Articles

29/02/07 (B388-B) Des nouvelles de Jean-Paul Noël Abdi.

Les dernières
nouvelles sont meilleures. Il a été admis et il est soigné
à l’hôpital Peltier. Il semblerait que la pression policière
se soit un peu allégée.

L’appel qu’il a
interjeté devrait être jugé le 11 avril et un avocat français,
très connu, dirigeant d’une grande association pour la Défense
des Droits de l’Homme pourrait avoir un visa pour venir le défendre.

Bien que la plus
exrtrême prudence doive être de rigueur, il n’est pas interdit
de penser que le bon sens pourrait l’emporter et que la Justice djiboutienne
se rende à l’évidence. Jean-Paul n’a rien de fait de répréhensible

28/03/07 (B388-A) ALL AFRICA Djibouti : à cours de fonds, le PAM envisage d’interrompre ses programmes d’aide alimentaire. (Info lectrice)

______________________________
Note de l’ARDHD
On peut se demander s’il ne s’agit pas aussi de choix qui auraient été
effectués en tenant compte de la position du régime de Guelleh
face au respect des Droits de l’Homme et des conditions démocratiques.
C’est possible !

Mais on ne pourrait que regretter que ce soit le peuple et ceux qui ont le
plus besoin, qui doivent souffrir de cette nouvelle privation, alors que Guelleh
et ses sbires continuent de s’enrichir outrageusement et qu’ils asservissent
la population.
___________________________________________________

United
Nations (New York)

ACTUALITéS
27 Mars 2007

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé aujourd’hui qu’un
manque critique de financement le contraint à se préparer à
cesser la distribution de rations alimentaires vitales pour 53.000 personnes
à Djibouti, où les taux de malnutrition des enfants de moins
de cinq sont déjà bien au-delà des seuils d’urgence internationaux.

« La malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans est en fait
une urgence silencieuse à Djibouti mais nous n’avons simplement plus
assez d’argent pour continuer à fournir de la nourriture aux plus vulnérables
», a déclaré dans un communiqué Benoit Thiry, le
Directeur du PAM dans le pays.

« Il est vital que nous obtenions des donations dès maintenant
», a-t-il ajouté.

Les résultats provisoires d’une étude montrent que le taux de
malnutrition aiguë chez les enfants de moins de cinq ans a atteint 20,4%
cette année contre 17,9% en 2002.

En outre, sans de nouvelles contributions, le PAM sera forcé
d’arrêter en avril la distribution de nourriture à plus de 47.000
victimes de la sécheresse et, à partir du mois de mai, il ne
lui sera plus possible de nourrir 6.000 réfugiés somaliens qui
dépendent entièrement de l’aide alimentaire.

« Une interruption des programmes va inévitablement faire exploser
les niveaux de malnutrition dans le camp de réfugiés »,
prévient le Programme.

Ces cinq dernières années, les vagues de sécheresse se
sont succédé à Djibouti, la plus grave ayant lieu au
début 2006, où les familles de bergers ont perdu la plupart
ou l’intégralité de leurs animaux en l’absence totale de pluie.

Un rapport publié ce mois-ci par le Système d’alerte rapide
aux risques de famine a averti que des milliers de foyers épuiseraient
leurs réserves de nourriture dans les prochains mois alors qu’une évaluation
du PAM de septembre dernier a montré qu’une assistance continue aux
victimes de la sècheresse était « impérative ».

Djibouti est à la fois un des pays les
moins avancés et un pays à faible revenu en déficit alimentaire.
Près de 60% de la population y est sans emploi.

En tout, le PAM a besoin de six millions de dollars jusqu’au
mois de décembre 2007, et un million immédiatement s’il veut
éviter d’avoir à interrompre ses distributions au mois de mai.

En 2006, il a nourri 70.000 personnes dans le pays, dont 10.000 enfants dans
les écoles, 2.000 orphelins du VIH/sida et des malades du sida et de
la tuberculose.

