18/09/10 (B570) Radio-Trottoir : Coup fourré à la frontière entre le Somaliland et Djibouti. (Info lecteur)

______________________ Note de l’ARDHD

En apprenant l’information de source bien informée, l’un de nos correspondants n’avait pas pu aller jusqu’à imaginer que Guelleh aurait pu avoir donné l’ordre à des troupes djiboutiennes de passer au Somaliland avec armes et bagages.

Il nous avait aussitôt informé des faits, qu’il attribuait alors, dans un Radio-Trottoir, plutôt à un acte de désertion de militaires qui en avaient ras-le-bol de défendre un dictateur.

Au fur et à mesure que nous recevons des informations, il se confirmerait qu’il ne s’agit pas d’une désertion collective, mais bien d’une agression militaire commise au Somaliland et ordonnée par Guelleh.

____________________ Lecteur

IOG soutenait Daher le président sortant mais il est opposé au nouveau président Saranyo.

Comme cela a été écrit dans le site de l’ARDHD, Saranyo a même refusé de se rendre à Djibouti, où Guelleh l’avait fait inviter par une délégation de Ministres..

Avec la complicités du Chef d’Etat-Major adjoint de l’AND, le fameux Zakaria Cheikh Ibrahim et du Ministre de la Justice Saïd Barkad (Gadaboussi), IOG a donné l’ordre aux commandos de l’AND de passer en force au Somaliland, en ignorant les postes frontières.

L’objectif était-il de tuer des Issaks pour déstabiliser le Somaliland. Autrefois, il aurait pu être facile, ensuite de suite maquiller l’opération pour faire croire à un coup de force des rebelles d’Ogaden soutenus par l’Érythrée.

Or l’Érythrée sais très bien qu’il lui est difficile de faire passer des armes, entre l’Érythrée et le Somaliland, sans la coopération de Guelleh. Les deux Présidents de l’Erythrée et de Djibouti n’étant pas en bon terme actuellement, la voie du trafic d’armes, autrefois florissant et hautement rémunérateur pour Guelleh est coupée.

Par mer, c’est pratiquement impossible, car les USA et la France contrôlent l’accès du Bab-el-mandab et qu’ils peuvent vérifient chaque bateau, surtout les Boutres qui passent, s’assurer que le contenu est légal.

N’oublions pas non plus que les dirigeants érythréens sont loin d’être stupides et qu’ils s’interdisent de prendre des risques inutiles alors que tous les projecteur de la Communauté internationale sont braqués sur eux.

IOG n’abandonne jamais ses objectifs.

On sait qu’il veut déstabiliser la région. En envoyant des commandos lourdement armés au Somaliland, il poursuit son plan de déstabilisation du Somaliland.

Pour tenter d’accréditer la thèse d’une attaque par les rebelles de l’Ogaden,
IOG a fait procéder à des rafles massives dans le quartier 5 de Djibouti. Les forces impliquées devaent ramasser de soi-disant rebelles de l’Ogaden alors que dans les faits, il n’y en a aucun.

On peut imaginer qu’IOG fait arrêter tous ceux qui détiendraient des informations sur cette attaque sournoise, afin de la faire taire à jamais et de maintenir la thèse d’une attaque de rebelles, au moins jusqu’aux élections.

Malheureusement pour lui, l’ARDHD a publié très vite une information précise sur le passage des troupes djiboutiennes en territoire somalilandais. La seule différence, c’est que ce n’était pas une désertion, mais une véritable agression militaire.

Resultats :

1°) Grâce à cela, le monde entier a été informé de ce nouveau “coup fourré” tenté par Guelleh, contre un pays voisin pacifique. Et un échec de plus pour Guelleh, qui commence à les accumuler sérieusement en ce moment.

2°) le Torchon brûle entre IOG et le Somaliland et entre IOG et l’Ethiopie.

Parions que ces deux pays ne vont pas le soutenir pour son projet de troisième mandat. Ils commencent à ne plus supporter les mensonges, les trahisons et les volte-faces de ce voisin qui devient trop encombrant dans la région et qui n’a ni la légtimité, ni la crédibilité, ni la force armée nécessaire, pour prétendre faire la Loi dans la Corne de l’Afrique.