19/12/03 (B225) Compte-rendu de la manifestation organisée à Bruxelles le 18 décembre 2003, en hommage aux victimes d’Arriba et en protestation contre les violations des Droits de l’Homme commises par le régime de Guelleh.

FORUM pour la DEMOCRATIE
et la PAIX

Rue de la LINIERE, 17
1060 BRUXELLES
Tél. : 0472 205 127
Courriel : fdpdjibouti@hotmail.com

Saint-Gilles, le 18 Décembre
2003

COMMUNIQUE

Ce 18
Décembre n’a pas dérogé à la règle
que nous nous sommes imposés qui est de commémorer chaque
année le Massacre d’ARHIBA du 18 Décembre 1991, qui est
un devoir de mémoire, de justice , de citoyen et de démocrate.
A 12h30 comme prévu, une centaine de personne a répondu
présent à l’appel dont le départ était prévu
de la Gare du Midi à Bruxelles. Ce jour a encore une fois, été
marqué par la commémoration des victimes d’ARHIBA.

Toutefois, les forces
vives de l’opposition (M.R.D, F.R.U.D, F.D.P) ont voulu marquer de leur empreinte
cette journée du 18 Décembre 1991 où les forces gouvernementales
se sont abattues, tôt le matin, sur les habitants du quartier d’ARHIBA
pour les exterminer. Bilan , 59 morts, plus de 300 blessés, 7 disparus
sans compter les victimes mortes à l’hôpital ou celles qui n’ont
pas été recensées car leurs corps ont enlevés
par les forces gouvernementales pour effacer toutes traces et toutes preuves.

.Face
à un tel massacre, à ce jour, les autorités du pays
demeurent muettes.

Tant que le régime
ne pourra répondre aux questions fondamentales, nul doute que
sa complicité, son engagement, son ordonnancement des massacres
des civils demeurent clair et évident.

Qui a donné
l’ordre de tirer sur des civils paisibles d’ARHIBA, le matin du 18 Décembre
1991 ?

Douze ans après,
sans qu’aucune réponse ne soit apportée à cette question,
les forces d’oppression, chaque jour, tranquillement, assassinent, exécutent
dans l’impunité et l’indifférence totale des civils dans
les régions montagneuses et dans les villes.

Dénoncer, se rappeler,
ne jamais oublier tous les martyrs tombés sous les balles d’une armée
bâtie pour l’épuration ethnique. C’est informer, éduquer
d’autres générations à venir, pour qu’un jour, l’histoire,
le peuple, l’Etat reconnaissent les souffrances endurées pour instaurer
la Démocratie. Les morts victimes de ” la Barbarie d’Etat “,
resteront gravés à jamais dans la mémoire des djiboutiens
épris de paix et de justice. Nous avons décrété
le 18 Décembre 1991 ” Journée des Martyrs ” de la
répression aveugle et sans nom.

Nous tenons à remercier
tous les manifestants, les responsables et les membres du M.R.D, venus partager
avec nous ce moment de recueillement à la mémoire de nos morts
et dénoncer les agissements cruels et inhumains des autorités
djiboutiennes.


A l’année prochaine,
Nous serons là, Incha Allah.


FORUM pour la DEMOCRATIE et la PAIX