27/03/07 (B388-A) BBC : Un clan somalien dominant libère 18 prisonniers capturés durant les combats contre les forces gouvernementale. (En anglais – Info lectrice) Somali clan frees prisoners as ceasefire holds

The
dominant clan in Somalia’s chaotic capital, Mogadishu, on Monday freed 18
prisoners captured during fighting with interim government forces.

Elders of the Hawiye clan have been in talks with the government and its Ethiopian
military allies since about 20 people died last week in the city’s worst bloodshed
since a war over the New Year to oust militant Islamists.

« We asked the government to come collect these prisoners, but nobody
showed up so we released them without conditions, » Hawiye leader and
spokesperson Ahmed Diriye Diriye told Reuters.

The release boosted a four-day-old ceasefire.

The government, led by President Abdullahi Yusuf from the Darod clan, is facing
an insurgency from ever-bolder Islamists and disgruntled, heavily armed clan
militia.

Last week’s upsurge in violence, which saw some dead troops dragged through
the streets and burnt, came after the interim administration launched a campaign
to disarm parts of Mogadishu.

Diriye said the government soldiers’ bodies were abused by people angry at
being caught in the near-daily crossfire.

« We heard there were some bodies being dragged in the streets by some
people who were upset about being shelled, » he said. « I give my
condolences to the families of those soldiers. »

There were no new reports of violence on Monday.

Pacifying the capital is a huge task for the government, which ended a six-month
Islamist rule of the city with the help of Ethiopia’s military in a two-week
ground and air offensive.

At the weekend, Hawiye leaders also met officials from an African Union peacekeeping
force in Somalia, which currently consists of just 1 200 Ugandan soldiers.

Yusuf, whose government is the 14th attempt to set up central rule since 1991,
has called for national reconciliation talks to place in Mogadishu on April
16, but the conference will depend on security in the city.

27/03/07 (B388-A) BBC : un suspect dans les attentats anti-israéliens du Kenya de 2002 a été envoyé à Guatanomo. (En anglais – info lectrice) Kenya attacks suspect sent to US

The
US says a man suspected of planning twin terror attacks in Kenya in 2002 has
been transferred to its detention camp at Guantanamo Bay.

A Pentagon spokesman said Abdul Malik was arrested in East Africa and admitted
a role in the Mombasa attacks.

A suicide attack on a Mombasa tourist hotel frequented by Israelis killed
15 people in November 2002.

An Israeli airliner leaving Mombasa was targeted by a missile attack shortly
afterwards, but not damaged.

The spokesman said Mr Malik was transferred into Guantanamo Bay at the weekend.

He will have a combatant status review at Guantanamo Bay to determine whether
the US is legally allowed to detain him at the camp without charge.
There are now approximately 385 detainees at Guantanamo Bay, the Pentagon
said.

Few details

Pentagon spokesman Bryan Whitman said Abdul Malik was captured as part of
an ongoing conflict with al-Qaeda and was involved in terrorist attacks in
East Africa.

« Due to the significant threat that this terror suspect represents he
has been transferred to Guantanamo, » he added.

The spokesman offered no details about how Abdul Malik was captured, how he
came into US custody or his nationality.

« Success in the global war on terror requires us to work closely as well
as quietly with many of our allies in the region, » Mr Whitman said.

Khalid Sheikh Mohammed, the alleged al-Qaeda mastermind of the 9/11 attacks,
was reported earlier this month to have told a US military tribunal that the
Mombasa attacks were among 31 plots he was involved in before his capture.

A Kenyan trial of three men suspected of conspiracy over the Mombasa attacks
collapsed in 2005.

27/03/07 (B388-A) Communiqué du CRAN

Le CRAN

« Il
y a en France, plusieurs millions de Noirs. Mais dans l’espace social, où
se trouvent-ils ? En voit-on dans la haute fonction publique, dans les conseils
d’administration, parmi les cadres des grandes entreprises, dans le personnel
politique, dans les grands médias ? »
Patrick LOZES, Président du CRAN

Le
déploiement du CRAN Ile de France

Le 24
mars dernier s’est tenue au siège parisien du CRAN, l’assemblée
générale constitutive des Instances Ile de France.

