17/04/10 (B547) A lire sur LOI

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1283 – 10/04/2010
Djibouti
La plupart des affaires d’extorsion contre lesquelles l’homme d’affaires Abdourahman Boreh a porté plainte en France fin février, en accusant le couple présidentiel djiboutien d’en avoir été les instigateurs, sont connues des lecteurs assidus de La Lettre de l’Océan Indien. (…).

Dans cet article LOI signale que Boreh est aussi propriétaire d’une société de sécurité,
qui aurait répondu à un appel d’offre lancé par l’armée US. La proposition commerciale aurait été torpillée par Hassan Saïd, qui aurait affirmé aux américains que la société en question n’avait pas d’agrément pour exercer à Djibouti …

10/04/10 (B546) Le Procureur de Paris aurait accepté la plainte déposée par Charles Abdourahman Boreh et qui vise en particulier Guelleh et Paulette pour extorsion de fonds et assassinats … (Info lecteur)

Nous venons d’être informés du fait que le Procureur de Paris aurait accepté la plainte déposée par Boreh à l’encontre du couple princier de Pacotilles.

Cela signifie qu’une enquête va être ouverte par la justice française. Si Guelleh pourra toujours se prémunir de son immunité (ce qui sera constituera certainement une motivation supplémentaire pour s’accrocher au pouvoir), nous ne voyons pas à quel titre, sa tendre et douce Paulette ne serait pas convoquée si le Juge estime que cela est nécessaire.

Cela risque de lui couper l’envie de venir à Paris faire son shopping habituel entourée par sa cour de Dames d’Honneur. Désormais, elle ira à Dubaï. Le commerce extérieur français de la mode y perdra un peu de Chiffre d’affaires, mais l’image de la Justice française pourra être rehaussée, après les errements constatés dans l’instruction de l’affaire Borrel…

03/04/10 (B545) Courrier des lecteurs. Et si Guelleh avait aussi la nationalité française ? Il pourrait être jugé pénalement par un tribunal français et en plus il serait illégitime à la tête du pays, puisque la constitution prévoit que ni les candidats à ce poste, ni le Président ne peuvent avoir d’autres nationalités que la djiboutienne….

En ma qualité de citoyen djiboutien résidant à l’etranger depuis plusieurs années, je suis avec intérêt les articles qui sont publiés sur le site ARDHD et ceux qui sont proposés par les différentes sites de l’opposition.

J’aimerais adresser toutes mes félicitations à M. Abdourahman Borreh pour son courage. Il a deposé devant la justice française une plainte contre IOG, son épouse et d’autres complices.

C’est la troisième fois que des Djiboutiens franchissent ce cap et mettent en cause au niveau pénal IOG et ses proches (En disant trois fois, je fais réference à la plainte déposée par M. Ali Coubba avec l’ARDHD pour torture et crimes contre l’humanité, à celle de MM. Alhoumekani et Iftin dans le dossier Borrel pour subornation de témoins et maintenant à celle de M. Borreh).

Bien sûr, j’aurais aimé que M. Daher Ahmed Farah (DAF) réagisse en Europe et s’associe au moins publiquement à ces plaintes ou qu’il donne son avis. Sur un autre plan, il me semble aussi que les victimes Afar ou leurs ayant-droits qui manifestent depuis 1991 pour dénoncer le massacre d’Arrhiba devraient déposer des plaintes….sans plus attendre.

Revenons à M. Borreh. Je felicite les membres du GED qui avaient anticipé depuis longtemps la querelle entre les deux hommes et l’acharnement du régime contre l’homme d’affaire Djiboutien avec la grande complicité de Mme Odette Heid, qui a montré une nouvelle fois sa haine et sa jalousie, comme cela a été souvent dit sur ce site.

Pour les futures élections Présidentielles, nous savons parfaitement qu’IOG va tout organiser pour se représenter.

Mais il devra être prudent. Selon des rumeurs, certaines victimes
auraient demandé au Ministère de la Justice d’établir si IOG possède la double nationalité française et djiboutienne.

Si ce point est établi :

il serait « ipso facto » justiciable devant les tribunaux pénaux français, comme tous les citoyens français,
– il serait illégitime à se prétendre Président
de la République, puisque l’article 24 de notre constitution stipule sans ambiguité, que tout candidat à la Présidence de la République ne peut avoir d’autre nationalité que djiboutienne.

28/03/10 (B544) Le cadeau de Boreh au nouvel Ougas (selon LOI) (Une autre bataille perdue pour IOG …) (ARDHD)

Selon un article publié par LOI, Abdourahman aurait offert pour son intronisation, au nouvel Ougass des Issa, un 4×4 flambant neuf, avec chauffeur.

