirates off Somalia (En Anglais – Info lecteur)

Pirates armed with rocket-propelled grenades attacked three vessels off Somalia’s coast but failed to hijack them because of quick action by crew members, a maritime official said Monday.

A Chinese cargo ship, a Singaporean liquefied gas carrier and a Thai bulk carrier managed to thwart the pirates in the Gulf of Aden by increasing speed and taking evasive maneuvers, said Noel Choong of the International Maritime Bureau.

Somalia, which has had no functioning government since 1991, is the world’s top piracy hotspot. The latest incidents bring to 44 the number of attacks off its coast this year. Most occurred in the Gulf of Aden, Choong said.

« Early detection allowed all three ships to report to IMB and take quick action to escape, » said Choong, who heads the IMB’s piracy reporting center in Kuala Lumpur. He said the situation was still grave despite increased patrols by warships from a multinational coalition in the area.

The Chinese-owned ship, sailing under the flag of the Caribbean island state of Saint Vincent and the Grenadines, was passing through the gulf Friday when crew noticed a blue tug identified by the IMB as a suspected pirate vessel, Choong said.

The crew raised the alarm after a speed boat from the tug headed toward the ship, he said. Four pirates armed with rocket-propelled grenades and automatic weapons started firing, but the ship escaped after it increased speed and the crew threw objects at the pirates during the chase, he said.

On Saturday, six pirates armed with rocket-propelled grenades attempted to ambush a Singaporean tanker in the gulf, Choong said. The tanker increased speed and changed course, leaving the attacking boat rolling heavily and four pirates fell into the sea, he said.

The pirates later resumed chase and the ship captain contacted the IMB, which sought help from the coalition naval force, he said. The pirates gave up their chase before a coalition warship could reach the scene, he said.

The next day, pirates in two speed boats chased a Thai bulk carrier but it also managed to evade the pirates and headed toward Yemen’s coast, Choong said.

Nobody on board the ships was injured in the incidents.

The attacks came after pirates hijacked an Egyptian cargo ship and a French sailboat last Wednesday. Ten vessels have been seized in the region since July 20.

The Gulf of Aden, which connects the Red Sea and the Indian Ocean, is one of the world’s busiest waterways with some 20,000 ships passing through it each year. The surge in pirate attacks has prompted the U.S. Naval Central Command to establish a security corridor in the gulf patrolled by the international coalition of warships.

03/09/08 (B463) AP / Des insurgés somaliens font le serment d’intensifier les attaques durant le mois de Ramadan,. Somali insurgents vow more attacks during Ramadan (En Anglais – Info lecteur)

Mortar shells slammed into Somalia’s capital Wednesday as insurgents vowed to intensify attacks during the Muslim holy month of Ramadan, the latest violence in a country that already sees near-daily outbreaks of bloodshed.

The insurgents are trying to topple Somalia’s government and drive out Ethiopian troops who are propping up the administration. Thousands of Somalis, mostly civilians, have been killed since Islamic fighters began an Iraq-style insurgency in December 2006 after being driven from power in Mogadishu and much of the south.

« If we die while fasting for the sake of Allah, we will go to heaven, » a 26-year-old Islamic fighter, Abdi Yusuf, told The Associated Press by telephone. « So there is no reason why we shouldn’t intensify the fighting. »

During Ramadan, Muslims are expected to abstain during daylight hours from food, drink, smoking and sex to focus on spiritual introspection. But the Islamists’ spokesman Abdirahin Issa Adow said fighters have « decided to redouble attacks against the Ethiopians and their stooges during the holy month of Ramadan, » which began this week.

He said the Ramadan attacks do not violate the Quran because his fighters are battling « enemies of Allah. »

At least two people were killed early Wednesday, said Abdiqadir Hassan Hussein, a Mogadishu resident who witnessed some of the fighting and saw two people killed.

Somalia has been at war since 1991, when clan-based militias ousted a socialist dictator and then fought for power among themselves. The conflict is complicated by clan loyalties and the involvement of archenemies Eritrea and Ethiopia, who both back opposite sides in the fighting.

The last U.N. peacekeeping force in Somalia included American troops who arrived in 1992 and tried to arrest warlords and create a government. That experiment in nation-building ended in October 1993, when fighters shot down a U.S. Army Black Hawk helicopter during a battle that killed 18 American soldiers.

