Articles

30/11/2013 (Brève 309) Pourquoi le Ministre djiboutien à la jeunesse a-t-il été délégué à Rennes par Guelleh ???

Selon les informations reçues avec les photos dont nous publions une version dégradée, ci-dessous, le ministre djiboutien à la jeunesse s’est rendue à Rennes.

Mais pour quelle mission à Rennes ?

Bien étrange, surtout lorsque l’on sait que c’est là que réside Houssein Ibrhaim Houmed, l’homme qui a déposé plainte devant la Cour pénale internationale contre Guelleh pour crimes, violences, tortures, assassinats exécutions extra-judiciaires.

Les photos ci-dessous, qui nous ont été envoyées par des lecteurs montrent le Ministre en compagnie de Djiboutiennes et de Djiboutiens qui pourraient être, (selon certains observateurs -ce qui reste à valider-) des représentants des faux-réfugiés (phénomène que nous dénonçons depuis des années) en mission officielle. Si c’était le cas, le feraient-elles / ils pour sauvegarder les ressources
alimentaires qui pourraient leur être généreusement allouées mensuellement par la dictature et prélevées sur les fonds publics.

Les Djiboutiens reconnaîtront certainement certaines actrices ou acteurs de ce qui pourrait être une forme de double jeu et s’ils le jugent utiles, décideront-ils d’informer l’office français d’immigration sur des fausses déclarations possibles. C’est aux représentants de la diaspora de prendre des décisions de ce type.

En attendant, il serait intéressant de savoir si Houssein Ibrahim Houmed a reçu des menaces de la part des obligés de Guelleh. Nous lui recommandons ainsi qu’à sa famille, d’être prudents, car le régime de Guelleh est dos au mur et qu’il est capable de commettre un acte désespéré, comme la tentative d’assassinat sur la personne de Mohamed Alhoumékani au Yémen.

ministre djiboutien jeunesse à Rennes Ministre djiboutien jeunesse à Rennes
La qualité des photos a été volontairement dégradée, Mais nous conservons les originaux des photos en grand format.

05/08/05 (B309) Plus de 60 % de chomeurs à Djibouti ! Qu’importe le D.R.H. du Port recrute à l’étranger ! (Info lecteur)

Dans un pays où le taux de chômage dépasse largement les 60% et touche surtout les jeunes diplômés, un certain Houssein Kassim, Directeur des Ressources humaines au Port Autonome de Djibouti, qui se présente volontiers comme l’une des quatre éminences grises du Premier des Ministres Dileita dit "le béat", a eu l’idée ingénieuse de se faire remarquer !

Recruter à l’étranger

Sa méthode est simple :

D’un côté, il lance un appel d’offre international pour le recrutement de soudeurs, d’électrotechniciens, de mécanos avec un niveau d’éducation requis : BEPC + CAP.

De l’autre, il va bientôt partir en Inde et à l’Île Maurice pour ramener à Djibouti les 9 Hindous et les 9 Mauriciens qui ont été sélectionnés sur dossier.

Les Djiboutiens BAC et BAC+2 du Lycée Industriel et Commercial ont-ils des faux diplômes, sont-ils incompétents, ont-ils dépassé l’âge de 30 ans ?


La population ne se fait aucune illusion : pour elle le mauvais génie du Port, M. Houssein Kassim, doit se faire une fortune sur ce projet. Sinon pour quelles raisons, irait-il embaucher des compétences étrangères, alors qu’il pourrait recruter des compétences supérieures parmi les jeunes djiboutiens ?

04/08/05 (B309) RSF / SOMALIE : un journaliste jeté en prison dans la ville où siègent le Président et le Premier ministre.

Reporters sans frontières exprime sa « profonde déception » après l’arrestation d’un journaliste de la radio privée HornAfrik, Abdullahi Kulmiye Adow, par les autorités de la région de Middle Shabelle, dirigée par le chef de guerre Mohamed Dhere. L’organisation est notamment étonnée qu’un tel incident se produise une nouvelle fois à Jowhar (90 km au nord de Mogadiscio), alors que le Président et le Premier ministre du gouvernement fédéral de transition se sont installés dans cette ville et ont exprimé le souhait d’en faire le siège de leur administration.



