26/08/08 (B462) AFP / Somalie: “toutes les mesures prises” pour libérer les journalistes, selon le président.

Le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed a assuré mardi à l’AFP à Addis Abeba que ses services faisaient tout leur possible pour obtenir la libération de trois journalistes et de leur chauffeur enlevés samedi près de la capitale somalienne Mogadiscio.

“Nous avons pris toutes les mesures possibles pour leur libération, y compris des négociations”, a déclaré à l’AFP le président somalien.

“Nous avons bon espoir qu’ils soient libérés très rapidement”, a-t-il poursuivi, en marge d’un déplacement dans la capitale éthiopienne destiné à aplanir ses divergences avec son Premier ministre Nur Hassan Hussein.

La Canadienne Amanda Lindhout, le photographe indépendant australien Nigel Brennan, ainsi qu’un assistant et un chauffeur somaliens, ont été enlevés samedi à la mi-journée par des inconnus armés sur la route reliant Mogadiscio à Afgoye, 25 km plus à l’ouest, où ils avaient l’intention de visiter des camps de déplacés.

Selon l’organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF), Amanda Lindhout, habituellement basée à Bagdad, collabore avec les chaînes de télévision France 24 et Global National News.

La journaliste et son confrère étaient arrivés en Somalie le 20 août, selon RSF.

Mardi, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s’est dit “très inquiet” pour la sécurité des journalistes, soulignant que la Somalie demeurait “le pays le plus dangereux d’Afrique pour les journalistes locaux et étrangers”.

Les enlèvements de journalistes et de travailleurs humanitaires locaux et étrangers ont augmenté de façon inquiétante ces derniers mois en Somalie, où le risque d’attaques, parfois meurtrières, et d’enlèvements par des hommes armés non identifiés est très élevé.

La Somalie, en guerre civile depuis 1991, a été le deuxième pays le plus dangereux après l’Irak pour les journalistes en 2007, rappelle le CPJ.