Articles

12/11/2011 (B630) ALERTE ROUGE : La LDDH dans le couloir de la mort, avant son exécution en place publique, par le célèbre bourreau appointé et attitré de Guelleh, le sieur Hassan Darar Houffaneh ?

Selon les dernières informations reçues, le sieur Hassan Darar Houffaneh, bourreau attitré de la République, obligé de la cour de Guelleh et accessoirement Ministre de l’Intérieur de la République, s’appêterait à exécuter sur la place publique, la LDDH, association reconnue sur le plan international, pour la défense des Droits de l’Homme à Djibouti et membre de la puissante FIDH

Le bourreau aurait déjà fait dresser les bois de la République pour procéder à l’exécution de la jeune condamnée, en signant un décret illégal de dissolution.

On se souviendra d’une décision équivalente qui avait été prise à l’encontre du MRD, parti politique d’opposition, légalisé, sous un prétexte fallacieux et la production de faux en écritures publiques, réalisés par le Gouvernement djiboutien.

Nous lançons un appel urgent à tous les partis politiques djiboutiens d’opposition, à toutes les associations de l’opposition et aux syndicats libres, pour qu’ils se mobilisent et qu’ils activent leur réseau, via Internet et FaceBook, afin d’éviter l’éxécution de la LDDH à Djibouti.

12/11/2011 (B630) Intronisation du nouveau Sultan Afar Handare Ali Mirah (par Omar Gabasse)

Comme prévu, la cérémonie de l’intronisation du nouveau Sultan Afar Hanfareh Ali Mirah s’est déroulée à Ayssaita le 10 novembre 2011.

Plusieurs milliers des gens ont participé à cette cérémonie. On cite aussi de nombreuses personnalités qui avaient fait le déplacement, comme le Sultan de Tadjourah, sa Majesté Abdoulkader Houmed. De son côté, le sultan de Raheita, qui n’avait pas pu se déplacer, avait envoyé un représentant personnel en la personne de M. Ali Abdou Sultan (Okal général).

Tous les chefs coutumiers Afar de toutes les régions Afar étaient présents..

Côté Éthiopien, une forte représenation : le président de la région autonome Afar, plusieurs ministres et députés du gouvernement central éthiopien. Meles avait délégué son représentant.

De nombreux diplomates Occidentaux, Arabes et Africains s’étaient déplacés d’Addis Abeba pour assister à cet événement historique.

Côté Djiboutien, le petit dictateur, pseudo président mal élu, avait préféré ne pas venir se présenter personnellement. Il avait délégué son premier Ministre Dileita Mohamed Dileita et quelques haut fonctionnaires.

Chacun sait que le pseudo-président Djiboutien est l’ennemi « numéro UN » de la paix dans cette région. Il finance une milice qui opère dans la région Afar d’ Éthiopie. Cette milice, entrainée à Djibouti et bien équipée, a pour objectif de massacrer les Afar de la Région 2 d’Ethiopie.

L’un de ses moyens d’actions consiste à provoquer puis à attiser la haine entre les paysans Afar et Issa. Pourtant, ils sont tous issus de populations « soeurs » qui partageaient en paix cette zone, depuis des siècles.

Au lieu de rapprocher ces peuples frères, le dictateur préfére semer la haine entre eux.

De nombreuses preuves ont été fournies aux autorités éthiopiennes, pour confrimer la présence de ces militaires djiboutiens en uniformes, porteurs de pièces d’identité djiboutiennes. Plusieurs ont été arrêtés et remis aux autorités locales.

Il est à regretter que le Gouvernement éthiopies qui est parfaitement informé de la présence et du rôle de ces milices, garde un silence complice jusqu’à ce jour.

Un opposant Djiboutien, qui avait fait publier un article, pour déclarer sa stupéfaction après s’être rendu dans un camp militaire djiboutien. De ses propres yeux, il avait constaté qu’une carte de la région Afar d’Ethiopie était affichée sur le mur du bureau d’un haut-gradé djiboutien.

Surpris, il avait interpellé l’officier en lui demandant ce que cette carte faisait dans son bureau. L’officier avait refusé de lui répondre.

Revenons à notre événement.

La diaspora Afar est aussi venue en masse des quatre coins du monde, conduite par M. Hamad Yacin, président d’une association humanitaire basée en Suède et qui avait contribué à l’organisation de la cérémonie.

Grâce à eux, chacun a pu suivre en direct sur « Paltalk » et sur « Justin » le déroulement de la cérémonie.

Par sa présence massive, toutes les populations Afar ont montré leur soutien au nouveau Sultan. La solidarité Afar a été exemplaire.