« Abdullahi Kulmiye Adow doit être libéré immédiatement. Nous pensions que le retour sur le sol somalien d’une administration nationale serait le début d’une période où la justice l’emporte sur l’arbitraire, a déclaré Reporters sans frontières. Or, il n’en est rien, notamment dans le territoire contrôlé par Mohamed Dhere. Le Président Abdullahi Yusuf et le Premier ministre Mohamed Ali Geedi ne devraient pas tolérer qu’un journaliste somalien puisse être jeté au cachot dans la ville où ils résident. »



Abdullahi Kulmiye Adow, envoyé spécial à Jowhar de la radio privée HornAfrik, basée à Mogadiscio, a été arrêté par la milice du gouverneur de la région, le chef de guerre Mohamed Dhere, le 2 août 2005 vers 23 heures. Selon le Somali Journalist Network (SOJON), organisation partenaire de Reporters sans frontières, une sanction devrait être prononcée « dans les trois jours ». L’administration locale reproche au journaliste d’avoir diffusé un reportage sur le cas de

1 500 étudiants qui, après avoir passé leur examen de fin d’année, ne peuvent retourner étudier, les locaux de leur école étant occupés par le gouvernement fédéral de transition.



Le gouvernement fédéral de transition, établi en 2004 lors d’une conférence nationale au Kenya, est divisé entre les partisans du Président et du Premier ministre, d’un côté, et ceux du président du Parlement, Sharif Hassan Sheikh Aden, de l’autre. Les premiers souhaitent établir le siège de l’administration à Jowhar et les autres à Mogadiscio. Selon des journalistes locaux, la radio HornAfrik a pris le parti des membres du gouvernement basés à Mogadiscio, ce qui contribue à l’hostilité à son encontre des membres du gouvernement basés à Jowhar.



Leonard VINCENT

Bureau Afrique / Africa desk

Reporters sans frontières / Reporters Without Borders

5, rue Geoffroy-Marie

75009 Paris, France

Tel : (33) 1 44 83 84 84

Fax : (33) 1 45 23 11 51

Email : afrique@rsf.org / africa@rsf.org

Web : www.rsf.org

03/08/05 (B309) Pas de hâvre de paix pour ceux qui ont abusé les contribuables en détournant les finances publiques (Lecteur)

Un auteur dont le nom m’échappe aujourd’hui a écrit « chaque peuple a les
gouvernants qu’il merite »
.

Mais au fait, sur quelle planète vivons-nous a Djibouti ?

Quand je vois, dans les journaux, M. Dileita qui serre la main de M. de Villepin, je m’interroge sur les points que ces deux hommes pourraient bien avoir en commun, en dehors du titre !

Le premier, M. de Villepin est un technocrate élégant, svelte, doublé d’un poète et issue d’une famille authentiqument aristocratique,

Le second, M.Dileita, "bien enrobé", boudinné dans son costume, n’a pas le moindre diplôme !… Il est parvenu à ce poste de Premier Ministre au prix de multiples compromissions, faisant taire sa conscience et en usant de toute les ficelles de la flagornerie (qu’il manie parfaitement, reconnaissons-lui cela, même s’il ne l’utilise qu’à mauvais escient !).

Comme le disent les Britanniques, Djibouti est dirigé par « a dictator
surrounded by sycophants »
, ce que l’on traduirait par ce pauvre pays est dirigé « entre les mains d’un tyran entouré d’odieux courtisans ».

Je ne cesse par ailleurs de penser aux sorts de ces malheureux médecins et de tous les
professionnels de la santé publique que dirige le Ministre actuel qui a
echoué lamentablement au Bac, voilà vingt ans.

Que dire aussi des jeunes qui vont subir l’autorité d’Hassan Farah Miguil dont l’analphabétisme
n’a d’égal que sa cupidité légendaire.

Détrompez-vous, car mon propos ne vise personne en particulier, mais son objectif est souligner le drame des
Djiboutiens asservis par ceux qui sont censés les représenter et avoir l’expérience, la culture et l’envie de les sortir du sous-
développement. Force est de reconnaître qu’en dehors de leur manie de détourner l’argent public, rares sont ceux qui sont « outillés » pour remplir leur mission.

