Articles

28/05/03 (B199) Votre geste peut sauver une femme d’une mort horrible. Merci de signer la pétition d’Amnesty …

Nous vous demandons de
signer beaucoup de pétitions en ce moment et nous en sommes désolés,
mais c’est un moyen efficace pour faire bouger les choses et pour sensibiliser
les auteurs de faits ou de gestes inacceptables, à la réaction
de l’opinion internationale à laquelle ils sont très sensibles.

Celle-ci ne vous prendra
pas plus d’une minute …. et votre geste, comme le nôtre, contribuera,
comme nous l’espérons, à sauver une femme d’une mort affreuse
et particulièrment injuste.

________________________
Message reçu

Bonjour à tous,

La Cour suprême
du Nigeria a ratifié la condamnation à mort par lapidation de
Amina. Elle sera enterrée jusqu’au cou et tuée à coup
de pierres, à moins que l’importance de la condamnation ne fasse réfléchir
les autorités nigériennes. Celles-ci ont pour l’heure seulement
repoussé l’application de la peine d’un mois pour raison d’allaitement
de son fils.

Au moyen d’une campagne
de signatures pareille à celle-ci, on sauva la vie à une autre
femme dans la même situation (Safiya allait se faire lapider parce qu’elle
avait eu un enfant après avoir divorcé).

Il n’y a pas de temps
à perdre. Amnesty international demande notre appui en se rendant sur
la page web : (c’est très rapide et super facile)

http://inside.amnestyinternational.be/aminaform.html

et de mettre votre
signature sur la lettre. Il semble qu’il y ait moins de signatures de soutien
cette fois-ci…

Faites circuler le
message. Ne pensez pas que cela ne serve à rien, cela a déjà
sauvé la vie d’une femme.

Si vous le jugez utile,
faites circuler ce message aux personnes sensibles à ces injustices
et à ces menaces de mort.

Cela vous prendra une
minute. Bien à vous et merci pour elle

28/05/03 (B199) Avec l’été au Canada, refleurissent les Associations aussi inutiles que sectaires. (L’apprenti écrivain)

Enfin l’été,

Comme vous savez monsieur
Jean-Loup Schaal, il fait très froid au Canada.

D’ailleurs lorsqu’un français
parle de notre pays, il pense aux castors, à la neige, aux igloos et
aux bûcherons. C’est vrai que nous vivons dans des igloos mais ils sont
très sophistiqués. Pendant l’hiver le train-train quotidien
devient pénible. Les habitudes changent, la nuit dure plus longtemps
et les gens préfèrent rester chez eux. Les rencontres aux Tim
hortons (coffee shop) deviennent de plus en rares. Alors, on se tourne vers
le téléphone pour causer toute la nuit"notre sport national".
C’est cheap le téléphone ici par rapport à la France,
ça fonctionne à l’eau.

L’Internet n’est pas mon
point fort mais cela ne m’empêche pas de visiter de temps en temps le
site de ce petit Gaulois qui résiste à notre dictateur. D’où
est-ce qu’il vient ?

On se connaît, la
dernière fois, je lui ai dit ses 4 petites vérités (je
fais allusion des propos racistes du fameux oiseau bleu). Au fait c’est uniquement
pour emmerder ce "fourlabas" qui m’a tenu tête hier soir pendant
le broutage. Ils sont atteints par le mal africain "la maladie du pouvoir".
Ils veulent tous devenir Président comme ce cher Ismail. Au fait, un
des fans d’ IOG m’a dit l’autre jour qu’il n’est pas seulement un Président
mais qu’il est aussi une idole. Les jeunes djiboutiens rêvent tous d’être
comme lui.

Bientôt il y aura
des cours qui seront donnés à Djibouti sur le thème :
”Comment devenir voleur et barbare"

L’hiver pour moi, c’est
4 mois d’enfer. J’attends impatiemment l’été pour m’épanouir
et pour profiter de la chaleur. C’est le temps de sortir et d’emmener la famille
dans les parcs, pratiquer du sport (football, natation…. etc.). Bref
j’aime beaucoup l’été…

Pour certains Canadiens,
c’est complètement différent, l’été c’est la période
du débat et de la masturbation intellectuelle. C’est le moment de pendre
son sac de Kath (Garabo) et de se réunir pour créer une Association,
sans se soucier ni de la famille ni des enfants. On passe la moitié
de la journée à brouter et à se chamailler comme des
gamins. Chaque jour une nouvelle association est crée avec un nom bizarre
comme Sitti, Arrey, "Dargar" , Djibouti central, AFDC ou le dernier
chef d’oeuvre " association des francophones de la corne de l’Afrique
" bla-bla….etc

Foutaises…….

