Articles

15/11/09 (B525) Ethiopie: Les rebelles auraient pris 7 villes (JDD)

Les rebelles éthiopiens du Front national de libération de l’Ogaden (FNLO) ont affirmé samedi s’être emparés de sept villes près de la frontière avec la Somalie.

Le FNLO réclame l’autonomie pour l’Ogaden, une région potentiellement riche en pétrole et en gaz et dont la population est d’ethnie somali. « Des milliers d’hommes du FNLO ont participé à l’opération (…) de capture d’Obolka, Hamaro, Higlaaley, Yucub, Galadiid, Boodhaano et Gunogabo.

Un nombre important de militaires éthiopiens ont été tués et leur matériel a été capturé ou détruit », dit un communiqué des rebelles, précisant que les combats « intenses » ont duré deux jours.

15/11/09 (B525) Le Journal de la Flibuste (4 articles en Français)

____________________________ 4 – EuroInvestor avec Reuters

Les pirates somaliens relâchent 9 marins indiens et bangladais

Neuf marins indiens et bangladais ont été relâchés par des pirates somaliens et conduits au Puntland, à l’issue de négociations avec des dignitaires tribaux et des entrepreneurs locaux, a-t-on appris dimanche auprès de témoins.

Les ex-otages sont arrivés samedi soir à Garowe, capitale de la région autonome du nord-est de la Somalie. On ignore si une rançon a été payée et à bord de quel bateau ils ont été enlevés.

Les pirates somaliens retiennent actuellement 13 navires et 230 membres d’équipage.

« Je ne peux pas dire dans le détail, mais ils viennent d’Inde et du Bangladesh », a déclaré à Reuters le chauffeur engagé par les pirates pour les conduire de Eyl à Garowe.

« Ils sont tous à l’hôtel et en bonne santé, dans l’attente de leur départ, mais ils n’ont pas un sous pour le transport », a-t-il poursuivi, précisant qu’ils avaient été enlevés à bord d’un bateau de pêche au large du sultanat d’Oman.

Mohamed Ahmed,
version française Jean-Philippe Lefief

____________________________ 3 – Portail des sous-marins

Les pirates somaliens capturent des missiles de croisière

Par Rédacteur en chef.

Des pirates ont capturé un cargo plein de missiles de croisière et exigent une rançon de 2 millions £.

Les pirates somaliens ont ouvert le feu sur le Al-Mizan alors qu’il naviguait le long des côtes somaliennes avec sa cargaison illégale.

Les pirates ont tiré un roquette avant de monter à bord et de prendre le contrôle du navire au large de Mogadiscio.

Ils ont découvert les missiles — qui seraient à courte et moyenne portée —, transportés en contravention avec l’embargo des Nations Unies sur l’armement.

Des experts militaires ne pensent pas que les pirates soient capables de les utiliser.

Vendredi, le cargo se trouvait au large de Garacad. Les 18 membres d’équipage sont retenus en otage.

Il semble que le Al-Mizan transporte régulièrement des armes dans la région du Golfe. Les marines de plusieurs pays l’aurait suivi. Les pirates savaient qu’il y avait des armes à bord, mais pas qu’il s’agissait de missiles.

________________ 2 – CRI (Chine)

Yémen : huit pirates somaliens capturés

Les garde-côtes yéménites ont capturé huit pirates somaliens dans le golfe d’Aden, a rapporté vendredi le ministère yéménite de la Défense.

Ces huit pirates somaliens étaient à bord d’un bateau équipé de deux lance-roquettes, d’armes légères et d’une échelle pour aborder, a précisé le ministère de la Défense, citant une source des garde-côtes yéménites.

D’après cette source, le bateau et les armes ont été saisis et une enquête a été ouverte.

Les pirates somaliens seraient actifs au large de la pointe sud du Yémen, dans le golfe d’Aden. Le Yémen est un partenaire clé dans la coalition internationale de lutte contre la piraterie dans la Corne de l’Afrique.

________________ 1 – L’Express de Madagascar avec AFP

Un accord contre la piraterie

La recrudescence d’actes de piraterie par des Somaliens dans l’océan Indien a nécessité la prise de mesures adéquates. Le commerce et la pêche en payent de lourds tributs.

Les Seychelles et l’Union européenne (UE) ont signé mardi un accord autorisant les forces navales européennes sur le territoire de l’archipel de l’océan Indien à pourchasser et détenir de présumés pirates somaliens, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

«Cet accord fournira les bases légales pour le déploiement des unités et du personnel de l’opération navale de l’Union européenne (Eunavfor) sur le territoire de la République des Seychelles», a précisé le ministère dans un communiqué.

L’accord prévoit également un soutien de l’UE pour améliorer les capacités des Seychelles à lutter contre les actes de piraterie, selon le texte. Les Seychelles ont déjà passé des accords similaires avec la France et les États-Unis.

«Les Seychelles sont totalement engagées dans la lutte contre le fléau de la piraterie. Cet accord est un futur instrument pour renforcer nos capacités dans cette lutte», a déclaré le ministre de l’Environnement, des ressources naturelles et des transports, Joel Morgan, lors de la signature.

Coup fatal

L’ambassadeur britannique, Matthew Forbes, a souligné que les Seychelles avaient un «rôle vital à jouer» pour combattre la piraterie.

Les grandes puissances maritimes ont commencé l’année dernière à déployer des vaisseaux de guerre dans le golfe d’Aden pour contrer les attaques de pirates contre les bateaux traversant ces eaux et qui menacent l’une des plus importantes routes commerciales maritimes du monde.

Les actes de piraterie se sont multipliés depuis la fin de la mousson dans l’océan Indien, une zone bien plus étendue et plus difficile à contrôler, s’aventurant jusqu’aux Seychelles, une zone pourtant très éloignée des côtes somaliennes.

Avec 115 îles disséminées dans une Zone économique exclusive (ZEE) s’étendant sur 1,4 million de km2 et une population de 85.000 personnes, les Seychelles voient avec inquiétude les actes de piraterie se développer et craignent qu’ils ne portent un coup fatal à leur économie basée sur le tourisme et l’industrie de la pêche au thon.