Rappelons que le nouveau sultan a une expérience politique de plus de 30 ans. Le peuple espère qu’il puisse jouer un rôle très important dans la politique régionale et internationale.

La télévision Éthiopienne a consacré une édition spéciale a cet événement.

Ainsi que la radio en langue Éthiopienne installée en Allemagne qui a relaté ce fait important.

La cérémonie a commencé par la lecture d’un verset du Coran, puis la prière. Ensuite les participants ont assisté à une grande soirée culturelle riche en danse folklorique traditionnelle Afar. Elle a été clôturée aujourd’hui par le discours du nouveau Sultan.

Il a lancé un appel en faveur de la paix dans la corne de l’Afrique et partout dans le monde. Il a mis l’accent sur le développement de l’éducation et de la santé en Éthiopie et dans la région Afar. Une version en Français par le jeune Mohamed Houmed dit Charlie.

Le discours sera disponible bientôt sur Youtube et d’autres sites.

Voila en résumé un compte rendu de cette fête.

Une mauvaise nouvelle cependant : deux personnes qui s’étaient déplacées de Djibouti pour participer à la fête, ont perdu la vie dans un accident de voitures.

Il s’agit de MM. Kamil Mohamed Ali et d’Ali Banoita. Une troisième personne a été blessée gravement.

Inna lillah waa ina ileyhi raajioun.


Quelques informations sur le nouveau Sultan.

Hanfareh Ali Mirah a fait ses études aux États-Unis. Il est titulaire d’une maitrise en sciences politiques Il parle couramment l’anglais, l’arabe et l’amharique. Il est marié a Assia Abdou avec laquelle il a eu 7 enfants : 2 garçons et 5 filles.

Il est entré en politique en 1974 lorsque le « Négus rouge » avait lancé une offensive contre la région Afar qui était sous l »autorite de son père le défunt Ali Mirah décèdé a Addis Abeba en Avril 2011.

Il fut le président du Front pour la libération Afar qui avait chassé du pouvoir le dictateur Mengistu Hailé Mariam, aujourd’hui en exil au Zimbabwe.

Hanfareh Ali Mirah est devenu le premier président de la région autonome Afar, puis après Ambassadeur auprès du royaume du Koweït.

Pour beaucoup plus d’information sur le sultanat Afar, je propose aux lecteurs de l’ARDHD de lire le livre de M. Aramis Houmed Soule, journaliste et écrivain :

Deux vies dans l’histoire de la corne de l’Afrique : Mahamoud Hanfareh (1861 -1902) et Ali Mirah Hanfareh 1944-2011. Centre Français Études Éthiopiennes.

Omar Gabasse

12/11/2011 (B630) Les Dockers djiboutiens sont au désespoir. Témoin cette lettre qui a été déposée au siège de la LDDH par l’un d’entre eux.

_______________________________ Note de l’ARDHD

Le texte original de cette lettre est disponible en format PdF
en cliquant ici.

L’équipe de l’ARDHD a fait un travail d’interprétation pour faciliter la lecture. Elle espère surtout n’avoir commis aucun contresens … C’est pourquoi, elle met l’original à disposition des lectrices et des lecteurs qui souhaiteraient le consulter. Seul cet original ferait foi en cas d’erreur d’interprétaion commise par l’équipe de l’ARDHD.
_________________________________________________

Dockers Djiboutien (plaignants)
Contre le régime dictatorial en place de M. Guelleh
République de Djibouti

Les
Dockers djiboutiens sollicitent de l’aide ! Ils lancent des appels

  • à la communauté internationale, pour un secours immédiat
  • aux différents corps diplomatique résidant à Djibouti, pour qu’ils informent leurs gouvernements respectifs
  • au président de la LDDH, chargé aux droits de l’homme à Djibouti.

Plus de 3.800 dockers djiboutiens travaillent comme
journaliers au sein du port:

Certains y travaillent deplus plus de 13 ans.

Malgré cela, leurs droits ne sont pas respectés. Les indemnités qui leur sont dues ne sont pas comptabilisées ni versées. Ni leur
avancement ni les conditions d’embauche ne sont respectées.

Pourtant les dockers effectuent des taches pénibles et ils prennent des risques pour leur vie : de nombreux accidents du travail et parfois même des accidents mortels, qui sont dus souvent à un manque d’organisation ou à une carence de dispositifs de sécurité.

Et pourtant les dockers victimes d’accident ne sont pas indemnisés.

Les dockers tiennent à faire savoir à la population Djiboutienne qu’il n’existe pas un
etat de droit dans notre pays.