C’est le moment de dire
‘la vérité’ à ces cons d’Issas, d’Afar, de Fourlabas
, de Mamassan et tsssssss…. (quelle importance puisque nous sommes tous
des Djiboutiens) en utilisant votre site comme un tabloïd à l’américaine.
Certains ont la manie de régler leurs différences en public,
c’est typiquement américain. (public c’est en français ou en
anglais? )

Bof, ne t’en fais pas
Jean-Loup, on se comprend entre nous. On parle le même jargon à
Ottawa. Certains aiment se dénoncer en se pointant du doigt comme des
enfants à travers votre site.

Par exemple, je pense
à l’article de l’année dernière.

Celui-ci est le meilleur

ATTENTION!!!!!!
Les agents de IOG sont à Ottawa :
La liste des gens qui travaillent pour IOG
Saïd..
Hassan…etc

J’avoue qu’Ottawa est
bourré de supporteurs du régime, mais de là à
ce qu’il y ait des espions, j’en doute vraiment. Si jamais il y avait des
espions djiboutiens au Canada, le service secret canadien les connaitrait
déjà. Je n’ai pas à m’inquiéter.

Celui qui a écrit
cet article aurait du ajouter son nom à la liste parce qu’il n’est
pas mieux qu’un espion a la solde du dictateur. Il travaille pour le même
régime sans en avoir conscience. Ho! que c’est beau d’être un
con !

Tabarnoche! (faut parler
québécois de temps en temps)

J’ai failli oublier l’article
qui parlait de l’opposition djiboutienne, ça commençait ainsi
:

Au nom de l’opposition
djiboutienne basée à Ottawa nous….
Ou
En tant que représentant du PRD, PND ou de je ne sais quel parti politique
inventé sur place.

Mais, je n’ai jamais entendu parler d’une opposition djiboutienne à
Ottawa, ni de représentants accrédités des partis officiels.

Au Canada (Oups! je veux
dire à Ottawa) nous avons une chose en commun. Chaque individu pense
qu’il a raison et que l’autre a tort, malgré ses idées ou son
degré de scolarisation. Étant égoïste, je ne donne
jamais la parole aux autres pendant les débats car de retour a ma crèche,
ma vielle cruche va me fermer la gueule. Hé bien j’en profite, trés
smart n’est pas?

N’ayant pas des diplômes
universitaires et n’étant pas un génie, je ne me classe pas
dans la catégorie des penseurs comme un inter…(Ce mot me fait
vraiment chier). La preuve, vous n’avez qu’à regarder mes écrits.
Pas besoin d’un dictionnaire pour me comprendre, hein.

Et je n’ai pas à
recopier un texte dans un livre pour paraître plus intelligent. La langue
française n’est pas mienne. Voltaire avait l’art de la manipuler mieux
que moi.
Les diplômés, ils en maquent à Ottawa. Ils n’ont pas besoin
de crier sur tous les toits pour démontrer leur savoir-faire.

Ils sont souvent modestes
et se tiennent à l’écart des autres pourtant facilement repérables
à cause de leurs comportements.

Un bout de papier ne définit
pas l’homme ni son degré d’intelligence, alors Chers Amis tout le monde
au pas !

Un peu de dignité!!!!

Nous sommes tous des petits
Einstein sans arrière pensées (je veux dire à notre façon)

Bon, je crois avoir trop
parlé. Maintenant la parole est à vous, les Ottawiens (j’ai
l’esprit créatif, j’invente des mots, en revanche, je ne m’amuse pas
à créer des Associations fantoches)

I dear you to respond
to this article, guys.

L’apprenti
écrivain

27/05/03 (B199) Avec Daallo Sarl, offrez-vous l’ivresse des grandes profondeurs …. de la finance occulte au danger véritable ! (Bouh Warsama)

Embarquement
immédiat vers l’inconnu.

Le feuilleton continu
!

