06/04/08 (B442) Guelleh ferait-il appel à des condamnés français pour voler au secours de son image de marque fortement dégradée ? Dans la série, cette semaine, Michel Roussin a été coopté en urgence absolue dans l’Ordre des Brosses à Reluire. Contrairement à la tradition et compte-tenu des hautes qualités de l’impétrant (repris de Justice, condamné en première instance à 4 ans de prison avec sursis, puis en Appel et en attente d’un pourvoi en cassation), c’est Dileyta, tout revigoré par sa reconduite au poste de P.M. qui a tenu à faire l’éloge du candidat.

Convoqués en urgence absolue, les membres de l’Ordre des Brosses à Reluire se sont réunis ce dimanche matin en Assemblée générale extraordinaire sur un ordre du jour unique : la demande de cooptation déposée par Michel Roussin et soutenue personnellement par le dictateur de Djibouti Guelleh.

Accueillant les membres de l’Ordre prestigieux, Dileita a pris immédiatement la parole pour annoncer qu’il ferait lui-même l’éloge de ce candidat aux talents multiples. Chacun a bien compris que Dileita n’irait pas cueillir aujourd’hui ses fraises, comme il se plait à le faire, chaque jour, pour occuper ses journées qui seraient bien moroses et bien monotones sans cela, puisque ils est totalement dépourvu de pouvoir de décision et d’action …

Dileita a d’abord rappelé que Michel Roussin présentait toutes les garanties requises pour être coopté. Ami de Chirac, relation de Guelleh, repris de justice, condamné à de la prison avec sursis, condamnation confirmée en appel et faisant l’objet actuellement d’un pourvoi en cassation, il avait été mis en examen à plusieurs reprises dans des dossiers de corruption et d’abus de biens sociaux, en liaison avec des affaires dans lesquelles son “parrain”, Chirac était largement cité … Il a précisé qu’aus surplus Michel Roussin avait déjà effectué un premier séjour d’une petite semaine en prison préventive …

Dileita a pris ensuite l’intégralité de l’Article qui a été publié par la revue “L’intelligence du monde” (Jeune Afrique ???) et il a tenu à lire quelques extraits sous le titre “Djibouti que j’aime” et la signature de Michel Roussin.

(..) “La riviera du Golfe et de la Corne de l’Afrique. Djibouti, qui joue à fond la carte de l’intégration régionale en exploitant son appartenance au Comesa, le marché commun de l’Afrique australe et orientale, riche de 400 millions de consommateurs, ambitionne de devenir la plate – forme de services de la sous- région et un hub commercial international.

Un Dubaï africain, en somme, conformément à la vision du président Guelleh, ce qui lui a valu d’être réélu en 2005 pour un second mandat de six ans. (..)

(…)Un nouveau contrat social. Longtemps restée à l’état de vœu pieux, la diversification de l’économie est en marche, et s’étend à l’agriculture et l’élevage. Mais le pays, qui compte aujourd’hui près de 800 000 habitants, connaît d’autres mutations. Une profonde modernisation politique et sociale est à l’œuvre. Le multipartisme intégral a été instauré en 2002.

La décentralisation, à travers la création de cinq régions administratives dotées d’une large autonomie, et de conseils élus, est une réalité depuis 2006.L’approfondissement de la démocratie passe aussi par une plus grande participation des femmes en politique. Elles sont 15 % à siéger au Parlement issu des élections du 8 février 2008.

L’Etat a vigoureusement repris l’initiative sur le plan social. L’Initiative nationale pour le développement social (INDS) doit, par exemple, permettre aux catégories les plus fragiles de la population de profiter des fruits de la croissance. Une université pluridisciplinaire a ouvert ses portes en 2006. Une école de médecine, résultant d’une coopération tripartite impliquant les gouvernements djiboutien et tunisien et l’Organisation mondiale de la santé a accueilli, le 4 novembre 2007, sa première promotion de trente-cinq élèves.” (…)

Dileita interrompu par une salve d’applaudissements, il a fallu que Yacin Elmi Bouh, en sa qualité de Vice-Président agite la cloche de service, pour demander un peu d’attention. Le calme revenu, il a offciellement proposé la cooptation de Michel Roussin. C’est à mains levées et à l’unanimité, que les Membres ont approuvé cette proposition, manifestant une satisfaction extrème.

Avant la traditionnelle remise des insignes, Aref a levé la main pour demander la parole, qui lui a été accordée :

“Chers Chevaliers, je tiens à rappeler que l’Ordre des Brosses à reluire, auquel je suis si fier d’appartenir avec le Grade de “Corbeau repenti”, doit s’enorgueillir d’accueillir de plus en plus de Chevaliers étrangers. Autrefois limité à nos seuls compatriotes, l’Ordre étend désormais sa sphère d’influence au-delà de nos frontières.

C’est bien la preuve que tout le travail conduit pas notre guide incontesté, Ismaël Omar le Grand, assisté de son épouse la Grande RPP, porte ses fruits et que Djibouti dominera bientôt la pensée internationale. Son régime merveilleux entièrement dévoué à nos profits, (à nous, les obligés du couple princier NDLR) fera école et sera copié et adopté dans le monde entier. Monsieur le Vice-Président, merci de m’avoir donné la parole pour cette mise au point amplement nécessaire.”

Reprenant la parole, Yacin Elmi Bouh a demandé à ce que Michel Roussin soit introduit dans le “saint des saints” pour y recevoir médaille, décoration et grade.

Monsieur Michel Roussin,
condamné par la justice pénale de votre pays,
proche de Chirac, ami de Guelleh,
nous sommes heureux de vous accueillir
et de vous introniser dans l’Ordre des Brosses à reluire.

Je vous remets les insignes que vous devrez porter
en toute circonstance, en particulier en présence
de Guelleh et de Chirac, nos modèles absolus de perfection et de vertu.

Vous êtes reçu au Grade d’
“Enjoliveur des réalités troubles”