10/11/07 (B421) AFP /MOGADISCIO (AFP) – Somalie : des milliers de civils fuient Mogadiscio, près de 60 morts dans les combats (Info lectrice)

Des milliers de personnes fuyaient samedi la capitale somalienne Mogadiscio, après les violents combats de jeudi et vendredi entre forces éthiopiennes et insurgés, qui ont fait 59 morts, aggravant un peu plus la crise humanitaire sévissant dans ce pays de la Corne de l’Afrique.

Ces affrontements sont les plus sanglants depuis une vaste offensive menée en avril dans la capitale somalienne par l’armée éthiopienne, qui soutient les forces gouvernementales somaliennes face aux insurgés, parmi lesquels figurent des islamistes.

La majorité de ces habitants de Mogadiscio fuyaient pour les environs de la capitale à bord de camions, utilisant des ânes ou même à pied, selon un correspondant de l’AFP. Ces résidents profitaient d’une accalmie dans les combats régnant depuis la mi-journée de vendredi.

“On ne peut pas fuir trop loin parce qu’on a pas assez d’argent”, a confié à l’AFP Nur Adan Mohamed, qui avait accumulé ses biens sur une charrette.

“Les Ethiopiens tuent même les femmes (…), nous n’avons pas d’autre solution que de fuir”, a estimé Ali Mohamed Barqad, un autre résident.

Selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), près de 90.000 personnes avaient déjà fui Mogadiscio ou avaient été déplacées dans la ville au cours des combats des deux dernières semaines.

Samedi, les corps de quinze civils somaliens et d’un soldat éthiopien tués dans ces combats ont été découverts à Mogadiscio.

Ces pertes portent à au moins 59 le bilan des personnes tuées – en grande majorité des civils – depuis jeudi à Mogadiscio, selon un décompte de l’AFP établi sur la base de témoignages.

 

Neuf corps ont été découverts samedi près de la mosquée Ali Shire, dans le quartier de Shirkole (sud) où l’armée éthiopienne a combattu jeudi les insurgés, selon des habitants.

“J’ai compté neuf corps, dont deux femmes et trois personnes âgées. C’était vraiment abominable, ils (les soldats éthiopiens) tiraient au hasard sur les civils qui fuyaient les combats”, a déclaré à l’AFP Ali Muse Mohamed, l’un des chefs coutumiers du quartier.

L’Ethiopie a dépêché la semaine dernière des renforts à Mogadiscio, selon des habitants.

De son côté, un habitant du quartier de Black sea (sud) a indiqué à l’AFP que les corps de six civils et d’un soldat éthiopien avaient été découverts tôt samedi, après le retrait de la zone des soldats éthiopiens.

L’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW) estime que les “troupes éthiopiennes et les insurgés ont violé les lois de la guerre en tuant et blessant des dizaines de civils dans les récents combats dans la capitale somalienne”.

“Des dizaines de milliers de civils restent pris au piège dans la ville, dont beaucoup sont blessés et ne peuvent pas accéder à des soins médicaux à cause des combats”, dénonce l’organisation dans un communiqué.

La Somalie, pays pauvre de la Corne de l’Afrique, est en guerre civile depuis 1991 et fait face à une crise humanitaire grave depuis plusieurs mois.

Les civils sont les premières victimes des violences qui ensanglantent Mogadiscio depuis la chute des tribunaux islamiques fin 2006-début 2007.

L’armée éthiopienne était alors intervenue aux côtés des forces du gouvernement de transition somalien, lui permettant de mettre en déroute les forces des tribunaux islamiques, qui avaient pris le contrôle pendant quelques mois de la majeure partie du centre et du sud du pays.

Depuis, les insurgés mènent des attaques quasi quotidiennes dans la capitale. 1,5 million des 10 millions de Somaliens ont besoin d’aide humanitaire, selon l’ONU. Le pays compte 750.000 déplacés.