Des
enfants, venant de Somalie, débarquent à Djibouti avec la
caution de quelques fonctionnaires de la Police de l’Air et des Frontières
et ils rejoignent Londres, via Paris, sous de fausses identités.
Par Bouh Warsama.

Inutile d’aller chercher
l’information tant Daallo Sarl agit au grand jour à Djibouti et en
vient maintenant à donner directement des ordres à la Police
de l’Air et des Frontières après avoir contraint par la menace
la Direction Générale de l’Aviation Civile Djiboutienne (DGACD)
à accepter les faux documents qu’elle présentait pour obtenir
un pavillon de Compagnie aérienne de Transport Aérien Public
et de fret (TAP) de complaisance et auquel elle ne peut prétendre au
niveau de la législation internationale.

Comme nous l’avions précisé
dans des écrits précédents, MY TRAVEL a cessé
les mises à disposition de ses avions au profit de Daallo Sarl qui
vendait des billets de transport à son profit, percevait les sommes
afférentes mais qui oubliait de respecter le contenu du contrat passé
entre les deux parties.

Rien de bien surprenant
lorsque l’on connaît le montage administratif de la Sarl Daallo et son
absence de fiabilité financière, elle vend un produit qui ne
lui appartient pas et oublie de payer les factures mais aussi d’assumer ses
responsabilités en cas de retard ou d’absence de vol.

L’univers aéronautique
des grandes Compagnies aériennes lui ayant fermé ses portes
pour diverses raisons justifiées et vraisemblablement pour de pas servir
de couverture à des ” trafics nébuleux “, elle s’est
retournée vers Air Scotland qui affréterait ses avions auprès
de l’exploitant qui est la Compagnie grecque Electra Airlines.

C’est ainsi que les passagers
ont pu embarquer à partir de Djibouti mercredi 21 mai, avec cinq heures
de retard pour Londres via Paris.

La raison de ce retard
en était qu’Electra Airlines avait effectué au préalable
un vol Charter Athènes/Londres……

Ne souriez pas car cette
affaire est bien plus sérieuse qu’elle n’y paraît, c’est encore
une ” salade à la Daallo Sarl ” et on attend, là encore,
un incident pour enfin comprendre l’ampleur de l’imbroglio juridique car,
ne nous trompons pas, la Sarl Daallo déposerait son bilan dans ce cas
et les propriétaires seraient introuvables.

A ceci il convient d’ajouter
le transport, sous le couvert de Daallo Sarl :

” De produits tels
drogues dites dures et des produits ou matériels interdits d’exportation
par les lois internationales à destination de Londres – Amsterdam
et Paris par l’utilisation de la valise diplomatique,

” Transport de
passagers notamment d’enfants isolés en provenance de Somalie via
Djibouti sous de fausses identités et qui à partir de Paris
rejoignent la Belgique, les Pays bas, le Danemark et la Suède,

” Transport de
passagers notamment d’enfants isolés à destination de Londres
et dans les mêmes conditions d’identités falsifiées.

Sur ce transport d’enfants
isolés et voyageant sous de fausses identités avec l’aval de
certains fonctionnaires de la Police de l’Air et des Frontières de
Djibouti, nous nous posons un certain nombre de questions.

Rien n’interdit de penser
que ce serait une fois encore une sombre affaire de profit en dehors des lois
internationales de protection de l’enfance.

Les Polices de l’Air et
des Frontières des pays concernés comme celui de la Compagnie
Electra Airlines seraient, à notre sens, bien inspirées d’aller
y regarder de plus près dans l’embrouillamini Sarl Daallo.

Rien d’important ne se
passe à Djibouti.

L’été sera
chaud mais dormons en paix !

Bouh
Warsama

27/05/03 (B199) Le personnel de l’Ambassade de France aurait-il pu avoir été menacé par Guelleh, pour qu’il délivre des visas à ses amis (Rumeur transmise par un lecteur)

Pour l’information
des lecteurs, nous diffusons le contenu de cette lettre que nous venons de
recevoir, assorti de toutes les réserves d’usage, n’ayant aucun moyen de
vérifier l’exactitude des informations. Nous ne pouvons en aucun cas,
en cautionner le contenu et nous mettons les lecteurs en garde à ce
sujet, pour qu’ils ne considèrent pas que ceci est exact tant que nous
n’aurons pas une confirmation ou des preuves concrètes. En attendant,
on peut simplement parler d’une rumeur.

