29/03/2000 – Précisions sur le “groupe pour le rétablissement de la vérité”

Le “groupe pour le rétablissement de la vérité” est constitué de faux réfugiés somaliens de l’éthnie Issa-mamassan au pouvoir à Djibouti.

Ces individus parasites touchent des salaires fictifs du trésor djiboutien à titre d’agents de l’Etat. Ils sont enregistrés à l’immigration Canada comme réfugiés somaliens. Il s’agit pour la plupart de femmes et d’enfants dont leurs chefs de famille occupent un poste de directeur,
député, officier de police ou ministre à Djibouti.

Les filles d’Idriss Gouled Aptidon demeurent à Toronto avec l’alimentaire S.Miguil. Le neveux
Souleiman de Guelleh est à Montréal.
Les fils de l’actuel Ministre de la Santé, la famille de l’ancien maire de Djibouti, les enfants de plusieurs députés RPP sont à Ottawa comme les
proches du Général Yassin Yabeh Galab, le valet de l’incendiaire Guelleh.
La fille et les petits-fils du Général Zakaria ont été expulsés d’Ottawa vers Djibouti en 1999. la fille de Chideh, l’ancien directeur de la police
nationale a été déportée vers les Etats-Unis etc…

Ce trafic de faux réfugiés somaliens est organisé par l’Ambassade de Guelleh à Washington D.C.(cf l’article du journal canadien la Presse).

Ce groupe de prédateurs est invité à participer à la pseudo-conférence de paix somalienne d’Avril par son parrain Guelleh au nom du Somaliland.

Ridicule disent les somalilandais sur leurs sites internet uwindsor.ca, somaliland.com, anaserve.com et genocities.com.

Ils attaquent régulièrement le journal de référence sur Djibouti, la liberté tout en évitant le contact avec les militants de l’opposition radicale au Canada de peur que la presse ne soulève les cas des faux
réfugiés somaliens de Guelleh.
Ils affirment haut et fort que Djibouti appartient uniquement aux Issas.

Certains d’entre eux se rendent souvent à Djibouti dans l’espoir d’obtenir des contrats avec le gouvernement sur fonds public et sans appel d’offres.
“Nous devons conjuguer le verbe manger” disent-ils.

Désormais, les intellectuels djiboutiens du Canada et enregistrés djiboutiens à l’immigration Canada sont disposés à collaborer avec la justice canadienne afin que toute la lumière soit faite sur le trafic de
faux réfugiés somaliens des barons du régime guelléen.

M.A.
Montréal, Canada