La justice est absente. Il n’y a pas de gouvernement légal, ni de syndicats libres et indépendants, ayant les moyens de défendre les intérêts et les droits des travailleurs.

Deux hommes d’affaires Mohamed Houssein Al Amoudi et Tamal Ali
sont venus proposer d’embaucher
l’ensemble des dockers et de verser les droits d’un fond
pour construire un logement. Ces fonds ont été détournés par le régime actuel.

C’est pourquoi, n’ayant plus d’autre recours, nous lançons cet appel à la communauté internationale pour qu’elle intervienne.

La situation est très tendu entre le régime dicatorial et les dockers et elle se dégrade de jour en jour.

Vive la communauté internationale.

Vive le président des droits de l’homme résidant à Djibouti.

______________________________ Note de la LDDH

Monsieur Jean-Paul Noël Abdi, Président de la LDDH, Vice-président de l’UIDH et membre de la FIDH, nous a demandé de préciser qu’il avait reçu cette lettre en main propre et qu’il avait conseillé aux dockers de soumettre leurs doléances à la justice.

Si c’est le cas, la LDDH et son président seront à côté des Dockers pour les soutenir dans leur combat devant la Justice.

12/11/2011 (B630) Sonnet qui nous est adressé par un lecteur. Mon Peuple

Mon Peuple

Mon peuple est asservi par une dictature,
Depuis trente quatre ans, au profit d’un seul clan,
Qui toute opposition souvent va la taclant,
Par des vils procédés menant a la torture.

L’espoir leur cœur a fui, leurs foyers la nourriture,
Leurs petits écoliers, leurs devoirs les bâclant,
Désertent l’école et s’en vont en raclant,
La rue et ses dangers sans ambitions futures.

Ainsi les ont réduits les lois du tribalisme,
En des malheureux nains, rompus au clientélisme,
Que dominent leur lot torture et pauvreté.

Pendant que le tyran, des rois, lui parodie,
L’eau, l’électricité sont d’une rareté,
Faisant de tout le pays ouvert aux maladies.

12/11/2011 (B630) ALERTE ROUGE – Je demande au Ministre de l’intérieur de bien réfléchir avant de prendre une décision aussi grave, qui aura des conséquences imprévisibles. J’informe les média de mon côté (Ahmed Hachin-Loita)

Je viens tout juste d’apprendre que le ministre de l’intérieur Hassan Darar Houffaneh, s’apprêterait à dissoudre purement et simplement la Ligue Djiboutien des Droits de Hommes.

La LDDH est la seule association légale, indépendante face au régime dictatorial et par conséquent elle dérange au plus haut point, leurs pratiques. La LDDH est affiliée à la FIDH.

Le Ministre de l’intérieur prétexterait qu’« elle a touché des points sensibles et intouchables », selon les termes qu’aurait utilisés, devant témoin, le directeur « par intérim » de l’administration et de la réglementation hébergée au district de Djibouti .

La LDDH et son président Jean-Paul NOËL ABDI dénonce depuis des années les tortures, les viols, les disparitions, les emprisonnement des opposants, les exactions extra-judiciaires et fait son travail de défenseur et rien d’autre.

L’Union pour la Démocratie et pour la Justice (U.D.J) apporte son soutien total et indéfectible à la LDDH et à son président Jean-Paul NOËL ABDI et elle fera tout ce qui est possible pour éviter que cela ne puisse se réaliser.

Quand au ministre de l’intérieur Hassan Darar HOUFFANEH, nous lui demandons de bien réfléchir avant de prendre une telle décision irrémédiable et de confirmer qu’il cautionne sans remord toutes les pratiques du Sanguinaire au pouvoir.

Les heures du Dictateur sont comptés et les Djiboutiens (nes) se souviendront de la responsabilité de chacun (e).

Hachin-Loita Ahmed
Représentant de l’U.D.J en France

 

12/11/2011 (B630) ALERTE ROUGE : HASSAN DARAR HOUFFANEH, ministre djiboutien de l’intérieur, a-t-il déjà programmé la dissolution de la LDDH en violation flagrante de toutes les Lois et conventions ?

_______ Note de l’ARDHD : attention à ne pas aller trop loin !

Ce Ministre de l’intérieur va-t-il, en plus, se livrer au jeu djiboutien habituel en proposant de « cloner » la LDDH ?

Nous lui recommandons d’être extrêmement prudent avant de se lancer sur ce terrain et de prendre des mesure de cet ordre (dissolution de la LDDH et/ou clonage), car les réactions seront rapides et nombreuses à travers le monde et qu’elles auront un effet dévastateur pour l’image du régime du dictateur sanguinaire qui fait la LOI (du milieu ?) à Djibouti.