_________________________
Lettre d’un lecteur

Chers Amis,

Votre action est très
suivie, ici à Djibouti. Il ne fait nul doute pour personne qu’elle
pèse sur la dictature et nous espérons tous que vous allez continuer le temps qu’il faudra.

On ne peut plus donner
la moindre chance au dictateur qui nous empoisonne le quotidien. De plus c’est
un homme qui méprise ses semblables et qui n’a même plus de respect
pour lui-même.

Par exemple, il semble n’éprouver aucune
honte à la lecture de tout ce que vous écrivez à son sujet (et qui est rarement inexact) … et vous
n’êtes pas les seuls puisque de nombreux journaux et de nombreux appels
venant d’ONG incontournables confirment l’ensemble.

En plus c’est un peureux
! Il vit dans la crainte perpétuel. Il se protège et il craint
par-dessus tout, les armes à feux : c’est sa hantise ! Si quelqu’un
le menace avec une arme, il cède immédiatement et il l’achète
aussitôt : regardez ce qu’il a fait avec les combattants du FRUD, par
exemple ! Et avec leurs dirigeants (?)

Et pourtant, lorsque l’on
a la peur au ventre, on cherche à se protéger de partout. Plusieurs
témoins m’ont affirmé que Guelleh venait de faire distribuer
des armes à ses proches et à des mercenaires somalis et éthiopiens.
Sent-il le danger venir ?

Chacun sait qu’IOG ne
tien son pouvoir que grâce à la complicité des autorités
françaises.On pourrait se demander les raisons pour lesquelles, les
Français n’appliqueraient pas la méthode des Américains en
Irak, pour se débarasser du dictateur. Mort, son cadavre pourrait être
exposé à la vindicte populaire !
Brutal, certes et je le reconnais volontiers, mais voyez-vous une autre alternative
pour débarquer un dictateur qui s’accroche à son siège
?

Les travaux d’agrandissement
de la sinistre prison de Gabode avancent et je vous adresserai des informations
précises dans un prochain courrier, avec un rapport circonstancié.

Je termine enfin par des
menaces que Guelleh aurait pu avoir envoyé au personnel de l’Ambassade
de France. Il leur aurait fait tenir une lettre dans laquelle il aurait pu
menacer ces personnes de mort, si elles refusaient de délivrer des visas à ses amis
dont il communiquait la liste précise. Je n’ai pas pu vérifier personnellement
ce point, car les personnels de l’Ambassade que j’ai interrogés
sur le sujet, se sont refusés à tout commentaire …. mais il m’a été confirmé, ici, par plusieurs amis.

La lutte continue
bye bye

_______________________________________
Note de l’ARDHD

Le 27 juin 2002,
à la réprobation quasi générale, les autorités
françaises avaient fait défiler la 13ème DBLE devant
Guelleh !

Si ces propos étaient
vérifiés, on pourrait affirmer que l’ingratitude de Guelleh
dépasserait les bornes admissibles !

Aurait-ce bien était
la peine que la France se décarcasse autant pour lui ? Par exemple
:

  • en lui octroyons
    des millions d’Euro, à simple réquisition, pour soutenir
    son régime dévoyé et contribuer à l’enrichir
    un peu plus,
  • en faisant défiler
    le 27 juin 2002 la légion étrangère à
    la Gloire de son odieuse personne,
  • en faisant survoler
    sa maison, le soir de son rapt électoral en signe de soutien,
    par un mirage battant des ailes, ce qui avait déclenché
    une question d’un député à l’Assemblée
    nationale française.

27/05/03 (B199) Les carabistouilles de la bande à Guelleh. N’auraient-il pas un peu ‘sur-vendu’ la situation actuelle de Djibouti lors de cette interview diffusée en anglais ?

Guelleh et
sa bande de mafieux se seraient-ils laissés aller à raconter n’importe
quoi, durant leur séjour en Inde ? Ils ont appliqué la méthode
de certains promoteurs immobiliers peu scrupuleux : “On vend du rêve
et on livre l’enfer !”

Mais les
Indiens, les commerçants et les industriels ne sont pas des gens stupides.
Guelleh a-t-il eu tort de forcer la dose à ce point-là ! Dès
qu’ils auront mis un pied sur place, ils constateront de leurs yeux, le fossé
qui sépare les déclarations de Guelleh et de ses proches, de
la malheureuse mais évidente réalité.

