01/09/08 (B463) Nouveau message des Officiers libres de l’AND. Confirmation d’une avancée des érythréens sur 6 km environ. (Article complété le 2/09 à la demande des auteurs)

Il est effectif que notre Armée a été contrainte de reculer de plus de 6 km sous la poussée des forces érythréennes. Nous avons du abandonner les positions que nous occupions après les combats sanglants de Juin.

Depuis des semaines, nous avertissons l’Etat Major des difficultés que nous rencontrons sur le terrain à tous les niveaux : moral, conditions de vie, approvisionnement, etc…

Face à nous, l’ennemi ne manquait pas une occasion de nous prouver qu’il avait un bien meilleur moral et surtout qu’il avait le soutien sans faille de ses officiers supérieurs, des hommes responsables, eux, qui ne pratiquent pas la langue de bois et qui ne modifient pas leurs discours en fonction du vent.

Il est évident que le service d’écoute de la Présidence est au courant de nos avertissements et que nos alertes sont transmises tous les jours à IOG.

Les differents Commandants de bataillons positionnés sur l’axe Obock-Khor-Angar ont demandé une amélioration de la nourriture et l’attribution d’une prime exceptionnelle (d’un montant plus que raisonnable) aux militaires sur place.

La demande
a été immédiatement refusée par le Chef d’Etat-major général des Armées. Pendant qu’il nous envoyait ce refus, considéré par beaucoup comme une gifle et un désaveu, le CEMGA, Fathi Ahmed Houssein, se permettait d’utiliser le crédit des FAD pour garantir un prêt de 50 Millions de Fdj à sa fille Nerime qui est pourtant employée dans une banque française.

Dans les faits, ce prêt est destiné à permettre au père, le CEMGA Fathi, d’acheter une nouvelle villa, afin de compléter sa collection personnelle. Et tout cela, pendant que nous sommes en guerre et que nos hommes souffrent sur le front en dépit d’un désaveu de reconnaissance de la part de leurs plus hauts supérieurs, qui continuent à privilégier leur petit business privé et à s’enrichir, quand ils refusent une prime modeste aux véritables combattants.

Mais il y a pire encore : récemment « l’Adjudant de compagnie » (nom de code donné à Fathi) et « le Sergent de semaine » (nom de code pour désigner le très célébre Zakaria), n’ayant aucune notion de culture, ni d’histoire, ni de vision à court / moyen terme, se sont rapprochés de l’Iran pour y acquérir des armes.

Nos deux parvenus
ont-ils déjà oublié que la seule aide véritable, sincère et généreuse que nous ayons reçue, nous vient de nos frères d’armes français au sein des FFDJ ?

N’ayant aucun scrupule, aucune conscience, aucune dignité ni aucune loyauté, les deux sbires généraux privilégient contre vents et marée leur sordide petit buisness, se moquant avec la plus belle indifférence des conséquences que l’invasion érythréenne pourrait avoir dans le pays.

Leur seule priorité est d’être toujours présent et actif sur les marchés de l’armement, car au fond c’est peut-être le seul métier que Fathi « le rénégat » soit capable d’exercer convenablement.

En tout cas, il n’a pas prouvé ses talents de stratège face à l’Erythrée qui nous a battu et qui grignotte maintenant, progressivement et sans résistance de notre part, notre territoire national.

En dépit des discours rassurants et des promesses de victoire, que nous tenons aux hommes, pour tenter de conserver leur motivation, nous sentons bien qu’ils n’y croient plus et que la majorité d’entre eux a compris l’impasse dans laquelle les gesticulations irresponsables de Guelleh et de son Etat-Major nous a tous plongés.

16/08/08 (B461) Nouveau message des Officiers des FAD : nos soldats sont au bord de l’explosion … et le régime s’en désintéresse et les laisse stationnés dans des conditions dramatiques.

C’est avec une très grande tristesse que nous prenons de nouveau la plume pour lancer ce cri qui vient du plus fond de notre coeur.

Maintenant, plusieurs semaines se sont écoulées, depuis le debut de ce conflit inutile contre l’Erythrée.

Nos forces sont toujours positionnées face à un ennemi plus fort qu’elles : solidaires, leurs généraux, eux, sont avec leurs hommes ; toutes les promesses faites par leur regime à ses militaires sont tenues, … ils sont ravitaillés correctement en eau et en nourriture.