Le jeune Ougass aurait apprécié ce cadeau et il aurait légitimement décidé de ne pas s’en séparer et de le ramener à Djibouti. Cela n’aurait fait que susciter la fureur noire de Guelleh, qui aurait bien voulu récupérer le 4×4
pour en faire cadeau à l’un de ses obligés.

Cependant l’Ougass a refusé le dictat de Guelleh et a conservé sa voiture. Le seul point sur lequel il aurait transigé, aurait été de ne pas l’utiliser pour se rendre au fameux déjeuner offert par Guelleh.

(D’ailleurs à ce propos des rumeurs circulent et disent que plusieurs personnalités auraient été incommodées par la nourriture qui avait été servie, mais rien ne permet d’accréditer ces affirmations. C’est vrai « que l’on ne prête qu’aux riches », dit un proverbe et en matière d’empoisonnement, le couple de pacotilles en connaît un rayon. – info lecteur)

LOI signale que l’Ougass est retourné à Dire Dawa avec son 4×4 et qu’il n’a pas eu à acquitter les taxes d’importation, puisque l’Ethiopie lui accorde ce privilège.

Encore une battaille que Guelleh a perdue et un beau « pied-de-nez » que Boreh lui a envoyé …

24/03/10 (B543-B) Somaliland Press : President of Djibouti is accused of murder // Le président de Djibouti est accusé de meurtre (En Anglais avec VOA et AFP))

A Djibouti businessman and opposition figure filed a civil lawsuit in Paris against President Ismael Omar Guelleh for serious crimes that include murder and extortion, he and his lawyer said Tuesday to the French news Agnecy AFP.

Abdourahman Boreh, who has headed a large infrastructure compnay and other public bussinesses in Djibouti, accused the president and his wife Khadra Haid of murder, kidnapping, torture and extortion.

According to Boreh’s lawyer, Olivier Morice, Boreh “has been the target of threats and intimidation by Djibouti authorities, which forced him to flee Djibouti in autumn 2008.”

In press conference in Paris, Mr. Abdurahman Boreh said he was victim of multiple extortion attempts and was forced to suspend his business in the country. At first the attacks targeted his assets and businesses but it escalted to to target his business associates and family members, two of whom died in suspicous circumstances, Morice said.

Mr. Boreh’s nephew has been found hanged at his home in February 2009. Also his cousin died after being detained and tortured in prison Gabode and another cousin is incarcerated for a year, Morice added.

Mr. Boreh, who has dual citizenship of France and Djibouti, detailed number of events that forced him out of the Djibouti. He accuses the Djiboutian government of arbitrarily detaining his staff including the General Manager of one of his companies, Soprim Construction, who has a Canadian citizenship, and its chief accountant who is from India.

“I’ve lost more than 30 million dollars (22 million euros) and I no longer have any commercial activities in Djibouti. I had to close down everything,” Boreh told AFP.

The aim from extortion and political pressure is to prevent Mr. Boreh from running in the upcoming presidential election next year, according to Olivier Morice.

Mr. Boreh lawyer, Olivier Morice, also defended the interests of Elizabeth Borrel, widow of French judge Bernard Borrel, whose corpse was found half-burned in a ravine in Djibouti in 1995.

For years, Judge Borrel’s affair strained relations between Paris and its former colony, where France has its largest military base abroad with nearly 3,000 men.

A Djiboutian court declared the incident as a suicide. However, Judge Borrel’s wife Elisabeth Boreel, herself a magistrate, believes her husband was assassinated by Djibouti authorities and accused the French government of covering-up the truth to protect its strategic interests in Djibouti.

In other development, Mr. Boreh in interview with VOA, warned from changing the constitution to extend presidential terms. Parlimenat in Djibouti is expected to make a decision on whatether the current two terms presidental limit should be extended to three terms. Recently, President Guelleh was quoted as saying the people of Djibouti are demanding a change to the constitution which will extend presidential term limits.

23/03/10 (B543) Voice of America (VOA News) – Une interview de Boreh à lire et à entendre. (En Anglais – Info lecteur)

_________ I – A. Boreh s’est exprimé sur VOA NEWS en Anglais.

1°) A écouter en direct (WMA)

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

_______________________ II – A lire (En Anglais)

Constitutional Amendment Could Undermine Djibouti’s Peace and Security, Opposition Figure Says

An independent presidential candidate says Djibouti could be plunged into chaos if President Ismail Omar Guelleh changes the constitution that extends his mandate which is due to expire ahead of the April 2011 general election.

Peter Clottey 22 March 2010

An independent presidential candidate says Djibouti could be plunged into chaos if President Ismail Omar Guelleh changes the constitution that extends his mandate which is due to expire ahead of the April 2011 general election.

Abdirahman Boreh said opposition parties are in negotiations to form a coalition to challenge the ruling People’s Rally for Progress (RPP) in the vote.

