28/08/2013 (Brève 176) ALERTE ROUGE : Revue de presse (All Africa en Anglais avec traduction en Français) Djibouti’s Extradition Request of Belgian Citizen in Yemen Causes Concerns / La demande d’extradition de Djibouti au Yémen d’un citoyen de nationalité belge suscite des inquiétudes

1°) Texte original en Anglais
Lien avec le site All Africa : http://allafrica.com/stories/201308280010.html
The European Strategic Intelligence and Security Centre (ESISC) Monday (August 26th) called on the European Union to demand the unconditional release of Mohammed Saleh Alhoumekani, a key witness in the death of a French judge in Djibouti in 1995.

Alhoumekani, a Belgian citizen, was arrested Saturday in Yemen, and a delegation from Djibouti arrived Sunday in Sanaa to bring Alhoumekani to Djibouti to serve a prison sentence, the ESISC said in a statement.

« The European Union must demand the immediate and unconditional release of Mohammed Alhoumekani and his return to Europe, » the statement said. Alhoumekani was sentenced in absentia in Djibouti for making false accusations against the Djiboutian president. Alhoumekani is a former officer of the Djibouti Presidential Guard and former ESISC employee who alleges that he overheard high-ranking Djiboutian officials, including President Ismail Omar Guelleh, who was then director of the office of the president and responsible for security forces, make incriminating comments following the death of French Judge Bernard Borrel in 1995.

Borrel was sent to Djibouti to investigate accusations of arms smuggling and to advise Djibouti’s judiciary.

His death was declared a suicide, but the Paris prosecutor’s office said « new evidences collected since 2002 are in favour of a criminal act ».

2°) Traduction en Français sous toutes réserves (Google traduction)
L’intelligence stratégique européenne et le Centre de sécurité (ESISC) Lundi (26e Août) a appelé l’Union européenne à exiger la libération inconditionnelle de Mohammed Saleh Alhoumekani, un témoin clé dans la mort d’un juge français à Djibouti en 1995.

Alhoumekani, un citoyen belge, a été arrêté samedi au Yémen, et une délégation de Djibouti est arrivé dimanche à Sanaa pour apporter Alhoumekani à Djibouti pour y purger une peine de prison, l’ESISC a déclaré dans un communiqué. « L’Union européenne doit exiger la libération immédiate et inconditionnelle de Mohammed Alhoumekani et son retour en Europe, » a indiqué le communiqué.

Alhoumekani a été condamné par contumace à Djibouti pour avoir fait de fausses accusations contre le président djiboutien. Alhoumekani est un ancien officier de la garde présidentielle de Djibouti et ancien employé ESISC qui prétend avoir entendu les responsables djiboutiens de haut rang, dont le président Ismail Omar Guelleh, qui était alors directeur du bureau du président et responsable des forces de sécurité, échanger des commentaires à la suite de la mort du juge français Bernard Borrel en 1995.

Borrel a été envoyé à Djibouti pour enquêter sur les accusations de trafic d’armes en tant que conseiller du pouvoir judiciaire Djibouti.

Sa mort a été déclarée en suicide, mais le bureau du procureur de Paris a déclaré ensuite : « de nouvelles preuves recueillies depuis 2002 sont en faveur d’un acte criminel».