08/10/02 L’affaire de l’attentat contre l’Hôtel Tigré à Addis Abeba est-elle en train de rebondire ? Une piste pourrait-elle remonter à la Présidence de Djibouti ?

D’après
des sources d’information sérieuses, la police éthiopienne,
qui enquête sur cette affaire, privilégierait une piste qui pourrait
conduire un jour à la Présidence de Djibouti (Rappelons que
que nous avions évoquée cette affaire en son temps, à l’époque où IFTIN faisait ‘cavaler’ Zakaria et ses tueurs, lancés à ses
trousses dans les rues de la capitale)

IOG commanditaire
d’un attentat à l’explosif contre un établissement public ?

Impossible
! Répondent ses proches, car il ne l’a jamais fait, promis, juré.
Dont acte !

Et pourtant
il semble se confirmer que la voiture, qui a transporté les explosifs,
pourrait bien être celle de Mohamed Aden, l’ancien directeur de la
BCI à Djibouti. A la suite de cette découverte, la police aurait
arrêté plusieurs personnes.

Ce
qui est intéressant de savoir, c’est que les enquêteurs éthiopiens
poursuivraient une piste qui pourrait aboutir, disent-ils, à la démonstration
d’une participation commune hypothètique de certains services diplomatiques
érythréens et de la SDS de Djibouti. Intoxication de la part
des autorités éthiopiennes ? Possible !

En tout
cas, le dossier est à suivre. Vraiment, à tort ou à raison,
Guelleh est de plus en plus associé indirectement à plusieurs
actions terroristes ou à des attentats actuels ou passés. Il
se peut aussi, comme dit le proverbe français, “que l’on ne prête
qu’aux riches”. Et sur le plan de la fortune, Guelleh n’a pas à
rougir, si ce n’est uniquement de la façon honteuse dont il l’a acquise,
sur le dos d’une population déjà exsangue.

Il est
confirmé qu’un émissaire éthiopien des Affaires étrangères
devrait rencontrer le Gouvernement français d’ici quelques jours pour
évoquer cette affaire et les suites possibles …