Articles

19/02/2016 (Brève 676) Guelleh a réactivé la machine à perdre !!! Et les partis d’opposition se sont laissés prendre (encore une fois !!!). Les perdants, comme d’habitude sont les Djiboutiens (Lecteur)

Comme il le fait avec succès, durant chaque campagne électorale, Djibouti a réactivé la machine à perdre, qui est toujours efficace. Elle agit en deux temps : le premier est de semer la zizanie au sein de l’opposition et le deuxième consiste à truquer les résultats de la consultation.

1°) Temps 1. Semer la division au sein de l’opposition : c’est fait ! Trois groupes divisés et distincts.

  1. ceux qui avaient fixé des conditions (* CENI indépendante) pour présenter un candidat unique de l’opposition
  2. les partis ou des fractions de partis d’opposition qui estiment qu’ils peuvent soutenir un candidat, même si les conditions ne sont pas réunies
  3. ceux qui privilégient que leur intérêt personnel et qui se déclarent candidat unique de l’opposition. (Avec souvent une pensée suicidaire en arrière-plan, « mieux vaut la reconduction de Guelleh plutôt que le succès d’un ‘collègue’ de l’opposition » )..

Au final, tant les candidats déclarés que les partis qui refusent légitimement de concourir, puisque les conditions signées il y a de nombreux mois, ne sont pas respectées par Guelleh, ne proposent toujours rien de concret pour conduire l’alternance et envisager la reconstruction du pays, de ses institutions et des services publics. Leur programme est simplifié à l’extrême : « Vous ne voulez plus de Guelleh ni des ses atrocités, alors votez pour moi ! »

Même s’il on sait que la majorité des Djiboutiens s’opposent à un 4ème mandat du dictateur sanguinaire qui accapare, avec sa famille et ses obligés, toutes les ressources du pays pour amasser des fortunes extravagantes, on peut imaginer le désarroi du peuple, face au manque de préparation et de cohésion des opposants, qui ne proposent rien de concret, en dehors de leurs photos !

Combien vont s’abstenir de voter ???? Car il sera difficile de choisir entre le diable et l’incertitude affichée par un ou plusieurs challengers dont les motivations personnelles ne suscitent que doute et méfiance.

La machine à perdre fonctionne très bien cette fois encore. Et tous les opposants ont été pris (ou se sont laissés prendre) dans le piège diabolique mis en place par le système Guelleh.

2°) Temps 2. Le jour de l’élection, la machine à perdre va diffuser des résultats non conformes à la réalité : % de participation, % de votants en faveur du 4ème mandat. Les observateurs étrangers seront bien nourris et choyés et ils avaleront les carabistouilles servies sur un plateau richement garni.

A qui la faute ?
A la division des leaders de l’opposition, à leur ego, mais aussi, comme cela se murmure à la cupidité de certains d’entre eux qui pourraient espérer au titre de remerciements pour leur rôle de lièvre, des retombées positives après leur échec programmé à l’avance..

Bref comme toujours, les Djiboutiens paieront la note et subiront un nouveau mandat identique aux précédents…. Devront-ils demander des comptes aussi à ceux qui affirment qu’ils les représentent et qu’ils défendent leurs intérêts ? Ceux qui n’ont pas travaillé sur un programme de gouvernement concret et réaliste, ceux qui au fond, ne privilégient que leurs petits intérêts personnels.

La recette de Guelleh est toujours la même et sa machine à perdre fera encore une fois un miracle : celui de transformer une claque électorale massive en une victoire officielle.

Un sursaut républicain est-il encore possible ?????