Since then, Ethiopian troops have helped Somalia’s shaky transitional government push the Islamists from power in Mogadishu and much of the south, but failed to establish security or improve living standards.

23/08/08 (B462) Deux journalistes étrangers enlevés en Somalie (3 dépêches en Français – Infos lectrice / Lecteur)

________________________________ XINHUA

Deux journalistes étrangers enlevés en Somalie

Deux journalistes étrangers, une Canadienne et un Australien, ont été enlevés samedi par des hommes armés inconnus dans la banlieue sud de la capitale somalienne Mogadiscio, a confirmé à l’agence Xinhua un responsable à un hôtel où les deux journalistes avaient séjourné.

Selon cette source de l’hôtel, qui a requis l’anonymat, les deux journalistes se rendaient aux camps de déplacés internes sur la route entre Mogadiscio et Afgooye, à 30 km au nord-ouest de Mogadiscio.

L’administration de l’hôtel ne connaît pas où les journalistes et les membres du personnel de sécurité de l’hôtel les accompagnant ont été emmenés, a affirmé la source.

On ignore jusqu’ici à quel groupe les ravisseurs appartiennent et les groupes armés en Somalie ne revendiquent généralement pas les enlèvements d’étrangers, qui sont réguliers ces derniers temps dans le sud et le centre du pays.

Un certain nombre d’étrangers sont toujours détenus en otage en Somalie par des hommes armés pour l’obtention de rançons.

Quatre otages étrangers, deux travailleurs humanitaires italiens et deux touristes allemands, ont été libérés le mois courant par leurs ravisseurs après le paiement présumé de rançons importants.

_______________________________ CyberPress (CA) avec AP

Une Canadienne kidnappée en Somalie

Mohamed Seikh Nor – Associated Press – Mogadiscio

La Canadienne Amanda Lindhout, une journaliste pigiste dont la famille habite en Alberta, a été kidnappée en Somalie, a confirmé le magazine Red Deer Advocate.

Un journaliste australien a également été victime de l’enlèvement.

Ajos Mohamed Nor, qui travaille à l’Hôtel Shamo de Mogadiscio, où résidaient les deux journalistes, a affirmé qu’ils n’étaient pas rentrés à l’hôtel à 11h00, comme prévu, à la suite d’une brève sortie à l’extérieur de la capitale. M. Nor a seulement fourni leurs prénoms, identifiant l’Australien comme s’appelant Nigel, et la Canadienne, Amanda.

Les journalistes, leur conducteur somalien et deux gardes de sécurité somaliens ont été kidnappés alors qu’ils se trouvaient en route pour aller rencontrer des victimes déplacées par les violence à Mogadiscio et qui habitent maintenant Elasha, à 18 kilomètres de la capitale, a indiqué Abdihakim Haji, le beau-frère de l’un des gardes de sécurité, Abdifatah Elmi.

M. Haji a précisé qu’il était au courant du kidnapping parce que l’incident s’est déroulé pendant qu’il parlait avec son beau-frère au téléphone.

Un porte-parole du gouvernement somalien, Abdi Haji Gobdon, a affirmé que le gouvernement tentait de localiser les journalistes. Il ne pouvait toutefois pas les identifier ni confirmer l’information fournie par MM. Nor et Haji.

Le ministère canadien des Affaires étrangères, à Ottawa, a quant à lui indiqué que le haut-commissariat canadien au Kenya était au courant des informations circulant à l’effet que des journalistes d’Australie et du Canada avaient été portés disparus en Somalie. Une porte-parole a expliqué que des représentants consulaires étaient en contact avec les autorités locales et tentaient de confirmer ces informations.

_______________________________ AP

Deux journalistes étrangers ont été enlevés samedi en Somalie, a annoncé un membre de la famille d’un de leurs deux gardes du corps eux-aussi kidnappés.

Ajos Mohamed Nor, un employé de l’hôtel où séjournaient les journalistes, a indiqué qu’il s’agissait d’une Canadienne et d’un Australien, dont il n’a donné que les prénoms, Amanda et Nigel.

