18/01/08 (B430) ALERTE ROUGE – Confirmation de la manifestation du samedi 26 janvier 2008 à 11h, devant l’Ambassade d’Ethiopie à Paris pour dénoncer l’incarcération scandaleuse et douloureuse d’une fillette de 12 ans à la prison centrale d’Addis Abeba.

Nous appelons tous les internautes et tous les Défenseurs des D.H. et surtout des enfants, de se joindre à la manifestation que nous organisons le samedi 26 janvier à 11 heures à proximité de l’Ambassade d’Ethiopie, pour dénoncer l’incarcération scandaleuse de la fille d’un réfugié djiboutien inscrit au HCR. Agée de 12 ans, Hasna Mohamed Hassan a été incarcérée, après avoir été séquestrée pendant 17 jour et avoir probablement été violentée par un jeune djiboutien.

Comme elle n’a répondu à aucun de nos courriers, nous allons demander officiellement à l’Ambassadeur d’Ethiopie en France : S.E. Mme Halie Tadech-Mikael, qui est aussi représentante de son pays à l’UNESCO, de nous aider à faire libérer cette jeune fille totalement innocente.

18/01/08 (B430) ALERTE ROUGE / Manifestation du 26 janvier pour faire libérer Hasna Mohamed Hassan.

Nous recevons de nombreux soutiens dont nous publierons la liste complète très rapidement. Déjà les première associations qui soutiennent notre action :

SURVIE (France), la LDDH (Djibouti), SOS AFRICA,

13/01/08 (B430) ALERTE ROUGE. Toujours aucune réponse de l’Ambassade d’Ethiopie à Paris. Une manifestation en projet le samedi 26 janvier à 11 heures devant l’Ambassade d’Ethiopie à Paris, si Hasna Mohamed Hassan n’était pas libérée.

Nous sommes extrêmement surpris de n’avoir encore reçu aucune réponse de l’Ambassade d’Ethiopie à nos courriers …

Nous allons encore patienter quelques jours pour laisser le temps, si cela lui est nécessaire, à Madame l’Ambassadeur de s’informer sur le dossier. Mais il est impensable qu’un pays comme l’Ethiopie incarcère une jeune fille de 12 ans, qui a subi 17 jours de séquestration avec violence, au motif qu’elle aurait reconnu sous la pression, le vol d’une ou plusieurs tablettes de détergent.

Cela est inhumain, dégradant et inacceptable.

Nous avions fondé de grands espoirs et nous fondons toujours des espoirs sur l’action de l’Ambassadeur d’Ethiopie en France. Cumulant les fonctions de diplomate reconnue, de réprésentante permanente auprès de l’Unesco (*) et de femme, nous pouvions légitimement espéré qu’elle interviendrait rapidement pour mettre un terme à ce scandale abominable qui entache, de plus, la réputation du régime éthiopien.

Nos actions sont orientées sur le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti et nous évitons les critiques sur la gestion gouvernementale dans les autres pays, nous limitant à relayer, en ce qui les concerne, les dépêches de presse.

Néanmoins, si cette crise ne trouve pas une issue favorable dans le courant de la semaine prochaine, il sera de notre devoir de multiplier les informations et les actions.

D’ores et déjà, nous prévoyons d’organiser une manifestation devant l’Ambassade d’Ethiopie à Paris le samedi 26 janvier à 11 heures pour alerter l’opinion publique sur le cas d’Hasna Mohamed Hassan, mais nous espérons toujours que la raison l’emportera et que la jeune fille soit libérée avant cette date.
________________________________________
(*) S. Exc. Madame Tadelech HAILE-MIKAEL


Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Ethiopie en France,
Délégué permanent /
Délégation permanente de l’Ethiopie auprès de l’UNESCO

Ambassade d’Ethiopie

35, avenue Charles-Floquet

75007 PARIS



Fax : 01.42.06.52.14

Courriel : dl.ethiopie@unesco.org


Après un poste d’Ambassadeur, en Côte d’Ivoire, S.E.Madame Haïle Mikael, ambassadeur en France, représente aussi l’Ethiopie dans plusieurs pays du Magreb (Tunisie, …) et d’Afrique (Mali, …)

11/01/08 (B430) ALERTE ROUGE – N’ayant pas reçu de réponse de l’Ambassade d’Ethiopie à la lettre que nous avons faxée le 4 janvier 2008, nous avons envoyé une nouvelle lettre pour solliciter une audience sur le cas d’Hasna Mohamed Hassan.

