Articles

02/08/04 (B258) Réaction d’un lecteur à l’annonce du licenciement du Webmaster de Djibculture.

Je vous écris en
réponse au message du lecteur qui alerte les internautes djiboutiens
sur le licenciement d’un travailleur de la CPS.

Comme l’auteur semble
ignorer les raisons de cette décision, j’ai envie de lui dire que ce
cas n’est malheureusement pas une exception. Combien de travailleurs sont
injustement traités de la sorte (licenciés sans motif) chaque
jour, sans qu’aucun ami ou connaissance ne fasse passer l’information sur
le net. Le problème de tous les travailleurs djiboutiens, de toutes
origines, de tous niveaux est général : c’est la marque d’un
régime dictatorial !

Celui pour lequel vous
demandez du secours a, parait-il, créer un site web pour les Djiboutiens
et il mériterait, à ce titre, un traitement de faveur. Vous
allez même jusqu’a solliciter l’intervention du Président de
la République. C’est certainement une excellente idée, puisque
notre Héros internaute, passionné par la Culture djiboutienne
était au service de ce dernier.

Je dois préciser
que son site pompeusement appelé "djibculture" était
censé diffuser la Culture de notre pays sur l’Internet. Mais la réalité
est sensiblement différente, car on ne trouve pas grand chose d’autre
que les discours, les activités et les images diffusées par
le régime de Guelleh : c’est limité et cela ressemble fort à
de la propagande pro-gouvernementale.

Jamais je n’ai trouvé
une référence ou un mot sur la réalité sociale
et culturelle des Djiboutiens. Avec une telle référence, je
vous confirme que vous avez raison d’interpeller directement le Président,
car l’ardeur des opposants à intervenir en sa faveur, risque d’être
extrêmement limitée …

Peut-on espérer
lire ou entendre un autre son de… minaret sur son site ?

Merci.

01/08/04 (B258) ALERTE à tous les Internautes djiboutiens. (Lecteur)

« On dit souvent
que l’avenir appartient aux jeunes et qu’un Pays sans jeunesse est une Nation
sans avenir … « 

Nous venons d’apprendre
le licenciement injuste (en date du 9/03/2004 ?), de l’auteur du site
internet Djibculture Mr Hassan Saïd GOUMANEH dit « basto », informaticien
à l’Organisme de Protection Sociale

Nous interpelons directement
le Président de la République pour qu’il intervienne sur le
cas de ce jeune auteur du site Djibculture afin de lui permettre d’obtenir
le fruit de son oeuvre patriotique

Ce jeune réalisateur
s’est investi volontairement depuis des années pour créer et
pour développer le site intitulé « Djibculture »(
ww.ifrance.com/Djibculture) par pur amour de son pays. Il se trouve actuellement
plongée dans une situation difficile et totalement injuste par la décision
inique des hauts dirigeants de son pays .

On peut même se
demander les raisons pour lesquelles ces direigeants conservent cet Ar…
qui détruit l’avenir économique et sociale de notre pays ?

Comment nous le savons
Ar.., serait un flic raté. Souffre-t-il de séquelles pyschologiques
pour agir ainsi ? Chaque matin à l’OPS, on enregistre parfois plus
de 5 à 6 licenciement de salariés innocents : c’est lui qui
juge et qui arbitre tout dans l’Etablissement, sans aucune limite. Il n’écoute
personne et ne tient même pas compte des avis our recommandations du
Ministre du Travail, voire du Premier Ministre qui, dit-on, se plaindrait
souvent de lui …

Alors auprès de
qui, prend-il ses ordres ? Qui le protège et pour quelles raisons ?

L’injustice est ominprésente
à Djibouti, mais ce qui se produit à l’OPS est unique en raison
de sa multiplication. Maintenant personne ne pourra plus dire qu’il savait
pas ça, ce qui s’y passe.

Le site Djibculture permettait
à des milliers de Djiboutiennes et de Djiboutiens, particulierement
ceux qui résident à l’étranger, de suivre toutes
les actualités télévisées de la RTD, depuis des
années, grâce à la magie du ‘net’.