La situation est bien différente pour nous ! Dans un grand élan, toute la population djiboutienne s’est rangée derrière nous et a lancé des grandes collectes de solidarité. De nombreux commerçants dont certains travaillent dans des pays voisins ont ajouté des dons. ;mais m

Malheureusement nos forces n’ont rien reçu ou presque rien : juste ce qui n’était pas revendable. Nous estimons qu’environ 95% des dons généreux a du être revendu sur les marchés pour enrichir certains cadres haut placés..

Nos soldats affrontent des températures de plus de 48°C. L’eau leur est rationnée. Aucune hygiéne ! Pas d’eau pour laver les aliments ni les assiettes : la majorité des soldats est malade : nous estimons que seuls 15% des soldats sont operationnels,

Les militaires français ont installé un camp et une infirmerie à Moulouhlé. Mais ils sont fatigués eux aussi de recevoir des soldats qui se plaignent de troubles liés exclusivement à la mauvaise alimentation et au manque d’hygiène.

Leur mission est de soigner des blessés de guerre et non pas d’intervenir pour des diahrées, des piqûres de serpent ou des fiévres et ils refusent d’accorder des soins pour ces symptômes, car leur petite unité médicale avancée n’en a pas les capacités..

Nos soldats protestent de plus en plus contre ces conditions inhumaines. Nous faisons tout notre possible, en notre qualité d’officier, pour les calmer. Combien encore nous écouteront-ils ? Nous sommes au bord de l’explosion..

IOG et nos chefs militaires ont declenché ces hostilités uniquement pour faire oublier l’assassinat du juge Bernard Borrel, surtout apres l’échec de la plainte auprès de la C.I.J.

Froidmeent,
ils ont accepté la perte de 271 militaires Djiboutiens morts au champ d’honneur. De plus, nos generaux n’ont jamais évoqué le cas des 297 militaires faits prisonniers et retenus à Asmara.

Aujourd’hui il semble que nous ayons ce que nous méritons. Nous avons applaudi souvent le régime. Nos chefs : Fathi et Zakaria n’ont jamais cessé de s’enrichir sur le dos de l’Armée.

Cela suffit : aujourd’hui nous avons le devoir de construire l’avenir de nos enfants et celui de notre patrie.

Devrons faire comme en Mauritanie et renverser tout ce régime ?

Nos généraux savent à quel point la situation est inquiétante. Ils ont peur de venir nous rendre visite sur le terrain. Les seuls photos diffusés par la RTD ont été tournés à Obbock, afin de ne prendre aucun risque. Ils sont entourés de leurs nouveaux mercenaires venus de Somalie ou d’Ethiopie.

Et pendant ce temps, nos journaux se sont acharnés contre un parti d’opposition au motif de paroles appelant à la traitrise.

Mais en realité qui trahit le pays aujourd’hui ?

En temps de guerre, on fusille les traitres. Apres cette debâcle militaire, le permier fusillé ne devrait-il pas être Fathi Ahmed Houssein Al Beliki. Lui qui a froidement, consciemment et lucidement; envoyé mourir nos enfants sans moyens adaptés, sans préparation. Tout simplement parce qu’il a détourné le budget de l’AND passe pour affaires personnelles;

Et au dessus de lui, il y a IOG.

Quand on sait la rapidité avec laquelle IOG avait réagi contre le Général Yassin Yabeh Galab, on se dit qu’il y a deux poids et deux mesures. Et les crimes des deux clowns, Fathi et Zakaria sont autrement plus graves.

IOG a t-il peur d’eux ? Les deux Généraux détiendraient-ils des documents compromettants contre lui, plus compromettants par exemple que ceux qui détiennent nos deux anciens officiers Alhoumekani et Ali Iftin; qui n’ont jamais perdu l’estime ni des militaires ni de la population.

Nombreux sont ceux qui reconnaissent et qui saluent leur courage et leur honnêteté !
Ils sont les seuls à avoir affronté Guelleh, sans protection et à visage découvert, jusqu’à le faire convoquer par la Justice française et faire condamner deux de ses sbires. Un grand bravo à vous deux, Messieurs.

28/07/08 (B458) La chronique des officiers libres des FAD, au sujet de l’enrichissement de leurs officiers supérieurs (5ème épisode – Précédent le 08/06/08). Le mot « Trahison » fait le tour de la ville.

Le mot trahison a beaucoup circulé ces derniers jours à Djibouti, dans les cafés, dans les mabrazes, en famille et dans les partis politiques. Un nom circulait : celui de DAF.

