02/02/07 (B380) Contourner la censure que Guelleh impose sur le Web aux les internautes djiboutiens. (Djibwatch)

Depuis des mois
et même des années, Guelleh a fait interdire l’accès à
de nombreux sites Web, pour tenter d’empêcher les djiboutiennes et les
djiboutiens d’avoir accès à une information différente
de celle qu’il impose dans La Nation ou sur l’ADI (site sur lequel, on récupère
non seulement de la désinformation, mais aussi des virus et en plus
de scripts malveillants …) (1*)

Des solutions
ont déjà été trouvées : par exemple l’abonnement
à notre site qui permet de recevoir gratuitement, tous les vendredis
soirs, l’intégralité du journal de la semaine et non des liens
qui ne fonctionneraient pas pour cause de censure. (2*)

Depuis des mois,
l’équipe de Djibwatch travaille pour proposer des systèmes pour
permettre aux Djiboutiens d’avoir accès en temps réel aux sites
censurés.

Elle propose un
forum sur lequel sont décrits des solutions gratuites qui fonctionnent.

Lien http://www.djibwatch.org/forum/

1*)
Parmi les sites concernés par la censure : djibwatch.org, uguta.org,
gouv-exil.org (GED, lddh-djibouti.org (L.DDH) et bien sur, le nôtre
ardhd.org depuis plus de cinq ans. Mais il y en a certainement d’autres.

2*)
Depuis septembre 1999, l’ARDHD propose à ses internautes de recevoir
les informations de la semaine dans leur boîte e-mail. 380 numéros
ont déjà été envoyés avec régularité,
tous les vendredis.

Comment vous abonner ? cliquez

13/07/06 (B358-B) A lire sur le site Djibwatch (Deux articles signalés par un lecteur que nous reprenons avec l’aimable autorisation du site)

___________________________________________
(06/07/2006) – Traduit de l’anglais sur le site Djibwatch –
Notre pays sous l’impulsion du Génie de la Corne se lance à l’assaut du marché régional. Comme d’habitude, c’est dans la contrebande et les affaires louches dans lesquelles notre « Guide » excelle que Djibouti défraie la chronique. Pour l’instant, le Yémen est touché par les exportations Made Guelleh.

Le Yémen se plaint de la contrebande des médicaments périmés et contrefaits en provenance de Djibouti. Les autorités Yéménites ont déclaré dans une dépêche (voir ci-dessous) que la majorité de la population est en danger à cause de ces produits rependus dans le marché.

À Djibouti, des sites et journaux djiboutiens ont à plusieurs reprises dénoncé l’existence de ces produits dans le marché local. On soupçonnait l’implication du gouvernement djiboutien et les proches de Guelleh.

Comme d’habitude, le gouvernement Djiboutien nie l’existence de ce marché clandestin. Cette déclaration du Yémen fait la lumière sur la pratique de ces activités criminelles à Djibouti.

Aujourd’hui, il ne fait plus aucun doute que Guelleh est derrière cette odieuse affaire, qui fait courir un grand risque à nos compatriotes durement touchés par la mal gouvernance et qui se débattent dans l’extrême pauvreté.

Il y a plusieurs années de cela , Guelleh et ses associés criminels ont saboté l’eau potable de la capitale afin de forcer ceux qui ont le moyen, de rouler à l’eau minérale. Quant aux pauvres, tant pis pour eux. Comme dit le Génie, les affaires sont les affaires.

Avec cette dernière affaire, nous nous demandons si Guelleh est sur le point de mettre en place ses armes de destruction massive afin de ne conserver que son cercle mafieux.

Rappelant que dans le passé, Guelleh a vainement cherché à se procurer des poisons auprès des pharmaciens et ceux qui se sont opposés ont payé de leur vie (que Dieu les accueille dans son paradis).

Afin de faire échec à Guelleh, nous appelons à la population à la plus vigilance et de bien vérifier les médicaments.

_______________________________________________

(04/07/2006) (article en anglais traduit par le site)

M. Mehrdad Radseresht est le conseiller commercial de Guelleh et son partenaire d’affaires. Affairiste sans scrupule M. Mehrdad sillonne l’Afrique de l’Est à la recherche des aubaines. Profitant des conflits et des dictatures africaines ( comme Djibouti), il pille l’afrique de ses richesses naturelles pour ensuite l’écouler dans le marché occidental.

Dans son palmarès, figure l’exportation de la banane et du poisson somaliens vers l’europe depuis 1994. M. Mehrdad finance toute une armée en somalie pour sécuriser son business et ne s’acquitte d’aucune redevance de ces activités commerciales. Il paie des pots-de-vin aux warlords somaliens pour gagner leurs confiances et faire sa besogne tranquillement. Il est propriétaire de la compagnie Samico présente à Djibouti dans le domaine portuaire dont son épouse Barbara est la CEO. Guelleh lui a récemment attribué le contrôle de l’industrie de pêche et le tourisme. (article en Anglais)

May 29, 2006
Dubai’s investment in Djibouti crosses Dh2.2b

Mehrdad Radseresht says: ‘After Dubai government?s investments in Djibouti, interest of foreign businessmen in the country has grown.’

