Articles

27/09/08 (B467) AFP / Un navire de guerre russe vers la Somalie (Info lecteur)

Un navire de guerre russe se dirigeait aujourd’hui vers les côtes somaliennes, où des pirates se sont emparés d’un cargo ukrainien avec à son bord une trentaine de chars de combat et trois citoyens russes, a annoncé la marine russe.

Le patrouilleur l’Intrépide a été envoyé dans la région « en raison de l’intensification des attaques perpétrées par des pirates, y compris contre des citoyens russes », a déclaré le porte-parole de la marine, Igor Dygalo.

Le cargo ukrainien Faina a été saisi par des pirates jeudi, alors qu’il se dirigeait vers le port kenyan de Mombasa, avec à son bord 17 Ukrainiens, trois Russes et un Letton.

Le navire transporterait une trentaine de chars de combat, destinés à un Etat qui n’était pas connu aujourd’hui

27/09/08 (B467) CICR / Somalie / Le CICR demande instamment à toutes les parties de respecter le droit international humanitaire.

La récente intensification des combats dans la capitale Mogadiscio a fait des dizaines de morts. Les hôpitaux et autres centres médicaux sont débordés par l’afflux des blessés. De plus, les violents combats ont entravé l’accès de nombreux autres blessés aux soins médicaux dont ils ont besoin d’urgence.

« Suite aux affrontements de cette semaine, plus de 140 blessés ont été admis dans les hôpitaux de Keysaney et Medina à Mogadiscio, qui sont soutenus par le CICR », a déclaré Pascal Mauchle, chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour la Somalie. Terrifiées, les personnes abandonnent leur maison pour se réfugier dans des régions plus sûres, mais risquent, ce faisant, d’être prises dans les feux croisés ».

Le CICR déplore le nombre élevé de victimes civiles. Il demande instamment à toutes les parties au conflit de respecter les règles du droit international humanitaire, et leur rappelle qu’il est interdit de diriger des attaques contre des civils ne prenant pas directement part aux hostilités ou des attaques indiscriminées visant sans distinction des objectifs militaires et des civils ou des biens de caractère civil. Toutes les mesures de précaution possibles doivent être prises pour épargner les civils et leurs biens contre les effets des hostilités. Le personnel médical et humanitaire ainsi que les hôpitaux et les dispensaires doivent être respectés et protégés.

Le CICR distribue des secours médicaux aux hôpitaux de Keysaney et Medina, qui ont traité, à eux deux, plus de 2 200 blessés depuis janvier. Il a aussi récemment étendu son soutien à cinq autres centres de soins de santé primaire temporaires du Croissant-Rouge de Somalie à la périphérie de Mogadiscio qui prennent en charge plus de 200 000 personnes déplacées ayant fui la capitale ces derniers mois.

Le CICR dispense une aide humanitaire à la population somalienne depuis 1977 et travaille en étroite coopération avec le Croissant-Rouge de Somalie.

27/09/08 (B467) La Nation / La loi de la jungle

Après une course folle vers les sommets, les prix de l’or noir semblent emprunter le chemin inverse. Une telle tendance constitue une bonne nouvelle pour tout le monde même s’il est trop prématuré d’affirmer sa persistance sur le court et moyen terme. Les djiboutiens devraient normalement pousser des soupirs de soulagement en l’apprenant. Sauf que les choses bougent très lentement sous nos cieux. Pis, des commerçants indélicats font fi des marges de la structure des prix fixés par les pouvoirs publics.

La logique du profit prend le dessus sur la morale citoyenne chez les semi – grossistes et détaillants du kérosène. Du coup, le litre de pétrole lampant s’échange à hauteur de deux cent cinquante de nos francs dans les quartiers populaires de la capitale. Les ménagères en grogne pestent ouvertement contre ce fardeau qui greffe lourdement le pouvoir d’achat des foyers djiboutiens.

De retour au pays après des vacances passées en Ethiopie ou en Somaliland, nombreuses sont celles qui s’interrogent sur la différence des prix pratiqués là bas et ici. Le litre de kérosène, qui transite pourtant par Djibouti, coûterait six birrs éthiopiens à Dirré Dawa selon les témoignages de quelques unes.

Elles en tirent une seule et unique interprétation : les professionnels du secteur à Djibouti jouissent d’une certaine impunité. Du coup, la cherté du produit motive les ménagères des milieux défavorisés à s’approvisionner en charbon de bois. Les besoins des unes donnent des appétits aux semi – grossistes du petit secteur informel qui s’organise autour de l’activité redevenue juteuse.

Ces derniers fixent les prix des sacs de charbon au gré de leurs intérêts. Relevons au passage que la forte demande du charbon de bois laisse présager un désastre écologique avec les coupes intensives des arbres dans les régions de l’intérieur. Quelques voix dénoncent ce péril. Elles appellent de leurs vœux un sursaut des pouvoirs publics face à la loi de la jungle qui prédomine dans les ventes du pétrole lampant et du charbon.

27/09/08 (B467) Le Nouvel Obs avec AP / Somalie: de nouvelles violences ont entraîné la fuite de milliers de personnes dans la capitale, selon le HCR.

