25/06/07 (B401) Bruxelles : les préparatifs des festivités du 30 ème anniversaire de l’indépendance de Djibouti, se déroulent dans des conditions obscures. (Lecteur)

La communauté djiboutienne de Belgique, plus que jamais divisée, s’interroge sur la solution à trouver pour résoudre une équation pour le moins ” casse-pieds “.

En effet, les dirigeants des associations djiboutiennes, telle que RAMID, semblent mener tout le monde en bateau !

Le très discrèt et très conciliant Jarmani, est plus que jamais décidé, à jeter tous ces compatriotes dans les bras, ou plutôt, dans la gueule du prince des noisettes et, très tristement célèbre Moussa Chehem.

Pour ce faire, Mohamed Abakari, dit Jarmani, ne passe pas par 36 chemins.

Il promet à chacun de ses amis une modique somme de 450 euro à l’issue des numéros de cirque qu’il les invite à exécuter devant le cinistre ambassadeur de Djibouti en Belgique et ses invités.

Sa démarche, qu’il entreprend dans un seul et unique but – financier – compromet dangéreusement l’avenir ( au plan administratif ) des participants à cet évènement.

Célébrer en soi l’anniversaire de l’indépendance de son pays, n’est pas un sacrilège. Mais, toute personne ayant un statut de réfugié politique ( et autre ), est censée avoir couper les liens avec toutes autorités administratives, diplomatiques ou consulaires de son pays d’origine.

A défaut, il se voit retirer le dit statut !

Pour ce qui concerne Jarmani, il bénéficie d’une autorisation de séjour provisoire, délivrée par les autorités belges pour le simple motif humanitaire ( article 9 ). Se croyant à l’abris de tous soucis, Mohamed Abakari se moque des risques encourus par les autres, alors que lui-même est exposé aux conséquences éventuelles de son accrobatie périlleuse.

Parallèlement à des tractations qu’il mène avec l’ambassade de Djibouti en Belgique, Jarmani a reçu chez lui, le très courageux Président du MRD, monsieur DAF.

Ce dernier, s’apprète à organiser une manifestation devant les institutions europeennes en Belgique, à la même date et heure que celle organisée par l’ambassade de Djibouti, pour célébrer le 30ème anniversaire de l’indépendance.

La collusion de Jarmani avec Moussa Chehem, jette un sérieux doute sur le bienfondé-même, de toutes les démarches que les djiboutiennes et les djiboutiens, entreprennent auprès des autorités belges, pour obtenir le droit d’asile.

Par ailleurs, il semble oublier, que l’ambassade de Djibouti, invite toutes les autorités belges pour cette cérémonie. Il convient donc, de rester vigilent et, de se passer des 450 euro promis par le diplomate djiboutien, par l’intermédiaire de Jarmani.

Mieux vaut attendre tranquillement, que le minimex ( minimum d’existence ) atterrisse dans le compte !!!

Par ailleurs, selon les informations recueillies à Saint Gilles, madame Aicha Afario, diplomate malgré elle à notre ambassade, sera décorée le 27 Juin prochain à Hilton Hotel de Bruxelles, de la plus haute distinction nationale de Djibouti.

Son patron et complice, Mohamed Moussa Chehem la décorera de ses propres mains en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés. Pour avoir mérité cette reconnaissance de la nation djiboutienne, Aîcha Afario a dû consentir à bien des sacrifices…

Cette femme de ménage de la chancellerie diplomatique de la petite République de Djibouti, s’est distinguée à plus d’une reprise, pour avoir défier et violenter des diplomates de son pays. En tous les, cas, il est très facile de décorer pour les autorités djiboutiennes.

Toujours dans la rubrique belge, les membres de la famille Chehem Daoud, annonce son retrait du programme des festivités du 30ème anniversaire de l’indépendance de Djibouti organisée par Mohamed Moussa Chehem.

Le motif de ce désengagement s’explique par le fait que cette famille est malheureusement endeuillée par la disparition d’un des leurs dans la fleur de l’âge.

Il s’agit du petit frère du chanteur djiboutien Ali Yaabeh, décédé cette semaine à Djibouti. Mohamed Moussa Chehem ne pourra pas compter sur la participation de cette famille djiboutienne fortement installée en Belgique.

En tous cas, elle a raison de s’abstenir pour l’heure !

Amoddaleh.