Gulf News Dubai: Investment by various Dubai-based entities in Djibouti has exceeded Dh2.2 billion ($600 million) following a management takeover of the country’s major harbour by DP World, Dubai’s government-owned port operator, officials said.

Following investments made by key Dubai government entities in Djibouti, some UAE-based private investors are also gearing up to launch projects in the strategically located East African nation.

These plans include setting up of two hotels and a waterfront tourist complex, said Mehrdad Radseresht, a Dubai-based businessman who is also an advisor on foreign investment to Djibouti’s President Esmail Omar Guelleh.

"After Dubai government’s investments in Djibouti, interest of foreign businessmen in the country has grown," Radseresht told Gulf News.

DP World manages the country’s seaport and airport and has committed $300 million to build a new container terminal in the Doraleh area, where a $150-million oil terminal has been built.

Creating demand

Nakheel, DP World’s sister concern, is developing Djibouti’s first five-star hotel, which is scheduled to open in November.

The first phase of the 400-room waterfront property will cost $150 million.

Dubai’s Al Fajer Properties is in negotiations with the Djibouti government to build an island resort close to the Djiboutian coast.

"We have decided to invest $100 million in this tourism, leisure and entertainment project. We have presented a plan to the government. Now we are in the final stage of negotiations," Al Fajer Properties chief executive officer Shahram Abdullah Zadeh told Gulf News.

Zadeh said the island project will have a luxury resort and residential units.

Djibouti is also developing a free trade zone that is managed by Jebel Ali Free Zone Authority.

The country also has an agreement with Dubai Customs International to manage its customs administration.

Radseresht said such projects are creating demand for various services and tourism projects. He is currently working on the details of a $40-million project, which will have a three-star hotel, timeshare residential units, shopping mall and restaurants.

Radseresht has acquired about 90,000 square metres of land at the fishing port for the project.

Major attractions

"I am looking for potential partners to develop this land. Some negotiations have already taken place," he said.

"The tourism industry is bound to grow in Djibouti as it has magnificent attractions like diving spots and coastal areas. We are focused on taking advantage of this sector.

"Djibouti is becoming what Dubai used to be in the old days. Private investors look at it as a gateway to East Africa," Radseresht said.

DP World commits $300m for new port

* DP World has invested $30 million in the Horizon Djibouti Terminal facility. It has committed $300 million for a new container port.
* Jafza manages Djibouti Free Zone.
* Dubai Customs International manages Djibouti’s customs operations.
* Phase one of Nakheel’s five-star waterfront hotel will cost $150 million.
* Al Fajer Properties is in talks to set up $100-millionto build an island resort close to the Djiboutian coast.

source: Al Nisr Publishing LLC 2005

10/04/06 (B345-A) DJIBWATCH : vers la mise en place de sites-miroir pour court-circuiter la censure mise en place par Guelleh contre quatre sites libres de Défense des Droits de l’Homme et de partis d’opposition ….

Djibwatch
P.O.BOX 653035

Merivale P.O 
Nepean, Ontario
 
Canada
, K2G 5Y3
Fax:(613)843-0898

www.djibwatch.org
info@djibwatch.org




Diffusion de messages et mise en place d’un site miroir.


 


Sur la ligne de front du mouvement national vers la démocratie, la liberté et la justice, se trouvent des individus courageux voués à la défense des droits humains. Avec la force de leur conviction, ils sont prêts à défier l’État et à en exiger le respect de l’application régulière de la loi, du dialogue paisible et des engagements internationaux. En s’appuyant sur des arguments légaux, ils démontrent leur solidarité avec leurs concitoyens et leur engagement à se battre pour un ordre du monde basé sur la règle de droit.



Le Président de la ligue djiboutienne de défense des droits de l’homme, NOEL ABDI Jean-Paul, est l’un de ces défenseurs courageux et engagés dans le combat pour les droits humains. C’est peu dire que la défense des droits humains à Djibouti est difficile : étant donné la situation politique tendue qui  règne au pays, M. NOEL ABDI Jean-Paul exerce une profession dangereuse, et pour défendre les droits des Djiboutiens, il  risque sa vie tous les jours.