N’ayant pas encore reçu de réponse de l’Ambassade d’Ethiopie, nous avons envoyé une lettre de demande d’audience. Nous espérons être reçus par l’Ambassadeur pour évoquer la situation dramatique d’Hasna Mohamed Hassan et les solutions qui pourraient être proposées pour obtenir sa libération immédiate.

___________________________ Texte de la lettre faxée le 11 janvier

À S.E. Madame Tadelech Haïle-Mikael,
Ambassadeur d’Ethiopie en France
35, avenue Charles Floquet
75007 PARIS – France

Paris, le 11 janvier 2008

Par Fax : 01 43 06 52 14

Demande d’audience

Madame l’Ambassadeur,

Le 4 janvier SURVIE et notre association vous ont adressée une lettre pour vous informer sur la situation dramatique de Mlle Hasna Mohamed Hassan, 12 ans, emprisonnée selon nos informations à la prison centrale d’Addis Abeba, pour un « vol de tablettes de détergent », qu’elle n’aurait pas commis.

Toujours selon les informations dont nous disposons, cette fillette aurait été kidnappée dix-sept jours auparavant, le 7 décembre à la sortie de son école par un jeune éthiopien M. Ephrem MITIKU, demeurant xxxxxxxxxxxxxx.

Probablement pour échapper aux poursuites pénales qui auraient pu être instruites, dans le cadre de la plainte pour enlèvement de mineure qui a été déposée par le père de la fillette (M Mohamed Hassan Ali, réfugié djiboutien inscrit au HCR), le Commandant Balaye Dabase (qui serait l’oncle de M. Ephrem MITIKU), assisté du Sergent Gabayo auraient fait avouer à la jeune fille au Commissariat de Police : ARADA KIFLAKATAMA POLICE TABIYA, un vol de tablette de détergent

En plus des aveux obtenus dans des conditions discutables, de la part d’une enfant de 12 ans qui venait d’être séquestrée et probablement violentée, il lui aurait été demandé de reconnaître une fausse identité et un âge supérieur au sien.

Sur ces bases certainement contestables, la jeune fille aurait été condamnée à purger une peine de six mois de prison ferme.

Par la présente avec SURVIE, nous sollicitons officiellement une audience pour évoquer cette situation et les solutions qui pourraient permettre de faire libérer Mlle Hasna Mohamed Hassan, le plus rapidement possible, dans un esprit de justice et de respect des Droits de l’Homme.

Vous remerciant à l’avance de votre compréhension face à cette situation et à votre accord pour organiser un entretien à votre convenance, je vous prie de croire, Madame l’Ambassadeur à l’assurance de ma haute considération.

Jean-Loup Schaal
Président de l’ARDHD

10/01/08 (B429) ALERTE ROUGE Hasna, 12 ans, emprisonnée à Addis : l’Ambassade d’Ethiopie à Paris n’a toujours pas répondu à la lettre adressée conjointement par SURVIE et l’ARDHD. Il faut multiplier l’envoi de Fax à l’Ambassade d’Ethiopie à Paris (Nouveau modèle traduit en Anglais, par une militante)

L’Ambassade d’Ethiopie à Paris n’a toujours pas répondu au courrier que SURVIE et ARDHD lui ont envoyé vendredi dernier.

Nous sommes très inquiets pour la situation de cette fillette, car selon certains observateurs à Addis, le Commandant Balaye Dabase
du Commissariat de Police (ARADA KIFLAKATAMA POLICE TABIYA) aurait affirmé récemment du haut de son arrogance, que la fillette allait purger une peine de six mois ferme de prison, dans la prison centrale d’Addis.

Nous renouvelons tous nos appels au HCR et aux internautes pour qu’ils envoient des fax et des e-mails à l’Ambassade d’Ethiopie.

Rappel de la procédure.

N° de fax : + 33 (0) 1 43 06 52 14

Adresse e-mail : embeth@free.fr

______________________________ MODE D’EMPLOI

1 – Envoi par e-mail : copier le texte ci-dessous et insérer le dans votre mail (adresse ci-dessus)

2 – Envoi par fax : copier le texte dans un éditeur de texte pour imprimer la page après avoir ajouté la date et vos noms et prénoms. Envoyer le fax

______________________________ TEXTE proposé

To H.E. Mr. Girma Wolde-Giorgis Lucha
President of the Federal Democratic Republic of Ethiopia

And to Mr. Mélés Zénawi
Prime Minister

Care of
Mrs.Tadelech Halie-Mikael
Ethiopian Ambassador in France

 

XXX(*) January 2007

By Fax : + 33/(0) 1 43 06 52 14

Dear President,
Dear Prime Minister,

I was outraged to learn of the imprisonement of a 12 year old child in Addis Ababa’s central prison – Miss Hasna Mohamed Hassan, daughter of a Djiboutian refugee assigned to the HCR in Addis Abeba.