Les deux journalistes, leur chauffeur somalien et leurs deux gardes du corps ont été enlevés alors qu’ils se rendaient à Elasha, à une vingtaine de kilomètres de Mogadishio, pour rencontrer des Somaliens déplacés en raison des violences dans la capitale, a indiqué Abdikahim Haji, beau-frère d’Abdifatah Elmi, l’un des gardes du corps.

Abdikahim Haji a expliqué qu’il parlait au téléphone avec son beau-frère au moment de l’enlèvement.

Abdi Haji Gobdon, porte-parole du gouvernement soudanais, a affirmé ne pas connaître l’identité des deux journalistes. « Une fois que nous saurons où ils sont, nous prendrons des mesures, que ce soit la force ou la négociation. Nous essaierons de garantir la sécurité et la libération des journalistes », a-t-il déclaré.

Les journalistes ou humanitaires étrangers sont une cible de choix pour les diverses milices et gangs de Somalie, souvent pris en otage pour obtenir le versement de rançons.

____________________________ Yahoo

Deux journalistes étrangers enlevés en Somalie

Deux journalistes étrangers ont été enlevés samedi en Somalie, a annoncé un membre de la famille d’un de leurs deux gardes du corps eux-aussi kidnappés.

Ajos Mohamed Nor, un employé de l’hôtel où séjournaient les journalistes, a indiqué qu’il s’agissait d’une Canadienne et d’un Australien, dont il n’a donné que les prénoms, Amanda et Nigel.

Les deux journalistes, leur chauffeur somalien et leurs deux gardes du corps ont été enlevés alors qu’ils se rendaient à Elasha, à une vingtaine de kilomètres de Mogadishio, pour rencontrer des Somaliens déplacés en raison des violences dans la capitale, a indiqué Abdikahim Haji, beau-frère d’Abdifatah Elmi, l’un des gardes du corps.

Abdikahim Haji a expliqué qu’il parlait au téléphone avec son beau-frère au moment de l’enlèvement.

Les journalistes ou humanitaires étrangers sont une cible de choix pour les diverses milices et gangs de Somalie, souvent pris en otage pour obtenir le versement de rançons.

22/08/08 (B461-B) Pirates somaliens : un de plus dans la journée – Les actes de piraterie se multiplient à une vitesse effrayante ! (4 dépêches en Français et en Anglais – Infos lectrice)

_______________________________________ AP

Des pirates s’emparent d’un nouveau bateau au large de la Somalie

Des pirates se sont emparés jeudi d’un bateau allemand au large des côtes somaliennes, selon Noel Choong, du Bureau maritime international. Il s’agit du troisième bateau à être pris d’assaut par des pirates en une journée.

Noel Choong a précisé que le cargo affrété par des Allemands avait été attaqué par des pirates jeudi vers 9h GMT dans le Golfe d’Aden au large des côtes somaliennes. D’après lui, les faits se sont produits quelques heures après le détournement d’un pétrolier exploité par des Japonais et d’un bateau iranien au large de la Somalie dans la même zone.

Noel Choong a vigoureusement exhorté les Nations unies à "prendre des mesures sérieuses pour stopper la menace" représentée par les pirates des mers.

________________________________________ International

Somalie: Un cargo allemand saisi par des pirates

Des pirates se sont emparés d’un cargo allemand avec neuf membres d’équipage au large des côtes somaliennes, a fait savoir vendredi le Bureau maritime international (BMI), ce qui porte à quatre le nombre de bateaux détournés en 48 heures. "Un autre bateau, un navire allemand, a été saisi jeudi soir", a indiqué Noel Choong, qui dirige à Kuala Lumpur le Centre de surveillance de la piraterie du BMI.

Jeudi, des pirates somaliens avaient déjà détourné un vraquier iranien et un pétrolier affrété par le Japon. Mercredi, les pirates s’étaient emparés d’un cargo malaisien transportant de l’huile de palme. Les quatre navires saisis ont au total à leur bord 96 hommes d’équipage.

____________________________________ Shabelle (en Anglais)

Somali pirates seize German tanker off Somali coast

Heavily armed Somali pirates with speed boats have seized a German vessel with 57 crew members in the Gulf of Aden on Thursday.