L’auteur de cette
œuvre patriotique de très grande valeur mériterait la médaille
d’honneur. Et pourtant il n’a cessé de subir ‘le système
d’exploitation » imposé par son Directeur ainsi les exactions
arbitraires depuis septembre 2001 à ce jour.

Le site Djibculture est
très célèbre. Il est apprécié par des nombreux
internautes car il est unique pour Djibouti. Son principal atout réside
dans le mode de transmission audio et vidéo, qui a lui valu une large
audience, puisque ce sont plus de 25.000 personnes, en particulir des Djiboutiens
expatriés qui l’ont consulté l’année dernière.

Nous cherchons dans quel
forum nous pourrions faire entendre notre voix et faire prendre en considération
l’urgence de la situation pathétique de l’auteur du site
Djibculture.

Lien avec le site : http://www.ifrance.com/Djibculture/

01/08/04 (B258) LDDH : Remerciements à M. Chase Beamer, Consul des USA, pour son action en faveur des Droits de l’Homme à Djibouti.

REMERCIEMENTS
A MONSIEUR CHASE BEAMER
POUR TOUTES SES ACTIONS EN FAVEUR DES DROITS HUMAINS
LE 5 MAI 2004

En ce jour du pré-départ
de Monsieur Chase BEAMER, Consul des Etats-Unis, mais pour nous : un ami et
un combattant courageux, qui n’a jamais caché ses positions en faveur
des Droits fondamentaux, et qui a toujours été direct dans ses
questions, toujours à la recherche de la vérité.

Monsieur Chase BEAMER
nous a régulièrement encouragé, par sa présence
toujours à nos côtés, par sa disponibilité sans
protocole, par sa présence lors des audiences au Tribunal, par ses
conseils très souvent pragmatiques.

Au nom de tous mes compagnons
et les amis de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains ( LDDH ) nous tenons
à vous témoigner tous nos remerciements pour toutes vos actions
en notre faveur, pour votre combat à nos côtés afin de
faire évoluer en République de Djibouti certains aspects prioritaires
des Droits de l’Homme, pour le renforcement de la Justice et pour une plus
grande transparence des processus électoraux.

Cher Chase BEAMER nous
vous considérons comme un Membre d’Honneur de la Ligue Djiboutienne
des Droits Humains et grâce aux E-mail vous serez en permanence avec
nous à Djibouti.

God bless you.

M.
NOEL ABDI Jean-Paul

01/08/04 (B258) Les informations confidentielles des lecteurs de l’ARDHD : un officier de police supérieur djiboutien a été reconnu à LONDRES, en companie de commerçants somaliens. Quels sont ses intentions sur le sol britannique ? Les ombres dans son passé de ‘Grand flic’ à Djibouti, jusitifieraient-elle le déclenchement d’une enquête par les autorités britanniques ?


Un officier supérieur de la police Djiboutienne a été
aperçu dans les rues de Londres en compagnie de grands commercants
Somaliens.

Il pourrait
s’agir d’un certain Idriss Djama Guirreh, un haut responsable de la police
nationale.

Selon des
rumeurs confirmées par plusieurs sources, ce policier pourrait être
l’homme qui aurait vendu "comme des petits pains’ le Passeport national
et la Carte de résidents pour les étrangers..

Il serait
installé solidement à son poste depuis plus de 10 ans et il
régnerait sans partage sur son Service.

D’autres
informations, recueillies auprès de son entourage direct, evoqueraient
également que l’officier en question (si c’est bien lui) aurait besoin
actuellement des services de ses amis somaliens. Echange de bons procédés,
renvoi d’ascenceur ? Que pourrait-il lui refuser, alos qu’il aurait pu les
avoir aidé à Djibouti en leur vendant des Passeports et autres
documents de voyage ?

Idriss Djama
Guirreh a-t-il l’intention d’installer sa famille à LONDRES ? Dans
ce cas, il pourrait avoir besoin d’un coup de main de la part de ses amis
SOMALIENS qui le respectent comme un DIEU.

