19/06/07 (B400 B) Communiqué conjoint ARDHD-SURVIE : 19 juin 2007 : Le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) veut renvoyer à Djibouti, où leur vie serait en danger, des opposants au régime dictatorial qui y sévit.

Survie
et l’ARDHD sont profondément préoccupées par la
situation des anciens combattants du Frud (Front pour la restauration de l’unité
et la démocratie), actuellement réfugiés en Ethiopie,
et gravement menacés par la décision du HCR.

Survie
et l’ARDHD alertent les organisations internationales et demandent au
HCR soit de revenir sur sa position, soit de proposer une alternative à
ces familles en détresse menacées de mort si elles étaient
contraintes de retourner à Djibouti.

Le
contexte et l’histoire :

Dans les années 1991 à 1993, un certain nombre de jeunes djiboutiens
ont rejoint les rangs de la résistance qui combattait la dictature
d’Hassan Gouled, voulant aussi échapper à la répression
tribale sauvage qui s’était abattue sur une partie de la population
et en particulier les Afar. Cela avait commencé par le massacre d’Arhiba
en décembre 1991 quand les forces gouvernementales ont rassemblé
les habitants de cette cité et qu’elles les ont massacrés
à bout portant : plus de 50 morts et une centaine de blessés,
civils et innocents, femmes, enfants et vieillards. L’arrivée
d’un hélicoptère militaire français avait permis
d’éviter un carnage plus terrible encore.

Dans les
années 90, une partie de ces opposants a trahi le FRUD et a suivi Ougoureh
Kifleh qui se ralliait au régime dictatorial de Gouled. Mais avant
de rendre publique sa décision, le Groupe armé d’O. Kifleh
avait tiré dans le dos des résistants, lors des accrochages,
afin de les affaiblir et de permettre la victoire de l’Armée
Nationale Djiboutienne (AND)

Les résistants,
qui n’avaient pas trahi leurs idéaux, furent alors contraints
de prendre la route de l’exil et nombreux sont ceux qui se sont établis
en Ethiopie. Ce pays ne leur a jamais accordé formellement le statut
de réfugiés, mais le HCR les a pris en charge, leur versant
une modeste mensualité et garantissant l’accès aux soins
médicaux.

La
situation actuelle :
Le 2 mai 2007, le HCR a convoqué ces réfugiés
à Addis Abeba pour leur signifier qu’il allait cesser toute aide
et pour leur demander de retourner s’établir à Djibouti
où la situation, toujours selon cette organisation, « serait
calme ».

A
l’unanimité, les réfugiés ont refusé le
retour à Djibouti, pour deux raisons :

1°)
Les assassins de leurs proches et de leurs amis vivent en liberté à
Djibouti et occupent souvent des postes à responsabilité au
sein de l’Armée, de la Police et des forces spéciales.
La récente découverte d’un premier charnier dans le Day
est la preuve des exécutions sommaires et massives de villageois innocents.
Accepteront-ils de partager les mêmes terres avec les enfants de ces
victimes ? La réponse est évidemment non

2°)
Ces résistants ont été les témoins de la trahison
du Groupe d’Ougoureh Kifleh, devenu Ministre de la Défense du
dictateur Ismaël Omar Guelleh. On peut craindre que les membres de ce
Groupe ne puissent pas supporter la présence de leurs anciens camarades,
qui ont été témoins de leur trahison.

La
demande de ces réfugiés est claire et réaliste :
Dans une lettre ouverte adressée au Président
de l’ARDHD ces réfugiés disent refuser de retourner à
Djibouti. Si leur maintien en Ethiopie n’est plus possible, ils demandent
à ce que le HCR et la communauté internationale prennent en
charge leur établissement dans un pays tiers qui puisse les accueillir
et leur permettre de vivre dans des conditions de sécurité assurées.

Au
total, une vingtaine de familles serait concernée.

SURVIE
et l’ARDHD lancent un appel à la communauté internationale
et au HCR pour qu’une solution alternative soit immédiatement
proposée à ces malheureux réfugiés qui risquent
une « mort annoncée », s’ils étaient contraints
de rentrer à Djibouti.

_____________________________________________

SURVIE
Olivier THIMONIER
210, rue Saint-Martin – 75003 Paris
Tel : +33 (0)1-44-61-03-25
E-mail : olivier.thimonier@survie-france.org
http://www.survie-france.org

ARDHD
Jean-Loup SCHAAL

84, rue Saint-Louis en l’ile – 75004 PARIS
Tel : +33 (0)1 46 34 70 70
E-mail : jlschaal@ardhd.org
http://www.ardhd.org