A multi-coalition naval force, based in the region, is monitoring the movement of the ships, said Noel Choong, the head of the Kuala Lumpur-based piracy center of the International Maritime Bureau.

"The pirates with the German ship and two other ships are still moving and appear to be heading toward Somali territorial water. A warship has been dispatched to monitor and track the vessels," he told the media.

No further details on the hijacked ship are availible.

The naval force includes the United States, France, Germany, Pakistan, Britain and Canada, which currently holds the rotating command. No other details were immediately available.

Pirates on Thursday seized an Iranian bulk carrier with 29 crew and a Japanese-operated chemical tanker with 19 crew. Then, a German-operated cargo ship with 9 crew, flying the Antigua and Barbuda flag, was hijacked nearby, he said.

The attacks came two days after a Malaysian palm oil tanker with 39 crew was seized in the vicinity and raised the number of ships hijacked in the Gulf of Aden to seven since July 20.

Choong said there has been no communication so far with any of the four vessels hijacked this week.

He said little can be done at this stage without endagering hostage safety, with pirates likely to demand ransom for the release of the ships and crew later.

"Somalia has no central government. We are worried that more may join the pirates to hijack ships because it’s very lucrative and there is no deterrent," he said.

"The United Nations is the only agency that can stop this menace. The international community has to agree to find ways to solve this worsening problem. That is the only way forward," he said.

Choong said this week’s attacks have generated huge alarm among seafarers using the Gulf, a busy waterway connecting the Red Sea and the Indian Ocean.

Somalia is the world’s piracy hotspot, with 35 attacks now. Twenty-nine of those were in the Gulf of Aden, he said.

Somalia has not had a functioning government since 1991 and foreign vessels are frequently seized for ransom by armed pirates armed, making it difficult and expensive to deliver aid to the impoverished region.

In June, the U.N. Security Council voted to allow international warships to enter Somali waters to combat the problem. But its 1,880-mile coastline — the longest in Africa — remains virtually unpoliced.

________________________________ Le Figaro avec AFP

Somalie: un cargo allemand porté disparu

Un cargo appartenant à une compagnie allemande est porté disparu et pourrait avoir été capturé par des pirates au large de la Somalie, a indiqué aujourd’hui un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Berlin.

Le cargo, battant pavillon d’Antigua-et-Barbuda, est porté disparu depuis hier. L’équipage ne comprend aucun citoyen allemand, a indiqué le porte-parole.

Deux autres navires auraient été saisis par des pirates au large de la Somalie hier, selon le Centre antipiraterie du Bureau maritime international (BMI) à Kuala Lumpur. Il s’agit de navires iranien et japonais, détournés deux jours après l’attaque d’un tanker malaisien.

19/08/08 (B461-B) AP – L’une des juges d’instruction enquêtant sur d’éventuelles pressions sur la justice en marge de l’affaire Borrel, du nom de ce magistrat français mort à Djibouti en 1995 dans des conditions non encore élucidées, s’est déplacée le 6 août à l’Elysée pour se faire remettre des documents de la cellule diplomatique, a-t-on appris mardi de sources judiciaires. (Info lecteur)

Le 2 mai 2007, à quelques jours du départ de l’Elysée de Jacques Chirac, les deux juges chargés de ce dossier avaient souhaité perquisitionner les bureaux de la cellule Afrique de l’Elysée avant de se voir fermement interdire l’accès du palais présidentiel.

A l’époque, l’Elysée avait mis en avant l’article 67 de la Constitution, qui stipule que le chef de l’Etat ne peut, durant son mandat, « être requis de témoigner ou faire l’objet d’une action ou d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite ».

« Les services de l’Elysée ont remis au juge d’instruction les documents dont elle avait souhaité obtenir la communication », a-t-on indiqué à l’Elysée à propos du déplacement de la juge d’instruction Fabienne Pous.

Le corps de Bernard Borrel, en partie carbonisé, a été retrouvé le 19 octobre 1995 au pied d’une falaise au lieu-dit Le Goubet, à 80km de Djibouti. Dans un premier temps, la thèse du suicide par immolation avait été retenue, une hypothèse supplantée par celle d’un acte criminel à la suite d’expertises indépendantes qui pointent des causes extérieures.