Prononcer la dissolution administrative de la LDDH, serait une atteinte insupportable aux Droits de l’Homme à Djibouti et aux défenseurs des Droits humains et nous appellerions tous les pays (encore !)donateurs à suspendre définitivement toute aide à ce régime qui bafoue ouvertement les Droits humains.

Sa principale conséquence serait de mettre sous les feux de l’actualité, les dérives du régime d’IOG et ses multiples violations des Droits de l’Homme en donnant des arguments supplémentaires à ceux qui combattent pour un régime démocratique dans le pays, respectueux des libertés individuelles et des droits de l’homme.

Bref, que le ministre Hassan Darar Houffaneh sache qu’il aurait plus à perdre personnellement qu’à gagner. En tout cas, s’il prenait cette mesure indigne, qu’il sache aussi que son nom sera désormais connu et ajouté à la liste de ceux qui devront être poursuivi par les justices pénales internationales, le jour venu.

__________________________ Informations de nos correspondants

Je viens d’apprendre ce vendredi soir, d’après une source bien informée du ministère de l’intérieur, que le ministre veut prononcer la dissolution urgente de la LDDH que Jean-Paul Noël Abdi préside.

Il prétexterait qu’« elle a touche des points sensibles et intouchables », selon les termes qu’aurait utilisés, devant témoin, le directeur « par intérim » de l’administration et de la réglementation hébergée au district de Djibouti en haut du bâtiment.

Pour appuyer mon alarme, il m’a été rapporté, que dans la matinée du mercredi 9 novembre, le conseiller du ministre de l’intérieur et le conseiller du ministre de la justice se seraient rendus conjointement devant le directeur par intérim de la direction de l’administration générale et de la réglementation pour récupérer tous les documents et relatifs a la LDDH (ligue djiboutienne des droits de l’homme) et les statuts.

C’est hier jeudi 10 novembre, qu’ils ont obtenu ces pièces, après « fouilles » et recherches dans les archives :

– les statuts de la LDDH
– les documents administratifs sur les associations légalisées a Djibouti par la direction de l’administration générale et de la réglementation.

Ils préparent un dossier pour le ministre de l’intérieur afin qu’il puisse prononcer en toute illégalité la dissolution de la LDDH et préparer la machine judicaire pour étouffer ensuite le dossier .

Alors prudence et vigilance ! Mais ces bandits nous obligent à les combattre.

Je lance cet appel urgent pour anticiper les prochaines démarches et les mesures à prendre en ce sens pour contrer cette dissolution illégale et pour médiatiser l’affaire dans le monde avec l’aide des amis et partenaires de la LDDH

11/11/2011 (B630) La France réduit très sévèrement « la pompe à finances » en faveur de Djibouti !!! / Le Figaro avec AFP : France : le budget Défense 2012 amputé (Info lecteur)

L’Assemblée nationale a adopté aujourd’hui le projet de budget de la Défense 2012 d’un montant de 31,5 milliards d’euros, amputé de 167 millions d’euros par rapport au projet initial au titre des économies supplémentaires d’un milliard annoncées le 24 août par le premier ministre.

Les députés de la majorité ont adopté un amendement du gouvernement en ce sens lors de l’examen du texte en première lecture. Cette diminution porte notamment sur 102,3 millions d’euros d’autorisations d’engagement du programme « Equipement des forces ». Elle sera partiellement compensée, selon le gouvernement, par la perception de recettes exceptionnelles supplémentaires au titre de la vente de fréquences hertziennes.

Une économie de 30,5 millions d’euros portera sur le programme « Soutien de la politique de défense ». Un ajustement qui porte sur des opérations d’infrastructures sans en modifier la programmation.

Les crédits du programme « Préparation et emploi des forces » seront minorés de 25 millions d’euros.

Et 9,2 millions d’euros économisés grâce notamment à « la diminution de 6,5 millions d’euros de la subvention à la République de Djibouti ».

11/11/2011 (B630) Les impertinences de Roger Picon qui présente les actualités de la semaine.

Pour les lecteurs qui ne l’auraient pas encore découvert, nous les informons qu’un correspondant a ouvert sur FaceBook, un dossier « Les Fans des caricatures de Roger Picon », qui contient déjà les caricatures de 2009 et les plus récentes de 2011. Très rapidement il va être enrichi avec les caricatures de 2010, puis viendront celles de 2011.

Lien avec le dossier sur FaceBook