On a parlé d’un décret, on a parlé de la liquidation du MRD. Mais arrêtons nous sur tous ceux qui ont trahi l’état Djibouti depuis longtemps.

Tout d’abord je tiens à rappeler que DAF est un vrai Djiboutien, qui a quitté son pays natal sans ne rien prendre. Parti de son pays pour une seule motivation : celle de mettre un terme au harcèlement dont il était victime, en raison de ses activités dans l’opposition politique.

DAF était un bon soldat, droit et il n’a jamais trahi notre constitution, ni l’armée nationale. Quelle contradiction avec ceux qui commandent cette Armée et qui se proclament « Patriotes », alors qu’ils n’ont jamais été des Djiboutiens convaincus ni des défenseurs de la Patrie. N’est-ce pas eux qui trahissent le Pays ?

Revenons sur la trahison.

Elle remonte à l’année 1991 date à laquelle l’actuel chef de l’état major général a été nommé. Depuis sa nomination et jusqu’à ce jour, en 18 ans de commandement, il n’a jamais cessé de détourner des fonds. La preuve ?

Faisons l’inventaire de ce qu’il possédait avant d’être nommé et de ce qu’il possède personnellement maintenant. Comment expliqueriez-vous la différence ? Par son salaire ???? Impossible !

Alors l’opinion publique djiboutienne se demande légitimement pour quelles raisons, son excellence le Chef de l’Etat n’ouvre pas une enquête sur le patrimoine de ce Chef originaire de la communauté arabe qui est préside l’Etat- Major et qui en profite pour sucer l’argent public et les budgets militaires.

Connaissez-vous le nombred’appartement et de villas qu’il possède ?

Nous avons recensé pas moins de 12 villas et de 20 appartements. La dernière acquisition est cette villa en cours de finition à Haramous. L’avant dernière , c’est un achat récent à Sanaa d’une villa F8, proche de l’aéroport de Sanaa, dont le coût est évalué à 80 millions et qui n’est utilisée que pendant les 2 moisde vacances annuels et inoccupée durant les 10 autres mois. Quel scandale quant on sait que beaucoup de soldats n’ont pas un toit décent !!!

Les enfants et les petits enfants de ce Général, passent de bonnes vacances soitr sur des plages à la mode, soit dans des zones tempérées, alors que nos enfants sont stationnés face à l’ennemi sous le soleil à 45°C.

Le plus ennuyeux, c’est qu’Ismael Omar Guelleh observe cela sans ne rien dire.

Pourtant, le général a trahi a plusieurs reprises notre nation, notre patrie.

Chaque fois que l’un des membres de sa famille tombe malade ou lui-même, ils sont immédiatement évacués à l’étranger au nom de cette patrie qui est la république de Djibouti : soins gratuits, transports gratuits et promenades gratuites.

Depuis qu’il est devenu le Chef d’Etat-Major, sa grande sœur a été soignée en Arabie Saoudite, à l’hôpital du Roi sur le budget de l’Etat djiboutien, sa femme a été opérée au Val de Grâce à Paris, récemment quand il a commencé à avoir des problèmes à la colonne vertébrale, il s’est précipité pour être soigné dans les hôpitaux les plus connus et les plus réputés. Fort coûteux pour quelqu’un qui paierait les dépenses de soins de sa poche…

Qui a réglé la note de l’hôpital du Roi Khaled d’Arabie Saoudite : le Trésor public djiboutien ? Un montant pharamineux qui ne servira pas à nos pauvres militaires qui meurent parfois sans un minimum de soins.

Comment nos soldats et nos familles assument-ils la fatalité quand un membre de leurs familles est en mauvaise santé ? Au mieux, on le soigne à Halas ou au mieux à Bouffard jusqu’à ce qu’il décède. Car il n’y a aucun budget pour l’évacuer. Où sont nos blessés graves de la bataille perdue de Doumeira ? Toujours à l’hôpital de Balbala ou à Peltier.

Où sont partis les budgets pour l’entretien de bons hôpitaux, pour l’entretien des immeubles qui abritent nos militaires ? Par comparaison, observez les belles clôtures de la r ésidence du Général, de celle de ses12 villas et 20 appartements qui sont loués et bien entretenu par le budget de cette armée.

Toute commande militaire est conditionnée par le versement obligatoire d’une commission sur les comptes du Général. Quand le service d’entretien de l’armée achète du ciment, de la ferraille et des matériaux …, chez Gamil ou Basset, avec des bons de commande militaires, 20 % de commission sont réservés au Chef d’Etat-Major. Sur les achats de pièces de rechange pour les voitures, la commission varie entre 15 et 20 %.