A l’issue des travaux statutaires, un Bureau de 7 membres a été
élu :

•
Président, Marie Alfred NGOMA ;
• Vice-Président, Marie-Louise TJECK ;
• Secrétaire Général, René KIMBASSA ;
• Secrétaire Général Adjoint, Goma Nestor DOSSO
;
• Coordinateur Relations Publiques et Coopération Internationale,
Désiré BITOUKOU ;
• Porte Parole, Dimitri M’FOUMOU TITI ;
• Trésorier, Ba HOUNOUME.

Dans l’esprit
du CRAN et sous la houlette de Patrick LOZES, le Bureau s’est aussitôt
mis au travail en vue de la préparation des « Etats Généraux
des Populations Noires en France » du 6 & 7 avril prochain.

Pour
tout contact :

Marie Alfred NGOMA 06
27 30 15 26
René KIMBASSA 06 13 08 70 93

27/03/07 (B388-A) France 3 – Les martyrs des pirates du Golf d’Aden …

Vendredi
30 mars Thalassa diffuse un documentaire choc intitulé les martyrs
du golf d’Aden où sont décrites les effroyables conditions de
traversée des clandestins qui partent d’Ethiopie et Somalie pour aller
travailler au Yemen.

www.france3.fr

27/03/07 (B388-A) RSF / SOMALIE Remise en liberté d’un journaliste de Radio Shabelle et de son chauffeur après trois jours de détention

Mohammed
Bashir Sheik Abdirahman, journaliste de la station privée Radio Shabelle,
et son chauffeur, Osman Qoryoley, ont été remis en liberté,
le 24 mars 2007, après trois jours de détention, a appris Reporters
sans frontières auprès de leur employeur.

Ils avaient été arrêtés dans la matinée
du 21 mars, après avoir pris des photographies de l’aéroport
international de Mogadiscio, où une conférence de presse du
Premier ministre devait avoir lieu. Interrogé par sa radio, le journaliste
a affirmé que son chauffeur et lui avaient été « bien
traités » et que « les soldats du gouvernement chargés
de [les] surveiller [leur avaient] fourni tout ce dont [ils avaient] besoin ».

27/03/07 (B388-A) UN / Reuters : UN : Up to 100 Somalis, Ethiopians feared drowned. Au moins 29 personnes (Ethiopiens et Somaliens) ont péri après avoir été jeté à l’eau par des passeurs sans scrupule dans le Gold d’ADEN. L’UN parle de 100 à 450 victimes des actes de barabarie de ces pirates agissant sur des boutres et profitant de la faiblesse des candidats à l’émigration vers le Yémen. (Français et Anglais)

450 candidats à l’exil jetés par-dessus
bord par leurs passeurs dans le golfe d’Aden

____________________________________________
Français

United Nations (New York)
ACTUALITéS
26 Mars 2007

Le
Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)
rapporte qu’au moins 29 personnes sur 450 sont mortes noyées, asphyxiées
ou battues après avoir été jetées par-dessus bord
par leurs passeurs qui devaient les amener au Yémen depuis la Somalie.


71 personnes manquent en outre à l’appel, alors que de nombreux autres
« souffrent de problèmes dermatologiques en raison d’un contact
prolongé avec l’eau de mer, des déchets humains, de l’essence
ou d’autres produits chimiques. Il ne leur était pas permis de bouger
au cours du voyage », a précisé le porte-parole du HCR,
Ron Redmond, lors d’un point presse la semaine dernière.

« Au cours des six derniers jours, le Yémen a encore accueilli
plus de 1.100 Somaliens et Ethiopiens arrivés à bord de bateaux
de passeurs depuis Bossasso en Somalie, de l’autre côté du Golfe
d’Aden », a-t-il souligné.

Ron Redmond a évoqué les derniers épisodes tragiques
de ces tentatives pour fuir la corne de l’Afrique vers le Yémen.

« Lundi matin 22 mars, selon les premières informations de nos
équipes au Yémen, quatre bateaux transportant plus de 500 personnes
sont arrivés sur les côtes yéménites », a-t-il
rapporté.

