14/04/06 (B346-A) De nombreuses associations adressent une lettre ouverte commune aux autorités françaises à propos de la situation au Tchad en leur demandant de cesser à soutenir la dictature en péril. (Survie)

_________________________________ Note de l’ARDHD
Cette situation ressemble tristement à tant d’autres vécues dans le passé. Combien de dictatures au bord du gouffre, la France, avec ses militaires, a-t-elle soutenues au détriment (contre ?) des populations désespérées et asservies qui tentaient, dans un ultime effort, de licencier les équipes organisées de prévaricateurs qui tuent systèmatiquement l’économie, les libertés et la justice.

Cela s’est aussi passé à Djibouti dans les années 91 et 92 et poursuivi ensuite.

Doit-on désormais prendre acte du fait que la France serait devenue la Nation la plus hostile aux populations malmenées, victimes de violations des D.H. et qu’elle milite par tous les moyens pour secourir les dictatures corrompues et liberticides ?

Que d’exemples honteux qui s’accumulent pour dénoncer le double langage de la Patrie “auto-proclamée” des D.H. ?

Bien entendu l’ARDHD soutient cet appel, sans réserve.
________________________________________________________


TCHAD : Lettre ouverte aux autorités françaises

Paris, le 13 avril 2006

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Ministre des Affaires étrangères,
Madame le Ministre de la Défense,

Dans le contexte actuel d’une dégradation majeure de la situation politique et sécuritaire sur l’ensemble du territoire tchadien, nos organisations dénoncent le soutien politique et militaire permanent que la France accorde au régime du président Déby jusqu’à ce jour.

Nos organisations contestent la position de la France selon laquelle le président Deby serait le seul à pouvoir garantir la stabilité et l’unité nationale du pays.

Nous contestons également le soutien de la France, ce matin encore, sur la tenue de l’élection présidentielle du 3 mai, considérant qu’il est totalement aberrant de tenir cette élection dans ce contexte.

Nous dénonçons l’appui (confirmé par le porte parole du Ministère de la Défense) de l’armée française au pouvoir tchadien : transmission de renseignements aériens et d’écoutes, transport de munitions et sécurité du président…. De multiples témoignages font état d’interventions directes de l’armée française depuis le 11 avril jusqu’à ce jour, notamment autour de N’Djamena et de Adré.

Nos organisations demandent à la France de :
– cesser tout appui militaire et politique au régime actuel,
– arrêter tout soutien en faveur du maintien de l’élection présidentielle du 3 mai,
– favoriser la tenue d’un véritable dialogue politique national tel que proposé par la société civile tchadienne et accepté par l’ensemble des forces sociales et politiques.

Nos organisations interpellent les autorités françaises et invitent les parlementaires à se saisir d’urgence de cette question, et restent extrêmement attentives quant à la situation des droits de l’Homme et quant à la sécurité des populations et des membres de la société civile.

Nous demandons enfin aux autorités françaises une réaction rapide et appropriée à cet appel.

Signé à Paris, le 13 avril 2006.

Organisations signataires :
Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits de l’homme, Agir Ici, Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD), Environmental defense, Franciscans International, Initiative Pro Afrika, Les Amis de la Terre, Survie.

Contacts presse :
Bruno Angsthelm CCFD b.angsthelm@ccfd.asso.fr 01 44 82 80 00
Olivier Thimonier Survie olivier.thimonier@survie-france.org 01 44 61 03 25
Clément Boursin ACAT-France clement.bousin@acat.asso.fr 01 40 40 02 11