N’est-ce pas la véritable trahison vis à vis de nos militaires et de leurs familles qui vivent difficilement.

Dans nos prochaines éditions, nous nous arrêterons sur l’une des plus grandes trahison que ce Général a commis envers la Nation en fournissant des renseignements très confidentiels à certains pays limitrophes.

27/06/08 (B454) Radio-Trottoir : petites nouvelles du front. Un militaire voleur et volé maintenant ! Un don de pacotille pour les militaires au front ! (Lecteur)

En ce jour qui marque trente et une année d’indépendance volée, je vous envoie quelques nouvelles de nos grands prédateurs ….

D’abord le Général Fathi, militaire battu et voleur volé !!!

Il reste le Chef d’Etat-Major, mais il est devenu le « vaincu ». Encore patron de ce qui reste de nos armées, après la « culotte » que nous avons récoltée à Ras Doumeira, combien de temps le restera-t-il ? D’autant plus que d’énormes soupçons de corruption scandaleuse planent sur ses épaulettes de Général d’opérette.

Bobard 1er cherche à transformer par tous les moyens la déroute de Ras Doumeira en victoire, mais il n’arrive à convaincre personne, d’autant plus qu’il tient deux langages simultanés et opposés diamétralement :

1°) Le langage local à destination du pays : nous avons repoussé les Erythréens et nous les avons poursuivis sur leurs terres. Ils ont abandonné les positions de Ras Doumeira ….

2°) Le langage international : aidez-vous car l’Erythrée s’est non seulement solidement établie à Ras Doumeira, mais elle occupe d’autres positions sur notre sol.

Revenons à Fathi. Il a piqué une grosse colère quand il a découvert que son gendre Safouane, le mari de sa fille, s’était uni officiellement mais dans le plus secret à une autre jeune femme d’origine arabe. Furieux, il a bien regretté tout l’argent qu’il lui avait donné directement ou sous forme de biens immobiliers … Le voleur volé ! Ce n’est pas moi qui pleurerait sur son sort !

D’autant plus qu’il vient de signer avec le Qatar, en ces jours de fête de notre indépendance, le fabuleux contrat de location de la nouvelle villa qu’il vient de terminer. Hasard de l’Histoire : cette villa est en face de Gabode. Le Qatar aurait versé d’un seul coup, les deux ans de loyer prévus au contrat … Et qui a financé la villa ??? Demandez-lui si le budget de l’AND n’aurait pas aidé par hasard au paiement des entrepreneurs.

Au fond, il a eu raison de choisir les alentours de Gabode. S’il devait y être incarcéré un jour pour détournements de fonds publics, il pourra toujours admirer sa villa depuis sa cellule !!

Les dons pour les soldats du front se multiplient (mais dans certains cas, de qui se moque-t-on ?) De nos pauvres soldats qui risquent leur vie pour défendre le pays ?

Prenons les informations officielles présentées sur la RTD, la dernière est intéressante :

1°) le comité Islamique offre deux camions de ravitaillement (Riz, huile et autres). Rien à dire.

2°) Les pauvres Bergers de Dikil reunis par solidarité ont offert quelques moutons prélevés sur leurs maigres ressources : c’est un vrai don qui touche, car il est significatif et qu’il témoigne d’une contribution sincère.

3°) Le Bureau des femmes a sorti un petit chèque de 100.000.FDj. Pas de quoi dire grand chose, le symbole est là.

4°) Le comble du comble, c’est le don offert par le groupe Napoléon (*) ! Pensez donc, deux containers d’eau minérale oui je dis bien d’eau minérale. C’esn énorme, gigantesque, voire disproportionné ! Espérons que cela ne mettra pas, à genoux, la trésorerie d’un groupe aussi puissant.

Un container complet d’eau se vend « au détail » aux environs de 1.200.000 FDj soit 4.350,00 €. Deux containers, cela fait le double : 8.700,00 €. Quel pourcentage de ses bénéfices annuels pour contribuer à l’effort de défense : 0,000xx % Un beau geste en effet !

Un container, cela fait environ, d’après mes estimations, 12.000 litres d’eau. Chaque militaire sur le front, privé d’ombre par 50°C avec le vent chaud (car l’AND n’a même plus les moyens d’acheter des toiles de tente en nombre suffisant pour protéger les hommes, depuis que Fathi a construit sa villa en utilisant les budgets d’investissement et de fonctionnement) consomme environ 5 litres par jour.

