16/11/2011 (B630) A lire sur LTL, la tribune libre, un article que nous reprenons avec son aimable autorisation. HOLD UP à la CNSS : Butin 800 millions de FDj

Lien avec l’article sur LTL : cliquez
La générosité d’Ahmed Houssein Hassan, Directeur de la “boutique” CNSS

S’il y avait une caisse publique qui n’avait pas encore connu le même sort que toutes les autres publiques, il ne s’agissait que d’une question de temps.

Depuis sa nomination au poste de Directeur général de la CNSS, M. Ahmed Houssein Hassan, connu pour son amour du luxe, grâce aux nombreux détournements qu’il a opéré au sein de son organisme avec l’aide de son épouse et les projets bidons et surfacturés en tout genre pour la caisse, sans oublier les petites mallettes remplies de petites coupures destinées aux différents Ministres et la Présidence, lundi dernier restera historique.

Depuis que les aides financières de la communauté internationale ont été rabotées, voir la plus part annulées, les estomacs des ventrus engraissés crient famine. Mais les caisses de l’état sont vides au point qu’il ne reste même plus une pièce pour se mettre le moindre sous la dent.

Alors la décision a été prise.

Vider les quelques milliards de la CNSS amassés grâce aux charges payées par la majorité des petits employés et des pauvres retraités, qui eux n’arrivent pas à joindre les deux bouts.

Et lundi dernier restera la preuve d’une décision néfaste pour notre pays, celle de vider complètement le peu qui reste avant la chute du dictateur?

Probablement.

Et c’est avec culot, qu’Ilyas Moussa Dawaleh, Ministre de l’économie et des finances, l’autre éthiopien dans le gouvernement, est venu en personne récupérer un chèque évalué à plus de 800 millions de FDj, signé par le Directeur-dictateur en personne, sans l’aval ni la signature de son comptable qui nous pensons, a refusé de prendre part à ce vol organisé.

Il faut savoir aussi, que le Directeur-dictateur de la CNSS, à hauteur de plusieurs millions, avait accepté avec allégresse, de financer la cérémonie du jour de l’Aïd qui s’était déroulée au palais présidentiel. Pendant ce temps, les pauvres retraités peuvent continuer à mourir de faim et les citoyens à être très mal soignés.

C’est peut être le deal ou le secret de la longévité à ce poste, celui de servir et de se servir.