06/03/05 (B288) L’éducation nationale, un département en plein naufrage. (Lecteur)

Une évidence qui
s’impose à nous tous, gens du commun.

Mais tristesse et provocation
est de voir que notre mégalomane national trouve comme fleuron de sa
brillante politique durant sa mandature l’éducation.

Pour preuve ces derniers
temps les fanatiques de la Nation se déchaînent et nous tambourinent
aux oreilles de nombreux articles dans le sens glorifiant(non myrifiant) ce
département. Continuer le “viol de la foule par la propagande”
! Rengaine apprise à l’école policière et que le maître
recommande et affectionne particulièrement.

Tel est le mot d’ordre
dans cet espace qui se devrait être démocratique et surtout de
référence et non un haut lieu de médiocrité et
de fabrication de leurres pour tromper la population ! Devise qui toujours
a réussi et qui n’aura pas de mal à passer cette fois-ci aussi.

Le peuple est bien ainsi.

Hélas chronique
d’un journal qui nous est très familier pour sa hargne de défendre
les intérêts de, hum…, la nation, non ! De Guelleh et comparses
plutôt ! La mission de la presse, Messieurs, n’est elle pas une mission
noble qui consiste à “alimenter le débat d’idées,
influencer l’opinion, l’éclairer, la conduire, et censurer les gouvernants”

?

Mais vous en avez décidéautrement.

Vous avez opté
pour de la bassesse. Rien à dire.
Dommage qu’il en soit ainsi. Dommage que personne ne puisse verser un avis
contraire.

Les syndicats sont morts
! ! !

Ma vérité
et mes chiffres comptent ! ! ! Au diable les petits contestataires ! ! !

Le mensonge est ma philosophie
de vie.

Mais ce que le vieux n’est
pas au courant c’est ce que nous ne sommes pas dupes.

A défaut de ne
pouvoir présenter aucun autre bilan positif et palpable il n’a recours
qu’aux subtils manipulations et artifices certes sur les papiers que lui a
concoctés l’excellent plâtrier des routes, le petit génie
des bancs des Madrasas de Diré-Dawa le ministre Hamoud de l’éducation
nationale.

“Peuple, voilà
mon résultat : une éducation pour tous ! Ne réfléchissez
pas trop sur les dessous de toutes choses et votez pour moi” tel serait
le nouveau discours sous-jacent de notre honorable intellectuel et sait-tout
national. Qu’espère-t-il ? détourner l’attention du peuple sur
de la f…. et circonscrire toute critique sur l’étendue de l’échec
social ?

Mais ce que le vieux n’est
pas au courant c’est ce que nous sommes parfaitement instruits des dessous
de la termitière dont il est en train de brandir. Le comble.
Par où commencer ? le travail est colossal. Et à s’y rapprocher
de près ça dégage une odeur nauséabonde à
décourager plus d’un. D’ailleurs que reste-t-il des cadres de ce département,
tous en exil, non ?

Et puis le reste, des
mercenaires, Monsieur sa grandeur, n’est-ce pas ?

En dehors de cette légère
remarque, la question qui nous travaille sans cesse c’est pourquoi un tel
département attire-t-il l’attention où tout l orgueil de Guelleh
?

Le Ministère de
l’Éducationà moins que l’on applique la politique de l’autruche
est le parfait répondant en miniature de ce que Guelleh en a réduit
toute la République : une DAMNATION ! Et Hamoud n’est-il pas une pâle
copie de sa personne ?

Rien d’étonnant
que soit établi un parallélisme et un pont. Les pendules sont
à l’heure !

Ce n’est point la parole
de quelqu’un qui fabule ; c’est la triste réalité ! Jeter des
anathèmes par-ci par-là par pure et noire jouissance tel n’est
pas la morale de l’histoire ; c’est de sonner tout simplement le tocsin dans
un département en sinistrose et de se porter à faux au discours
ambiant !

Les résultats et
les chiffres, une aberration.

Des questions sans réponses
me taraudent sans cesse l’esprit.

Est-il sadique ce monsieur
? La raison me dit que Ruy-Blas est passé par là !

Est-il humain ? car personne
n’oserait s’enorgueillir de la détresse de son prochain…Terminator
est dans le coin !

Et dans tout ça
le sénile Gouled doit méditer dans sa profonde solitude à
la pièce de”le roi Lear” de shakespear.

Dégoût total.

Mettons de coté
tout l’argumentaire fallacieux et insultant à l intelligence saine
de nos chers et aimés gouvernants(Ce n’est point une métaphore
mais l’exact appréhension que Guelleh et cie ont de leurs images) et
livrons nous à une analyse méticuleuse du personnel du ministère
pour se faire une idée à la mesure du désastre HUMAIN.

K.

Un lecteur assidu.