“Our constitution states clearly that there should be a referendum. Secondly, if it is democracy you know you can change the constitution (on) minor things but you cannot change the fact that we have two terms election for the (presidential) terms. If the people cannot take back the power from the government and chose their own president, then there is no democracy,” he said.

President Guelleh was quoted as saying the people of Djibouti are demanding a change to the constitution which will extend presidential term limits.

« This is a demand from our population and this will be next year. Let us wait for the outcome of the national commission that is working on the subject,” President Guelleh was quoted as saying.

But Boreh claims the people of Djibouti are despondent under President Guelleh’s leadership.

“You have studies made by the UN; you have got studies by the World Food Program, the Red Cross, USAID, showing exactly the level of poverty the level of unemployment, the anxiety in Djibouti (and) the instability that is developing because people are unhappy,” Boreh said.

Under Djibouti’s 1992 constitution, the president is elected by popular vote for a six-year term. The prime minister is appointed by the president and the Council of Ministers is responsible to the president.

The constitution, which was approved by the electorate in September 1992, maintained many laws and decrees from before independence.

Political observers say the ruling RPP party tightly controls Djibouti’s political activities despite the recent constitution that legalized opposition political parties.

Boreh said the opposition parties will soon form a coalition to challenge the ruling RPP in next year’s vote.

“It’s (discussion) is very advanced. There are already three political parties, which came together (and) there are two more coming. There would be five out of the existing eight parties which are now in Djibouti,” Boreh said.

20/03/10 (B543) Interview d’Abdourahman Boreh sur VOA (à écouter en langue Somali)

Un lecteur nous a informé d’une interview d’Abdourahman (Charles ?) Boreh, qui est diffusé par VOA. Comme Il s’exprime en langue Somali, notre interlocuteur a eu l’extrême amabilité d’en assurer la traduction vers le Français. Nous l’en remercions infiniment.

_________ 1°) Pour écouter l’interview extraite de VOA (Youtube)



 

________________________________ 2 – Traduction en Français

2°) Traduction en français, proposée par notre informateur.

Boreh dit qu’il a été victime d’une spolation de tous ses biens. Tous ses travaux, toutes ses entreprises ont été arrêtés, sans jugement et avec l’utilisation de la force publique..

Le régime a même récupéré ses terrains en s’attribuant des titres fonciers qu’il détenait pourtant, en toute légalité.
___________________________________________________

Mais je ne parle pas de mes biens qui ont dilapidés. C’est mon problème. Le plus grave et c’est ce qui me motive, c’est qu’ils (Guelleh et ses proches – NDLR) veulent modifier la constitution du Pays.

Il ont agi contre moi de cette façon, parce que j’étais devenu une menace pour eux, à partir du moment où j’ai refusé coopérer avec eux sur ce Projet de violation de la constitution

Moi j’ai refusé parce que je ne voulais pas tromper le Peuple djiboutien.

Alors j’ai déposé cette plainte pour dénoncer tout ce qu’ils ont fait,et cela pour l’intérêt du Pays.

Je travaille partout dans le monde. A Djibouti, j’étais le plus gros employeur du Pays et celui qui payait le plus d’impôt.

Je me suis astreint, pendant un an et demi, à ne pas parler. Ce n’est que lorsque j’ai constaté qu’après m’avoir écrasé, ils continuaient au contraire à me poursuivre, j’ai compris que je n’avais plus d’autre choix que de parler et dire ce qui s’est passé.

Je suis Djiboutien. J’ai une confiance absolue dans mon pays et dans ses juges.

mais je sais que si je prend des actions juridique a Djibouti, que les juges subiront des pressions de la par du couple Presidentiel, et je voulais leur eviter cette position incomfortable aux juges et c’est pour ça que j’ai porter plainte en France.

Je suis plus que jamais un opposant contre ce régime. C’est mon droit de me présenter à l’élection présidentielle de 2011.

A Djibouti nous ne sommes pas seuls. Les Français, les Américains, les Allemands, les Anglais, .. sont présents et nous nous comptons sur la communauté internationale pour assurer notre sécurité et notre développement.

IOG ne tolère aucun opposant. Il les élimine dès qu’ils deviennent des adversaires potentielles dangereux. Ce n’est pas bon et cela pourrait engendrer des réaction violentes par réaction.

J’ai beaucoup de partisans. Je ne suis pas seul. Chaque opposant a le droit de se presenter aux élections de 2011.

Mes détracteurs ont lancé une rumeur selon laquelle, j’employais plus d’asiatiques que de Djiboutiens,pour construire l’hotel Kempinski. C’est totalement faux, et j’ai des preuves. D’abord, il est moins coûteux d’employer de la main d’oeuvre locale que d’importer de la main d’oeuvre asiatique (les salaires sont parfois même plus élevés et il faut ajouter les frais annexes : billets d’avion, logement, nourriture, ..).