Nous lançons
une alerte aux autorités de l’Immigration britannique et de l’ Union
Européenne pour qu’elles déclenchent une procédure de
vérification des activités de cette personne et de ses intentions
pour l’avenir en Europe. Bien entendu, nous ne voudrions pas jeter gratuitement
le discrédit sur une personne, mais un faisceau d’éléments
concordants, nous conduisent à demander qu’une enquête puisse
être conduite, pour vérifier le bien fondé de ses déclaration
et les ombres dans son passé de fonctionnaire de Police à Djibouti..

Un
lecteur.

01/08/04 (B258) Petit voyage au sein de la Constitution djiboutienne (4ème épisode)

Nous poursuivons notre
voyage au sein de la Consitution de la République, parce qu’il est
édifiant et qu’il permet de mesurer le décalage inimaginable
entre le texte et la réalité sous Guelleh. Pratiquement chaque
article est bafoué quotidiennement, en particulier en matière
de liberté et de Droits humains. Mais dans d’autres domaines aussi

ARTICLE 15 :
Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement ses opinions par la
parole, la plume et l’image. Ces droits trouvent leur limite dans les prescriptions
des lois et dans le respect de l’honneur d’autrui.
Tous les citoyens ont le droit de constituer librement des associations et
syndicats sous réserve de se conformer aux formalités édictées
par les lois et règlements.
Le droit de grève est reconnu. Il s’exerce dans le cadre des lois qui
le régissent. Il ne peut en aucun cas porter atteinte à la liberté
du travail.

Cet article est important.
Si le site de l’ARDHD a un rôle important à jouer et s’il est
aussi populaire, c’est bien parce que le régime n’admet pas la liberté
d’expression et qu’il préfère menacer, emprisonner et/ou éliminer,
ceux qui souhaitent s’exprimer. Il faut aller à l’étranger pour
pouvoir parler, sinon la SDS ou la FNP se chargeront de votre cas.

Quant au Droit de grève,
c’est le plus souvent dans le Centre de Nagad où les grèvistes
se sont retrouvés !

ARTICLE 16 :
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des sévices ou
traitements inhumains, cruels, dégradants ou humiliants.

Tous ceux qui ont eu affaire
à la SDS, à la FNP ou aux commissariats, savent combien cet
article est violé, quotidiennement, pourrait-on dire ? Demandez donc
à tous ceux qui ont été torturés et en particulier
à ceux dont les témoignages sont publiés sur notre site
! Demandez à ceux qui ont été internés à
gabode dans la fameuse cellule / WC, si la Constitution est respectée.
Tortures, traitements inhumains, cruels, dégradants ou humiliants :
ce sont les recettes de l’exercice du pouvoir, façon Guelleh …

01/08/04 (B258) Réponse au lecteur qui soutient l’UMP et le régime de Guelleh. Soutenons des hommes forts et crédibles qui ont su dire NON à IOG et qui ont payé le prix fort pour continuer à vivre en harmonie avec leurs convictions et leur éthique. (Lecteur)

Chères citoyennes,
Chers citoyens,

Ne croyez pas aux mensonges
du RPP (UMP) qui prépare déjà les élections de
2005.

Notre peuple est habitué
aux mensonges récurrents en période pré-électorale.

Nous avons lu la contribution
de ce lecteur, fonctionnaire de Djibouti en mission spéciale (de Police)
au Canda, qui défend le régime dictatorial de Guelleh en disant
que l’UMP a raison !!!

Ce lecteur ne connaît
certainement pas la honte. Le fait-il pour gagner sa vie ? En tout cas, il
perd son temps, car nos soeurs djiboutiennes et nos frères djiboutiens
ont ouvert les yeux depuis longtemps.

Pour nous, les Membres
du GED sont des vrais citoyens, connus dans le milieu des Djiboutiens.

Ce sont des enfant du
pays qui, après avoir découvert et compris (au sein de leur
fonction) les dérives du régime, ont préféré
dire non à la dicatature, au tribalisme, à la destruction du
pays et à la vente aux enchères du patrimoine de l`Etat.

Imaginez le courage qu’il
fallait avoir pour dire non à IOG, pour perdre son statut, sa rémunération
et mettre en péril sa famille ? Tout cela pour le respect des principes
et pour refuser la compromission avec une entreprise devenue totalement maffieuse
!