According to the information I received, the young girl had been kidnapped by a young ethiopian on December 7th 2007 whilst leaving school. After 17 days of confinement and probably violence, it is the young girl that has been inprisoned, and not the perpetrator of the crime.

I therefore ask for you to intervene in order that:
– the young girl be immediately freed and returned to her family,
– the person guilty of this crime and their accomplices be held to account by the law
– the girls father, who has been threatened and fears for his own life and that of his family, be put under protection

Yours most sincerely,

Full name (*)
________________________________________________

(*) A compléter

06/01/08 (B429) ALERTE ROUGE : copie de la lettre ouverte qui a été envoyée vendredi à l’Ambassade d’Ethiopie à Paris sous la signature conjointe de l’ARDHD et de SURVIE, pour demander la libération de la fillette Hasna Mohamed Hassan, 12 ans, emprisonnée à Addis Abeba après avoir été séquestrée et violentée pendant 17 jours.

À S.E. Madame Tadelech Haïle-Mikael,
Ambassadeur d’Ethiopie en France
35, avenue Charles Floquet
75007 PARIS – France

Paris, le 4 janvier 2008

Madame l’Ambassadeur,

Les associations ARDHD (Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti) et SURVIE regroupent des citoyens particulièrement concernés par votre pays et votre région. A ce titre, nous entretenons des contacts réguliers notamment avec des réfugiés djiboutiens accueillis sur votre sol.

Très récemment, nous avons été alertés sur une situation particulièrement dramatique. Elle concerne la fille d’un réfugié djiboutien, Monsieur Mohamed Hassan Ali, demeurant Woreda 13 Kebele 08 Aware à Addis Abeba. Cette fillette de 12 ans a été enlevée à la sortie de son école, le 7 décembre 2007, puis séquestrée et probablement violentée.

Dès sa disparition constatée, son père a porté plainte pour « enlèvement et détournement de mineure » et il est resté sans nouvelle pendant plus de deux semaines.

Le 24 décembre, il a appris que sa fille avait été incarcérée. En effet, pour échapper semble-t-il aux poursuites pénales, (après 17 jours de séquestration !) la famille de l’auteur du rapt a déposé une plainte pour vol « de tablettes de détergent ». Conduite au Commissariat de Police « ARADA KIFLAKATAMA POLICE TABIYA », elle aurait été obligée par deux policiers (le Commandant Balaye Dabase qui pourrait être l’oncle de l’auteur de l’enlèvement et le Sergent Gabayo) :
– de reconnaître le vol qu’elle n’a pas commis,
– de déclarer qu’elle n’avait pas de parents (on lui aurait fait changer de nom),
– de se vieillir afin d’avoir dépassé l’âge minimum … pour un emprisonnement ( ?)

L’emprisonnement d’une fillette de 12 ans qui a été violentée et sous un motif qui semble à la fois mensonger et puéril, est particulièrement odieux.

C’est naturellement que nous nous tournons vers vous pour solliciter votre aide dans cette affaire afin que :
– cette enfant innocente et traumatisée soit libérée immédiatement et rendue à son père,
– que des poursuites soient engagées contre les auteurs de ce crime, dans le respect des lois de votre pays.

Confiants dans votre double statut de diplomate et de femme, nous espérons que vous pourrez intervenir rapidement en faveur de la Justice et de la protection des enfants mi-neurs.

Comme cela est notre devoir en pareille situation, nous avons aussi informé les réseaux d’associations de défense des Droits de l’Homme, de défense des Droits de l’Enfant et déclenché une alerte urgente auprès de l’O.M.C.T à Genève (Organisation mondiale contre la Torture).

Vous remerciant par avance pour votre appui et les informations que vous voudrez bien nous transmettre, nous vous prions de croire, Madame l’Ambassadeur, à l’assurance de notre haute considération.

Pour l’ARDHD                                               Pour SURVIE
Jean-Loup SCHAAL                                       Laurence DAWIDOWICZ

04/01/08 (B428) ALERTE ROUGE. La photo de Hasna Mohamed Hassan, fille d’un réfugié djibouten, âgée de 12 ans, qui est incarcérée injustement en Ethiopie … après avoir été enlevée et séquestrée avec violence pendant 17 jours.


Hasna Mohamed Hassan

Cette
fillette de 12 ans, a été kidnappée le 7 décembre
à la sortie de son école à Addis Abeba.