Et pourtant
Djibouti pourrait redevenir le paradis qu’il n’aurait jamais du cesser d’être,
dès que les cloportes auront bouclé leur valise pour laisser
le champs libre à la Justice, à la Démocratie et à
la Liberté.

_______________________
Extrait en anglais

Djibouti
invites industries


Our Regional Bureau in Mumbai
Published : May 26, 2003

Ismail Omar Guelleh, the
president of Djibouti, has urged Indian industrialists to set up joint ventures
in the former French territory, which is strategically located close to Arabian
oilfields, and the world’s busiest shipping lines.

Guelleh was speaking at
a reception organised for him by Vijay G Kalantri, the president of the All
India Association of Industries (AIAI).

“Djibouti’s
economy is based on service activities connected with its strategic location
and free-trade zone status. It offers an unlimited scope to Indian entrepreneurs
keen on setting up manufacturing units,” Guelleh said.

“Indian small-scale
industries will find Djibouti an ideal place to set up units. The AIAI is
planning a visit of an Indian industrial delegation to Djibouti soon,”
Kalantri said.

The AIAI also signed a
memorandum of understanding with the Chamber of Commerce, Djibouti, for exploring
better business opportunities between the two nations Djibouti ambassador
to India, Jordana Diengdoh-Pavel said the country has the deepest port in
the world.

“It is a gateway
to 340 million-strong market. It is a member of Comesa. The Indian industry
would certainly benefit by setting up joint ventures in Djibouti.”

________________________________


Guelleh filmé par Canal + lors de la conférence de presse
qu’il donnait à Paris. Furieux des questions des journalistes
sur l’Affaire Borrel, il s’étrangle de colère, il injurie
le journaliste dans sa langue et il quitte la salle … L’émission
de Canal + ayant été interdite d’antenne à Djibouti,
les Djiboutiens ont pu découvrir ces images à partir des
nombreuses cassettes qui ont circulé sous le manteau …

En tout cas, il
a eu de la chance que les journalistes de Canal + et d’autres supports,
ne soient pas présents à cette conférence : sinon
sinon il aurait encore été obligé de se fâcher tout rouge et
de quitter la salle en toute hâte … peu fier et par une porte dérobée.

27/05/03 (B199) Ni la falsification honteuse des scrutins électoraux, ni les harcèlements policiers, n’empêchent les Djiboutiens de manifester leur volonté profonde et majoritaire de changer le régime à Djibouti. Rétrospective sur un meeting politique de l’UAD le 14 mars 2003. (Lecteur)

Guelleh prend ombrage
de la volonté populaire clairement réaffirmée de le débarquer
(avec ou sans ménagement ?). En tout cas l’arrestation de DAF, le harcèlement
dont sont victimes ses proches, trouvent peut-être une explication dans
ces phénomènes nationaux d’expression du ras-le-bol général.

Photo
prise lors d’un meeting politique le 14 mars 03 à Djibouti. (Transmise
par un lecteur)

On mesure l’importance de la foule venue pour manifester son désir
du changement, en dépit de la répression policière
qui s’abat sur tous les opposants.

27/05/03 (B199) Radio-Trottoir : des rumeurs concernant la libération de DAF et celle plus éventuelle de tous les prisonniers politiques.

On m’a rapporté
que les campagnes de pétition agaçaient beaucoup le cercle restreint
du pouvoir. Guelleh serait particulièrement énervé sur
le sujet, car il craint toujours que la médiatisation puisse freiner
les discussions financières avec les organismes internationaux et les
états pourvoyeurs de fond. Le reste, il s’en moque !

Donc pour mettre un terme
aux campagnes, il se serait décidé à faire libérer
DAF à l’occasion du procès en appel qui se tiendra demain mercredi
28 mai au Tribunal. La mobilisation de RSF (et dit-on d’Avocats sans frontières)
aurait eu aussi un impact important.

 


Guelleh danse. Les prisonniers trinquent !

Comme Guelleh
est un peu ‘tordu’, il devrait faire d’abord un premier geste en libérant
DAF, mais il pourrait maintenir les condamnations qui le concernent,
se réservant de faire le beau seigneur, le 27 juin jour de
la fête nationale, en prononçant une grâce présidentielle.