Le GED regroupent, à
nos yeux, les hommes de demain. Il représente l’avenir de notre République
.

Je reponds à la
phrase de ce lecteur qui disaient « qu`ils sont des purs produits du
régime djiboutien »
. Ont-ils volé le pays ou ont-ils
refusé de le faire ? C’est bien la question ! Chacun connaît
la réponse : ils ont refusé de voler et de participer aux actions
illégales et c’est la raison pour laquelle, en dépit des risques
et des difficultés, ils ont quitté le pays dans des conditions
dramatiques, perdant tout. S’ils avaient volé, ils viveraient comme
des milliardaires en Belgique et ce n’est pas le cas, comme chacun peut le
vérifier.

La pire erreur (monstruosité)
que l’on pourrait reprocher à ce lecteur, c`est de compare l’intellectuel
Ali Abdillahi Iftin à un certain Mahadi cheik Moussa de la Gendarmerie.

Ali Iftin est un personnage
intelligent et doué. Mahadi est connu pour avoir participer activement
à la torture de ses concitoyens !

N’oublions pas les autres
membres du GED en passant par leur Président Mahamoud Idriss qui est
un homme de parole, un fonctionnaire qualifié et qui sait ce qu`il
veut.

Abdallah Deberlakeh, l`homme
fort, qui n’a jamais reculé devant IOG ni devant le RPP. C`est un enfant
du pays qui se bat pour la liberté d`expression depuis sa jeunesse
et qui n’a jamais cédé un pouce de terrain au régime,
quel que soit le prix qu’il a payé.

Mohamed Saleh Alhoumekani,
aussi un enfant du pays qui a grandi dans un quartier cosmopolite au quartier
2, zone de Kor Bourhan. C’est un homme serieux qui dit la vérité
sans détour ni précaution. Amoureux de son pays et de sa famille,il
a pourtant eu le courage de les quitter pour dire la vérité
sur la dictature d’IOG et sur l’affaire Borrel.

Abdourhaman Yassin est
Djiboutien de souche, lui aussi, trés connu dans le milieu des Djiboutiens,
qui a dit non aux détournements des fonds publics et qui vit dans la
morale et la dignité.

liban Houssein Djibah
aussi est un enfant du pays. Il a grandi au Quartier 6 et a toujours conduit
sa vie et sa carrière avec scrupule et avec fierté en disant
non au régime dictatorial d’IOG et à toutes ses dérives
criminelles.

Le GED est constitué
d’hommes qui veulent défendre notre République et notre Nation.

Personnellement je soutiens
ce Gouvernement en Exil et ces hommes pour les élections de 2005.

Que l’UMP (RPP) le veuille
ou ne le veuille pas, les mensonges et les fausses promesses, c’est terminé.
Personne n’y croit plus ! Face à la réalité, battons-nous pour le redressement et pour l’avenir du pays, car sinon, nous pourrons
continuer à pleurer pendant des années, sur la dégradation
inéluctable du pays et sur l’avenir sinistre qui sera promis à
notre jeunesse.

31/07/04 (B258) Un lecteur, proche de la mouvance de Guelleh, nous adresse le texte d’une lettre ouverte aux Membres du GED.(Lecteur)

__________________
Note de l’ARDHD

En principe, nous ne publions pas les communications du régime ni
de ses soutiens. Ce lecteur a eu l’honnêteté de nous faire part
de ses positions personnelles en faveur de Guelleh. Il n’en reste pas moins
qu’il essaye de jeter le trouble et le doute en insinuant sans prouver et
en déformant certaines informations, ce qui aux yeux de certains, aura
le mérite de mettre en lumière combien le régime est
au minimum inquiet (très inquiet ?) de l’action du GED, pour en arriver
à sponsoriser de telles bassesses.

Nous avons accepté
malgré tout, de publier sa contribution, pour permettre à chacun
de se faire son opinion en ayant connaissance des différents avis /
opinions. Bien que le style ne laisse aucun doute sur son auteur (qui est
souvent intervenu sur notre site, dans le passé) nous ne communiquerons
pas son identité, puisqu’il ne l’a pas souhaité.

