Articles

23/02/07 (B383) L’HUMANITE : Afro-optimisme de façade – Sommet Afrique-France . Malgré les allusions aux crises, les intervenants de la cérémonie d’ouverture ont affiché leur confiance. (Info lectrice)

De
Cannes, envoyée spéciale de l’Humanité.

« On ne peut plus dire que l’Afrique est un continent
perdu », a martelé John Kufuor, président du Ghana et
actuel dirigeant de l’Union africaine. Croissance économique
supérieure à 5 %, nombre de plus en plus important de présidents
démocratiquement élus, et même, volonté accrue
de résoudre les conflits : les chefs d’État qui ont pris
la parole hier à Cannes, pour la séance d’ouverture du
24e Som- – met Afrique-France, ont tous mis l’accent sur l’amélioration
depuis dix ans de la situation en Afrique.

Interpellant les médias, Kufuor a estimé qu’il était
temps « que le monde reconnaisse les progrès accomplis par le
continent au niveau des droits de l’homme et de la bonne gouvernance
». Un discours qui prenait une saveur particulière devant l’aréopage
de présidents sagement assis derrière le pupitre de l’orateur
: le président gabonais Omar Bongo, qualifié de « cher
doyen » par le Malien Amadou Amani Touré, en raison de ses 40
années au pouvoir, Idriss Deby à la tête du Tchad depuis
un coup d’État en 1989 ou encore le Djiboutien Omar Gelleh, convoqué
vendredi par la justice française comme témoin dans l’enquête
sur l’assassinat en 1995 du juge Borrel dans son pays…

Pour son denier sommet parmi ses « amis » africains, Jacques Chirac
a aussi eu droit à un concert de louanges. Chacun a salué son
implication « personnelle » en faveur de l’Afrique, notamment
ses efforts pour faire entendre sa voix dans les instances internationales.
Le président français a tenu lui à répondre aux
critiques, assumant le caractère affectif de son attachement au continent,
justifiant les interventions militaires françaises au Tchad et en Centrafrique
et rappelant que « la France a doublé, depuis ces quatre dernières
années, son aide à l’Afrique ». S’exprimant
comme s’il ne faisait aucun doute que sa politique africaine serait
reprise par son successeur, il a assuré que la France « continuera
à respecter les accords de défense ».

Les crises africaines, objet majeur des discussions informelles, ont également
été évoquées. Devant un président soudanais
impassible, l’Allemande Angela Merkel actuelle présidente de
l’Union européenne et du G8, a rappelé la volonté
de l’UE, en collaboration avec l’UA et l’ONU, « d’améliorer
le sort des populations du Darfour ». En marge du sommet, une rencontre
autour de ce conflit et de ses conséquences régionales entre
les présidents soudanais, centrafricain, tchadien et égyptien,
en présence de John Kufuor devait finalement avoir lieu hier, après
des jours de tergiversation.

La situation au Zimbabwe a également fait l’objet de l’attention
de Merkel qui a lancé un appel au dialogue en Somalie. Le Malien Touré
et Kufuor ont insisté sur la nécessité de régler
rapidement la crise en Guinée, dont le président a décrété
lundi la loi martiale, après avoir fait tirer sur la foule qui demande
sa démission. En évoquant la Côte d’Ivoire, Chirac
s’est offert une dernière pique contre Gbagbo par une allusion
non voilée aux conditions « calamiteuses » d’élection
du président ivoirien, sous forme de référence aux crises
qui « prennent souvent naissance dans des scrutins discutab
les
».

C. B.

23/02/07 (B383) REUTERS : MOGADISCIO – De nouveaux tirs de mortier ont visé jeudi l’aéroport international de Mogadiscio, sans faire de victimes, rapportent des témoins. (Info lectrice)

Les obus se sont abattus sur la piste et sur
un parc de stationnement.

Par ailleurs, un responsable local, Mohyadine Hassan Hadji, commissaire du
quartier de Yakchid, a été abattu mercredi soir près
de son domicile par deux inconnus.

Mardi dernier, la capitale somalienne avait été le théâtre
d’un des plus violents bombardements depuis que les combattants islamistes
en ont été chassés à la fin décembre. Seize
personnes avaient été tuées.