Fille
d’un réfugié djiboutien, régulièrement enregistré
auprès du HCR, elle a été séquestrée
et violentée par l’auteur du rapt, un certain Ephrem MITIKU,
âgé d’environ 23 ans…

Ensuite, pour échapper aux poursuites pénales, le jeune
criminel, avec l’aide de sa famille, en particulier de son Oncle, le
Commandant Balaye Dabase et du sergent Gabayo, l’a fait incarcérer
pour « Vol de tablettes de détergent », après
l’avoir contraint à mentir sur son âge et sur sa situation
de famille, pour pouvoir la faire condamner à une peine de prison ferme !!!

Avec le soutien de SURVIE, notre association
multiplie les alertes internationales pour :

  • que la fillette soit immédiatement libérée et rendue
    à son père,
  • éviter que la famille du jeune soupçonné d’être
    l’auteur de l’enlèvement, Ephrem Mitiku et son Oncle le Commandant
    Balaye Dabase du Commissariat de Police « ARADA KIFLAKATAMA POLICE TABIYA »
    ne puisse se venger sur le père Mohamed Hassan Ali,
  • que les auteurs et les complices soient poursuivis par la Justice pénale
    éthiopienne.

Organismes alertés par l’ARDHD et SURVIE
:

– Ambassade d’Ethiopie en France,
– OMCT (Organisme mondial contre la Torture)
– Observatoire des prisons,
– LDDH,
– Associations de protection de l’enfance,
– ….

02/01/08 (B428) ALERTE ROUGE : publication de la lettre en Anglais, de demande d’aide que Mohamed Hassan, réfugié djiboutien en Ethiopie a adressée au HCR d’Addis pour décrire le kidnapping de sa fille Hasna, âgée de 12 ans par Ephrem MITIKU et sa famille et son incarcération après 17 jours de violence, pour vol d’une pastille de détergent …

________________________________________ Note de l’ARDHD
Les faits sont particulièrement odieux et sordides et ils doivent être dénoncés.

1 – La première urgence est d’obtenir la libération immédiate de la fillette,
2 – La seconde d’obtenir l’ouverture d’une instruction pénale contre les auteurs du kidnapping, de la séquestration assortie de violences, faits commis avec la complicité d’une famille entière plus la dénonciation mensongère d’un délit.

La fillette Hasna, âgée de 12 ans a été kidnappée le 7 janvier 2007 à la sortie de son école par Ephrem MITIKU, environ 23 ans, qui a agi avec la complicité de sa famille. Après l’avoir séquestrée pendant 17 jours et probablement violentée, la famille a déposé plainte avec l’aide de l’Oncle, commandant, pour vol d’une tablette de détergent.

A la suite de fausses déclarations qu’elle a été contrainte de faire, la jeune fille mineure a été incarcérée et est placée en détention dans une prison éthiopienne.

Aussi invraissemblable que cela puisse paraître, le récit est confirmé ..

Nous demandons au HCR d’intervenir avec la force et les moyens dont il dispose. Nous alertons l’Ambassade d’Ethiopie en France et nous envoyons une demande d’assistance à l’OMCT (Office mondial contre la torture)

__________________________________ Texte de la lettre du père au HCR

Date 28 December .007

To.: UNHCR Office of Protection
Regional Liaison Office for Africa
Addis Ababa Ethiopia .. . .

From: Mr. MohamedHassan .

I, the aforementioned :applicant who have been a Djiboutian
refugee and the bearer of ID. No. 427-00000213;. have
notified you earlier concerning the kidnapping of my daughter. My daughter was kidnapped on Dec 7th 2007 in the afternoon from her school by Ephrem Mitiku and his fanily. Whereas I am a foreign national. and do not know much about the rules and regulations of
the country, however I tired to search for my kid and the suspects
hid my daughter for about 17 days, even they have committed physical violence and forced crime on her.

Yet Ephrem Mitiku and his family, being aware that they shall be convicted before th Law for the crime they committed on my daughter; they charged her for a theft of a washing tab and made her detained.

She was forced to admit the theft and to state she has no family and to change her fathers name and to mentioned increased age, so that they should utilize the wrong information in the court; and now she is found. in prison: . . . .

Thus, now, 1 hereby. apply to your office that you should be aware that after the suspects kidnapped my daughter they charged her for the crime she did not commit ; besides she is a 12 years old child ; therefore, since you are our parents and as I am not capable to overcome this problem alone, so I politely request rou to provide me with appropriate cooperation and legal assistance

With regards
Mohamed Hassan