Deux containers = 24.000 litres. Soit la consommation de 500 hommes sur une journée. Un grand merci au Groupe Napoléon pour ce don magnanime et peu onéreux … !!! Nos braves et courageux soldats devront-ils, en plus, se prosterner pour remercier le généreux donateur ???

Probablement pas, car il est fort peu probable qu’ils reçoivent la moindre bouteille. Quelqu’un les aura subtilisé auparavant pour les revendre à la sauvette et les soldats continueront à recevoir l’eau en citerne, comme d’habitude !!!

(*) Le Groupe Napoléon appartient à un riche homme d’affaires, d’origine érythréenne ….

08/06/08 (B451) La correspondance des militaires djiboutiens au sujet de l’enrichissement de leurs officiers supérieurs (4ème épisode)

Monsieur le président,

Nous continuons à vous adresser des précisions et des preuves sur les détournements que ce Général, qui commande notre Armée nationale aurait pu avoir commis.

Aujourdh’ui, c’est un sentiment de déception qui s’abat sur nos troupes. Certains anciens pleurent déjà et regrettent l’occupation de Ras Doumeira que nous avons été incapables d’enrayer, alors qu’il était encore temps.

Nous rappelons que la position a été occupée au départ par 150 soldats érythréens seulement. L’occupation de cette partie de notre territoire a certainement été réalisée à la faveur d’une escroquerie commises en toute connaissance par le CEMGA (Chef d’Etat Major Général des Armées : Le Général Fathi) et le CEMD (Chef d’État Major de la D éfense : Le Général Zakaria )

Le trentième anniversaire de la création de notre armée a été fêté le 6 juin 2007, il y a un an. A cette occasion, Fathi a inauguré la villa de de son fils médecin militaire. Il avait obtenu la disponibilité de cette villa en mettant à la porte la famille du défunt colonel Haissama.

Pour l’anniversaire de notre 31 année d’indépendance, le 27 juin 2008, il va donner en location la Villa en duplex, située tout près de la prison gabode de F.7 à l’ambassade du Qatar. Les finitions viennent d’être achevées et le contrat de location a déjà été signé pour deux ans.

Cette Villa est luxueuse : par exemple, le jacuzzi et les fenêtres ont été rapportés de l’étranger (Dubai) aux frais probablement de l’Armée, alors que durant ce temps, nos soldats au nord, au sud et au centre du pays ont parfois du mal à trouver de la nourriture et que leur salaire n’ont jamais évolué, quand ils sont payés et que les indemnités dues sont versées, ce qui n’est pas souvent le cas..

Prenez encore un autre exemple, les deux immeubles du Héron, qui appartenaient à l’Armée, sont gérés par cette fameuse Banque de la place. L’un avait été habité par Liban Ismail Omar Guelleh. En 2006 sans appel d’offre, ils ont été cédés à Fathi et ass. pour 250 millions de FDJ. Personne n’a été inquiété ni questionnné sur la provenance des fonds.

Pour quelles raisons, les autorités du pays ne mettent pas en place une commission d’enquête afin d’éclaircir la provenance des fonds que le Général a utilisés pour acquérir toutes ces richesses et devenir milliardaire en francs Djibouti.

Son adjoint le général de brigade Zakaria qui a toujours prélevé 20% de commission sur tous les achats militaires a été associé avec son ami l’actuel Ministre Said Barkat  et avec lequel, ils ont ouvert un compte au Crédit Lyonnais.

Aujourd’hui on ne comprend encore toujours pas lorsque dans leur discours lors de la fête de nos armées, le 06 juin 2008.

Comment osent-ils de parler de nos forces et de notre force de frappe devant l’ennemi. Alors que nous sommes incapable de libérer Ras Doumeira et que tout le budget de nos Armées ont été investis, pour des intérêts privés, dans l’immobilier à Djibouti ou à l’étranger.

Avec la complicité des banques à Djibouti comme à l’étranger. Le Général arabe se vante dans les mabraz de posséder une carte de crédit « American Express platine » en précisant qu’elle n’est délivrée qu’à des gens très riches.

Fathi se préparent à partir en pension mais en gérant tous les biens détournés sur le dos des forces armées.

Ismail Omar Guelleh est-il conscient de la responsabilité que le père de la nation que Dieu lui pardonne son âme M.Hassan Gouled Aptidon avait confié à Zakaria et ce qu’il en fait.