21/02/07 (B383) LDDH : Somalie / Ali Mohammed Omar, présentateur de Radio Warsan a été exécuté par balle. Appel en anglais du réseau EHAHRD.


Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 20 FÉVRIER 2007

Meurtre intolérable
du Journaliste Somalien
Ali Mohammed Omar
à Baïdoa.

Ali Mohammed
Omar, présentateur de Radio Warsan a été exécuté
par balle.

QUE DIEU
TOUT PUISSANT GARDE SON ÂME EN PAIX

Depuis l’occupation
du sud de la Somalie par les Forces étrangères, l’insécurité
des journalistes, ainsi que, les pressions et menaces sur les Journalistes
indépendants, sont à leurs apogées et sont révoltantes.

Il est très dangereux
aux mass médias d’informer voir de parler des tueries par bombardements
des civils Somaliens non seulement à Mogadiscio mais aussi dans plusieurs
villages par l’artillerie et les chars éthiopiens.

Ce terrorisme d’Etat
récent et quotidien est inadmissible, avec tous les dangers qu’il
représente et ne peut que faire boule de neige dans l’atrocité
des destructions de toutes les grandes villes de notre Sous-région.

M.
NOEL ABDI Jean-Paul

_______________________________________________________

EAST AND HORN
OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS NETWORK

Public Statement

EHAHRD-Net Index: SOMA
003/005/2007 (Public)
19th February 2007

KAMPALA:
MURDER OF SOMALI JOURNALIST HORRIFIC-EHAHRD-Net

It is with profound
dismay that the East and Horn of Africa Human Rights Defenders Network (EHAHRD-Net)
has received information about the gruesome murder of a Somali journalist
Ali Mohammed Omar (25).The demise of Omar is one among several deplorable
incidents involving Somali journalists, making the country one of the most
dangerous for media operations within the sub-region.

According to reports
received from the National Union of Somali Journalists (NUSOJ), a founding
member organization of EHAHRD-Net, Omar was short in the head as he headed
home from the town of Baidoa . At the time of his death, he was a presenter
and technician at Radio Warsan, one the region’s most independent radio
stations.

"It is very sad
indeed to see that journalists in Somalia continue to be the target of murder
elements. There’s no society in contemporary world that can survive without
these information agents and therefore, it must be the duty of the whole
Somali community and indeed the international community, to ensure that
journalists receive maximum security. Besides, the work of journalists is
clearly highlighted in various international human rights instruments, leaving
no room for compromise about observance of media freedom.

As a Network, we demand
that the Transitional Federal Government traces the perpetrators and brings
to book," says Hassan Shire Sheikh, Chairperson EHAHRDP/Net

APPEAL:
EHAHRD-Net appeals to the Transitional Federal Government (TFG)
in Somalia
to:

Investigate into Omar’s
murder and ensure that the perpetrators are
brought to book.

Take necessary measures
to ensure adequate protection of journalists in
appreciation of their constitutional obligation to gather and disseminate
news and information

All Network members
across the sub-region should condemn this act of
lawlessness and appeal to the Somali authorities to immediately cause
redress.


Please send appeals to;
The
Somali Charge d’Affaires in Kenya, asking for them to be forwarded to
Somalia’s President, Col. Abdullahi Yusuf Ahmed: TFG charge d’affaires,
Mohamed Ali Nur, PO Box 623-00606, Jabavu Road, Hurlingham, Nairobi, Kenya

Email: mali@somaliembassy.co.ke

Salutation: Dear
Sir

For
further information, please contact
Tumusiime
Kabwende Deo

Press Officer, +256-712-075721
Regional Coordination Office
EAST AND HORN OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS PROJECT (EHAHRDP)

Human Rights House, Plot 1853, Lulume Rd., Nsambya
P.O. Box 11027 Kampala, Uganda
Phone: +256-41-510263(general)/ext.112
+256-41-267118(direct)
Fax: +256-41-267117
E-mail: ehahrdp@yahoo.ca,
hshire@yorku.ca
Website: http://www.yorku.ca/crs/AHRDP/index.html