27/11/02 (B173 ) Guelleh s’agite dans tous les sens et il multiplierait les pressions pour tenter d’éviter la diffusion de l’émission tant attendue de Canal +. Il aurait délègué émissaires sur émissaires à Paris pour essayer de convaincre les autorités françaises …

Cette semaine, ce sont
deux hommes d’affaire qui sont arrivés à Paris depuis quarante-huit
heures pour tenter de convaincre la Ministre de la Défense, Mme Alliot-Marie
(‘L’ange sauveur’) de faire pression sur Canal +.

Ces deux hommes sont désignés par les observateurs comme étant susceptibles de faire partie des
personnages clefs du système économico-politico-mafieux de Guelleh.
Ce sont :

André Massida
de Massida transit
qui avait un quasi-monopole sur le transit. L’entreprise
a été (est ?) le principal fournisseur des FFDJ pour le transit
des marchandises et aussi des effets des militaires et des coopérants.

Luc Maril des Ets
Maril
, entreprise multi-secteurs, qui intervient en particulier dans
l’automobile, mais aussi dans de nombreux autres négoces et services
dont le transit.

Ces deux entreprises auraient, dit-on,
toujours cotisé généreusement en versant des ‘aides spontanées’
à la première demande d’IOG … On soupçonne, si le fait était vérifié, qu’il s’agirait d’assurer la suprématie
de leur commerce et d’éviter des ‘ennuis accidentels’, comme des contrôles
fiscaux non attendus ou des inspections sociales désagréables,
voir plus …

D’après nos informations,
ces deux hommes auraient pu avoir été soumis ‘à une certaine pression’
de la part d’IOG, qui leur aurait fait comprendre, avec toute la délicatesse
dont il est capable (proche du zéro absolu !) qu’ils pourraient perdre beaucoup
d’activités commerciales et lucratives en cas d’échec …. Si ce point est confirmé, ils devraient être très
motivés ! Nous n’irions pas jusqu’à imaginer qu’ils feront état, dans leurs entretiens, de leur statut de ‘fournisseurs privilégiés’ des Armées.

On constatera très vite (le 2/12) si la Ministre de la Défense respecte l’indépendance
de la presse (et par ricochet, celle de la Justice). Dans le cas contraire, cela sera un bon cas d’école pour RSF par exemple.

On
peut s’attendre à tout.

Certes, Canal + a des
moyens de résistance, mais ils ne sont pas illimités et on peut
toujours imaginer que la chaîne puisse être mise dans l’obligation
de céder face à un chantage gouvernemental et économique
qui menacerait sa survie. Canal + a été fragilisée par
l’affaire Vivendi Universal, qui a ‘pompé’ ses réserves financières
et elle n’a peut-être plus la solidité d’autrefois qui lui permettait
de garantir son indépendance totale.

Nous devrions savoir
bientôt, si Mme Alliot-Marie s’est finalement rendue aux arguments de Guelleh
par Massida et Maril interposés. Dans ce cas, il y aurait quand même des questions
à se poser sur la complicité possible de la France avec la dictature
et sur les responsabilités directes ou indirectes de certains fonctionnaires dans l’affaire
qui devrait devenir prochainement et officiellement “l’assassinat du
Juge Borrel”.

Une telle intervention ferait grand bruit de toutes les
façons et les risques sont majeurs pour la crédibilité
du Gouvernement auquel appartient Mme Alliot-Marie. D’autant plus que des
cassettes seraient aussitôt mise en circulation, officiellement ou ‘sous le manteau’. Qui pourra alors les arrêter ?

Massida
et Maril ne sont probablement les seuls émissaires envoyés par
Guelleh.

Les observateurs s’interrogent
sur le but de la visite d’Hassan Saïd à Paris la semaine dernière.
Etait-il, en plus, chargé d’une mission secrète qui pourrait consister
à la mise en place de réseaux ayant pour objectif l’élimination
des témoins génants. C’est tout à fait possible.