Mais c’est vrai que nous avons été contraints de faire venir des Japonais. Un Hôtel 5 étoiles de 250 chambres, c’est très compliqué à réaliser, surtout en 9 mois ! Cet exploit a été une première pour le Pays et même pour l’Afrique. Même aux USA ils ne savent pas construire un Hotel 5 étoiles en 9 mois !

Malgré tout j’ai imposé aux Japonais d’employer 600 Djiboutiens pour qu’ils puissent aprendre ce travail. (Transfert de technologie).

Tous les investissements et tout ce qui a été construit, je souhaite que l’on continue, car c’est mon objectif, celui de faire avancer le Pays.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de pauvreté, de famine, de chômage. Nos compatriotes sont exclus et ils n’ont aucun avenir..

C’est devenu un Pays ou tout le monde a peur et ou on ne peux pas s’exprimer, ça pas juste on est des gens libre, on a toujours été un peuple libre.

Et sur ça je ne suis pas d’accord.

___________ 3 – Texte VOA d’accompagnement en Somali

Dacwad ka Dhan ah Madaxweyne Geelle

Ganacsade caan ah oo u dhashay Djibouti, ayaa dacwad ku soo oogay madaxweyne Ismaaciil Cumar Geelle iyo qaar kamid ah qoyskiisa.

C/raxman Booreh, oo mar ahaan jiray maal-qabeen ay aad isugu dhow yihiin madaxweyne Geelle, kahor intii aaney kala irdhoobin, ayaa dacwadda u gudbiyay maxkamad ku taalla caasimadda Faransiiska ee Paris waxaana uu ku eedeeyay madaxweyne Geelle, oo isticmaalaya awoodda dowladda, inuu ku xadgudbay hanti uu ku leeyahay dalka Djibouti

Booreh ayaa sidoo kale ku eedeeyay madaxweynaha iyo Xubno ka tirsan xukuumaddu in ay ka dambeeyeen dilka dad qaraabadiisa ah.

Waxaana uu waraysi uu siiyay VOAda uu shaaca kaga qaaday in uu ku biiray mucaaridka kana soo horjeedo muddo kordhin loo sameeyo madaxweyne Ismaaciil Cumar Geelle.

Booreh ayaa ku eedeeyay xukuumadda in ay cadaadis ku hayso ganacsatada iyo garsoorka , waxaana uu tilmaamay in ay dalka ka jirto xaalad uu ku tilmaamay gaajo iyo cadaadis xooggan oo shacbiga lagu hayo.

Hase ahaatee Xukuumadda Djibouti ayaa waxa lagu qoslo ku tilmaantay dacwadda uu soo oogay Gnacasde Cabdiraxmaan Booreh.

Wasiirka arrimaha gudaha ee Djibouti Yaasiin Cilmi Buux ayaa VOAda u sheegay in aanay waxba ka jirin eedaha uu ganacsade Booreh ku eedeeyay madaxweynaha Djibouti , isaga oo tilmaamay in ay jirto ka dhan ah ganacsadaahaasi oo ka dhaxaysa isaga iyo wasaaradda maaliyadda ee Djibouti ka dib markii uu bixin waayay Cashuur lagu lahaa.

Wasiirka ayaa sidoo kale xusay in aanay suurta gal ahayn in dal kale oo shisheeye loo gudbiyo dacawd ka dhan ah madaxweyne qaran, waxaana uu tilmaamay in haddii uu ganacsade Booreh dacwad qabo ay suurta gal ahayd inuu u soo gudbiyo garsoorka Djibouti.

Yaasiin Cilmi , Wasiirka arrimaha gudaha ee Djibouti ayaa beeniyay in ay jirto cadaadis iyo cabudhin lagu hayo dadka shacabka ah ee Djibouti.

19/03/10 (B542) Point de vue (Lecteur). Qui M Boreh, espère-t-il rouler dans la farine de sa nouvelle vertu récemment acquise ???

Ayant longtemps été dans les petits papiers d’IOG, voilà que Boreh veut nous jouer la comédie de l’épouse congédiée, frustrée, éplorée, en quête de nouvelles sensations.

C’est son droit le plus élémentaire d’avoir porté plainte contre le couple diabolique devant la justice française, mais qui espère-t-il roulé dans la farine, à cette occasion ?

En sortant de son long mutisme, dans lequel il s’était muré, ce monsieur vient nous apprendre qu’il aurait parlé de transparence avec IOG dans les affaires de l’Etat d’où ses déboires avec le régime de Guelleh.

Sachant que Boreh ne s’est jamais acquitté des taxes qu’il devait au fisc djiboutien. C’est aujourd’hui qu’il découvre l’injustice !

C’est avec impatience que nous attendons ce qu’il a pu révéler lors de sa conférence de presse !