« Au moins 25 personnes seraient mortes au cours de ce voyage. Lorsque
nos employés sont arrivés sur la côte hier, quelques-unes
avaient déjà été enterrées. Nous attendons
davantage de précisions de la part des survivants, la plupart d’entre
eux ont été transférés dans le centre d’accueil
de l’UNHCR ».

« Le 17 mars, quatre bateaux sont arrivés depuis Bossasso en
Somalie transportant à leur bord quelque 624 personnes », a-t-il
poursuivi.

« Ils ont été repérés par les forces armées
yéménites. Pour tenter de détourner l’attention des forces
armées, les trafiquants d’un des bateaux ont jeté à l’eau
35 Somaliens et ont gardé les 215 passagers restants (beaucoup avaient
les mains attachées par des cordes) près des côtes où
ils les ont contraints à quitter le bateau ».

« Les forces de sécurité yéménites ont réussi
à sauver les 35 restants deux heures après à l’aide d’un
hélicoptère de l’armée. Puis, tous les trafiquants ont
pris la fuite et au moins trois personnes sont mortes ».

« Ces derniers événements dramatiques dans le Golfe d’Aden
se sont produits au cours et juste après la récente mission
de cinq jours au Yémen de la Haut Commissaire assistante pour la protection,
Erika Feller et du Directeur du bureau Moyen Orient et Afrique du Nord, Radhouane
Nouicer », a indiqué Ron Redmond.

« Au cours de cette visite, ils ont souligné les importants défis
auxquels le Yémen fait face et ont exprimé l’engagement de l’UNHCR
pour décrire la situation, faire appel à des fonds supplémentaires
et à une action internationale au Yémen et développer
des projets qui amélioreront les conditions de vie et l’autosuffisance
des réfugiés au Yémen ».

« Ils se sont également entendus pour travailler plus étroitement
avec les autorités yéménites pour gérer les flux
migratoires arrivant au Yémen et assurer une protection et des solutions
durables aux personnes qui en ont besoin ainsi qu’un retour dans la sécurité
pour les autres ».

Depuis janvier 2006, le Yémen a reçu près de 30.000 personnes
de Somalie, d’Ethiopie et d’autres endroits, alors que plus de 500 personnes
sont mortes et au moins 300 sont portées disparues. L’UNHCR aide le
Yémen en fournissant l’assistance, des soins et un logement à
plus de 100.000 réfugiés qui se trouvent dans le pays.

Le Yémen est signataire de la Convention de Genève de 1951 et
à son protocole de 1967. Il a laissé ses portes ouvertes aux
réfugiés et migrants qui arrivent depuis plusieurs années
après avoir fui la Somalie et d’autres endroits dévastés
par la guerre.

« Le Yémen est également très patient dans son
attente de davantage de soutien en reconnaissance de sa générosité
et d’une intention de partage du fardeau », a souligné le porte-parole.

_______________________________
Anglais

At least 29 people
were killed and 71 reported missing after knife-wielding smugglers forced
about 450 Somali and Ethiopian migrants into the sea off Yemen, the United
Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) said on Monday.

The incident, the latest in a series involving smugglers’ boats carrying people
across the Gulf of Aden from Somalia, occurred last Thursday along a remote
stretch of coastline.

« We are horrified by this latest tragedy, » said UNHCR’s Assistant
High Commissioner, Erika Feller.

« These brutal smugglers care nothing about the fate of the people
they prey on. »

Some of the 293 survivors and other witnesses said four smugglers’
boats were approaching the coastal town of Ras-Alkalb when the crews forced
the passengers overboard in rough seas and strong currents.

Those who resisted were stabbed and beaten with
wooden and steel clubs, then thrown overboard where some were attacked by
sharks, they said.

Thursday’s attack brings to 262 the number of people killed
or unaccounted for so far this year after attempting the crossing by boat
to Yemen to escape violence and anarchy in Somalia, the agency said.

Smugglers, usually Somali, often drop migrants in deep waters because Yemeni
authorities have increased sea patrols closer to shore.