Plusieurs milliers de Somaliens ont fui cette semaine Mogadiscio en raison de violents affrontements, a rapporté le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) vendredi.

Au moins 16.000 personnes ont été chassées de leur logement dans la capitale somalienne, a précisé Ron Redmond, porte-parole du HCR. Nombre d’entre elles se sont rendues dans la localité somalienne d’Afgooye, où se trouvent déjà plus de 300.000 personnes déplacées.

« La nouvelle vague de déplacement aggrave une situation déjà catastrophique », a expliqué M. Redmond à des journalistes à Genève.

Il a souligné que la Somalie, sans gouvernement en mesure de fonctionner depuis plus de 17 ans, comptait plus d’un million de personnes déplacées. A la fin de l’an dernier, près d’un demi-million de Somaliens étaient signalés en dehors du pays, mais de nombreuses autres personnes sont enfuies sans en informer les autorités.

Cette semaine, la capitale a été frappée par une nouvelle explosion de violence, qui compte parmi les plus graves en 19 mois d’insurrection. Trente personnes sont mortes dans des affrontements à Mogadiscio lundi et au moins 11 civils ont été tués dans une attaque ultérieure qui a visé une base de soldats de l’Union africaine.

26/09/08 (B467) BBC / Première confirmation de l’information que nous avions publiée ce matin. Les pirates s’emparent de 30 tanks dans un cargo ukrainien ! (ARDHD : bonjour les dégats !!) // Somalia’s pirates seize 33 tanks (En Anglais – Info lecteur)

A Ukrainian ship seized by pirates off the coast of Somalia was carrying 33 tanks and other weapons, the Ukrainian defence minister has confirmed.

Earlier, the country’s foreign ministry said the ship had a crew of 21 and was sailing under a Belize flag to the Kenyan port of Mombasa.

There has been a recent surge in piracy off the coast of Somalia.

Russia announced on Friday it would start carrying out regular anti-piracy patrols in the waters off Somalia.

A navy spokesman said a warship had been sent to the area earlier this week and the aim of the deployment was to protect Russian citizens and ships.

Somalia has not had an effective national government for 17 years, leading to a collapse of law and order both on land and at sea.

Somali pirates are currently holding more than a dozen hijacked ships in the base in Eyl, a town in the semi-autonomous region of Puntland.

It was not immediately clear where the Ukrainian ship had been taken.

Speed boats

The Ukrainian foreign ministry said the captain of the Faina cargo ship had reported being surrounded by three boats of armed men on Thursday afternoon

Defence Minister Yury Yekhanurov confirmed that 33 Russian T-72 tanks and « a substantial quantity of ammunition » were aboard.

He said all the weapons had been sold in compliance with international agreements, according to a Ukrainian news agency.

The cargo’s final destination was unclear, with reports suggesting either Kenya or south Sudan.

Security analyst Knox Chitiyo told the BBC the incident showed that the waters off Somalia’s coast had « become a global security problem ».

« Piracy has become big business and there seems to be no concerted response to the problem, » said Mr Chitiyo, from the London-based Royal United Services Institute.

Last week, France circulated a draft UN resolution urging states to deploy naval vessels and aircraft to combat piracy in the area.

France has intervened twice to free French sailors kidnapped by pirates. Commandos freed two people whose boat was hijacked in the Gulf of Aden earlier this month.

After an earlier raid in April, six arrested pirates were handed over to the French authorities for trial.

International navies have been escorting humanitarian deliveries to Somalia, where a third of the population needs food aid.

Flourishing industry

Pirates have seized dozens of ships from the major shipping routes near Somalia’s coast in recent months.

Senior UN officials estimate the ransoms they earn from hijacking ships exceed $100m (£54m) a year.

International navies have been escorting aid deliveries

Pirate « mother ships » travel far out to sea and launch smaller boats to attack passing vessels, sometimes using rocket-propelled grenades (RPGs).

Authorities in Somalia’s semi-autonomous region of Puntland say they are powerless to confront the pirates, who have been growing in strength.

In Eyl, where ships are held for ransom, a flourishing local industry has developed.

Insurgents in Somalia, not known to have links to the pirates, are currently battling a combination of government troops, their Ethiopian allies and African Union peacekeepers in Mogadishu and other parts of southern Somalia.

The US has an anti-terror task force based in neighbouring Djibouti and has carried out several air strikes against the Islamic insurgents, accusing them of sheltering al-Qaeda operatives.

26/09/08 (B467) Le pouvoir de la Garde républicaine, sous la protection de Guelleh a-t-il dépassé celui de la Loi applicable au commun des mortels. Un exemple d’injustice qui vient illustrer cette crainte. (Lecteur)

Bonjour à l’équipe

Je me suis décidé à vous ecrire pour deux raisons :


d’abord pour vous dire que je suis lecteur assidu de votre site et que j’apprécie énormément les animations et les caricatures qui sont souvent à la hauteur « de chefs-d’oeuvres » !

– ensuite parce que Nul ne devrait être au-dessus de la Loi.

En effet, tout le monde peut commettre une grave infraction, ne serait-ce qu’en conduisant un véhicule : sa responsabilité personnelle est alors engagée tant sur le plan civil des réparations que sur le plan pénal, s’il y a une faute constatée..