En cette période d’instabilité politique et d’incertitude à Djibouti, l’engagement  des gens qui au  péril de leur vie dénoncent la répression et l’injustice suscite l’espoir et l’admiration. Conscient de cette force démocratique dépassant la frontière nationale qui fait reculer le régime chaque fois  sous la pression. La décision du 6 avril 2006 de la Chambre d’Accusation, qui met fin aux dernières Détentions Arbitraires des syndicalistes du port témoigne de l’efficacité des actions de la Ligue Djiboutienne des Droits de l’Homme.   


Roger Picon

 

Notre association essaye selon ses moyens de contribuer au combat pour la liberté et la justice.

 


Roger Picon
D’après les recherches effectuées par notre équipe technique, 4 sites  sont touchés par la censure imposée par le régime. Convaincu de l’importance  de ces  organisations dans la lutte pour la démocratie,  nous proposons la publication des messages et l’hébergement  d’un site miroir afin de permettre à nos compatriotes  d’accéder ces informations à partir de Djibouti.   

 


Nous  réitérons aussi, l’appel du président  NOEL ABDI Jean-Paul à la diaspora djiboutienne à continuer leur soutien sans faille au combat légitime en dénonçant haut et fort toutes les mesures antisociales, réclamer  l’avènement de la Démocratie dans notre pays.

 

Djibwatch

Omar Ali

Arke de Djiwatch / Création / Les transformations de Guelleh

04/04/06 (B344-B) Djibwatch a adressé un fax au Préfet du Finistère pour apporter son soutien à la famille d’Abdoulkader Mohamed Guidar.

Lien avec djibwatch : http://www.djibwatch.org/affart.aspx?id=270

Djibwatch
Association de défense des Droits de l’Homme.
P.O.BOX 653035
Merivale P.O
Nepean, Ontario
Canada, K2G 5Y3
Tel:(613)864-9031
Fax:(613)843-0898

Ottawa, le lundi 03 Avril 2006

Monsieur le Préfet, et cher Monsieur,

Nous venons d’être informés de la décision de refus d’accorder le droit d’asile, prise le 2 mars 2006 par la Commission de recours et qui a été signifiée le 9 mars 2006 à M. Abdoukalder Mohamed Guidar, réfugié djiboutien et habitant xxxxxxxxxx à 29000 Brest.

Nous nous permettons d’intervenir auprès de votre haute autorité pour solliciter une étude attentive de ce dossier, bien connu au sein de l’Association pour la Défense des Droits de l’Homme à Djibouti (ARDHD site http://www.ardhd.org).

En décembre 2004, nos amis et l’Association ARDHD, nous ont fait part de leur inquiétude concernant l’état de santé de M. Abdoukalder Mohamed Guidar. Il souffrait psychologiquement des suites des tortures qu’il avait subies pendant une vingtaine de jours dans son pays.
C’est à Tadjourah, que Guidar a été sauvagement torturé par des hommes dans le local de la Gendarmerie. En réalité, il s’agissait des membres de la sinistre police politique dénommée S.D.S.

Notre Association basée au Canada milite activement pour que les souffrances infligées à la population Djiboutienne soient reconnues et que les coupables soient poursuivis.

En mars 2002, Haroun un tortionnaire de renommée nationale a été expulsé du Canada. Cette expulsion a été rendue possible par la détermination de notre communauté à chasser les bourreaux.

Cette même communauté se bat pour que les victimes d’atrocités à Djibouti soient accueillies et traitées convenablement. Toutes les informations que nous avons reçues à propos de M. Guidar vont dans le même sens : Guidar a été victime de graves atrocités à Tadjourah (République de Djibouti).

Il n’est pas le seul et certains parmi nous ont aussi été les victimes de la répression qui sévit à Djibouti. Le renvoi de M. Guidar à Djibouti l’exposerait à endurer des souffrances comparables à celles qu’il a déjà subies, et probablement à être exécuté à terme.

C’est pourquoi, nous nous permettons de solliciter une nouvelle étude de son dossier et surtout l’acceptation de sa demande d’asile, car elle est tout à fait justifiée.

En vous remerciant d’avance de l’intérêt que vous porterez personnellement à ce dossier, car la vie d’un homme peut dépendre de votre décision, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet et Cher Monsieur, à l’assurance de notre haute considération.

Djibwatch
Omar Ali

22/02/06 (B338-B) Communiqué de Djibwatch sur la situation des deux syndicalistes arrêtés par les RG et menacés de lourdes peines, pour avoir suivi une formation en Israël.

Communiqué de DjibWatch sur l’arrestation des deux syndicalistes Djiboutiens
par le S.D.S.

Mohamed Ahmed Mohamed et Djibril Ismael Egueh, respectivement responsables aux affaires juridiques de l’Union des Travailleurs du Port, affiliée de l’Union Djiboutienne du Travail (UDT), et Secrétaire général du syndicat de la MTS, sont arrêtés le lundi 20 février par la police de Djibouti .