Un territoire reçu le jour de l’indépendance et qui est souillé aujourd’hui par 150 renégats que notre armée n’a pas réussi à repousser. Tout cela par la faute du seul general Fathi Ahmed Houssein égoïste et ne regardant que ses intérêts personnels.

27/05/08 (B449) Suite des publications de nos correspondants sur l’enrichissement abusif des deux généraux, « rescapés » du groupe qui avait été envoyé en formation à Fréjus et qui tiennent les commandes de nos forces armées. Cette semaine : les autres biens du Général Fathi.

M. le Président de l’ARDHD,

Au nom des officiers des Forces Armées Djiboutiennes (F.A.D), nous vous remercions de publier les informations que nous vous adressons et que nous continuerons de vous envoyer pour que les internautes puissent mesurer l’étendue des richesses accumulées par nos Chefs et les comparer avec les difficultés actuelles auxquelles nos troupes sont confrontées effectivement sur le terrain.

Après avoir évoqué le patrimoine du Général Fathi, photos à l’appui et dans un autre article, la carrière des militaires qui avaient été
sélectionnés pour participer au stage de formation à Fréjus, nous allons poursuivre en vous parlant plus en détail des deux seuls officiers supérieurs (du Groupe de Fréjus), toujours en activité avec des postes de commandement dans l’Armée. Il s’agit des Généraux Fathi et Zakaria, auxquels il conviendrait d’ajouter le Colonel Youssouf Kavad, qui est conseiller du Ministre de la Défense.

Le Général de division Fathi Ahmed Houssein Al Beliki

Entre 1976-1977, juste avant qu’il ne soit nommé au grade de Commandant à son retour du stage de Fréjus, il était locataire d’un appartement composé de deux chambres dans la rue de Moscou, près du centre de prophylaxie. Le loyer ne dépassait pas 3.000 FDJ par mois. L’appartement appartenait autrefois à feu M.Hammoudi, puis au ministère du WAKF (institution religieuse).

Dés sa nomination de Commandant dans l’AND (Armée Nationale Djiboutienne : actuellement F.A.D), le pouvoir lui a attribué une villa de huit chambres dans une impasse perpendiculaire au boulevard de la R épublique en face du Chef d’Etat-major de l’époque, qui était le colonel Ali Meidal Waiss.

En 1978 Fathi commence à investir dans l’immobilier. Il achète un premier immeuble en face de la résidence d’Ismail Guedi Harred (ancien directeur de cabinet d’Hassan Gouled) qu’il a payé 25 millions de FDJ et dans lequel il a effectué des travaux de rénovation pour 2 million. L’immeuble a d’abord été loué au Chef de la mission de coopération française puis au représentant du Sultanat d’Oman

Dans le début des années 80, il a acheté un autre immeuble à la cité du Héron pour un montant de 50 millions de FDJ.

En 1990, il a acheté 1.000 M2 à l’îlot du Héron. Il a confié les travaux à l’entreprise « la Concorde » de Barkat. (Cet ancien sous-officier avait été emprisonné pour avoir volé des matériels militaires. Actuellement, il est ministre « inamovible » d’IOG depuis plus de 13 ans.) Fathi a donc fait construire cette énorme villa. Les travaux sont évalués à plus de 80 millions qui ont été financés avec des matériels militaires. Elle deviendra sa résidence.

En 1995, avec son ex-ami Ali Saleh Alhoumekani (le frère du témoin de l’affaire Borrel), son ami l’escroc, ils achètent 8 villas en déboursant 100 millions FDJ (50 millions chacun).

Entre 1995-1997, il construit une villa F.7 à Arta qui lui coûte 80 millions de FDJ et qui sera construite par la même société « La Concorde » avec les mêmes moyens de financement : matériels militaires toujours !

En 1995, il achète un appartement à Rabat au Maroc dans un quartier de luxe pour un prix de 60 millions de FDJ, et la suite vous la connaissez.

En revanche, il est à noter qu’à l’occasion de la fête de nos Armées, le 6 juin 2007, il a fait expulser la famille du défunt colonel Haissama pour y loger son propre fils Nachat médecin militaire.

Nous envoyons un message à la communauté Afar pour leur dire : « Afar ma ti soula », qui veut dire « Afar réveillez-vous… »

Dans un prochain article, nous continuerons à vous informer des richesses accumulées par nos responsables militaires et à mettre en parallèle la négligence dans la formation et l’équipement de nos forces armées.

