Articles

26/03/2016 (Brève 699) Communiqué de la LDDH, pour dénoncer la exactions commises par les militaires du camps de Margoyta dans le nord du pays et l’arrestation illégale d’un couple dont le mari avait déjà été torturé au point d’être handicapé à vie.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H)
Djibouti. Le 26 MARS 2016 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Selon les informations concordantes et sûres recueillies par la LDDH, un homme et son épouse ont été arrêtés le 22 MARS 2016 à MARGOYTA au pied de la montagne MOUSSA ALI par les militaires djiboutiens.

Après quelques jours d’internement au CAMP MILITAIRE de MARGOYTA Mr OMAR MOHAMED ALI âgé d’une cinquantaine d’années et son épouse Madame MARIAM ABDALLAH AINAN âgée d’une quarantaine d’années ont été transférés le 24 Mars 2016 au CAMP MILITAIRE de TADJOURAH où ils sont détenus au mépris des textes et lois en matière de détention car les militaires n’ont pas la vocation de détenir indéfiniment les personnes dans les casernements militaires.

D’après nos informations, nous sommes en mesure d’affirmer que les populations civiles des régions NORD sont harcelées et arrêtées sans aucune raison valable et peuvent être détenues dans des casernes militaires pour des durées indéterminées.
Mr OMAR MOHAMED ALI est une ancienne victime des troupes gouvernementales et porte des graves séquelles de la torture qu’il a subie en 2008/2009.

C’est un handicapé qui se déplace avec des béquilles.

La LDDH dénonce et condamne vigoureusement ces doubles arrestations aussi arbitraires qu’illégales et exige du régime en place à Djibouti la libération immédiate et sans condition de ce couple qui subit régulièrement l’acharnement des militaires basés à MARGOYTA (District de TADJOURAH).

Pour la LDDH
Le Président
Omar Ali Ewado