Ces deux responsables sont immédiatement incarcérés après le retour d’un stage effectué en Israël. La police politique, responsable de cette arrestation n’a donné aucune explication pouvant justifier son geste.

D’après des sources bien informées, il est reproché à ces syndicalistes d’avoir pactisé avec l’ennemi : Israël.
Le régime a même essayé de provoquer le lynchage des syndicalistes, en manipulant des religieux qui ont prêché dans des mosquées.

Dans une démocratie respectable, la politique et le syndicalisme sont deux pouvoirs différents. Mais à Djibouti, un seul pouvoir existe : l’autocratie.
Cette même autocratie veut dicter à tout le monde, la voie à suivre. Celle ou celui qui ne respecte pas ses règles est harcelé continuellement.

Plus le mécontentement augmente, plus la répression se fait pressante. La S.D.S, ou la milice clanique est derrière tous ces harcèlements et violations qui minent la vie de nos concitoyens.

Notre association condamne fermement ces agitations qui ne pourront qu’aggraver la situation sociale et politique tendue dans notre pays et demande la libération immédiate et sans condition de Mohamed Ahmed Mohamed et Djibril Ismael Egueh.

Président Omar Ali
DjibWatch.

21/01/06 (B334-A) ECHAPPER A LA CENSURE – DERNIERE NOUVELLE : une équipe de Djiboutiens bénévols, exilés au Canada a mis au point une méthode pour contourner la censure Internet imposée par Guelleh aux sites d’opposition, à partir d’un logiciel en accès libre. (Logiciel Jap) Article allégé le 23/01 pour des raisons de volume d’information…

______________________________ Note de l’ARDHD
L’ARDHD tient à remercier tous ces Djiboutiens qui ont mis leur talent au service de la Liberté d’expression et avec lesquels nous partageons les mêmes valeurs.
_____________________________________________________

Ces articles sont publiés par Djibwatch, qui nous a aimablement autorisé à les diffuser. Même si vous ne pouvez pas accéder au site de l’ARDHD, le mode d’emploi est consultable :
http://djibwatch.org/app/cens.html
puis http://djibwatch.org/app/cens1.htm
et enfin
http://djibwatch.org/app/cens2.htm

_____________________________________________________

Comment contourner la censure de Guelleh ?

Les étapes d’installation du logiciel JAP sont disponibles sur le site Djibwatch.

__________________________________
Vous serez prêt maintenant
pour jouer un tour à Guelleh et ses gourous

21/01/06 (B334-A) ECHAPPER A LA CENSURE / Références complémentaires sur le logiciel JAP.

Message envoyé à tous les abonnés de l’ARDHD, pour permettre aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens, résidant à Djibouti, d’accèder aux sites interdits et en particulier ARDHD, LDDH et GED. Relayez ce message à vos relations qui sont au pays !!!

1 – Consulter la licence et les informations sur le loogiciel gratuit JAP
(En anglais ou en Allemand) :

http://anon.inf.tu-dresden.de/index_en.html

2 – Télécharger les instructions en Anglais (ou traduites en Français) par une équipe de Djiboutiens bénévols … (PDF)

Français 135 Ko
Anglais 450Ko

3 – Consulter les informations en ligne et télécharger directement le programme JAP à partir du site Djibwatch :
http://www.djibwatch.org

20/01/06 (B333-B) Communiqué de Djibwatch concernant les multiples atteintes à la liberté d’expression commises par le régime de Guelleh.

Djibwatch
Communiqué de DjibWatch
du 20 janvier 2006

sur la saisie de l’hebdomadaire
Le Renouveau.

Nous avons appris la saisie de l’édition du jeudi 19 janvier 2006 de l’hebdomadaire Le Renouveau (organe de presse du MRD, parti politique de l’opposition) et l’incarcération de neuf crieurs de presse au centre de détention administratif de Nagad.

D’après une dépêche de la LDDH et du MRD , les personnes ont été arrêtées vers 06h30 (heure locale), puis relâchées vers 13h00 (heure locale).

Le pouvoir en place à Djibouti n’a avancé aucune justification ni sur la saisie des exemplaires du Renouveau, ni sur l’incarcération des crieurs. Cette affaire apporte de l’eau au moulin de ceux qui dénoncent l’arbitraire qui règne désormais en maître aboslu à Djibouti.

Malheureusement à Djibouti, personne n’est à l’abri des harcèlements du régime.

Nous sommes très inquiets des multiples dérives qui sont contraires aux Droits de l’Homme, que l’État de la République de Djibouti continue de pratiquer.

Nous demandons la cessation immédiate et définitive de ces pratiques néfastes, ravageuses et illégales et le retour à la Liberté d’expression et en particulier à la Liberté de la presse dans notre pays.

Djibwatch
http://www.djibwatch.org