01/08/04 (B258) Réponse au lecteur qui soutient l’UMP et le régime de Guelleh. Soutenons des hommes forts et crédibles qui ont su dire NON à IOG et qui ont payé le prix fort pour continuer à vivre en harmonie avec leurs convictions et leur éthique. (Lecteur)

Chères citoyennes,
Chers citoyens,

Ne croyez pas aux mensonges
du RPP (UMP) qui prépare déjà les élections de
2005.

Notre peuple est habitué
aux mensonges récurrents en période pré-électorale.

Nous avons lu la contribution
de ce lecteur, fonctionnaire de Djibouti en mission spéciale (de Police)
au Canda, qui défend le régime dictatorial de Guelleh en disant
que l’UMP a raison !!!

Ce lecteur ne connaît
certainement pas la honte. Le fait-il pour gagner sa vie ? En tout cas, il
perd son temps, car nos soeurs djiboutiennes et nos frères djiboutiens
ont ouvert les yeux depuis longtemps.

Pour nous, les Membres
du GED sont des vrais citoyens, connus dans le milieu des Djiboutiens.

Ce sont des enfant du
pays qui, après avoir découvert et compris (au sein de leur
fonction) les dérives du régime, ont préféré
dire non à la dicatature, au tribalisme, à la destruction du
pays et à la vente aux enchères du patrimoine de l`Etat.

Imaginez le courage qu’il
fallait avoir pour dire non à IOG, pour perdre son statut, sa rémunération
et mettre en péril sa famille ? Tout cela pour le respect des principes
et pour refuser la compromission avec une entreprise devenue totalement maffieuse
!

Le GED regroupent, à
nos yeux, les hommes de demain. Il représente l’avenir de notre République
.

Je reponds à la
phrase de ce lecteur qui disaient “qu`ils sont des purs produits du
régime djiboutien”
. Ont-ils volé le pays ou ont-ils
refusé de le faire ? C’est bien la question ! Chacun connaît
la réponse : ils ont refusé de voler et de participer aux actions
illégales et c’est la raison pour laquelle, en dépit des risques
et des difficultés, ils ont quitté le pays dans des conditions
dramatiques, perdant tout. S’ils avaient volé, ils viveraient comme
des milliardaires en Belgique et ce n’est pas le cas, comme chacun peut le
vérifier.

La pire erreur (monstruosité)
que l’on pourrait reprocher à ce lecteur, c`est de compare l’intellectuel
Ali Abdillahi Iftin à un certain Mahadi cheik Moussa de la Gendarmerie.

Ali Iftin est un personnage
intelligent et doué. Mahadi est connu pour avoir participer activement
à la torture de ses concitoyens !

N’oublions pas les autres
membres du GED en passant par leur Président Mahamoud Idriss qui est
un homme de parole, un fonctionnaire qualifié et qui sait ce qu`il
veut.

Abdallah Deberlakeh, l`homme
fort, qui n’a jamais reculé devant IOG ni devant le RPP. C`est un enfant
du pays qui se bat pour la liberté d`expression depuis sa jeunesse
et qui n’a jamais cédé un pouce de terrain au régime,
quel que soit le prix qu’il a payé.

Mohamed Saleh Alhoumekani,
aussi un enfant du pays qui a grandi dans un quartier cosmopolite au quartier
2, zone de Kor Bourhan. C’est un homme serieux qui dit la vérité
sans détour ni précaution. Amoureux de son pays et de sa famille,il
a pourtant eu le courage de les quitter pour dire la vérité
sur la dictature d’IOG et sur l’affaire Borrel.

Abdourhaman Yassin est
Djiboutien de souche, lui aussi, trés connu dans le milieu des Djiboutiens,
qui a dit non aux détournements des fonds publics et qui vit dans la
morale et la dignité.

liban Houssein Djibah
aussi est un enfant du pays. Il a grandi au Quartier 6 et a toujours conduit
sa vie et sa carrière avec scrupule et avec fierté en disant
non au régime dictatorial d’IOG et à toutes ses dérives
criminelles.

Le GED est constitué
d’hommes qui veulent défendre notre République et notre Nation.

Personnellement je soutiens
ce Gouvernement en Exil et ces hommes pour les élections de 2005.

Que l’UMP (RPP) le veuille
ou ne le veuille pas, les mensonges et les fausses promesses, c’est terminé.
Personne n’y croit plus ! Face à la réalité, battons-nous pour le redressement et pour l’avenir du pays, car sinon, nous pourrons
continuer à pleurer pendant des années, sur la dégradation
inéluctable du pays et sur l’avenir sinistre qui sera promis à
notre jeunesse.