Je suis étudiant en France depuis plusieurs anneés et je vous envoie le récit d’un fait divers. Cette histoire m’a completement bouleversé et j’aimerais beaucoup que vous acceptiez de la publier sur votre site.

Il montre bien la monteé en puissance de la Garde républicaine. Ultra equipée mais aussi et surtout ultra protégée par leur patron sans aucun scrupule morale et dégagée de toute forme de responsabilité !

Mon frère est Lieutenant dans la Police judiciaire à Djibouti, titulaire d’un master en droit public obtenu à l’Université de Perpignan.

Bien qu’en uniforme dans les rues de Djibouti, il a eté agressé par deux militaires de la Garde républicaine. Ils n’y ont pas été de main morte, puisqu’il a été mis K.O .

Au départ, la Police est intervenue rapidement, puis elle a rapidement quitté les lieux rapidement, devant la menace constituée par une horde de bérets rouges qui avaient été appelé en renfort par radio par les 2 militaires « agresseurs ». Un détachement de Gendarmerie est arrivé ensuite sur les lieux. Mieux tolerés par la garde republicaine, c’est eux qui seront été finalement chargés de l’enquête.

Mon frère s’est décidé à porter plainte auprès du corps de Police auquel il appartient, puis de la Gendarmerie, certificat médical à l’appui.

Ces faits contituent un délit grave, puni par le droit pénal..

Mais l’enquête de Gendarmerie piétine depuis plus d’un mois. Les faits se sont passés le 13 aout 2008. La victime souffre des conséquences des coups et blessures qu’elle a reçus lors de l’accrochage. Elle est en arrêt de maladie depuis cette date.

Mais ,les « intouchables » gardes republicains n’ont pas encore été ni interpellés ni entendus par la Gendarmerie. Probablement les officiers Gendarmes jugent que cela est trop dangereux.

Selon des indiscrétions, les agresseurs auraient même pu avoir reçu des félicitations de la part de leur supérieur !

Mais pour quelles
raisons ce passage à tabac collectif et gratuit : aucune explication à ce jour. Le mystére total couvre les faits.!

Comme les gardes républicains concernés savent qu’ils sont protégés par la hiérarchie et qu’ils ne risquent même pas d’être convoqués pour s’expliquer defant la Justice, ils se sentent intouchables et ils peuvent tout se permettre. A qui le tour ?

C’est vraiment honteux et scandaleux pour la victime ! Même la hiérarchie de son propre corps (Police) est impuissante pour faire respecter les Lois.

On peut imaginer le sentiment d’abandon qui hante mon frère. Il est complètement démoralisé et il envisage même de démissionner si aucune mesure disciplinaire n’est prise à l’encontre de ces voyous dans les prochains jours.

Lui si légaliste, il ne peut qu’être révolté par ce traitement illégal de faits délictueux, qui jette une ombre terrible sur l’application de la justice dans notre pays.

26/09/08 (B467) REUTERS / Douze mille personnes déplacées par les combats à Mogadiscio (Info lectrice)

Au moins 12.000 habitants de la capitale somalienne Mogadiscio ont fui leurs habitations au cours de la semaine écoulée, en raison de l’intensification des combats dans la ville, a déclaré le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

« C’est une estimation très prudente », a déclaré Catherine Weibel, porte-parole du HCR.

Des combats opposent l’insurrection islamiste aux forces du gouvernement de transition et leurs alliés éthiopiens.

La moitié des 12.000 déplacés a cherché refuge dans Mogadiscio même, le reste a fui vers Afgoye, à 30 km au sud-ouest de la capitale, a ajouté Weibel.

Environ 850.000 personnes ont été déplacées à Mogadiscio depuis le début 2007, et au moins 350.000 d’entre elles ont pris la direction d’Afgoye.

Stephanie Nebehay,
version française Eric Faye

26/09/08 (B467) REUTERS / En Somalie, onze civils tués dans des combats à Mogadiscio (Info lectrice)

Des rebelles islamistes ont bombardé mardi soir une position des soldats de la paix de l’Union africaine (UA) à Mogadiscio, rapportent des témoins. Les combats qui ont suivi ont fait 11 morts dans la population civile.

L’UA, qui a envoyé 2.200 soldats ougandais et burundais en Somalie, a déclaré n’avoir subi aucune perte dans ses rangs.

Quatre personnes sont mortes par ailleurs mercredi dans l’explosion d’une bombe cachée dans une charrette à Baidoa, siège du parlement somalien, a indiqué la police.

L’exode des habitants de la capitale somalienne s’est accéléré depuis l’intensification des affrontements dans la ville ces dernières semaines.

Depuis le début 2007, les insurgés islamistes luttent contre le gouvernement somalien et ses alliés éthiopiens qui l’ont aidé à reconquérir le pays.

Les combats entre les deux camps ont fait plus de 9.500 morts parmi la population civile. Plus d’un million d’habitants ont été chassés de chez eux.

Abdi Sheikh et Abdi Mohamed,
version française Guy Kerivel et Pascal Liétout