On ne sait toujours
pas si les ex-policiers incarcérés après les
événements de décembre 2000, bénéficieront
des mesures de la clémence dictatoriale.

En tout cas, chacun sourit,
car Guelleh s’est engagé dans un combat difficile contre DAF, dont
les supporters, amis et sympathisants ont mené des actions efficaces
et positives. Il pensait terrasser DAF, mais chacun comprend que c’est Guelleh
qui devra céder. Et une nouvelle fois, il ne pourra que regretter de
s’être engagé dans une impasse pour lui. Personne ici ne le prend
plus au sérieux. Mais tout le monde a peur de sa Police qui se durcit
et qui traque impitoyablement les “mauvais esprits et les frondeurs”.

Quant au Général
Zakaria, il semble adopter en ce moment, ce que vous appelez en France
‘un profil bas’. Il ronge son frein et il guette DAF pour lui sauter dessus
à la première occasion.

26/05/03 (B199) ALERTE ROUGE EN FAVEUR DE DAF. Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités de libérer Daher Ahmed Farah.

A l’occasion de la prochaine
audience du procès en appel de Daher Ahmed Farah, directeur de publication
du journal Le Renouveau et président du Mouvement pour le renouveau
démocratique et le développement (MRD, parti d’opposition),
le mercredi 28 mai, Reporters sans frontières demande au procureur
de la République, Djama Souleiman Ali, de faire preuve de clémence
et de requérir la relaxe de ce journaliste et opposant.

Dans cette affaire, il
avait été condamné, en première instance, le 17
mars, à six mois de prison avec sursis et à verser 200 000 FD
d’amende (plus de 1 000 euros). Le général Zakaria Cheik Ibrahim
avait porté plainte contre le journaliste pour “diffamation”
à la suite de la publication d’un article du 6 mars 2003, intitulé
“Le commandement militaire procède à des renvois politicards”.

Daher Ahmed Farah est
emprisonné depuis le 20 avril 2003. Le journal dans son édition
n°475 du 17 avril, avait de nouveau reproché à l’officier
le manque de “neutralité” d’une armée qui “doit
être apolitique”. Les autorités judiciaires ont rejeté
sa demande de liberté provisoire, le 30 avril.

“A notre connaissance,
Daher Ahmed Farah n’a fait qu’exercer son droit à informer l’opinion
publique, un droit garanti par plusieurs traités internationaux ratifiés
par la République de Djibouti. Rien ne justifie cette détention
prolongée”, a déclaré Robert Ménard, secrétaire
général de Reporters sans frontières. L’organisation
a rappelé que les Nations unies condamnent “l’emprisonnement en
tant que condamnation de l’expression pacifique d’une opinion”.

Par ailleurs, Reporters
sans frontières a annoncé qu’un membre de l’association Avocats
sans Frontières assurera la défense de Daher Ahmed Farah. Il
est arrivé à Djibouti le 26 mai. Aucun avocat sur place n’a
accepté de défendre le journaliste.
Le journaliste a été arrêté à Djibouti,
le 20 avril au matin, et placé en cellule d’isolement à la prison
de Gabode.

Seule sa mère est
autorisée à lui rendre visite. Quelques jours plus tard, la
Police spéciale de Djibouti s’était rendue au domicile du journaliste
et au siège central du MRD afin de saisir sept machines à écrire,
un amplificateur, les réserves d’encre des photocopieurs, ainsi que
toutes les archives du journal Le Renouveau, sans qu’aucun mandat de perquisition
ait été présenté. Enfin, le 5 mai au matin, des
policiers ont saisi l’édition n°477 du journal dans les kiosques
et auprès des vendeurs.

Daher Ahmed Farah a été
emprisonné à plusieurs reprises au cours de ces dernières
années. Dans la plupart des cas, il était poursuivi pour un
délit de presse et a été condamné à des
peines de prison ou à des amendes. Le 15 mars 2003, il avait été
détenu une journée et condamné à une amende pour
avoir “porté atteinte au moral de l’armée”.

Reporters sans frontières
Bureau Afrique
– Africa desk
afrique@rsf.org, africa@rsf.org
www.rsf.org
Tel : 33 1 44 83 84 84
Fax : 33 1 45 23 11 51
5, rue Geoffroy-Marie
75009 Paris
FRANCE