18/12/08 (B478-B) AfarIssas -> “Les contradictions de DAF”

Je me permets de vous envoyer cet article (en pièce jointe) à propos de la table ronde sur la situation des Droits de l’Homme à Djibouti au sein du Parlement Européen, pour demander à ces instances de faire pression sur le gouvernement de Djibouti afin de l’amener à terminer avec les atteintes permanentes aux libertés fondamentales, auquel il se livre sans retenue.

Je dois vous avouer que la présence de DAF à cette assemblée m’intrigue beaucoup. N’avait-il pas démenti, à une certaine époque, les massacres d’Arhiba par des écrits négationnistes (en affirmant qu’il n’y avait pas eu de morts ce jour-là). Curieux tout de même, car aujourd’hui, après un retournement de tendance, il va aller témoigner devant les députés européens de faits qu’il avait nié.

A l’ARDHD, vous êtes bien placés pour comprendre puisque vous avez été victimes d’une certaine façon des revirements politiques de DAF qui avait refusé, d’après ce que l’on m’a dit, de venir vous soutenir au Tribunal dans votre cause juste contre Zakaria et son avocat “reviré” lui aussi, Aref..

Il faut que chacun sache que l’histoire ne s’efface pas et que la mémoire perdure, sinon, on nous prendra pour des c…, pardon pour des andouilles.

__________________________________________________
.

COMMEMORATION :
OUTIL DE RAPPROCHEMENT POLITIQUE ?

Je soutiens et je félicite les organisateurs pour la tenue de la table ronde sur la situation des Droits de l’Homme à Djibouti au Parlement Européen, afin de demander à ces instances de faire pression sur le gouvernement de Djibouti afin de l’amener à cesser les atteintes aux libertés fondamentales.

Cependant, il me parait confus premièrement de permettre à DAF d’intervenir lors de cette table ronde, tout en sachant son comportement et ses écrits lors ces massacres en 1991. Il n’a manifesté aucune excuse ou donné aucune version de ce fait pendant toutes ces années. Existe-t-il une politique de rapprochement avec DAF (MRD)?

Si oui, il me parait irrespectueux envers nos morts de faire ce genre de démarche dans cette période. La commémoration ne doit pas être instrumentaliser.

Pourquoi les responsables politiques des autres partis d’oppositions de Belgique et de France ne sont pas invités à intervenir ou être beaucoup plus visible surtout du coté des leaders Afars (Cassim DINI, Ali Coubba….). Aux organisateurs de nous donner les réponses afin de ne pas tomber dans le doute et dans la suspicion.

D’autre part, le bafouement des droits de l’homme à Djibouti est un sujet commun à toutes les communautés djiboutiennes confondues chaque jour, sans occulter que celle-ci (Afar) est beaucoup plus exposée. Ce qui amène à faire comprendre aux autres communautés que cette journée est ouverte non seulement aux responsables politiques (DAF….etc.) mais à toutes les personnes soutenons cette cause sans distinction. Vous conviendrez avec moi, que ce régime a fait pareil dans d’autres quartiers de Djibouti même si ça n’a pas été a degrés Arhiba. (Ex. Balbala, manif des handicapés, PK 12…..

Cette commémoration a été permise aussi à Djibouti grâce à nos actions en Belgique et dans le monde. J’encourage les organisateurs à continuer sur cette lancée au niveau européenne et mondiale. Et surtout faire participer des personnes issues des autres communautés afin d’acquérir plus d’appuis, de réflexions et d’actions. Ce qui serait aberrant aux yeux des instances européennes et mondiales de voir chaque communauté djiboutienne commémore ses morts séparément. C’est une idée personnelle et à vous d’analyser ou de commenter.

Enfin, je n’ai aucunement l’intention de créer une polémique à cette journée mais je veux simplement que cette commémoration ne soit pas être politisée (alliance avec DAF) et qu’elle puisse nous diviser. D’autre part, je suis d’accord pour faire entendre la communauté européenne et autres instances nos attentes.

Qu’Allah accorde son paradis à tous nos morts. Amin