Il est évident
que nous ouvrirons un droit de réponse à Iftin et aux Membres
du GED qui souhaiteront répondre à ce lecteur.

____________________________________ Lecteur

Préambule :
Nous soutenons la politique du Chef de l’Etat, mais nous sommes ouverts
aux differents proposition qui viennent de l’opposition, si elle sont constructives
et si elles servent la nation djiboutienne.
_________________________________ Contribution

Lettre ouverte aux expatriés
de la Gendarmerie et du Gouvernement en Exil.

Messieurs,

Je viens de lire le communiqué
que vous avez adressé aux notables et celui d’Iftin qui dit aujourd,hui
beaucoup de mal du regime.

Je vous rappelle que la
majorité d’entre vous a contribué à permettre à
ce régime d’exister et de se développer. Il est curieux que
vous condamniez en bloc, le RPP, le Gouvernement et les Institutions de notre
République.

Je tiens à vous
dire que le Gouvernement en Exil n’est pas un rassemblement Isssa. Alors pourquoi
cette lettre ouverte aus seuls notables Issa, alors que notre République
est constituée de tribu et d’ethnies diverses. Je me demande les raisons
pour lesquelles vous dites ces mensonges et vous proférez ces injures
sur votre site.

La jeunesse ne vous comprend
pas. A vouloir créer une sorte d’Armée nationale dans un pays
où vous n’êtes meme pas reconnus comme des citoyens me
revolte.

Je suis surpris que le
site du GED ne dise pas la vérite ou ne propose pas d’alternatives
pour la jeunesse alors que les menbres qui composent votre Cabinet M Mahamoud,
ne sont que des purs produits du régime djiboutien.

La nomination d’un Général
de division est surprenante.

Je connais bien Iftin,
car j’habitais, Cité du Progrés, à côté
de ses parents. Iftin, je certain n’est pas un avantage pour vous, mais au
contraire un handicap.

Lorsque vous avez été
nommé comme Garde du corps d’Hassan Gouled, je pouvais voir votre comportement
au sein de la Garde présidentielle, en particulier dans le camp Barkhat
Siraj. Je pense que votre départ tumultueux de Djibouti avait pour
origine un litige familiaux qui ne concernait que votre famille et ta femme
Leila Moussa Tour Tour et non des raisons politqiues.

On ne s’engage pas dans
la politique comme on s’engage dans l’Armée, mais on milite et on fait
des études pour savoir ce qu’est la politqiue. Rien sur votre site
sur les énormes sommes d’argent que vous avez détournées
au profit de la Gendarmerie nationale et plus précisement dans le Camp
Barkat Siraj(*).

Il en est résulté
un conflit ouvert avec votre supérieur, le colonel Mahdi Cheik Moussa.

Pour quelles raisons,
Iftin, ne dites-vous que vous fait construire deux portes au sein du camp
et que les Gendarmes de l’Escadron présidentielle contestait votre
style de commandement. Etre au Service de la Nation supppose de dire la vérité
(**) aux gens comme l’a fait Abdo Bolock, lors de son entrée dans le
Gouvernement d’Hassan Gouled.

Etre réfugié
en Belgique ne condamne pas à insulter les Institutions du pays. Djibouti
appartient aux Djiboutiens toutes classes confondues et tribus et non au seuls
Isssa.

Il est certain que la
mise à genou économique de Djibouti (***) à laquelle
vous avez contribuée et votre départ soudain, me rappelle la
façon qu’a utilisé le Général Siad Barreh avant
de quitter Mogadiscio et de laisser le pays entier à la solde des puisances
occidentales et des pillars. (…)

 

(*) Ce lecteur écrit
dans son manuscrit : sommes détournées au profit de la Gendarmerie
et non du Cdt Iftin.
(**) Il serait bien que ce conseil vertueux soit d’abord mis en application
par ceux qui dirigent Djibouti actuellement !!!
(***) En imaginant même qu’Iftin ait détourné des fonds
publics, ce qui n’a jamais été dit par personne, il est assez
extravagant de l’accuser de la mise à genou économique du pays,
lorsque l’on connaît le montant des prévarications qui sont commises
par les responsables : politique, ministères et entreprises publiques.