Au lieu des les rendre opérationnelles pour parer à toutes les éventualités, comme c’est leur mission, nos forces armées sont inaptes à défendre le pays.

Et pour conclure, un propos attribué Fathi par des témoins :  » Je me moque de Djibouti et de ce qui peut y arriver. D’origine arabe, si les choses tournaient mal, j’irais m’établir à Nice dans le logement que j’y ai acheté … et de là-bas, je verrai la tournure des évennements … »

16/05/08 (B447-B) Radio-Trottoir / Qui sont les militaires qui détiennent le pouvoir à Djibouti ? Sur 12 « soldats d’élite », deux petits sous-officiers sont devenus Généraux. Les autres ont été éliminés.

Nous vous renouvellons tous nos remerciements anticipés, si vous avez encore la volonté de publier nos articles.

Votre site est le seul moyen qui nous reste pour nous exprimer librement.

Aujourd’hui, nous tenons à vous expliquer qui sont nos chefs militaires. Au fur et à mesure, nous vous adresserons des détails complémentaires :

En 1976, 12 sous-officiers d’origine djiboutienne, qui servaient dans l’Armée française furent envoyés à Fréjus pour suivre un complément de formation afin qu’ils soient aptes à commander notre futur armée. Qu’en reste-t-il ?

1°) Le Maréchal de logis chef,  (Gendarmerie) Ali Meidal Waiss (retraité actuellement)

2°) l’Adjudant, Fathi Ahmed Houssein, (Artillerie) actuellement « CEMGA », Chef d’Etat-major général des Armées.

3°) le Sergent-chef  Omar Barreh Darrar, (décédé, ex « CEMD », Chef d’Etat-major de la Défense)

4°) le Maréchal des logis, Hoch Robleh, (décédé)

5°) le Sergent-chef , Zakaria Cheik Ibrahim, (actuellement « CEMD »)

6°) le Sergent, Omar Ahmed Farah dit Karboté, (retraité)

7°) l’AdjudantHassan Bassoma, (décédé)

8°) le Maréchal des logis Hassan Moussa

9°) le Sergent, Youssouf Kayad, (bras cassé et conseiller du Ministre de la Défense, qui a été écarté par Zakaria)

10°) l’Adjudant, Mohamed Doualeh (décédé)

11°) le Maréchal des logis de la gendarmerie, Haissama (il a quitté l’armée dans l es années 80 et il est actuellement dans l’opposition )

12°) le Sergent-chef, Haissama  (décédé)

Dans cette liste des 12 petits sous-officiers promus à un incroyable avancement, Allah en a rappelé 6. Quatre ont démissionné ou ont été mis sur des voies de garage. Reste les 2 qui ont maintenus positions et priviléges depuis 1997, en écrasant les autres.

Devenus Généraux (d’opérette ?), ils règnent en maître sur les Armées et surtout sur le budget qu’ils gèrent selon leurs méthodes, disons « très personnelles » … c’est à dire en privilégiant pratiquement de façon exclusive et éhontée, leurs intérêts personnels.

– Fathi Ahmed Houssein :  CEMD de 1978 à 1991, soit 13 ans, puis CEMGA depuis 1991 jusqu’à ce jour. Un sous-off qui dirige nos forces armées pendant 30 ans, avec le droit de piller : c’est unique dans les annales !.


Zakaria Cheik Ibrahim a été nommé CEMD en 1993, poste qu’il occupe toujours, sans oublier son incomparable mainmise sur les blindés depuis l’independance.


Les deux rescapés, qui ont été mis à l’écart par les deux précédents sont Kayad et Mahdi (tous deux impliqués dans l’instruction pour l’assassinat du Juge Borrel), ont trouvé réfuge au Ministère de la Défense en qualité de conseillers (mais conseillers de quoi ?). Attention à eux, car ils détiendraient les preuves des détournements massifs qui ont été commis par les deux généraux cités en premier.

Très rapidement, nous vous enverrons des informations complémentaires
.

08/05/08 (B446-B) Radio-Trottoir / La richesse et le patrimoine des Généraux djiboutiens, en particulier celui de Fathi, comparés au manque de moyens des Forces armées et aux réductions drastiques de la paye des hommes du rang et des sous-officiers (Un Lieutenant-Colonel)

Bonjour M. le Président de l’ARDHD,

Je vous serais extrêmement reconnaissant si vous acceptiez de publier cet article sur votre site. Je sais qu’IOG lit chaque jour vos articles, car votre site est vraiment celui de l’opposition. Et pourtant le peuple en est privé.