Mon propos est de mettre l’accent sur l’anachronisme du gouvernement de
Guelleh et d’insister sur le fait que son gouvernement ne remplit
qu’une seule mission à savoir de syphonner les rares deniers
publics, qu’ils avaient oublié d’emporter le mois dernier !

Quels autres buts pourraient poursuivre des hommes comme Obsieh à l’Urbanisme
ou Absieh à l’Education quand on sait que le premier a mis à genoux une
entreprise florissante comme les PTT, détournant à tout vent les recettes et que le second, en tant que Directeur des TP, a mobilisé ce dernier au service de son
interet personnel et de son portefeuille immobilier du Héron.

Que dire de l’actuel Ministre de l’Interieur ? Fauché comme les blés, il y a vingt ans, il mérite bine son surnom de « chacal repu » : à titre d’exemple : combien de millions de
dollars americains ont été détournés de la Caisse Nationale des Retraites ?

En hommage à un talent incomparable dans ce domaine, qu’a fait Guelleh ? Pardi, le mettre immédiatement à la tête du Ministère des Finances ! « Qui se ressemble, s’assemble »

Mon propos est aussi de rappeler combien il est vain de détourner des biens
publics. Souvenons-nous du sort de Mobutu et des milliards détournés qui dorment encore dans les Banques Suisses. Juste avant de mourir à Rabat il n’avait même pas pu obtenir un
visa pour la Suisse !

Des exemples comme celui-là (et il y en a de nombreux autres) devraient faire réfléchir la mafia politique et para-politique de Djibouti.

« No safe heaven for those who abuse their fellow citizen » « Pas de hâvre de paix pour ceux qui ont abusé les contribuables »

Je conseille à tous ces proches de Guelleh, qui croient avoir pignon sur rue pour l’éternité, de méditer la formule et de penser que ce n’est peut-être déjà plus sur rue qu’ils ont pignon, mais sur Gabode, car peu y échapperont …

K. R.

03/08/05 (B309) Philippe Selz, Ambassadeur de France à Djibouti, sur le départ, décroche la timbale de fer blanc et accepte d’être décoré de l’Ordre de la Dictature. Compliments !

Nous apprenons que Philippe Selz, Ambassadeur de France à Djibouti, en fin de mission a accepté de recevoir les insignes de la Dictature des mains de Dileita. C’est un choix personnel, qui lui permettra de rejoindre la poignée de diplomates et de militaires français qui ont fait un pas vers la compromission avec l’une des plus terribles dictatures d’Afrique. Nous ne pouvons que le féliciter pour ces honneurs un peu lourds à porter …

Philippe Selz, contrairement à son prédécesseur, n’avait pas été souvent cité dans nos colonnes, car il avait adopté une attitude plus réservée et parce qu’il avait su éviter, autant qu’il le pouvait, de louer publiquement les mérites du dictateur et de son régime d’asservissement systèmatique des populations.

En évitant cette décoration, il aurait fait une belle sortie, mais il a ‘râté’ la dernière marche ! Dommage !

03/08/05 (B309) Radio-Trottoir : vous n’avez rien compris, les gars ! (Humour – Lecteur)

Un peu de psychologie les amis !

Vraiment, je vous croyais mieux informés ! Vous n’avez pas encore compris que la Princesse Paulette sera candidate pour 2011 et qu’elle s’y prépare dès maintenant.

Son programme est simple : elle se présentera au nom de la démocratie et de l’intégration de la femme ?

Pour quelles raisons pensez-vous qu’elle communique autant sur les femmes ?

Qui a lancé le bruit selon lequel certaines femmes issues de différentes communautés allaient être nommées Ministres. Le message est clair et il va dans le sens d’une campagne de sensibilisation et de préparation des mentalités. Les conseillers en communication, ça existe et pas pour rien. La fondation de Paulette va bientôt démarrer !

Alors vous verrez et vous entendrez son nom souligné dans La Nation et à la tété comme lors du 27 juin…………..