Je suis Lieutenant-Colonel des forces Armées Djiboutiennes. Aujourd’hui je suis particulièrement déçu par nos responsables, dans cette crise que subit notre pays et notre incapacité à y faire face militairement, comme cela serait notre rôle.

Cette présence érythréenne sur notre territoire est insupportable et elle est très grave. La République de Djibouti a confié à notre Chef d’Etat-major général des Armées (CEMGA), le général Fathi Ahmed Houssein, la lourde tâche d’assurer la défense du pays et la sécurité de ses habitants.

Avec mes collègues officiers, nous avons compris qu’il avait pris cette haute responsabilité à la légère. Peut-être même aurait-il pu avoir été impliqué, comme le dit la rumeur, dans des relations avec des épouses de subordonnés et des affaires de corruption ?

Je n’ai pas de preuve sur le premier point, mais concernant le second, je peux vous confirmer officiellement que le Général, qui prétend nous commander et nous montrer l’exemple, vient d’acquérir récemment un terrain de 2000 m2 à coté de la résidence Haramous d’IOG (un hasard ???) à M. Mohamed Koumaneh, l’ancien Ambassadeur de Djibouti à Paris, marié à la nièce de Gouled.

Le Général Fathi
va l’offrir à son fils Ramsis, qui est dentiste.

Par ailleurs il fait construire un immeuble sur un  autre terrain proche aussi d’Harmous pour le louer à l’Ambassade du Quatar.

Mais ce n’est pas tout !

Sur le plan de Djibouti ci-dessou, j’ai noté toutes les propriétés qu’il a achetés entre 2007 et 2008. Un capital hors norme que ne permet pas la solde même d’un Chef d’Etat-Major ! Alors que nos militaires n’ont même pas de quoi manger convenablement sur le terrain, ni les moyens matériels pour assurer la défense du pays..

Repères sur le plan :

1) le terrain de 2000m2 achetés à M.Koumaneh

2) l’immeuble de plusieurs étages à louer pour l’ambassade du quatar

3) l’ancienne villa militaire du colonel Haissama (dont les enfants ont été déshérités après sa mort) a été donnée au fils du Général Fathi, Nachat qui est médecin militaire. Il l’a revendu illégalement et a construit 2 villas à coté.

4) la villa du Général qu’il a achetée en 1996 (une sorte de Palais !)

5) la Mosquée Moulki financée probablement avec des fonds qui auraient pu avoir été détournés par le Général, dit-on en ville,

6) Un lotissement de quatre maisons qui sont louées aux FFDJ

7) 4 villas aux Salines

8) Les villas dans la cité Maka Moukarama qui sont louées à la société LOOTA

9)Les deux hangars en face du CCO, Caserne de Zakaria, qui sont gardées en permanence par des militaires. L’un des deux appartient au Général Zakaria. Ils sont loués respectivement au Croissant rouge et à une societé de construction djiboutienne.

10) Le ranch du Général Fathi.

Cette liste est loin d’être exhaustive. Il y en a des dizaines d’autres. Nous avons seulement identifié sur ce plan, les propriétés qui nous semblaient les plus visibles et les plus chers. La majorité sont situées en bordure de mer …. Les autres sont disséminées dans la Ville.

Chaque année, l’Armée reçoit une subvention de 5 millions $ qui est donnée par la coopération US. Pour sortir de l’argent de la Banque où ils sont versés, il faut absolument les signatures conjointes du Général Fathi et de son adjoint le Général Zakaria …..

Le Président IOG sait-il tout cela ? A notre avis, c’est OUI ! Il ne peut pas l’ignorer, car ses multiples services de renseignement fonctionnent à plein régime et ils recoupent toutes les informations.

Lui qui s’appuyait en priorité sur l’Armée, lui qui a « gâté » sa Garde républicaine, pour s’assurer qu’elle le défendrait personnellement, a-t-il sacrifié volontairement ou par laisser-aller, la défense de notre territoire.

Il ne peut pas continuer à protéger « des violeurs », des assassins et des hommes corrompus, qui se sont désintéressés de leurs responsabilités pour privilégier leurs intérêts personnels, à grande échelle, même si on se limitait à la liste des propriétés que nous avons présentée ci-dessus.

Le temps n’est-il pas venu de prendre des mesures exceptionnelles ? Ces Généraux doivent répondre de leurs actes et non seulement expliquer leur enrichissement honteux, mais restituer aux Forces armées, les sommes qu’ils leur ont dérobées.